hôpital psychiatrique

  • 4 commentaires

    Le briseur d'âmes – Sebastian Fitzek

     

    Cover Le briseur d'ames.jpgLa psychose s’empare de l’Allemagne. Plusieurs femmes ont été retrouvées complètement tétanisées, dans un état quasi comateux alors que leur corps ne porte aucun stigmate de torture, viol ou coups… Incompréhensible… Le responsable de cet enfer est introuvable mais les médias l’ont baptisés Le briseur d’âmes en raison de l’état dans lequel il laisse ses victimes. En marge de ces évènements, Caspar, un amnésique hospitalisé dans une clinique psychiatrique, va se trouver confronté à des phénomènes bien étranges pour une soirée de Noël…

    Dès les premières lignes, c’est l’horreur ! Le lecteur est plongé dans l’esprit d’une femme « torturée » par le briseur d’âmes, qui l’amène aux portes de la folie. Et si cela se calme quelque peu le  temps d’un bond dans le futur, Sebastian Fitzek nous ramène très vite à la réalité. Car, lorsque l’on se rend compte que le briseur d’âmes est dans l’enceinte de la clinique, c’est trop tard. Le dispositif de sécurité est enclenché et toutes les personnes présentes sont enfermées avec le tueur. Car, s’il n’a pas achevé ses précédentes victimes, il a bien l’intention de changer de stratégie ! Voila à quoi Caspar, un amnésique à la recherche de son identité, est confronté. Assisté d’une bande aussi hétéroclite que dérangée, seul le face à face avec le tueur lui permettra de se souvenir de son passé.

    Il faut bien admettre que le décor est connu. Un lieu isolé du monde extérieur par la neige et coupé de tout moyen de communication, un soir de Noël. On pense inévitablement à Shining de Stephen King. Mais là s’arrête toute ressemblance et surtout là n’est pas l’intérêt de ce roman. Malgré les atrocités lues, ma motivation à lire ce roman résidait dans le fait de comprendre comment le briseur d’âmes s’y prenait pour mettre ses victimes dans cet état et pourquoi il s’attaquait tout à coup à une clinique psychiatrique. Et j’ai été servie ! Le briseur d’âmes est un roman haletant, bourré de rebondissements, tous les protagonistes sont suspectés pour en arriver à un final totalement bluffant, auquel je ne m’attendais pas.

    Un grand thriller, qui joue sur nos peurs et le pouvoir des mots. Et si Ne les crois pas ne m’avait pas convaincu, Le briseur d’âmes m’a fait changer d’avis sur cet auteur allemand ! Je vous parie que je vous en reparle très bientôt… ;-)

    Logo Challenge Thrillers et polars Liliba.jpg

     

    Lecture réalisée dans le cadre du challenge Thrillers et polars de Liliba. Merci d’avoir fait voyager ce livre jusqu’à moi Sourire

     

    Le briseur d’âmes – Sebastian Fitzek – L’Archipel – 2012 

     

    Du même auteur: