enfants

  • 3 commentaires

    Les oreilles de Buster – Maria Ernestam

    les oreilles de buster,maria ernestam,gaïa editions,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,suède,journal intime,souvenir,famille,enfants,rose,fleur« J'avais sept ans quand j'ai décidé de tuer ma mère. Et dix-sept ans quand j'ai finalement mis mon projet à exécution. » C'est ainsi que commence le journal intime d'Eva, qui mène une vie bien réglée entre Sven, quelques amies, des enfants et petits-enfants, une vieille dame acariâtre dont elle s'occupe, et ses rosiers qu'elle choie.

    Tout commence par un récit gentillet sur le quotidien d’une vieille dame et on se demande où l’auteure suédoise nous emmène. Mais, petit à petit, le lecteur découvre qu’Eva fut une fillette machiavélique, qui se venge méthodiquement de tous ceux qui l’ont un jour humiliée. J’ai d'ailleurs été étonnée par l’alternance entre les moments très calmes, voire banals, que nous décrit Maria Ernestam et les soudaines accélérations, allant toujours plus loin dans l’horreur.

    Maria Ernestam réussit par sa belle écriture et son style original à nous faire apprécier son personnage principal, pour lequel j’ai pu ressentir une certaine empathie mais qui avait aussi tendance à me crisper par ses agissements extrêmes. Je pense que si le but de l'auteure était de mettre le lecteur mal à l'aise, l'objectif est largement atteint.

    Mes seuls reproches concernent les quelques longueurs et nombreuses tergiversations inutiles qui émaillent Les oreilles de Buster et qui m’ont ennuyées.

    Au final, je dirais que l’histoire ne m’a que très moyennement plu tant elle me laisse une impression dérangeante de malaise. Mais le style de Maria Ernestam et les surprises disséminées dans le récit en font un roman étonnant et marquant.

     

    Les oreilles de Buster – Maria Ernestam – Gaïa Editions - 2011les oreilles de buster,maria ernestam,gaïa editions,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,suède,journal intime,souvenir,famille,enfants,rose,fleur

    Du même auteur :

  • 7 commentaires

    Les aventures de Lola - Carl Norac

    carl-norac-shoot-pub-bruxelles71287.jpg?itok=GWvSMTsMJe profite de la soirée spéciale consacrée à Carl Norac pour découvrir ses écrits et, notamment, les livres d’enfants mettant en scène la petite Lola (L'école des Loisirs). 

    Cet écrivain belge, né à Mons en 1960 et fils de Pierre Coran, nous livre des histoires tout en douceur et en tendresse, rehaussées par les magnifiques illustrations et aquarelles de Claude K. Dubois.

    Dès les premières pages, on ne peut que s’attacher à la petite Lola qui adore les câlins et les bisous. Un jour où ses parents sont obligés de la laisser seule à la maison, elle va d’ailleurs rassembler tous les objets doux pour seLola, Carl Norac, L’école des loisirs, Claude K. Dubois, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, dessin, enfants, hamster, bisou, câlin, copain, ami, cadeau, princesse, mot, doux, ile, reine, scénario, Mons 2015, belge, écrivain, Mons, Belgique créer une énorme Ile aux câlins et se sentir moins seule.

    Très attachée à ses parents, elle leur réserve ses mots doux, qu’elle a précieusement conservés toute la journée. Toujours prête à faire plaisir aux autres, elle partage ses cadeaux avec des personnes tristes de son entourage pour les consoler, comme dans Lola, Reine des princesses.

    Lola, Carl Norac, L’école des loisirs, Claude K. Dubois, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, dessin, enfants, hamster, bisou, câlin, copain, ami, cadeau, princesse, mot, doux, ile, reine, scénario, Mons 2015, belge, écrivain, Mons, BelgiqueDans Mon meilleur ami du monde, elle fait l’expérience de la séparation lorsqu’elle apprend que son meilleur ami va déménager et changer d’école. C’est donc aussi une belle façon de parler aux enfants de l’amitié et de la distance qui sépare parfois les personnes.

     

    De très beaux albums pour enfants, dans un format pratique à manipuler, que les parents prendront aussi plaisir à lire.

     

    lola,carl norac,l’école des loisirs,claude k. dubois,critique,carnet de lecture,livre,littérature,blog littéraire,dessin,enfants,hamster,bisou,câlin,copain,ami,cadeau,princesse,mot,doux,ile,reine,scénario,mons 2015,belge,écrivain,mons,belgiqueLola, Carl Norac, L’école des loisirs, Claude K. Dubois, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, dessin, enfants, hamster, bisou, câlin, copain, ami, cadeau, princesse, mot, doux, ile, reine, scénario, Mons 2015, belge, écrivain, Mons, Belgique

     

  • 0 commentaire

    Un père en colère – Jean-Sébastien Hongre

    Cover Un pere en colere.jpegCe roman est la révolte d’un homme dépassé par le comportement de ses enfants. Sa lutte pour reconstruire sa famille et renouer avec sa femme. Son cri pour raviver la tendresse dans le cœur de ses deux adolescents à la dérive.

    Un père en colère nous immerge dans le quotidien d’une famille en perdition. Dans un style bref et minimaliste, l’auteur nous propose un roman qui s’inscrit dans la réalité sociale de certains quartiers difficiles.

    Un roman très dur, qui nous laisse avec une boule dans la gorge. Par son écriture, l’auteur nous fait vivre de l’intérieur les émotions ressenties par ces parents, entre désespoir, incompréhension, colère et impuissance. Comment réagir face à ces adolescents indifférents à leur entourage, qui manquent de respect à leurs parents et ont rompu tout dialogue ?  

    Mais, au-delà de l’histoire, l’intérêt de ce roman tient dans le fait qu’il bouscule nos aprioris. Non, les jeunes ne sont pas foncièrement cupides et mauvais, comme certains médias voudraient nous le faire croire. Si on en est arrivé à un tel niveau de violence, les raisons sont multiples : les parents et autres éducateurs qui ont désertés leur rôle d’autorité, la téléréalité comme modèle de réussite, la réalité des quartiers difficiles qui impose aux jeunes de devenir bourreaux s’ils ne veulent pas être victimes… Les faits sont à nuancer et les responsabilités sont partagées.

    Si Un père en colère véhicule une vision plutôt pessimiste de notre société et caricature un peu les ados d’aujourd’hui, il porte en même temps une note d’espoir (mais à quel prix !) en montrant que l’on peut sortir du cercle vicieux de la violence, si on a le petit coup de pouce qu’il faut.

    Un livre que j’ai dévoré en une soirée, qui ne laisse pas une minute de répit et qui m’a trotté dans la tête pendant plusieurs jours… Une lecture dont on ne sort pas indemne.

    Je remercie les Editions Max Milo pour cette lecture.

     

    Un père en colère – Jean-Sébastien Hongre – Editions Max Milo – 2013 

  • 0 commentaire

    Moi l'Indien (L'intégrale) – Alexis S.Z.

    Cover Moi l'indien intégrale.jpgNous sommes en 2100. Benjamin et Emilie ne sont encore que des enfants mais ils se rendent bien compte que leur famille est loin d’être idéale. Ils décident alors de fuguer, chacun de leur côté, espérant ainsi pouvoir se construire une vie idéale. Mais les choses ne seront pas aussi simples…

    Tout le roman tourne autour de la fugue de Benjamin et Emilie et des aventures qu’ils vont vivre pendant cette période. De ce fait, le lecteur apprend à les connaitre et découvre deux jeunes adolescents hors normes. Plus intelligents et matures que des enfants de leur âge, ils voient leurs parents respectifs sous leur vrai jour (alcooliques, superficiels, irresponsables) et posent un regard très critique sur le monde qui les entoure et le comportement des adultes. Mais si leur attitude s’apparente à celle d’adultes responsables, ils restent malgré tout des enfants, ce qui se manifeste à travers leur conduite spontanée qui les met en danger, cette volonté de repousser les limites ainsi que leurs croyances en des créatures imaginaires.

    J’ai adoré ces deux petits fugueurs solitaires et sympathiques dotés d’un bagou incroyable. Et c’est avec impatience que j’attendais le moment où ils se rencontreraient pour former un cocktail explosif. Je n’ai pas été déçue ! Les dialogues sont truculents, humoristiques et le roman difficile à abandonner, malgré quelques petites longueurs sur la fin.

    Et si je craignais de me retrouver face à une histoire invraisemblable et fantastique du fait de son déroulement dans le futur, j’ai vite été rassurée par ce conte qui reste réaliste même s’il intègre quelques éléments futuristes.

    Je remercie à l’auteur pour cette belle lecture.

     

    Moi l’indien – Alexis S.Z. – 2012 

  • 4 commentaires

    Sur la pointe des mots – Marie France Versailles

    Cover Sur la pointe des mots.jpgUne femme qui a eu une vie bien remplie revient sur ses souvenirs : les enfants qui quittent le nid familial, le mariage de sa fille devenue une jeune femme, l’arrivée de petits-enfants dans la famille… Et l’envie, à un moment donné, de s’arrêter pour passer le flambeau à ceux qu’elle aime, leur dire au revoir tant qu’elle peut encore le faire. Pour cela, elle choisit de passer par l’écriture, tout comme Dhuoda l’a fait, 1100 ans plus tôt, en rédigeant un manuel à l’attention de son fils parti au combat.

    Un roman magnifique, vibrant comme un poème, qui nous submerge d’émotions.

    Sur la pointe des mots initie une réflexion sur la fin de vie, la vieillesse et les relations à la famille. A plusieurs reprises, les souvenirs évoqués par la narratrice ont fait écho à mon propre vécu et m’ont rappelé des épisodes de ma propre enfance.

    Et, plusieurs fois, au détour d’une phrase ou d’un paragraphe, j’ai ressenti la nécessité de stopper ma lecture pour plonger dans mes propres souvenirs et me mettre dans la position de la narratrice. Avec une question qui revenait « Et moi, qu’aurais-je envie de laisser à mes enfants ? »

    C’est aussi un roman intéressant au niveau historique car il dresse le portrait d’une enfance qui s’est déroulée dans les années 1950 en Belgique, ce qui nous donne un aperçu de la vie de l’époque.

    Des mots simples d’une grande tendresse, qu’une femme adresse à ses enfants et à ses petits-enfants et, par moments, sans qu’on la sente venir, l’émotion qui nous submerge, la gorge qui se serre et les larmes qui montent… Un roman qui touche droit au cœur !

    Logo Challenge Luce Wilquin.JPGMa 3e lecture pour le challenge Luce Wilquin de Minou.

    Merci à toi d’avoir fait voyager ce roman !

     

    Sur la pointe des mots – Marie France Versailles – Editions Luce Wilquin – 2012