eric-emmanuel schmitt

  • 6 commentaires

    Milarepa - Eric-Emmanuel Schmitt

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,milarepa,eric-emmanuel schmitt,livre de poche,albin michel,mois belge,méditationSimon fait chaque nuit le même rêve dont une femme énigmatique lui livre la clé: il est la réincarnation de Milarepa un puissant yogi tibétain du XIe siècle qui vouait à son neveu une haine inexpiable. Pour sortir du cycle des renaissances, Simon doit raconter l'histoire des deux hommes, s'identifiant à eux au point de confondre leurs identités à la sienne. 

    On savait Eric-Emmanuel Schmitt porté sur la philosophie. Dans ce court récit, il romance la vie de Milarépa, un jeune tibétain qui utilisa la sorcellerie contre ses ennemis et deviendra ensuite un grand maître yogi grâce au travail sur soi et à l'enseignement de Marpa.

     L'auteur rend ainsi accessible la vie et l'oeuvre d'un grand maître bouddhiste tibétain, dont, personnellement, je n'aurai probablement jamais lu la biographie. Je trouve que cette approche est intéressante et donne envie d'aller plus loin et de s'informer davantage sur le personnage.

    Les thèmes principaux de ce roman sont le bien et le mal, enrobés d'une réflexion philosophique approfondie. Eric-Emmanuel Schmitt prône les vertus de la méditation, de la contemplation et du détachement par rapport aux biens matériels.

    Malheureusement, si le fond est intéressant et l'écriture de qualité, il n'en reste pas moins que j'ai trouvé ce roman totalement soporifique. L'histoire est linéaire et sans aucun suspense. Une petite fable, sympathique à lire, mais qui ne m'a pas touchée. Ce n'est vraiment pas le roman que je retiendrai de l'auteur.  

    Milarepa - Eric-Emmanuel Schmitt - Albin Michel - 1997

    Du même auteur: 

     

     

    livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, Milarepa, Eric-Emmanuel Schmitt, livre de poche, Albin Michel, mois belge, méditation

  • 4 commentaires

    La rêveuse d’Ostende – Eric-Emmanuel Schmitt

    La rêveuse d’Ostende, Eric-Emmanuel Schmitt, Albin Michel, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, livre de poche, plage, Mer du Nord, nouvelles, amour, le crime parfait, les mauvaises lectures, Concerto à la mémoire d'un ange, L'élixir d'amour, Le poison d'amour, Le sumo qui ne pouvait pas grossir, Quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent, Ostende, BelgiquePour guérir d'une rupture sentimentale, un homme se réfugie à Ostende. Sa logeuse, une vieille dame solitaire et mystérieuse, se confie peu à peu à lui et finit par lui avouer son grand secret : une étrange et incroyable passion amoureuse.

    En formidable portraitiste, Eric-Emmanuel Schmitt décrit ses personnages tout en finesse, nous enjoignant à aller au-delà de notre première impression pour découvrir ce qui se cache sous la surface visible. C’est le cas pour la première nouvelle, dont est tiré le titre du recueil. La logeuse est une vieille dame solitaire et peu agréable de prime abord mais qui a connu une grande histoire d’amour, qu’elle dissimule pour ne pas trahir le secret de son amoureux royal. A travers cette histoire, l’auteur aborde la question des sentiments avec délicatesse, sans jamais tomber dans l’excès ou la mièvrerie. Cette première nouvelle m’a d’ailleurs fortement étonnée, tant Eric-Emmanuel Schmitt ne nous a pas habitués à un tel degré de sensualité dans ses écrits.

    Le sentiment amoureux est le point commun de ces petites histoires, les personnages connaissant un très grand amour qui a transformé et embelli leur vie tout en leur rendant confiance en eux. J’ai été particulièrement émue par la seconde nouvelle intitulée Le crime parfait, qui témoigne d’un grand amour incompris et mal interprété.

    Hormis dans la première nouvelle, il est finalement peu question d’Ostende dans ce recueil mais il reste un beau moment de lecture.

    La rêveuse d’Ostende – Eric-Emmanuel Schmitt – Editions Albin Michel – 2007

    Du même auteur :

  • 3 commentaires

    Le poison d'amour – Eric-Emmanuel Schmitt

    Le poison d’amour, Eric-Emmanuel Schmitt, Editions Albin Michel, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, amour, journal, mail, amitié, poison, mort, Shakespeare, Roméo et Juliette, élixir, adolescence, sexualité, théâtreA travers leurs journaux intimes, nous entrons dans la vie de quatre adolescentes qui voient leurs corps changer, qui découvrent la sexualité et la complexité des sentiments. Sérieuses et passionnées comme on peut l’être à cet âge, elles partagent leurs réflexions sur l’amour et l’amitié mais aussi sur le couple, dans un monde où les repères familiaux ont éclatés.

