editions du panthéon

  • 0 commentaire

    La face cachée – Christian Pascal Ilunga

    Cover La face cachée.jpgEn cette Journée Internationale de l’écrivain africain, mettons en lumière un auteur qui nous dévoile sa face cachée dans un recueil de poèmes.

    D’aout 2010 à juillet 2012, il a écrit toute une série de textes courts, très denses. Le style est contemporain et le contenu nous renvoie directement au vécu de l’auteur.

    Si ses poèmes rendent hommage à la Belgique qui l’a accueilli après son départ de Kinshasa (Entre Bx et Kin…, Liège pleure), ils parlent aussi beaucoup du sentiment amoureux. J’ai aimé cette façon si originale de parler d’amour, de déclarer sa flamme sous la forme d’une équation mathématique (Si et seulement si) ou en référence à la physique (Amour scientifique).

    Dans ce recueil, il est aussi question de famille : de la petite sœur adorée aux parents qui forgent le caractère de l’enfant, nul n’est oublié… et remercié.

    Malgré quelques coquilles oubliées et de nombreuses références à Dieu qui ont un perturbé ma lecture, La face cachée est un joli recueil de poésie, qui permet de s’interroger sur nos rapports aux autres et au monde. Je remercie chaleureusement les Editions du Panthéon pour cette lecture.

     

    La face cachée – Christian Pascal Ilunga – Editions du Panthéon – 2013 

    Lien permanent Catégories : Poésie
  • 0 commentaire

    Victoire de la paix – Christophe Jacob Magno

    Ces mots sont pour toi

     Je t’offre les fleurs

    De mon cœur

    Parfumé de mon amour

    Épris de toi, nuits et jours

    Je veux plonger

    Dans tes yeux, me noyer

    Je veux vivre dans ta peau

    En toi, il fait beau

    Ton sourire

    M’illumine de lumière, à m’épanouir

    Le ciel de la beauté

    Est d’une douceur inégalée

    Tu es une rose

    Immense d’osmose

    Ta tendresse

    C’est mon pays de délicatesse

    Ainsi, je te dédicace amoureusement

    Ce poème qui se pose lentement

    Avec amour

    Pour toujours

    J’écris cela en joie

    Ces mots sont pour toi

     

    Victoire de la paix, Christophe Jacob Magno, Editions du Panthéon, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, partenariat, poésie, nature, amour, fidélitéSi ces quelques vers vous ont touchés, découvrez ce recueil de poésie où l’auteur parle de ce qui l'émeut. Victoire de la paix est une ode à la paix, à l’amour, au bonheur de vivre, à la nature… Il regroupe des poèmes écrits par Christophe Jacob Magno sur la période allant de 2008 à 2011.

     

    Remerciement aux Editions du Panthéon pour cette découverte.

    Victoire de la paix – Christophe Jacob Magno – Editions du Panthéon – 2012 

    Lien permanent Catégories : Poésie
  • 2 commentaires

    Le miroir d’Ertua – Emilie Fournier

    Cover Le miroir d'Ertua.jpgLe miroir d’Ertua nous raconte la vie malmenée de Marie-Hélène. Pratiquement autiste, elle n’est encore qu’une enfant lorsque ses parents trouvent la mort dans un accident de la route. Se retrouvant seule et sans aucun soutien familial, la petite fille va se replier encore un peu plus sur elle-même et entrer dans un orphelinat isolé du monde extérieur. Jusqu’au jour où elle est adoptée, à nouveau aimée et que des projets d’avenir se mettent tout doucement en place.

    J’ai eu beaucoup de difficulté à m’imprégner de l’histoire et à accrocher à ce roman, notamment en raison du style d’écriture de l’auteure. La ponctuation rend la lecture difficile et je trouve que le vocabulaire est parfois mal choisi voire complètement inventé. Si, dans certains écrits, la création de « nouveaux » mots, dérivés d’autres, ne pose pas de problème, j’ai réellement buté sur certaines phrases comme celle-ci « […] Tu te déficit dans les relations humaines complexes » (du verbe déficiter ??!!).

    En fait, j’ai eu l’impression que ce roman était un premier jet, qui n’a pas été retravaillé, relu. Malheureusement, on ressent toute l’inexpérience de l’auteure en matière d’écriture, marquée par un manque d’homogénéité et de crédibilité.

    On assiste à des envolées philosophiques sur la définition du bonheur, une réflexion sur la misère dans le monde et les inégalités sociales. Mais ces digressions n’apportent rien au récit, elles n’ont aucune raison d’être. En fait, j’ai eu l’impression que l’auteure essayait de faire passer ses opinions (sur l’amour d’autrui ou la place de Dieu…) avec de longues tirades.

    Ce roman porte en grande partie sur les difficultés relationnelles et sociales que connait une petite fille devenue adulte. On y parle beaucoup d’autisme, tout le monde supposant que Marie-Hélène souffre de ce mal. Mais la façon dont on en parle n’est pas crédible (aucun diagnostic posé, aucun traitement), que des suppositions et des discussions pseudo-psychologiques sur le sujet. On tourne en rond pendant tout le roman.

    Je pensais que ce roman allait m’émouvoir, il n’a fait que m’agacer.

    Voilà un roman qui ne restera pas dans ma mémoire en raison de ces nombreux défauts. Il aurait pu être très bon s’il avait été davantage travaillé et murit. Dommage.

    Remerciement aux Editions du Panthéon pour cette lecture.

    Le miroir d’Ertua – Emilie Fournier – Editions du Panthéon – 2012

  • 1 commentaire

    S’il s'en sort vivant ! – Michel Gérard

    Cover S'il s'en sort vivant.jpgPlongée dans la France occupée, entre 1943 et 1944. Deux personnages sont au centre de l’action : Yves Berger, lycéen de 16 ans comme les autres, et Anton Steinmann, aviateur allemand décoré de la Croix de Fer par le Führer. Ces deux-là n’auraient jamais dû se croiser. Mais le hasard les a mis sur le chemin l’un de l’autre et, au départ de cours d’allemand, une amitié est née entre les deux hommes. Mais, à cette époque, il ne fait pas bon fricoter avec l’ennemi et, les nouvelles circulant très vite, cette relation est rapidement démasquée. Et utilisée par les résistants pour atteindre Steinmann. Des résistants prêts à tout, au point de manipuler un jeune garçon et de lui imposer une mission odieuse. Au nom de la France. Mais au prix de sa vie…

    S’il s’en sort vivant ! est le premier roman de Michel Gérard et on peut dire qu’il commence fort ! L’auteur arrive à nous immerger dans le quotidien de l’occupation allemande, rythmé par les tickets d’alimentation, les rafles et les bombardements. Mais aussi au cœur de la résistance, auprès de toutes ces personnes menant une double vie : homme respectable en public et organisateur d’actes de rébellion en privé.

    S’il s’en sort vivant ! est aussi une histoire d’amour entre Yves et Françoise. Premier amour né en pleine guerre, il va se poursuivre bien au-delà mais devra faire face au secret d’Yves : cette mission humiliante qu’il a été obligé de mener dans son adolescence et dont il n’a jamais osé parler à Françoise.

    L’intrigue est très bien construite et si les évènements se mettent en place doucement, la tension monte petit à petit, ce qui rend ce roman vraiment prenant. L’histoire se déploie sous nos yeux, au rythme des jours et des évènements qui se produisent.

    J’ai lu ce livre d’une traite, je l’ai dévoré en une journée ensoleillée. Moi, qui ai tendance à reculer devant tout ce qui traite de la seconde guerre mondiale, j’ai été emportée par cette histoire qui nous renvoie à nous-mêmes et à ce que nous serions capables de faire pour défendre notre pays.

    Remerciement particulier aux Editions du Panthéon pour cette découverte.

    S’il s’en sort vivant ! – Michel Gérard – Editions du Panthéon – 2012

  • 1 commentaire

    Prisme – Thierry Prat

    Cover Prisme.jpgAlors que beaucoup de recueils de nouvelles se résument à une accumulation d’histoires courtes, on sent que la présentation des textes a été réfléchie. Thierry Prat nous entraine dans son monde mais en y insérant des balises, une certaine structure.

    Par exemple, la première nouvelle « La page blanche » parle de la difficulté pour l’écrivain de trouver un sujet, de le développer et de trouver les mots justes. Il établit un parallèle entre l’écriture et le travail artistique où chaque coup de pinceau compte.

    Dans le même ordre d’idée, dans la dernière nouvelle « Autobiographie », Thierry Prat s’adresse directement au lecteur et met un point final à ce recueil : « Tu en arrives à la dernière page. Tu crois me connaitre ou t’être reconnu. Nous nous sommes croisés. J’en suis sûr. Tu es une partie de moi. C’est pour toi que j’écris. »

    Plusieurs nouvelles traitent de la nature. En suivant l’auteur, on sent l’odeur de l’herbe comme si on l’accompagnait dans ses promenades. Mais les histoires, comme la vie, ne sont pas toujours joyeuses. On y parle aussi de rencontres avortées ou de ruptures sentimentales. Et puis, certaines nouvelles étonnent ! Comme « Derrière la porte verte » où il est question de pratiques sexuelles inavouables.

    Les textes de Thierry Prat, s’ils sont parfois très courts, arrivent néanmoins toujours à nous immerger dans un monde différent et plein de surprises.

    Deux gros coups de cœur dans ce recueil de nouvelles.

    Le premier est purement sentimental et concerne le texte intitulé « Pépite d’amour ». C’est une véritable déclaration d’amour d’un père à sa fille atteinte de troubles du comportement. Alors que la société tente de normaliser l’enfant et de la faire entrer dans des cases, le père prend la différence de sa fille avec philosophie et cherche ce qui pourrait la rendre heureuse. Chaque geste d’amour, chaque éclat de rire est une victoire et un cheminement vers le bonheur.

    Mon second coup de cœur concerne « Lisez-moi ce soir ». Ici, Thierry Prat dresse avec humour un portrait du monde de l’édition : livres mal distribués, pas disponibles, littérature business qui privilégie les auteurs bankables, textes prémâchés pour que le lecteur n’ait pas à réfléchir… Et un constat : « Aujourd’hui est écrivain celui dont les textes sont édités. Logique. La qualité de l’écriture, quelle importance ? ». Tout cela me donne encore plus envie de vous faire découvrir quelques-uns de ces auteurs bien cachés au fond des étagères et ces livres que l’on ne verra pas en tête de gondoles des grandes librairies. Et de souligner le travail des Agents littéraires dont l’objectif est de faire la promotion des livres peu médiatisés.

    Merci à eux pour cette lecture ainsi qu’aux Editions du Panthéon.

    Prisme – Thierry Prat – Editions du Panthéon – 2011