enfant

  • 0 commentaire

    Nuits blanches et gros câlins - Matteo Bussola

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,matteo bussola,nuits blanches et gros calins,kero,italien,enfant,familleA travers Nuits blanches et gros câlins, Matteo Bussola, dessinateur de BD italien, nous fait entrer au cœur de sa petite famille, entre son épouse Paola, leurs trois petites filles et leurs quatre chiens. Sorte de journal de bord d'un jeune père trentenaire, cet ouvrage s'échelonne sur une année entière et présente une succession de scénettes de la vie quotidienne auprès de jeunes enfants.

    Mais contrairement à ce que le titre pourrait laisser supposer, il ne s'agit pas seulement d'un livre sur la paternité. Matteo Bussola y livre aussi ses réflexions sur la vie, la pauvreté, le racisme, les relations de voisinage, l'éducation des enfants et les valeurs qu'on leur inculque.

    Il partage avec le lecteur les scènes cocasses qu'il a vécues ou auxquelles il a assisté, des anecdotes amusantes avec ses filles. Le tout avec humour et philosophie, sans aucune prise de tête.

    J'ai beaucoup aimé le style de Matteo Bussola, souvent très poétique, notamment lorsqu'il aborde avec pudeur et sous forme de métaphores, l'amour qu'il éprouve pour son épouse et ses enfants.

    Nuits blanches et gros câlins est un livre sympathique à lire, positif et qui procure un sentiment de détente. On sourit souvent, on rit parfois... mais cela reste un ouvrage dispensable, qui n'apporte rien de nouveau.

    Ce livre reste le témoignage subjectif d'un jeune père, qui ne montre que les aspects attendrissants de la paternité, sans jamais manifester ni agacement ni énervement. A faire culpabiliser les parents qui sont à bout ou au bord du burn out parental.  

    Téléchargez les premières pages (pdf) de ce livre frais et positif!

    Remerciement à Babelio et aux Editions Kero pour cette lecture.

    Nuits blanches et gros câlins - Matteo Bussola - Editions Kero - 2017

  • 4 commentaires

    L'échappée belle du bibliobus – David Whitehouse

     L'échappée belle du bibliobus, David Whitehouse, Presses de la Cité, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, bibliobus, aventure, enfant, lire, lecture, familleÀ douze ans, Bobby passe ses nuits à répertorier cheveux, vêtements et autres traces de la vie de sa mère en attendant son retour... qui ne viendra pas. Cette dernière est morte brutalement, et le jeune garçon n'est pas prêt à l'accepter. Battu par son père, Bobby se croit seul au monde jusqu'au jour où il rencontre Valérie et sa fille handicapée, Rosa. Tous trois nouent des liens très forts et passent un été magique parmi les livres du bibliobus où Val est femme de ménage. Mais, bientôt, une rumeur sur la nature de la relation entre la mère célibataire et l'adolescent se propage dans la ville. Contraints de s'enfuir à bord de la bibliothèque ambulante, ces êtres égratignés par la vie vont s'embarquer dans une aventure pleine de rebondissements, digne des « classiques » qu'ils ont pris l'habitude de dévorer...

    Je me suis rapidement attachée à Bobby, ce petit bout d'homme que la vie n'épargne pas. Livré à lui-même depuis le décès de sa mère, il est le souffre-douleur de sa classe et n'a qu'un seul ami. Rêveur et ingénieux, il vit dans un monde imaginaire, peuplé de cyborgs et d'autres créatures fantastiques. La rencontre avec Valérie et Rosa va lui permettre de découvrir le monde merveilleux des livres et des histoires qu'ils renferment. Loin des coups de son père alcoolique et des remarques cinglantes de sa belle-mère, Bobby va se trouver une nouvelle famille aimante.

    Par contre, j'ai eu plus de mal avec le personnage de Valérie. D'une part en raison de son comportement peu responsable mais aussi parce qu'elle noue une relation étrange avec Bobby, qui m'a dérangée.

    En dehors de cet aspect, David Whitehouse a une écriture tellement fluide qu'il nous emporte sans difficulté dans cette expédition à bord d'un semi-remorque rempli de bouquins. L'échappée belle du bibliobus est une lecture agréable et divertissante, idéale pour l'été. Les livres y occupent une grande place et nourrissent l'imagination de Bobby, que cette grande aventure fera gagner en maturité.

