didier van cauwelaert

  • 0 commentaire

    Jules – Didier Van Cauwelaert

    Jules, Didier Van Cauwelaert, Albin Michel, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, amour, chien, aveugle, avisA 42 ans, Zibal est vendeur de macarons. Un jour, devant son stand, apparaît Alice, une jeune et belle aveugle qui s'apprête avec son labrador Jules à prendre l'avion pour Nice, où elle doit subir une opération pour recouvrer la vue. L'intervention est un succès mais, pour Jules, affecté à un autre aveugle, c'est une catastrophe. Jules fugue, retrouve Zibal et, en moins de vingt-quatre heures, devient son pire cauchemar.

    Quel plaisir de retrouver la verve de Didier Van Cauwelaert! Dès les premières pages, il nous extirpe de notre quotidien pour nous plonger dans cette histoire un peu folle avec humour et légèreté. Et même si on se doute rapidement de la fin, on pardonne volontiers à l'auteur qui a réussi à nous surprendre, nous étonner et nous faire rire. Ce roman est un concentré de péripéties invraisemblables et on sent que l'auteur s'est amusé à placer tous ces incidents sur la route de Jules et Zibal, partageant son plaisir avec le lecteur.

    J’ai été particulièrement touchée par le lien très fort qui unit le chien-guide à son aveugle. Le sentiment de responsabilité de Jules et son dévouement à sa maîtresse sont impressionnant, tout comme cette sensation de devenir inutile lorsqu’elle retrouve la vue et n’a plus besoin de lui.

    Les personnages sont attachants et il est aussi intéressant de voir le regard neuf qu'Alice pose sur notre société, une fois sa vue recouvrée. Comme un coup de projecteur sur le culte de la jeunesse et de la beauté, l'individualisme galopant et les nouvelles technologies qui isolent.

    Une agréable lecture, optimiste et légère, pour une parenthèse enchantée et un moment hors du temps.

    Jules – Didier Van Cauwelaert – Editions Albin Michel – 2015

    Du même auteur   :

  • 1 commentaire

    L'enfant qui venait d'un livre – Didier Van Cauwelaert

    l'enfant qui venait d'un livre, didier van cauwelaert, carnet de lecture, livreAlors qu'elle travaille comme hôtesse d'accueil au Salon de la littérature jeunesse, Louise se trouve confrontée à un enfant perdu. Resté seul tandis que le salon ferme ses portes, la jeune femme va remuer ciel et terre pour retrouver ses parents, découvrant par là un monde inconnu, entre réalité et fiction.

    En ouvrant ce livre, ma première réaction a été l'étonnement. Car le livre que je tiens entre les mains n'est pas ordinaire. A mi-chemin entre l'objet littéraire et le roman, il a été baptisé «  romanga  ». Concrètement, une fois la couverture ouverte, on découvre un roman sur la gauche tandis que la partie droite comporte un manga dont la lecture s'effectue de droite à gauche. Les deux supports, dont les histoires se complètent, peuvent se lire séparément ou en parallèle, bien que la manipulation de l'objet ne soit pas vraiment pratique.

    Didier Van Cauwelaert aime mettre ses personnages dans des situations invraisemblables. Ce roman ne déroge pas à la règle puisqu'il nous plonge dans un monde où l'imaginaire prend vie par l'entremise d'un enfant qui se prend pour un personnage de manga. Un roman qui pourra s'adresser tant aux adultes qu'aux plus jeunes, qui y trouveront une histoire fantastique fondée sur des éléments réels.

    Le texte est enrichi des peintures de l'artiste Soÿ et du dessinateur Patrice Serres, qui illustrent parfaitement l'histoire et nous immergent dans ce monde magique, où les vœux se réalisent.

    L'enfant qui venait d'un livre est une histoire pleine d'espoir mais également un moyen original de récolte de fonds pour l'aide aux enfants atteints de dystonie musculaire déformante. Cette maladie, qui empêche les enfants de marcher et de parler, provoque de fortes douleurs en raison des messages aberrants que le cerveau envoie aux muscles, qui s'agitent de façon désordonnée. L'opération qui permet de sauver ces enfants étant très onéreuse, les fruits de la vente de ce livre permettront d'aider financièrement les familles pour qui l'intervention n'était pas envisageable.

    Un projet original et une alliance parfaite de plusieurs talents pour soutenir une bonne cause.

     

    L'enfant qui venait d'un livre – Didier Van Cauwelaert – Editions Prisma – 2011

    L'enfant qui venait d'un livre.JPG 

    (clic sur la photo pour agrandir)

    Du même auteur   :

  • 0 commentaire

    Hors de moi – Didier Van Cauwelaert

    Cover Hors de moi.jpgAlors qu’il sort d’un coma provoqué par un accident, Martin Harris tente de reprendre son existence où il l’a laissée. Mais rien ne se passe comme prévu : sa femme ne le reconnait pas, un homme se fait passer pour lui, ses papiers sont faux… Commence alors un travail minutieux de reconstitution pour prouver son identité et tenter de faire tomber l’imposteur.

    Tandis que le monde entier semble se liguer contre Martin, le lecteur l’accompagne dans ses errances et ses doutes. On se sent impliqué dans cette quête de soi, comme si nous étions son seul soutien bien que certaines interrogations reviennent régulièrement nous hanter : est-ce qu’il dit vrai ? Et si c’était lui, l’escroc ?

    Un livre sur la question de l’identité, sur ce qui nous définit en tant qu’être humain unique. Les philosophes en ont largement débattu… Didier Van Cauwelaert arrive à nous faire vivre cette question de l’intérieur, nous mettant à la place de Martin Harris… Il nous plonge dans un roman intriguant, qui ne dévoile la vérité qu’en toute fin de récit, laissant la tension monter au fil du texte.

    Hors de moi est un roman qui se lit vite et qui nous emporte dans son tourbillon sans que l’on s’en rende compte, jusqu’au final, que l’on n’imaginait absolument pas.

     

    Logo Challenge ABC2013.jpgHors de moi – Didier Van Cauwelaert – Albin Michel – 2003 

     

     

     

    Du même auteur :