emmanuelle urien

  • 2 commentaires

    Court, noir, sans sucre – Emmanuelle Urien

    Cover Court noir sans sucre.gifDès le titre, Emmanuel Urien prend le pli de brouiller les pistes. Alors que l’on s’attend à des textes tournant autour du fameux breuvage caféiné, le lecteur découvre des nouvelles plutôt sombres et livrées en vrac, sans édulcorant pour les adoucir.

    Et l’ensemble de ce recueil est dans cette veine. L’auteure présente rarement les choses de façon directe, préférant la suggestion, et laissant au lecteur le soin d’imaginer l’horreur qui se cache sous les gestes quotidiens. Ainsi, si j’avais deviné juste au sujet du Jardin secret, les nouvelles intitulées Assistance technique et Femme d’intérieur m’ont étonnée et presque choquée.

    Car la violence est quasiment permanente dans ce recueil mais distillée en si petites touches qu’elle en devient presque invisible. Tout comme ces personnes oubliées et abandonnées qui disparaissent sans que personne ne s’en rende compte.

    Ouvrir Court, noir, sans sucre, c’est accepter d’entrer dans le monde que l’auteure a créé pour nous, d’entrer dans son jeu, elle qui aime manifestement manier les mots et les expressions, dont elle détourne le sens pour nous faire réfléchir sur la société dans laquelle nous vivons.

    Une lecture vraiment agréable grâce à des histoires variées et étonnantes et une auteure qui renouvelle le genre de façon intéressante. A découvrir.

     

    Logo Challenge Quadrature.jpgCourt, noir, sans sucre – Emmanuelle Urien – Editions Quadrature (2e édition) – 2010