    Remerciement aux Presses de la Cité pour cette lecture.

    L'échappée belle du bibliobus – David Whitehouse – Editions Presses de la Cité – 2016

     

  • 0 commentaire

    Trois jours et une vie – Pierre Lemaitre

    Trois jours et une vie, Pierre Lemaitre, Audiolib, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, polar, policier, suspense, livre audio, Philippe Torreton, disparition, enfant, Robe de mariéAntoine a 12 ans lorsqu'il blesse mortellement Rémi Desmedt 6 ans. Complètement paniqué, il décide de cacher le corps dans un endroit qu'il connait comme sa poche, le Bois de Saint-Eustache. Aux premières loges puisque voisin direct de la famille Desmedt, Antoine va suivre les investigations, battues et communiqués de presse en direct, persuadé qu'il va rapidement être appréhendé. Ou comment un moment de colère peut gâcher une vie entière.

    Pierre Lemaitre a un don incomparable pour mettre le lecteur dans un état de tension difficilement tenable. Dans Trois jours et une vie, il nous place à la hauteur d'un enfant. La panique ressentie par Antoine, sa peur d'être démasqué et tout le stress accumulé nous sont transmis par petites touches, de façon presque insidieuse.

    L'auteur français n'a pas besoin de grands effets outranciers pour faire passer son message. Il ne tombe jamais ni dans la caricature de l'enfance ni dans l’erreur de faire parler l’enfant comme un adulte. Au contraire, les mots et le ton sont toujours justes, rendant cette histoire plus réaliste encore. Toute cette tension est accentuée par la voix de Philippe Torreton, le lecteur de ce livre audio, qui donne réellement vie aux personnages.

    Entre l’ambiance oppressante d'une petite ville où tout le monde se connait, s'épie et commente le moindre fait divers, les brusques accélérations du récit et les mille scénarios d’arrestation imaginés par Antoine, le lecteur n’a pas le temps de s’ennuyer.

    Et même si la fin m’a un peu déçue, j'ai écouté Trois jours et une vie d’une traite, comme happée tant par l’histoire que par la voix du lecteur.

    Remerciement à Audiolib pour cette agréable écoute.

    Trois jours et une vie – Pierre Lemaitre – Editions Audiolib – 2016

    Du même auteur:

     

  • 0 commentaire

    Ce soir, je vais tuer l'assassin de mon fils – Jacques Expert

     Ce soir, je vais tuer l'assassin de mon fils, Jacques Expert, Editions Anne Carrière, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, policier, avis lecture, livre de poche, enfant, enquête, père, adieu, tu me plais, extrait, premier chapitre, téléfilm,  Jean-Paul Rouve, Audrey Lamy, Sami Bouajila, Anne MarivinQuand son fils meurt, renversé par un chauffard qui a pris la fuite, Antonio Rodriguez jure à sa femme qu'il le vengera. Tandis que l'enquête piétine durant des mois, il en vient à découvrir qui est le meurtrier, un cadre supérieur de sa propre entreprise dont l'attitude lui paraît très suspecte. Pourtant, un jour, les gendarmes l'informent qu'ils viennent d'arrêter le coupable. Les preuves sont formelles, l'homme est passé aux aveux. Mais ce n'est pas le même individu.

    Dès les premières lignes, le lecteur sait qui a tué le petit Victor Rodriguez. Ce roman ne met donc pas l'accent sur l'enquête policière mais plutôt sur la psychologie des personnages. Jacques Expert donne la parole à chacun d'eux, leur laissant la possibilité de nous livrer leur ressenti par rapport à cette affaire. C'est avec beaucoup d'intérêt que l'on suit le cheminement de pensée des uns et des autres puisque chacun agit selon sa conscience, pesant les avantages et les inconvénients personnels et familiaux qu'engendrerait une dénonciation ou un silence.

    Cette présentation des protagonistes est intéressante parce qu'elle provoque une certaine empathie chez le lecteur. Sans que l'on soit forcément d'accord avec la décision prise par un personnage, on est en mesure de comprendre son choix de ne pas dénoncer le meurtrier.

