harold cobert

  • 0 commentaire

    La mésange et l'ogresse - Harold Cobert

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,harold cobert,la mésange et l'ogresse,monique olivier,fourniret,belgique,rentrée littéraire 201622 juin 2004. Après un an d'interrogatoires, Monique Fourniret révèle une partie du parcours criminel de son mari, « l'Ogre des Ardennes ». Il sera condamné à la perpétuité. Celle que Michel Fourniret surnomme sa « mésange » reste un mystère : victime ou complice ? Instrument ou inspiratrice ? Mésange ou ogresse ?

    On se souvient tous de cette affaire qui a défrayé la chronique en 2003 en Belgique et en France, Michel Fourniret ayant abusé et tué plusieurs jeunes filles. Ce roman d'Harold Cobert revient donc sur cette affaire de façon originale puisque l'auteur a choisi de nous présenter les faits selon le point de vue de l'épouse du tueur en série.

    Nous faire partager le quotidien de Monique Olivier et ses pensées profondes donne à ce roman un angle intime et nous rapproche de cette femme restée dans l'ombre de son mari. Evidemment, on est loin de l'identification aux principaux protagonistes qui, au mieux, inspirent le dégoût.

    Dès les premières pages, Harold Cobert averti le lecteur qu'il s'est inspiré des faits réels mais que La mésange et l'ogresse reste une oeuvre romanesque. Dans ce type de situation et sans être plus informé du sujet, il est toujours difficile de savoir ce qui relève de la réalité et de la fiction. 

    Personnellement, j'ai trouvé que le roman était un peu trop linéaire. Les chapitres alternent entre l'enquête de police, les nombreux interrogatoires de Monique Olivier et son récit du quotidien avec Michel Fourniret ainsi que du rôle qu'elle a joué dans les enlèvements. Malgré cela, l'enquête est longue, les auditions se succèdent sans apporter d'information tangible et on a l'impression de s’enliser. Dans la réalité, l'enquête a effectivement été très longue et c'est ce qui transparaît dans ce roman mais, en tant que lectrice, il m'a manqué cette petite dose de dynamisme et de suspense qui m'aurait permis de m'accrocher à cette histoire. 

    Par contre, que les âmes sensibles soient prévenues, l'auteur ne nous épargne rien des pensées et agissements de Fourniret. Les critères de choix des jeunes filles, comment il peaufine sa technique pour les approcher et les enlever, jusqu'aux viols et aux meurtres, rien de réjouissant.

    J'ai tellement aimé les précédents romans d'Harold Cobert que j'attendais beaucoup de La mésange et l'ogresse. Je sors donc un peu déçue de cette lecture. Découvrez les premières pages dans cet extrait (pdf).

    Remerciement aux Editions Plon pour cette lecture.

    La mésange et l'ogresse - Harold Cobert - Editions Plon - 2016

    Du même auteur:

     

  • 1 commentaire

    Un hiver avec Baudelaire – Harold Cobert

    Un hiver avec Baudelaire, Harold Cobert, Héloïse d'Ormesson, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Lignes brisées, sdf, sans abri, pauvreté, emploi, famille, chien, BaudelairePhilippe a 27 ans lorsque sa vie bascule. Un divorce difficile, un contrat de travail qui n'est pas renouvelé et le voila contraint de vivre à l'hôtel en attendant de trouver un appartement et un autre emploi. Mais les difficultés ne font que s'accumuler, obligeant Philippe à vivre dans la rue. Un hiver avec Baudelaire est son histoire, celle d'une descente aux enfers qui va heureusement connaitre quelques moments de bonheur grâce à la présence de Baudelaire.

    L'écriture délicate et sensible d'Harold Cobert s'accorde parfaitement à ce récit. Le lecteur s'attache au personnage de Philippe qui essaie de s'en sortir et de rester digne dans un monde dont il ne connait pas les règles. L'auteur nous plonge dans le quotidien d'un sans domicile fixe, confronté au regard fuyant des passants, obligé de faire la manche dans le métro, dans une lutte permanente pour survivre et dormir malgré le froid. En empathie avec Philippe, le lecteur comprend le sentiment de honte qui l'habite, l'isolant de sa famille et de ses amis et l'éloignant de sa petite fille Claire, dont il a été séparé et qu'il lui tarde de retrouver.

    Un hiver avec Baudelaire rappelle qu'il est toujours possible de passer entre les mailles du filet « Sécurité sociale » et, surtout, qu’il suffit d’un rien pour que tout bascule. Ce roman a le mérite d’interpeller le lecteur, parce que l’on se rend compte que les efforts de Philippe ne sont pas suffisants pour lui permettre de se sortir de la précarité. Finalement, le seul salut provient des associations qui aident les plus démunis en fournissant nourriture, vêtements, abris et conseils. Pour Philippe, cela passera aussi par des rencontres déterminantes avec une jeune fille dans un square ou un couple de commerçants. Sans oublier Baudelaire, le compagnon de galère, grâce à qui le quotidien sera moins difficile à vivre.

    Un récit touchant et juste, qui rappelle l’équilibre précaire de nos vies et la nécessité de s’entraider. Un très beau roman dont je vous invite à découvrir les premières pages.

    Un hiver avec Baudelaire – Harold Cobert – Editions Héloïse d'Ormesson – 2009

    Du même auteur:

  • 3 commentaires

    Lignes brisées – Harold Cobert

    Cover Lignes brisées Harold Cobert.jpegGabriel vient de recevoir un prix pour son nouveau roman. Sa promotion le conduit à Bruxelles où il espère revoir son amour de jeunesse, Salomé, désormais parlementaire européenne. Depuis leur rupture, Gabriel n'a de cesse de vouloir la reconquérir, son roman racontant d'ailleurs leur histoire passionnée et avortée, depuis le lycée jusqu'à l'inéluctable rupture.

    Le nom d’Harold Cobert ne m’est pas inconnu puisque j’ai déjà repéré plusieurs de ses romans, aux titres intriguants, dont Un hiver avec Baudelaire qui me tente beaucoup. C’est finalement avec ce roman d’amour que je le découvre réellement. Et on peut dire que la rencontre a eu lieu.

    L’auteur évoque les rendez-vous manqués et les rencontres avortées, le poids des silences et des non-dits. Un amour trop longtemps tu qui laisse un goût d’inachevé à Gabriel et Salomé, jusqu’à leur rencontre dans un parc bruxellois et les carapaces qui se fissurent.

    Passant constamment du passé au présent et du roman écrit par Gabriel à son vécu actuel, l'auteur nous offre un livre triste mais rempli d'espoir, avec des personnages attachants et quelques clins d’œil à ses précédents romans.

    Une histoire vieille comme le monde, qui nous réserve peu de surprises, mais que l’écriture délicate d’Harold Cobert, sans effets inutiles, rend plus belle et touchante. Les sentiments des personnages sont tellement bien rendus que l’on sort de cette lecture avec le cœur gros et la larme à l’œil.

    Remerciement aux Editions Héloïse d’Ormesson pour cette très agréable lecture. Découvrez le premier chapitre.

     Lignes brisées – Harold Cobert – Editions Héloïse d’Ormesson – 2015

    Du même auteur: