espagne

  • 4 commentaires

    Marina – Carlos Ruiz Zafon

    Cover Marina.jpgOscar Drai est un adolescent sans histoire qui vit dans un internat de Barcelone. Lors de ses temps libres, il aime explorer les quartiers abandonnés et les vieilles bâtisses de la ville. Un jour, l’une de ses expéditions lui fait rencontrer Marina, avec qui une amitié va se lier. Ensemble, ils partent à l’aventure et découvrent qu’une vieille dame se recueille régulièrement et en pleine nuit sur une tombe du cimetière. Mais, sur cette pierre, l’épigraphe habituelle a été remplacée par la gravure d’un papillon noir. Intrigués, les adolescents vont suivre la dame et se trouver mêlés à une enquête qui a commencé des années plus tôt.

    Classé « jeunesse », ce roman ravira autant les adultes que les plus jeunes. On y trouve toute la fraicheur de l’adolescence mais aussi l’inconscience, l’insouciance et la curiosité qui caractérisent cet âge. L’intérêt pour l’aventure et les secrets, la volonté de s’évader d’un quotidien un peu morne se mêlent à une ébauche d’histoire d’amour, qui a toute la pureté et l’innocence des premiers émois.

    Marina est un savant mélange des genres policier et fantastique. Les personnages sont mystérieux et portent de lourds secrets, des créatures fantastiques et maléfiques poursuivent les enfants, les morts ne se comptent plus…

    S’il fallait pointer des éléments négatifs, je mettrais en évidence certains clichés faciles… De plus, le personnage de Marina, très proche de celui de Clara dans L’ombre du vent, est très belle, lumineuse et éthérée, avec une peau presque transparence. La description de ces deux jeunes femmes est quasiment identique et, évidemment (comment pourrait-il en être autrement ?) Oscar, comme Daniel avant lui, va tomber amoureux de cette créature quasi céleste. Un peu redondant…

    Certes, Marina ne renouvelle pas le genre policier mais qui reste une belle lecture, qui a même failli me tirer une petite larme à la fin… Un livre que j’ai apprécié et que je conseille. Découvrez un extrait du roman.

     

    Marina – Carlos Ruiz Zafon – Editions Robert Laffont – 2011 

    Du même auteur:

  • 2 commentaires

    Fille de rouge – Isabelle Alonso

    Cover Fille de rouge.jpgAnna Alcala a 11 ans et s’apprête à entrer au lycée. Passage important s’il en est, l’entrée chez « les grands » va la faire sortir de son cocon d’enfant et va la confronter au monde des adultes. Elle va faire l’expérience de l’amitié, découvrir son corps d’adolescente qui change, s’interroger sur l’amour et s’offusquer des différences sociales.

    Mon avis sur ce roman est plutôt mitigé.

    À la lecture, c’est un roman qui amuse parce que l’on suit les pseudos aventures d’une adolescente, fille d’immigrés espagnols, avec sa maitrise approximative du français, ses soucis face à un corps qui change… Le monde léger d’une jeune fille sans problème mais dont le passé et l’ascendance a toute son importance dans la vie quotidienne. L’écriture est assez crue mais je trouve qu’elle respecte bien le franc parlé des jeunes de cet âge-là.

    Il y a aussi des références historiques puisque l’on aborde la guerre d’Espagne et la vie quotidienne de la population pendant la dictature de Franco. Le titre renvoie d’ailleurs directement à cette période, « Les rouges » étant le nom donné aux révolutionnaires espagnols pendant la guerre, dont le père d’Anna a fait partie. Anna elle-même est une jeune fille en révolution. Elle déclare la guerre à son corps qui change, aux conventions et aux inégalités sociales, au rôle réservé à la femme dans la société.

    Enfin, le rouge est la couleur du sang et, notamment, du sang féminin. Celui-là même qui relie Anna aux autres femmes de sa famille (sa mère Libertad, sa grand-mère Virtudes) et permet de mettre en perspective la vie de trois générations de femmes fortes et rebelles.

    Malheureusement, une fois le livre refermé, le bilan est plutôt maigre. Ce roman ne laissera pas de trace durable dans ma mémoire parce qu’il manque de consistance.

