editions flammarion

  • 2 commentaires

    Le carnet de lecture de… Eliette Abecassis

    Les carnets de lecture de... propose à un auteur de nous parler de sa bibliothèque, des livres qui l'ont marqué et de son rapport à la lecture et à l’écriture.

    philothérapie,eliette abécassis,editions flammarion,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,philosophie,thérapie,amour,relations,couple,sites de rencontres,mariage,maternité, interview Eliette AbecassisAujourd'hui, découvrez le carnet de lecture d'Eliette Abecassis, l'auteure de plusieurs romans engagés tels que La répudiée, Et te voici permise à tout homme ou Philothérapie.

     

    Combien de livres compte votre bibliothèque ?

    Des milliers, j’ai des bibliothèques dans toutes les pièces, même dans ma salle de bains...

     

    Quel est votre livre de chevet actuel ?

    Près d’elle, de François Jullien, un livre extraordinaire sur la relation à l’autre.

     

    Quels sont vos livres préférés ?

    • Totalité et infini, Emmanuel Lévinas
    • Belle du Seigneur, d’Albert Cohen.
    • L’amant, de Marguerite Duras

     

    Avez-vous un lieu de lecture préféré ?

    Mon lit.


    À l’heure où les liseuses et les bibliothèques se côtoient, que représente le livre numérique pour vous ?

    Formidable en vacances, mais je préfère la sensualité du papier.

     

    Qu’est-ce qui vous a amené à écrire et à laisser vous-même une trace dans la bibliothèque des autres?

    La passion de la lecture.

     

    Avez-vous des rituels d'écriture? Des moments ou des lieux qui vous sont plus favorables?

    J’écris beaucoup dans mon lit. C’est le lieu de tous les rêves.

     

    Que représente l'écriture pour vous?

    Une nécessité, une urgence, un processus vital, un bonheur.

     

    Dans vos romans, vous abordez des thématiques fortes telles que la montée de l'antisémitisme en France (Alyah) ou l'absence de liberté de la femme juive (Et te voici permise à tout homme). Ce sont des sujets qui vous touchent particulièrement?

    Oui, je pense qu’il faut aller du singulier et de l’intime à l’universel, c’est toute la difficulté d’écrire. Plonger dans soi pour mieux en sortir.


    Parlez-nous de votre dernier roman Philothérapie. Comment est-il né? Où avez-vous puisé votre inspiration?

    Il est né du désir de parler de l’amour aujourd’hui, au moment où un grand désarroi touche tout le monde, avec une perte du sentiment. L’amour est devenu un marché. J’ai voulu raconter une histoire contemporaine et mener une enquête philosophique sur ce que l’on appelle l’amour, pour retrouver son essence, dans cette perte de sens.

     

    Dans ce roman, l'héroïne commande un bébé sur Internet et sélectionne les hommes qu'elle rencontre comme on fait ses courses en ligne. Même l'amour devient un bien de consommation?

    L’amour devient une appli. On commande, on note, on passe à autre chose. On est en pleine mutation du sentiment amoureux, de l’amour-passion à l’amour-produit. C’est la même chose pour les enfants et l’achat de bébé par internet pour 20 000 euros. Où est l’homme et l’humain? Qui ne peut s’empêcher de penser que sans l’amour la vie n’a pas de sens….

     

    Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

    J’ai un livre jeunesse qui sort en octobre, « l’ombre du Golem ».

     

    Sur quels médias peut-on vous suivre ?

    J’ai une page Facebook, un site, je suis sur Instagram et Twitter.

     

    Un petit mot pour les lecteurs du blog Carnet de lecture?

    Lire, pour rendre la vie plus intense, parce que les choses n’existent que par les mots.

     

  • 0 commentaire

    Philothérapie – Eliette Abécassis

    Philothérapie, Eliette Abécassis, Editions Flammarion, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, philosophie, thérapie, amour, relations, couple, sites de rencontres, mariage, maternitéLassée de ses échecs amoureux, Juliette décide de suivre une philothérapie. Elle s'inscrit aux cours de philosophie en ligne d'un étrange professeur.

    Le personnage de Juliette est à l'image de la femme trentenaire actuelle. Alors qu'elle a beaucoup investi le champ professionnel et qu'elle vient de se séparer de Gabriel, elle s'interroge sur le sens de sa vie. Sans mari ni enfant à 35 ans, elle tente de concilier ses souhaits contradictoires à la pression de son entourage, ce qui provoque des questionnements que connaissent de nombreuses femmes.

