extrait

  • 0 commentaire

    Ce soir, je vais tuer l'assassin de mon fils – Jacques Expert

     Ce soir, je vais tuer l'assassin de mon fils, Jacques Expert, Editions Anne Carrière, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, policier, avis lecture, livre de poche, enfant, enquête, père, adieu, tu me plais, extrait, premier chapitre, téléfilm,  Jean-Paul Rouve, Audrey Lamy, Sami Bouajila, Anne MarivinQuand son fils meurt, renversé par un chauffard qui a pris la fuite, Antonio Rodriguez jure à sa femme qu'il le vengera. Tandis que l'enquête piétine durant des mois, il en vient à découvrir qui est le meurtrier, un cadre supérieur de sa propre entreprise dont l'attitude lui paraît très suspecte. Pourtant, un jour, les gendarmes l'informent qu'ils viennent d'arrêter le coupable. Les preuves sont formelles, l'homme est passé aux aveux. Mais ce n'est pas le même individu.

    Dès les premières lignes, le lecteur sait qui a tué le petit Victor Rodriguez. Ce roman ne met donc pas l'accent sur l'enquête policière mais plutôt sur la psychologie des personnages. Jacques Expert donne la parole à chacun d'eux, leur laissant la possibilité de nous livrer leur ressenti par rapport à cette affaire. C'est avec beaucoup d'intérêt que l'on suit le cheminement de pensée des uns et des autres puisque chacun agit selon sa conscience, pesant les avantages et les inconvénients personnels et familiaux qu'engendrerait une dénonciation ou un silence.

    Cette présentation des protagonistes est intéressante parce qu'elle provoque une certaine empathie chez le lecteur. Sans que l'on soit forcément d'accord avec la décision prise par un personnage, on est en mesure de comprendre son choix de ne pas dénoncer le meurtrier.

    Les personnages sont très bien rendus. On s'identifie à plusieurs d'entre eux, tandis que Jean-Pierre Boulard a d'emblée notre antipathie en raison de son comportement violent, autoritaire et hautain, lui qui n'a pas conscience de la gravité de son acte et ne ressent aucun remord. Les épouses, loin d'avoir un rôle secondaire, distillent remarques assassines et conseils qui détermineront le dénouement de cette histoire, où secrets, mensonges et hostilité latente trouveront là l'occasion de s'exprimer ouvertement.

    Un roman dont le lecteur attend la fin avec intérêt, d'autant qu'elle s'avère différente de ce que l'on avait imaginé.

    Ce soir, je vais tuer l'assassin de mon fils a fait l'objet d'un téléfilm en 2014 avec Jean-Paul Rouve, Audrey Lamy, Sami Bouajila et Anne Marivin.

    Envie de découvrir les premières pages ? Lisez l'extrait (PDF)


    Ce soir, je vais tuer l'assassin de mon fils, Jacques Expert, Editions Anne Carrière, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, policier, avis lecture, livre de poche, enfant, enquête, père, adieu, tu me plais, extrait, premier chapitre, téléfilm,  Jean-Paul Rouve, Audrey Lamy, Sami Bouajila, Anne MarivinCe soir, je vais tuer l'assassin de mon fils
    – Jacques Expert – Editions Anne Carrière – 2010

     

    Du même auteur  :

     


     

  • 1 commentaire

    Le prédicateur – Olivier Bocquet & Léonie Bischoff

    Le prédicateur, Olivier Bocquet, Léonie Bischoff, Casterman, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, bande dessinée, roman graphique, BD, Camilla Läckberg, thriller, Suède, extraitLe cadavre d'une femme est découvert dans les rochers proches de Fjàllbacka (Suède). L'affaire se complique quand apparaissent deux squelettes supplémentaires et qu’une jeune fille disparait. Ces découvertes mettent en lumière la famille Hult, qui a été au cœur de l’actualité pour des faits similaires vingt-quatre ans plus tôt. C'est l'inspecteur Patrik Hedstrôm qui est chargé de l'enquête tandis que sa compagne Erica Falck, prête à accoucher, va l'aider à résoudre cette affaire.

    Sans avoir lu le roman, je trouve que cette bande dessinée nous immerge complètement dans l’histoire, en nous proposant un bon résumé du roman de Camilla Läckberg, qui semble être d'une grande complexité.

    Les personnages sont très nombreux, au point que j’ai régulièrement dû me référer à la présentation qui est judicieusement placée en début d’ouvrage. Alors qu'on s'attache assez rapidement à Erika et Patrik, les autres protagonistes sont plutôt antipathiques, devenus aigris et violents suite à leur passé douloureux. La dessinatrice Léonie Bischoff a su faire transparaître leur personnalité grâce à un graphisme approprié.

    De façon générale, les dessins sont réalistes et détaillés, souvent très sombres, et retranscrivent bien l’ambiance lourde et malsaine qui règne au sein de la famille Hult, où se côtoient jalousie, mensonges et folie.

    En bref, je dirais que cette bande dessinée est particulièrement bien réalisée mais j’ai l’impression qu’elle se suffit à elle-même. En refermant cet album, je m’interroge sur ce que la lecture du roman m’apportera de plus et je trouve un peu dommage que la bande dessinée ne donne pas davantage envie d’aller vers le titre original.

    Le prédicateur Olivier Bocquet & Léonie Bischoff Editions Casterman – 2015

    Le prédicateur, Olivier Bocquet, Léonie Bischoff, Casterman, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, bande dessinée, roman graphique, BD, Camilla Läckberg, thriller, Suède, extraitLe prédicateur, Olivier Bocquet, Léonie Bischoff, Casterman, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, bande dessinée, roman graphique, BD, Camilla Läckberg, thriller, Suède, extrait

    (Clic sur les images pour agrandir)

     

  • 0 commentaire

    Ta façon d’être au monde – Camille Anseaume

    Ta façon d’être au monde, Camille Anseaume, Kero, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, amitié, amour, deuil, un tout petit rien, extrait, premier chapitreElles sont amies d’enfance. L’une est inquiète, rêveuse, introvertie ; l’autre est souriante, joyeuse, lumineuse. Ensemble, elles grandissent, découvrent la vie, l’amour. Jusqu’à ce qu’un drame bouleverse le monde qu’elles se sont bâti...

    J’avais lu tant de bien sur le premier roman de Camille Anseaume, Un tout petit rien, que j’ai sauté sur ce second livre, emballée par le pitch.

    Ta façon d’être au monde est l’histoire d’une amitié entre deux jeunes filles que tout oppose et dont le lecteur suit l’évolution. De l’enfance à la vie adulte au cœur de Paris, la découverte de l’indépendance, les soirées entre amis et les premiers amours jusqu’à la première véritable expérience du deuil.

    Dès le départ, j’ai été frappée par la narration très particulière. Choisissant de ne citer les prénoms des principales protagonistes qu’à la toute fin du roman, l’auteure les désigne continuellement par des pronoms (« elle », « tu », « je »). Ce procédé singulier nécessite une grande concentration pour continuellement savoir qui s’exprime et, à mon sens, complique la compréhension du roman. Outre le fait que je ne saisis pas l’intérêt de ce choix narratif, j’ai trouvé qu’il instaurait une certaine distance entre les personnages et le lecteur, qui se sent automatiquement un peu étranger à l’histoire.

    La première partie, qui se déroule dans une certaine lenteur, m’a parue longuette. Et je dois bien avouer que j’ai eu quelques difficultés à m’intéresser au quotidien somme toute banal de ces jeunes gens. Par contre, la seconde partie m’a davantage intéressée car elle suppose un secret, que l’on démasque rapidement, mais qui provoque une émotion et l’attente de sa révélation.

    L’accent est clairement mis sur les deux héroïnes, les personnages secondaires étant nettement moins développés au niveau de la psychologie. Personnellement, j’ai trouvé qu’il manquait des informations qui me paraissent importantes pour situer un personnage. Ces gens vivent et s’activent, on traverse toutes les périodes de leur jeune vie sans que l’on sache quelles études ils ont réalisés ni quel métier ils exercent. J’ai trouvé ça étrange et hors de la réalité tout comme l’amitié qui lie ce groupe inséparable depuis l’enfance, qui m’a semblé idéalisée.

    Mon bilan est donc plutôt mitigé pour Ta façon d’être au monde. Si l’accent est mis sur les émotions et les sentiments, ils n’arrivent pas forcément jusqu’au lecteur, notamment en raison du choix narratif.

    Remerciement aux Editions Kero pour cette lecture.

    Ta façon d’être au monde – Camille Anseaume – Editions Kero – 2016

  • 0 commentaire

    Parmi les dix milliers de choses – Julia Pierpont

    Parmi les dix milliers de choses, Julia Pierpont, Editions Stock, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Etats-Unis, extrait, premier chapitre, famille, adultère, artiste, la cosmopoliteJack, charmeur impénitent, est un artiste reconnu ; Deb a renoncé quant à elle à une carrière de danseuse de ballet pour élever leurs deux enfants. Un appartement à Manhattan, une famille presque heureuse tant Deb s’applique à fermer les yeux sur les infidélités de son mari. Jusqu’au jour où un paquet anonyme ébranle le foyer : une simple boîte en carton, remplie d’emails chroniquant sans pudeur la vie secrète de Jack. Le paquet, adressé à Deb, tombe malencontreusement entre les mains des enfants. Rien ne sera plus comme avant…

    S’il débute par une histoire couramment rencontrée dans la littérature (la découverte d’une infidélité dans un couple), ce roman aborde la situation sous l’angle psychologique.

    Pour les enfants, c’est la confrontation brutale avec la réalité du monde des adultes où règne le mensonge et les conséquences se manifesteront de façon indirecte par de la violence ou des écrits interpellants. Alors qu’ils rejettent entièrement leur père, leur mère Déborah va plutôt tenter de minimiser la situation, ne sachant comment réagir ni comment extérioriser toute la colère qu’elle garde en elle depuis si longtemps.

    Ce roman est l’histoire d’un couple qui paraissait heureux mais qui s’est bâti sur des non-dits et dont la surface lisse se craquelle brusquement à la découverte de l’adultère du père par les enfants. Impuissant, le lecteur assiste à la déliquescence de ce couple et à l’écroulement de la vie de chacun de ses membres.

    Alors que le pitch m’avait donné envie de découvrir le premier roman de Julia Pierpont, la magie n’a malheureusement pas opéré. J’ai eu beaucoup de mal à entrer dans ce livre qui commence par une première partie très lente pour ensuite alterner avec des passages ultra rapides où l’on traverse plusieurs années en quelques pages. Le fait que le narrateur changeait à chaque chapitre, donnant la parole à chaque membre de la famille, a nécessité un travail d’adaptation constant qui a plus d’une fois cassé mon rythme de lecture.

     

    Remerciement aux Editions Stock pour cette lecture.parmi les dix milliers de choses,julia pierpont,editions stock,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,etats-unis,extrait,premier chapitre,famille,adultère,artiste,la cosmopolite

    Parmi les dix milliers de choses – Julia Pierpont – Editions Stock – 2016

  • 0 commentaire

    La vie en Rosalie – Nicolas Barreau

    La vie en Rosalie, Nicolas Barreau, Héloïse d’Ormesson, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, France, Paris, papeterie, cartes postales, amour, tour Eiffel, livre jeunesse, dessin, illustrationRosalie est propriétaire d’une papeterie à Paris et passe ses journées à peindre les vœux des autres sur des cartes postales en attendant que les siens se réalisent. Jusqu’au jour où Max Marchais, le célèbre auteur jeunesse, débarque dans sa boutique pour lui proposer d’illustrer son nouvel album. Rosalie est comblée ! Mais c’était sans compter sur l’irruption d’un professeur de littérature américain qui assure que ce conte lui appartient. Commence alors une enquête haletante pour démêler le mystère qui entoure le manuscrit.

    La vie en Rosalie est le premier roman que je lis de Nicolas Barreau, que je ne connaissais que de nom et dont les livres précédents avaient titillés ma curiosité. Je dois bien avouer que j’ai été déçue de découvrir une bleuette sous ce titre. L’auteur met peu de fantaisie dans cette histoire, relativement identique à tout ce que l’on a déjà lu ou vu sur ce thème : deux personnes se rencontrent sur un malentendu et ne s’apprécient guère. Elles sont pourtant obligées de faire équipe pour trouver une solution à un problème et tombent éperdument amoureuses l’une de l’autre, leurs conjoints respectifs s’éclipsant au moment opportun. Heureusement, quelques péripéties pimentent le tout, ce qui éloigne tout ennui. Les personnages sont attachants, et en particulier Rosalie Laurent, une jeune trentenaire bonne vivante, à la personnalité positive et créative, rêveuse et romantique, mais aussi entêtée.

    Evidemment, Paris, ville des amoureux par excellence, est le cadre idéal pour cette histoire, le roman étant aussi l’occasion d’une visite de la Ville Lumière.

    Et même si je ne suis pas une grande amatrice de comédies romantiques, il faut bien avouer que je me suis laissé emporter par cette histoire sensible et l’écriture agréable de Nicolas Barreau.

    Faites-vous une idée en lisant ce petit extrait (pdf).

    Remerciement aux Editions Héloïse d’Ormesson pour cette lecture.

    La vie en Rosalie – Nicolas Barreau – Editions Héloïse d’Ormesson – 2016