eliette abecassis

  • 2 commentaires

    Le carnet de lecture de… Eliette Abecassis

    Les carnets de lecture de... propose à un auteur de nous parler de sa bibliothèque, des livres qui l'ont marqué et de son rapport à la lecture et à l’écriture.

    philothérapie,eliette abécassis,editions flammarion,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,philosophie,thérapie,amour,relations,couple,sites de rencontres,mariage,maternité, interview Eliette AbecassisAujourd'hui, découvrez le carnet de lecture d'Eliette Abecassis, l'auteure de plusieurs romans engagés tels que La répudiée, Et te voici permise à tout homme ou Philothérapie.

     

    Combien de livres compte votre bibliothèque ?

    Des milliers, j’ai des bibliothèques dans toutes les pièces, même dans ma salle de bains...

     

    Quel est votre livre de chevet actuel ?

    Près d’elle, de François Jullien, un livre extraordinaire sur la relation à l’autre.

     

    Quels sont vos livres préférés ?

    • Totalité et infini, Emmanuel Lévinas
    • Belle du Seigneur, d’Albert Cohen.
    • L’amant, de Marguerite Duras

     

    Avez-vous un lieu de lecture préféré ?

    Mon lit.


    À l’heure où les liseuses et les bibliothèques se côtoient, que représente le livre numérique pour vous ?

    Formidable en vacances, mais je préfère la sensualité du papier.

     

    Qu’est-ce qui vous a amené à écrire et à laisser vous-même une trace dans la bibliothèque des autres?

    La passion de la lecture.

     

    Avez-vous des rituels d'écriture? Des moments ou des lieux qui vous sont plus favorables?

    J’écris beaucoup dans mon lit. C’est le lieu de tous les rêves.

     

    Que représente l'écriture pour vous?

    Une nécessité, une urgence, un processus vital, un bonheur.

     

    Dans vos romans, vous abordez des thématiques fortes telles que la montée de l'antisémitisme en France (Alyah) ou l'absence de liberté de la femme juive (Et te voici permise à tout homme). Ce sont des sujets qui vous touchent particulièrement?

    Oui, je pense qu’il faut aller du singulier et de l’intime à l’universel, c’est toute la difficulté d’écrire. Plonger dans soi pour mieux en sortir.


    Parlez-nous de votre dernier roman Philothérapie. Comment est-il né? Où avez-vous puisé votre inspiration?

    Il est né du désir de parler de l’amour aujourd’hui, au moment où un grand désarroi touche tout le monde, avec une perte du sentiment. L’amour est devenu un marché. J’ai voulu raconter une histoire contemporaine et mener une enquête philosophique sur ce que l’on appelle l’amour, pour retrouver son essence, dans cette perte de sens.

     

    Dans ce roman, l'héroïne commande un bébé sur Internet et sélectionne les hommes qu'elle rencontre comme on fait ses courses en ligne. Même l'amour devient un bien de consommation?

    L’amour devient une appli. On commande, on note, on passe à autre chose. On est en pleine mutation du sentiment amoureux, de l’amour-passion à l’amour-produit. C’est la même chose pour les enfants et l’achat de bébé par internet pour 20 000 euros. Où est l’homme et l’humain? Qui ne peut s’empêcher de penser que sans l’amour la vie n’a pas de sens….

     

    Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

    J’ai un livre jeunesse qui sort en octobre, « l’ombre du Golem ».

     

    Sur quels médias peut-on vous suivre ?

    J’ai une page Facebook, un site, je suis sur Instagram et Twitter.

     

    Un petit mot pour les lecteurs du blog Carnet de lecture?

    Lire, pour rendre la vie plus intense, parce que les choses n’existent que par les mots.

     

  • 0 commentaire

    Philothérapie – Eliette Abécassis

    Philothérapie, Eliette Abécassis, Editions Flammarion, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, philosophie, thérapie, amour, relations, couple, sites de rencontres, mariage, maternitéLassée de ses échecs amoureux, Juliette décide de suivre une philothérapie. Elle s'inscrit aux cours de philosophie en ligne d'un étrange professeur.

    Le personnage de Juliette est à l'image de la femme trentenaire actuelle. Alors qu'elle a beaucoup investi le champ professionnel et qu'elle vient de se séparer de Gabriel, elle s'interroge sur le sens de sa vie. Sans mari ni enfant à 35 ans, elle tente de concilier ses souhaits contradictoires à la pression de son entourage, ce qui provoque des questionnements que connaissent de nombreuses femmes.

    Pour tenter d'y voir plus clair, elle entame une philothérapie via Skype avec le Professeur Constant. Les parties du roman qui traitent de ces séances nécessitent une certaine concentration tant on entre réellement dans des questions philosophiques. Eliette Abécassis, elle-même agrégée de philosophie, maitrise bien son sujet et nous livre de nombreuses références intéressantes. La thématique amoureuse ayant été largement déclinée dans la littérature, l'auteure propose plusieurs romans qui pourraient éclairer Juliette dans sa réflexion (et peut-être nous inspirer).

    Ces parties plus philosophiques pourraient déstabiliser voire décourager certains lecteurs qui s'attendraient à un roman plus facile d'accès ou de détente. Pour ma part, même si ce n'est pas ce à quoi je m'attendais en ouvrant Philothérapie, j'ai trouvé ces questionnements intéressants et l'invitation à la réflexion originale.