    Pour tenter d'y voir plus clair, elle entame une philothérapie via Skype avec le Professeur Constant. Les parties du roman qui traitent de ces séances nécessitent une certaine concentration tant on entre réellement dans des questions philosophiques. Eliette Abécassis, elle-même agrégée de philosophie, maitrise bien son sujet et nous livre de nombreuses références intéressantes. La thématique amoureuse ayant été largement déclinée dans la littérature, l'auteure propose plusieurs romans qui pourraient éclairer Juliette dans sa réflexion (et peut-être nous inspirer).

    Ces parties plus philosophiques pourraient déstabiliser voire décourager certains lecteurs qui s'attendraient à un roman plus facile d'accès ou de détente. Pour ma part, même si ce n'est pas ce à quoi je m'attendais en ouvrant Philothérapie, j'ai trouvé ces questionnements intéressants et l'invitation à la réflexion originale.

    Au-delà de la discussion philosophique, Eliette Abécassis rapporte aussi le quotidien de Juliette, entre son travail, les situations cocasses dans lesquelles elle se retrouve et sa découverte des sites de rencontres, qui apportent de la légèreté au roman et d'agréables moments de respiration.

    Un roman qui rend la philosophie accessible et questionne notre rapport à l'amour à l'heure des réseaux sociaux et autres sites de rencontres.

    C'est avec plaisir que j'ai retrouvé la plume d'Eliette Abécassis, capable de traiter de problématiques actuelles, parfois très difficiles, avec beaucoup d'humanité.

    Découvrez l'interview que l'auteure nous a accordée à propos de ce livre.

    Remerciement aux Editions Flammarion et à Babelio pour cette lecture.

    Philothérapie – Eliette Abécassis – Editions Flammarion – 2016

    Du même auteur:

     

  • 0 commentaire

    Maus – Art Spiegelman

    Cover Maus.jpgConsidéré comme LA référence en matière de bande dessinée et de témoignage sur la Shoah, Maus est un récit autobiographique qui traite de la persécution des juifs entre 1930 et 1940. Composée de deux tomes, cette bande dessinée a valu le Prix Pulitzer à son auteur en 1992.

    Maus est une bande dessinée est originale à plus d’un titre.

    Les dessins sont en noir et blanc. Sans être particulièrement beau, le trait a toutefois le mérite de nous plonger dans le quotidien des camps de concentration nazis en nous faisant vivre l’expérience de l’intérieur.

    L’aspect autobiographique permet au lecteur de s’identifier aux personnages principaux, une famille ordinaire dont l’existence va basculer en très peu de temps. Art Spiegelman se met lui-même en scène dans ses discussions avec son père, l’interrogeant sur la vie dans les ghettos polonais et expliquant le processus de création artistique.

    Oscillant en permanence entre passé et présent, entre espoir et découragement, le lecteur assiste aux déportations successives et aux persécutions des juifs. Il partage le quotidien des protagonistes, la hantise de se faire prendre, le manque de nourriture et d’hygiène, le froid, les kapos qu’il faut payer pour obtenir une protection…

    Une des particularités de cette bande dessinée réside dans le fait que tous les personnages humains sont représentés par des animaux. Ainsi, les juifs sont figurés par des souris (maus en allemand), tandis que les allemands sont symbolisés par des chats (qui chassent les souris). Le choix des animaux est loin d’être anodin et fait référence aux stéréotypes circulant sur les différentes nationalités (« les français sont des mangeurs de grenouilles ») ou le comportement d’un peuple donné vis-à-vis des juifs (les polonais sont dessinés en cochons). Si les livres illustrés pour enfants attribuent fréquemment des caractéristiques animales aux objets, c’est la première fois que je lis une bande dessinée pour adultes qui se base sur le zoomorphisme. Et si cela peut étonner le lecteur, ce type de dessins n’entrave en rien la compréhension de l’histoire et l’empathie que l’on ressent vis-à-vis des protagonistes.

    Une bande dessinée culte, étonnante et interpellante. A lire.

     

    Maus-L’intégrale – Art Spiegelman – Editions Flammarion – 1992