    Eric-Emmanuel Schmitt a cette capacité incroyable de se fondre dans ses personnages, aussi éloignés de lui fussent-ils. Je l’avais déjà remarqué dans Oscar et la dame rose (où il s’exprime comme un enfant de dix ans) et il le confirme dans Le poison d’amour. Le langage est frais et direct, propre aux adolescents d’aujourd’hui, mais sans vulgarité ni mièvrerie. J’ai aimé le ton et l’intelligence de ces jeunes filles qui s’interrogent sur le sentiment amoureux. L’amour prive-t-il de liberté ? Est-ce un poison qui peut détruire ?

    Le poison d’amour constitue le second volet d'un diptyque sur la passion, dont le premier tome est L’élixir d’amour. Dans les deux cas, cette exploration du sentiment amoureux s’effectue par l’intermédiaire de l’écrit (le courrier électronique dans le premier tome, les journaux intimes dans ce cas-ci) ; on retrouve également une couverture identique même si la couleur et l’orientation graphique diffère un peu.

    J’ai trouvé Le poison d’amour plus abordable, moins philosophique et j’ai pris beaucoup plus de plaisir à le lire, d’autant que les personnages sont réellement attachants. Le parallèle entre la vie des quatre adolescentes et la célèbre pièce Roméo et Juliette de Shakespeare est vraiment intéressant et, si on ne voit pas le lien au premier abord, il prend tout son sens à la fin du livre. Le final est d’ailleurs étonnant, presque choquant, tellement on s’y attend peu mais c’est là aussi tout le talent de l’auteur que de nous faire passer de la légèreté au drame en quelques pages.

    Un roman vraiment plaisant à lire, que j’ai préféré au premier tome, où Eric-Emmanuel Schmitt renoue avec le théâtre à travers de nombreuses références et citations issues des grandes œuvres classiques.

    Je remercie Gilles Paris pour cette lecture. 

    Le poison d’amour – Eric-Emmanuel Schmitt – Editions Albin Michel – 2014

    Du même auteur :

  • 2 commentaires

    L’élixir d'amour – Eric-Emmanuel Schmitt

    Cover L'élixir d'amour.jpg

    Il y a peu, Adam et Louise étaient encore amants mais l’infidélité d’Adam a conduit la jeune femme à la séparation. Tandis que lui vit toujours à Paris et qu’elle s’est expatriée à Montréal, c’est par courriers électroniques interposés qu’ils tentent de transformer leur passion en amitié, dénuée de tout désir charnel. A travers ces mails, ils s’interrogent sur l’origine de la passion et l’existence éventuelle d’un philtre qui pourrait déclencher l’amour.

    Voilà un roman qui me laisse perplexe. Les critiques parues dans les journaux et magazines divers sont toutes plus élogieuses les unes que les autres, présentant L’élixir d’amour comme LE roman de l’année.

    Eh bien, moi, j’ai été déçue.

    Le seul intérêt que je trouve à ce roman épistolaire se trouve dans le renvoi de balle permanent entre Adam et Louise, qui donne un certain dynamisme au récit. Mais, malheureusement, la forme ne fait pas tout et l’absence de réelle histoire m’a ennuyé au plus haut point.

    Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, que l’on prend finalement peu le temps de connaître et dont le portrait est dressé à grands traits peu flatteurs. Adam et Louise ne sont d’ailleurs que des prétextes tant le texte est centré sur la réflexion quasi philosophique sur l’amour et non sur leurs histoires personnelles.

    Eric-Emmanuel Schmitt explore le mystère qui poussent certaines personnes à être attirées l’une vers l’autre et à développer des sentiments amoureux. A travers les réflexions des personnages principaux, l’auteur nous pousse à nous interroger sur l’amour, la jalousie et le désir mais le final, qui dévoile un plan machiavélique, détruit en quelques mots toute la poésie que revêt le sentiment amoureux.

    Plus proche de la nouvelle que du roman, L’élixir d’amour aura été vite lu mais je n’en garderai aucun souvenir agréable.

    Lecture réalisée avec Florence, qui est aussi mitigée. Découvrez son avis ici.

    L’élixir d’amour – Eric-Emmanuel Schmitt – Editions Albin Michel – 2014

    Du même auteur :

  • 0 commentaire

    Concerto à la mémoire d'un ange - Eric-Emmanuel Schmitt

    9782226195913FS.gifConcerto à la mémoire d’un ange est le titre d’une des quatre nouvelles qui compose ce recueil. A travers ces histoires, l’auteur nous donne à voir les différentes facettes que peut avoir un individu : tantôt plein d’amour et de bonnes intentions, tantôt haineux et vengeur. Les événements de la vie peuvent nous transformer et mettre en exergue certains traits de personnalité. Jusqu’alors cachés, ils donnent alors une autre dimension à notre vie : de nouveaux objectifs à atteindre, une autre vision du monde… et celle-ci peut complètement basculer…

    Recueil intéressant et qui, malgré ce que le titre pourrait laisser penser, nous éloigne du monde musical dans lequel Eric-Emmanuel Schmitt a tenté de nous emmener dans ses derniers romans.

     

    Concerto à la mémoire d'un ange - Eric-Emmanuel Schmitt - Albin Michel - 2010

    Du même auteur: