david foenkinos

  • 3 commentaires

    Le mystère Henri Pick - David Foenkinos

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,le mystère henri pick,david foenkinos,bibliothèque des livres refusésEn Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune éditrice découvre ce qu'elle estime être un chef-d’œuvre, écrit par un certain Henri Pick. Elle part à la recherche de l'écrivain et apprend qu'il est mort deux ans auparavant. Selon sa veuve, il n'a jamais lu un livre ni écrit autre chose que des listes de courses... Aurait-il eu une vie secrète?

    Au départ, le pitch m'a fait penser à l'excellent roman d'Irving Finkel, Au paradis des manusrits refusés, qui traite aussi d'une bibliothèque des livres refusés. Mais c'est bien là le seul point commun entre ces deux romans.

    Dans ce roman, David Foenkinos nous permet de regarder le monde de l'édition par le trou de la serrure et fait découvrir les dessous de la création d'un best-seller ainsi que le travail des petites mains indispensables à leur diffusion. Mais Le mystère Henri Pick est aussi une critique de ces maisons d'éditions qui encensent leurs auteurs bankables tout en refusant d'excellents romans d'inconnus. Ce roman démontre, si cela était encore nécessaire, à quel point une campagne marketing bien ficelée est capable de vendre n'importe quelle histoire.

    L'auteur revient d'ailleurs sur l'importance, à l'heure actuelle, du roman autour du roman c'est-à-dire de l'histoire et des circonstances de son écriture. Dans ce cas précis, le caractère secret de l'auteur, les conditions dans lesquelles le roman a été rédigé et déniché en font un succès phénoménal, mettant ainsi en avant la forme sur le fond.

    C'est donc avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé l'écriture de David Foenkinos. Les rebondissements ne manquent pas et l'ennui est tenu éloigné grâce à des personnages attachants et quelques traits d'humour bienvenus.

     

    Le mystère Henri Pick - David Foenkinos - Editions Gallimard - 2016livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,le mystère henri pick,david foenkinos,bibliothèque des livres refusés

    Du même auteur:

      

  • 1 commentaire

    Charlotte – David Foenkinos

    Cover Charlotte.jpgDans ce texte, David Foenkinos nous convie à un voyage personnel puisqu'il partage sa passion pour l'artiste-peintre allemande Charlotte Salomon, tuée dans un camp de concentration à l'âge de 26 ans.

    Entre le document et la fiction, ce texte retrace la vie de Charlotte Salomon, de ses origines à sa mort tragique. Sur le ton de la confidence, l'auteur évoque pour nous son obsession pour cette artiste, qui l'a fait voyager sur les lieux qu'elle a fréquentés, à la recherche du plus petit élément lui permettant de se rapprocher d'elle. C'est donc un aspect méconnu de l'auteur que nous découvrons ici même si le procédé évoque par moments Lennon, qui romançait également la vie du mythique chanteur des Beatles.

    Exilée en France et sentant la fin proche, Charlotte réalise dans l'urgence sa plus grande œuvre, Vie? Ou Théâtre?, retraçant son histoire personnelle. Ce sont ces dessins qui ont marqués David Foenkinos au point de le pousser à écrire sur l'artiste-peintre. Il revient d'ailleurs sur la difficulté d'écrire un tel livre et sur la façon d'aborder cette histoire.

    David Foenkinos est un auteur que j'apprécie. Et on retrouve, dans Charlotte, ce qui caractérise son écriture, fluide, claire, au mot toujours juste pour exprimer les émotions et les sentiments. Ce qui m'a dérangé, c'est que je ne m'attendais pas à une biographie. Si j'avais connu le sujet du livre avant d'entamer ma lecture et sans le tapage médiatique qui a entouré sa sortie, je ne l'aurais probablement jamais ouvert. C'est dire mon intérêt...

    Charlotte a reçu le Prix Renaudot ainsi que le Goncourt des lycéens et a fait couler beaucoup d'encre, entre ceux qui crient au chef d’œuvre et ceux qui le descendent en flèche

     

    Charlotte – David Foenkinos – Editions Gallimard – 2014charlotte,david foenkinos,gallimard,critique,carnet de lecture,livre,littérature,blog littéraire,charlotte salomon,guerre,nazi,camp,peinture,amour,enfant,allemagne,france,rentrée littéraire,berlin,renaudot,goncourt

    Du même auteur:

  • 1 commentaire

    Lennon – David Foenkinos

    Cover Lennon.jpgJohn Lennon a décidé d'interrompre sa carrière en 1975, à l'âge de 35 ans. Pendant cinq années, il s'est retiré de la vie médiatique et a profité de sa famille. C'est pendant cette période qu'il a pris le temps de réfléchir à la folie de son parcours. Dans ce roman, Lennon se raconte à son psychanalyste au cours de séances qui se sont déroulées entre le 21 septembre 1975 et le 7 décembre 1980, veille de son assassinat par un déséquilibré. 

    Sous la forme d’un monologue, David Foenkinos nous fait découvrir « son » John Lennon. Entre références biographiques réelles et interprétation personnelle de l’auteur, le novice n’y verra pas toujours clair mais qu’importe puisque le plaisir de lecture est présent.

    La star revient sur son enfance difficile et, en particulier, sa relation avec sa mère immature et peu aimante, qui est indéniablement à l’origine de son comportement violent et autodestructeur (drogue, alcool, sexe, etc.).

    Au fil du récit, nous assistons à la création du groupe mythique des Beatles : les rencontres avec Paul McCartneyGeorge Harrison et Ringo Starr, les premiers concerts jusqu’à l’arrivée de leur manager et le début d’une aventure extraordinaire. Mais le quotidien du groupe n’est pas tout rose. Entre disputes, concurrence des autres groupes rock, hystérie des fans et mode de vie peu équilibré, les Beatles se délitent peu à peu.

    Puis, la rencontre avec Yoko Ono, qui va être à l’origine d’un grand changement de vie et va permettre à John Lennon d’enfin atteindre son rêve de sérénité. En 1975, il décide de mettre fin à sa carrière et de se consacrer à son épouse et à son fils Sean. Jusqu’à son assassinat le 8 décembre 1980.

    L’écriture de David Foenkinos est fluide, agréable et claire, ce qui permet d’avancer rapidement dans la lecture. L’écrivain s’efface presque devant le récit, plongeant réellement le lecteur dans le vécu et le quotidien de John Lennon. Une belle expérience de lecture.

    « J’ai une vie exceptionnelle, d’accord, mais c’est une vie souvent en marge des plaisirs simples ».

     

    Lennon – David Foenkinos – Editions Plon – 2010

    Du même auteur : 

  • 3 commentaires

    Les souvenirs – David Foenkinos

    Cover Les souvenirs.jpgLe narrateur, dont nous ne connaîtrons pas le nom, nous fait vivre son quotidien de jeune homme confronté aux épreuves de la vie. La mort de son grand-père, l’entrée de sa grand-mère en maison de retraite, la proximité de la folie, la séparation de ses parents, sans parler de sa propre incapacité à aborder les filles et à écrire (le comble pour quelqu’un qui rêve d’être écrivain).

    Dès les premières pages, j’ai été séduite par l’écriture fluide et sensible de David Foenkinos. Il arrive à aborder des sujets délicats avec humour et simplicité, avec cette capacité rare à nous renvoyer à nos propres sentiments ou comportements. Car, qui ne s’est jamais senti désemparé en visitant un parent âgé dans une maison de retraite, ne sachant quoi lui dire ni quoi faire pour occuper le temps ?

    Les souvenirs questionne les relations familiales et intergénérationnelles, avec des personnages maladroits qui ont du mal à exprimer leurs sentiments et qui s’interrogent sur la définition du bonheur. Comment l’atteindre ? La réponse est peut-être dans la prise de conscience du caractère éphémère de la vie et de la nécessité de profiter de chaque moment… C’est ce que fait la grand-mère du narrateur en choisissant de fuguer de sa maison de retraite pour revivre ses souvenirs d’enfance.

    Le roman est ponctué de souvenirs de personnes inconnues ou célèbres (Fitzgerald, Gainsbourg, Kawabata, Nietzsche, Van Gogh…) comme autant de petites parenthèses.

    En lisant Les souvenirs, je n’ai pas pu m’empêcher de faire le rapprochement avec Sur la pointe des mots, un autre roman qui aborde également la question de la vieillesse et des souvenirs mais sous l’angle de la personne âgée elle-même.

    Une lecture qui m’a donné envie de découvrir les autres romans de David Foenkinos, à commencer par La délicatesse qui est dans ma PAL.

    Edit: Les souvenirs a été adapté pour le cinéma en 2015 par Jean-Paul Rouve.

    Les souvenirs – David Foenkinos – Editions Gallimard – 2011

     

     

    Du même auteur :