    Les personnages sont très bien rendus. On s'identifie à plusieurs d'entre eux, tandis que Jean-Pierre Boulard a d'emblée notre antipathie en raison de son comportement violent, autoritaire et hautain, lui qui n'a pas conscience de la gravité de son acte et ne ressent aucun remord. Les épouses, loin d'avoir un rôle secondaire, distillent remarques assassines et conseils qui détermineront le dénouement de cette histoire, où secrets, mensonges et hostilité latente trouveront là l'occasion de s'exprimer ouvertement.

    Un roman dont le lecteur attend la fin avec intérêt, d'autant qu'elle s'avère différente de ce que l'on avait imaginé.

    Ce soir, je vais tuer l'assassin de mon fils a fait l'objet d'un téléfilm en 2014 avec Jean-Paul Rouve, Audrey Lamy, Sami Bouajila et Anne Marivin.

    Envie de découvrir les premières pages ? Lisez l'extrait (PDF)


    Ce soir, je vais tuer l'assassin de mon fils, Jacques Expert, Editions Anne Carrière, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, policier, avis lecture, livre de poche, enfant, enquête, père, adieu, tu me plais, extrait, premier chapitre, téléfilm,  Jean-Paul Rouve, Audrey Lamy, Sami Bouajila, Anne MarivinCe soir, je vais tuer l'assassin de mon fils
    – Jacques Expert – Editions Anne Carrière – 2010

     

    Du même auteur  :

     


     

  • 0 commentaire

    Ne pars pas sans moi – Gilly Macmillan

    Ne pars pas sans moi, Gilly Macmillan, Editions Les Escales, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, policier, thriller, enfant, disparition, familleC’est un dimanche après-midi comme un autre. Rachel et son fils de 8 ans se promènent en forêt. En un instant, ce qui devait être un moment de détente va se transformer en horreur : Benedict disparaît. La police se mobilise pendant plusieurs jours mais l’enfant reste introuvable. Le quotidien de Rachel devient alors un enfer, entre les journalistes qui campent devant sa porte, les inconnus qui l’insultent sur les réseaux sociaux, les accusations muettes de son ex-mari et sa propre culpabilité…

    Tandis que les jours s'égrènent depuis la disparition de Benedict, nous suivons l’avancement de l’enquête sous le regard de Rachel et de l’inspecteur James Clemo. Pour chacun d'eux, c'est aussi l'occasion de se raconter et de parler de l’impact qu’a eu cette affaire sur leur vie.

    Evidemment, dans ce genre d'affaire, toute la famille est suspectée, ce qui donne lieu à des disputes et au dévoilement de secrets jamais avoués. Les personnages ont une personnalité complexe particulièrement bien rendue par l'écriture de Gilly Macmillan, qui distille les informations au compte-goutte, nous laissant découvrir les personnages petit à petit.

    Par contre, je trouve dommage que le père de Benedict ait un rôle secondaire dans cette histoire, n'apparaissant qu'épisodiquement. J'aurais trouvé intéressant d'avoir son point de vue et son ressenti face à la disparition de son fils, sans forcément passer par l'intermédiaire de Rachel.

    Ne pars pas sans moi met aussi en avant les conséquences négatives de la surmédiatisation. On se rend alors compte de l’immense liberté que prennent les internautes, s’exprimant sans filtre, de façon agressive et en portant un jugement sans preuve. Bien ancré dans l’époque qui est la nôtre, ce roman met le doigt sur les dérives des réseaux sociaux en particulier et des médias en général.

    Tout au long du roman, le lecteur ressent la tension qui entoure cette disparition d'enfant. On s'identifie aux parents, à leur détresse et à leur difficulté à faire confiance à la police. Une enquête qui couvre quelques jours mais qui réserve pas mal de surprises et de rebondissements inattendus. Heureusement, les chapitres courts permettent de reprendre une respiration normale et de relâcher la pression.

    Je suis agréablement étonnée car Ne pars pas sans moi est le premier roman de Gilly Macmillan et le moins que l'on puisse dire est qu'elle sait y faire pour maintenir ses lecteurs en haleine. Une auteure à tenir à l'œil.

    Remerciement aux Editions Les Escales pour cette lecture.

    Ne pars pas sans moi – Gilly Macmillan – Editions Les Escales – 2016

    ne pars pas sans moi,gilly macmillan,editions les escales,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,policier,thriller,enfant,disparition,famille