    Fille de rouge, Isabelle Alonso, Editions Héloïse d’Ormesson, Espagne, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, sang, guerre, révolution, roman, pocket

     

    Fille  de rouge – Isabelle Alonso – Editions Héloïse d’Ormesson – 2009 

  • 0 commentaire

    Le jeu de l'ange - Carlos Ruiz Zafon

    carlos ruiz zafon,l'ombre du vent,le jeu de l'ange,espagne,critique,livre,carnet de lecture,lecture,littérature,blog littéraireLa carrière d’écrivain de David Martin commença réellement le jour où Monsieur Basilio, rédacteur en chef de La Voz de la Industria, lui demanda d’écrire une histoire pour combler un espace vide dans le journal barcelonais. Mais l’engouement des lecteurs pour ses récits transforma cette expérience qui devait être unique en une série hebdomadaire. C’est à ce moment qu’un homme étrange contacte David. Il s’agit d’un éditeur qui lui fait une offre singulière : écrire une histoire « pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d’être tués » en échange d’une importante somme d’argent. Sans le sou et souhaitant reconquérir le cœur de celle qu’il aime, David va accepter cette offre sans imaginer les conséquences de cet acte sur son entourage. En effet, à partir de cet instant, tout le monde de David va s’effondrer. Les proches de l’auteur décèdent, il tombe malade mais guérit miraculeusement, ses ennemis sont éliminés, des fantômes le hantent… Sans s’en rendre compte, il a mis le pied dans un engrenage dont il aura beaucoup de mal à s’extirper.

    Le jeu de l’ange nous emmène dans la Barcelone des années 1920. Ce roman magistral, très complexe par la diversité des personnages et ses nombreux rebondissements, nous tient en haleine jusqu’au bout. Je me suis complètement immergée dans cette histoire de folie, d’amitié sincère et d’amour impossible. On y retrouve avec intérêt des personnages et lieux découverts dans le précédent roman de Carlos Ruiz Zafon, L’ombre du vent. Malheureusement, un manque de cohérence dans la chronologie des deux histoires induit une certaine confusion. Par exemple, Daniel Sempere avait 10 ans en 1945 (date à laquelle l’auteur situe L’ombre du vent) alors qu’il a environ 30 ans dans ce second roman (en 1920) ! Ce détail, et quelques autres, perturbent un peu la lecture. Ce n’est pas la première fois qu’un auteur fait vivre de multiples expériences à ses personnages (voir Robin Cook, Harlan Coben, Marc Levy et bien d’autres) mais l’auteur veille généralement à créer une cohérence entre ces différents épisodes de leur vie. Ce roman est donc une grande réussite, si on le lit sans tenir compte des autres œuvres de son auteur.

    Un petit extrait vous tente? Téléchargez ce document: Le jeu de l'ange Carlos Ruiz Zafon Extrait.pdf

    Le jeu de l'ange - Carlos Ruiz Zafon - Robert Laffont - 2009  

    Du même auteur: 

  • 3 commentaires

    L’ombre du vent - Carlos Ruiz Zafon

    ombreduvent.jpg

    Barcelone, 1945. Daniel a 10 ans lorsque son père lui fait découvrir le Cimetière des Livres Oubliés. Selon la tradition, le petit garçon doit adopter un livre parmi les milliers d’ouvrages qui se présentent à lui. Il choisira de sauver L’Ombre du Vent écrit par un certain Julián Carax. Marqué par ce roman, Daniel va vouloir lire d’autres ouvrages de cet auteur mais il va rapidement se trouver confronté à des mystères. Pourquoi ses romans ont-ils tous été détruits ? Qui est cet inconnu qui suit Daniel et semble l’observer ? Beaucoup de questions, peu de réponses. Mais c’est sans compter sur la persévérance de Daniel, qui va employer toute son adolescence à trouver des réponses à ses interrogations, quitte à mettre sa vie et celle de ses proches en danger.

    L’Ombre du Vent est le 4e roman de Carlos Ruiz Zafón. Très réussi, il nous fait découvrir Barcelone au fil des péripéties d’un adolescent parti à la recherche d’un fantôme. Les personnages sont attachants et nous accompagnent dans cette histoire complexe mais vraiment prenante. Carlos Ruiz Zafón a obtenu le Prix Femina en 2004 pour ce livre.

    L’ombre du vent - Carlos Ruiz Zafon - Editions Grasset et Fasquelle - 2004

    Du même auteur: