editions quadrature

  • 4 commentaires

    Une heure dans un supermarché – Christine Jeanney

    Une heure dans un supermarché, Christine Jeanney, Editions Quadrature, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, nouvelle, supermarché, quotidien, solitude, rayonLundi matin, 9h30. Un supermarché comme tant d’autres, avec ses clients pressés et ceux qui le sont moins. Christine Jeanney, elle, a tout son temps. Elle observe les clients et c’est toute leur vie qu’elle imagine à partir d’un détail. Quinze nouvelles pour autant de rayons explorés sur un mode original.

    Du rayon magazines à celui des produits ménagers en passant par les chaussettes, Christine Jeanney a arpenté tout un magasin, à la rencontre de ses clients. Cette femme avec son grand sac, cet homme qui hésite devant les paquets de café, quel est leur quotidien ? L’auteure y répond par l’imagination, créant une histoire autour de chacun d’eux, leur inventant un nom, une personnalité et une vie.

    Les histoires sont souvent tristes car le passé s’invite douloureusement dans le présent, elles sont faites de solitude mais aussi d’amour. Des portraits d’hommes et de femmes qui m’ont étonné par leur justesse. L’auteure n’est jamais dans le jugement ou le voyeurisme et c’est au contraire, une grande humanité qui transparaît dans son discours. J’ai été particulièrement touchée par l’histoire de ce vieil homme seul, au rayon animalerie. Sculpteur à la retraite, il marche précautionneusement, attentif à ce corps qui ne répond plus toujours comme il le voudrait.

    Finalement, le supermarché et ses rayonnages ne sont qu’un prétexte, une porte d’entrée pour explorer des quotidiens ordinaires, la vie des protagonistes se déroulant principalement en dehors de ce centre commercial. L’idée est vraiment bonne et fournit un fil rouge original à ce recueil de nouvelles. J’ai aussi apprécié le fait que l’auteure fasse un lien entre les différents personnages de ses récits, créant par là aussi un continuum intéressant.

    Une belle lecture, un moment de détente qui nous pousse à poser un autre regard sur les personnes qui nous entourent.

    quadrature.jpgUne heure dans un supermarché – Christine Jeanney – Editions Quadrature – 2010

    Une nouvelle lecture pour le challenge Quadrature de Mina.

  • 2 commentaires

    Court, noir, sans sucre – Emmanuelle Urien

    Cover Court noir sans sucre.gifDès le titre, Emmanuel Urien prend le pli de brouiller les pistes. Alors que l’on s’attend à des textes tournant autour du fameux breuvage caféiné, le lecteur découvre des nouvelles plutôt sombres et livrées en vrac, sans édulcorant pour les adoucir.

    Et l’ensemble de ce recueil est dans cette veine. L’auteure présente rarement les choses de façon directe, préférant la suggestion, et laissant au lecteur le soin d’imaginer l’horreur qui se cache sous les gestes quotidiens. Ainsi, si j’avais deviné juste au sujet du Jardin secret, les nouvelles intitulées Assistance technique et Femme d’intérieur m’ont étonnée et presque choquée.

    Car la violence est quasiment permanente dans ce recueil mais distillée en si petites touches qu’elle en devient presque invisible. Tout comme ces personnes oubliées et abandonnées qui disparaissent sans que personne ne s’en rende compte.

    Ouvrir Court, noir, sans sucre, c’est accepter d’entrer dans le monde que l’auteure a créé pour nous, d’entrer dans son jeu, elle qui aime manifestement manier les mots et les expressions, dont elle détourne le sens pour nous faire réfléchir sur la société dans laquelle nous vivons.

    Une lecture vraiment agréable grâce à des histoires variées et étonnantes et une auteure qui renouvelle le genre de façon intéressante. A découvrir.

     

    Logo Challenge Quadrature.jpgCourt, noir, sans sucre – Emmanuelle Urien – Editions Quadrature (2e édition) – 2010

  • 2 commentaires

    Bref, ils ont besoin d'un orthophoniste ! – Gaëlle Pingault

    Cover Bref ils ont besoin d'un orthophoniste.jpegSous ce titre étonnant, Gaëlle Pingault partage son expérience d’orthophoniste (pour les belges : traduisez "logopède"). A travers plusieurs petites histoires, elle nous raconte le quotidien de ses patients, ces personnes qui, à un moment de leur vie, ont besoin d’un orthophoniste.

    Un recueil de nouvelles distrayant mais qui permet également de (re)découvrir ce métier pluriel. Si les publics sont variés (enfants, personnes âgées, adultes…), les problèmes à gérer ne le sont pas moins, allant de la dyslexie à l’autisme, en passant par la dysorthographie, le bégaiement ou la surdité.

    Bref, ils ont besoin d’un orthophoniste ! fait passer énormément de choses. En plus des informations qu’il apporte sur le champ d’action de l’orthophoniste, il m’a aussi fortement touché par sa justesse et sa sensibilité. Toute l’empathie de l’auteure pour ses patients transparait dans ses écrits, notamment vis-à-vis des enfants à qui elle donne des petits noms affectueux.

    Avec pudeur, elle donne la parole aux enfants : "Il aimerait bien aimer l’école, mais il y a les dictées. Les sujets, les compléments d’objets directs, et les verbes. Il y a les a-avec-accent et les a-sans-accent. Les f qui s’écrivent f et les f qui s’écrivent ph. Il y a les s qui font s et les s qui font z. « Et » à la fin de paquet alors que c’est « ai » à la fin de balai. Un genre de jungle. D’abord, il n’y comprend rien. Et, quand par hasard il comprend, il ne retient pas. Et quand par miracle il retient, il ne pense jamais à l’utiliser à la dictée. Il a toujours zéro."

    Mais une belle place est aussi consacrée aux inquiétudes des proches et parents : "Ils parlent de leur petite puce. De son avenir. Ils voudraient le meilleur pour elle. Qu’elle se débrouille. Qu’on la respecte. Qu’elle soit heureuse. Bref. Comme tous les parents."

    Avec une petite surprise que l’auteure fait durer tout au long du recueil : l’histoire de Laure qui se déroule en filigrane des autres et dont on ne comprend pas le lien avec le thème. Jusqu’à ce que tout s’éclaire Sourire

    Pour chacune des nouvelles, il a suffit de quelques mots pour que je sois touchée et pour que je m’attache aux personnages. Au point qu’à la fin de chaque nouvelle, j’étais en attente d’une suite. Ce sera ma seule petite frustration.

    Un recueil que je recommande donc, pour le plaisir de lire une auteure de qualité mais aussi pour les informations qu’il nous apporte.

    Retrouvez ces nouvelles et bien d’autres  sur le blog de Gaëlle Pingault

    Merci aux Editions Quadrature pour cette belle découverte.

    Bref, ils ont besoin d’un orthophoniste ! – Gaëlle Pingault – Editions Quadrature – 2012

    Du même auteur :

  • 1 commentaire

    Du côté d'elles – Denis Riguelle

    Cover Du côté d'elles.gifDu côté d’elles nous immerge dans l’univers féminin. Un monde où un regard échangé avec un inconnu peut provoquer un emballement du cœur, où une note d’hôtel trouvée par hasard peut mener à la rupture.

    Dans ce recueil de nouvelles, il est question de rencontres. Des rencontres qui se font ou que l’on rate, d’autres que l’on préfère éviter, certaines d’entres elles sont fortuites ou, au contraire, calculées. Dans tous les cas, des destins se croisent et des liens se tissent.

    Denis Riguelle dresse le portrait de femmes au caractère bien différent mais, à travers lesquelles je me suis totalement reconnue. Et quand on voit notre comportement avec un regard extérieur, il n’est pas étonnant que les hommes nous qualifient de compliquées ! Les réactions de ces femmes ne sont absolument pas réfléchies ou posées. Au contraire, les décisions sont prises impulsivement, sur un coup de tête ou sur base d’une impression, quitte à en souffrir par après…

    Petite curiosité de ce recueil : dans une de ses nouvelles, Denis Riguelle initie une histoire et propose deux suites complètement différentes. Si les futurs envisagés sont un peu simplistes, l’idée est intéressante et mériterait d’être davantage exploitée.

    Par contre, je trouve dommage que ce si beau recueil se termine par une note négative (une femme qui pleure), j’aurais préféré un final un peu plus joyeux, qui laisse une impression de plaisir et un sourire sur les lèvres.

    Dégustez sans plus attendre ces douze nouvelles aux prénoms féminins !

    Et n’oubliez pas de lire l’interview de l’auteur !

    Lecture réalisée en partenariat avec les Editions Quadrature.

    Du côté d’elles – Denis Riguelle – Editions Quadrature – 2012

  • 1 commentaire

    Le carnet de lecture de… Denis Riguelle

    Les carnets de lecture de... propose à un auteur de nous parler de sa bibliothèque, des livres qui l'ont marqué et de son rapport à la lecture et à l’écriture.

    Aujourd'hui, découvrez le carnet de lecture de Denis Riguelle, auteur belge qui vient de publier son premier recueil de nouvelles : Du côté d'elles.

    du côté d’elles,denis riguelle,editions quadrature,critique,carnet de lecture,livre,littérature,blog littéraire,femmes,prénom,partenariat,nouvelle,interview

    Combien de livres compte votre bibliothèque ?

    Je ne sais pas... Plus de mille, certainement.

     

    Si vous ne pouviez sauver qu’un livre, quel serait-il ?

    Un dictionnaire.

    Y a-t-il des livres qui vous ont particulièrement émus, qui ont déclenché des émotions (qui vous ont fait rire, pleurer, qui ont accompagné un tournant de votre vie) ?

    Les romans de Milan Kundera.

     

    Selon vous, quels ingrédients font un « bon » roman ?

    Une histoire et des personnages avec lesquels on peut se sentir en empathie.

     

    Quel est votre genre littéraire préféré ?

    Je suis ouvert à tout.

     

    Comment choisissez-vous les livres que vous lisez ?

    De manières diverses : conseils d'amis ou de revues, découvertes dues au hasard, recherches sur le Net...

     

    Quel est votre livre de chevet actuel ?

    Je lis deux livres à la fois : L'hypnotiseur de Lars Kepler et L'espèce fabulatrice de Nancy Huston.

     

    À l’heure où les liseuses et les bibliothèques se côtoient, que représente le livre numérique pour vous ?

    J'envisage jusqu'à présent les liseuses pour des récits de type « informatif ». Je m'imagine mal lire des romans dessus.

     

    Qu’est-ce qui vous a amené à écrire et à laisser vous-même une trace dans la bibliothèque des autres ?

    Le désir de voir si ce que j'écrivais pouvait trouver un large public.

     

    Quelle place occupe l’écriture dans votre vie ?

    Une place que j'aimerais plus grande.

     

    Vous avez publié Du côté d’elles aux Editions Quadrature, pourquoi avoir choisi le format de la nouvelle ?

    Par manque de temps et/ou de patience. Le roman exige du temps et la patience du peaufinement ; ce temps est réduit avec la nouvelle.

     

    Pouvez-vous nous en dire plus sur ce recueil d’histoires courtes, quel message souhaitez-vous faire passer aux lecteurs ?

    J'écris pour écrire. Si je voulais faire passer un message, j'écrirais un essai.

     

    Un petit mot pour les lecteurs du blog ?

    Lisez-moi, prenez du plaisir et réagissez si vous le désirez.

     

    Découvrez la critique du recueil de Denis Riguelle Du côté d'elles.