    Au-delà de la discussion philosophique, Eliette Abécassis rapporte aussi le quotidien de Juliette, entre son travail, les situations cocasses dans lesquelles elle se retrouve et sa découverte des sites de rencontres, qui apportent de la légèreté au roman et d'agréables moments de respiration.

    Un roman qui rend la philosophie accessible et questionne notre rapport à l'amour à l'heure des réseaux sociaux et autres sites de rencontres.

    C'est avec plaisir que j'ai retrouvé la plume d'Eliette Abécassis, capable de traiter de problématiques actuelles, parfois très difficiles, avec beaucoup d'humanité.

    Découvrez l'interview que l'auteure nous a accordée à propos de ce livre.

    Remerciement aux Editions Flammarion et à Babelio pour cette lecture.

    Philothérapie – Eliette Abécassis – Editions Flammarion – 2016

    Du même auteur:

     

  • 0 commentaire

    La répudiée – Eliette Abécassis

    La répudiée, Eliette Abécassis, Albin Michel, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Israël, mariage, enfant, stérilité, religion, Jérusalem, Torah, Et te voici permise à tout hommeRachel vit à Jérusalem avec Nathan. Mariés depuis dix ans, ils n'ont pas d'enfant. Or, la Torah donne le droit au mari de répudier sa femme si le couple n'a pas réussi à procréer après dix ans de mariage.

    Eliette Abécassis est de ces auteures qui bouleversent. C’est en toute simplicité qu’elle nous plonge dans le quotidien de cette jeune femme très attachée aux traditions et qui cherche à vivre selon les prescriptions de sa religion. Attentive au bien-être de son époux, qui étudie les textes sacrés, elle se consacre à la prière et aux tâches ménagères. Elle a cette chance folle d’aimer profondément son mari, alors même qu’il a été choisi par un entremetteur. Mais ce qui aurait pu être une belle histoire d’amour est gâché par l’absence d’enfant dans le couple.

    Le lecteur suit alors, impuissant, les questionnements de Rachel sur sa stérilité supposée, le parcours de purification auquel elle s’astreint régulièrement en espérant tomber enceinte. C’est un autre monde que nous découvrons, un monde où la religion a tellement d’emprise sur les personnes qu’elle les empêche de voir l’essentiel et de discerner ce qui est réellement bon pour eux. Un monde où l’amour n’est pas un élan du cœur mais un paragraphe dans un texte religieux, qui régit strictement les relations au sein du couple.

    Obligée de retourner vivre chez ses parents, c’est une femme brisée que l’on retrouve dans la seconde partie du livre. Alors qu’il n’est plus envisageable de trouver un mari qui veuille bien d’une femme stérile, elle erre sans but.

    Que l’on soit un homme ou une femme, je pense que l’on peut sans peine s'identifier à Rachel, concevoir son incompréhension et sa douleur d'être rejetée injustement. Personnellement, c’est surtout l’absence de sens critique des personnages de ce roman qui me fait réagir, aveuglés par la Loi qu’ils sont pourtant en droit de contester. Mais, malheureusement, j’imagine sans peine que bien des femmes se trouvent dans la situation de Rachel.


    La répudiée – Eliette Abécassis – Editions Albin Michel – 2000

    Du même auteur:

  • 0 commentaire

    Et te voici permise à tout homme – Eliette Abécassis

    Cover Et te voici permise à tout homme.jpgAlors qu’elle est civilement divorcée de Simon depuis plusieurs années, Anna se voit malgré tout encore liée à lui par le mariage religieux. Selon le judaïsme, Anna est "agouna", c’est-à-dire enchainée à son mari tant qu’il ne lui accorde pas le guet, qui lui permettrait de s’affranchir définitivement. En conséquence, Anna ne peut espérer se remarier et avoir un enfant reconnu par la communauté.

    Et te voici permise à tout homme est le combat d’une femme pour la reconquête de sa liberté. À travers son regard, nous découvrons des aspects peu connus du judaïsme. J’ai été étonnée de constater à quel point la Torah préconise le respect mutuel dans la vie conjugale tout en plaçant dans un même temps la femme sous l’emprise totale de son mari.

    En tant que femme, je me suis sentie révoltée par la situation d’Anna dont le seul tort a été d’épouser un homme qui n’avait aucun sentiment pour elle. Le fait que toute la narration repose sur ses émotions ajoute à ce sentiment identification car, en tant que lecteur, on partage sa colère, son impuissance et son incompréhension face au chantage de son ex-mari et au manque de soutien des autorités religieuses.

    Un livre fort, émouvant, poignant mais triste, qui se lit d’une traite. Hymne à la vie et à l’amour, il pose aussi question et nous pousse à nous interroger sur la domination qu’exerce le monde religieux sur les individus. Car Anna, pratiquante depuis son enfance, n’envisage pas un seul instant de tourner le dos au judaïsme pour vivre pleinement son amour.

    Malheureusement, ce n’est pas un roman qui se termine bien, l’auteur laissant une porte grande ouverte, permettant à Anna de recommencer une nouvelle vie sans nous en dire davantage. Pour moi, cette chute a été une surprise et on reconnait bien là le talent d’un grand auteur, qui arrive à nous étonner jusqu’à la dernière ligne.

    Très bien écrit, Et te voici permise à tout homme est le premier roman que je lis d’Eliette Abecassis. Véritable coup de cœur malgré le sujet difficile, il sera sans aucun doute suivi d’autres romans de l’auteure.

     

    Et te voici permise à tout homme – Eliette Abecassis – Editions Albin Michel – 2011

    Du même auteur: