cinéma

  • 1 commentaire

    Une fille et un flingue – Ollivier Pourriol

     Une fille et un flingue, Olivier Pourriol, Editions Stock, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, cinéma, film, acteur, Catherine Deneuve, Gérard Depardieu, rentrée littéraire 2016, #rl2016Aliocha, Dimitri, deux frères, un désir : faire un film.  Étudiants en cinéma, très fauchés, un peu voyous, ils sortent de nulle part et ne comptent pas y retourner. Armés d’un  téléphone portable et de leur seul culot, ils racontent leur  coup de poker, joué en plein festival de Cannes, avec la complicité  involontaire de deux stars internationales, Catherine  D. et Gérard D. et du mythique Jean-Luc G. Imposteurs ou petits génies ? L’histoire jugera...

    Aliocha et Dimitri Koulechov sont passionnés de cinéma. Sans moyens, ils décident pourtant de faire un film avec la complicité de grands acteurs français et avec un téléphone portable.

    Une fille et un flingue est un récit qui file à toute vitesse et nous emporte dans son sillage. Cette impression est accentuée par les nombreux dialogues, les phrases courtes et percutantes et un rythme rapide. Ce roman est émaillé de références dans le domaine du cinéma ou de la littérature, Ollivier Pourriol ayant à cœur de partager avec ses lecteurs des extraits de poèmes et des citations d’écrivains ou de réalisateurs.

    Les personnages, tous issus du milieu du cinéma, sont très bien rendus. Gérard Depardieu affiche l'exubérance qu'on lui connait, Catherine Deneuve a envie de nouveauté et accepte de jouer pour les frères Koulechov alors qu'ils n'ont pas l'ombre d'un scénario. On assiste à un diner où l'on découvre les dessous de l'industrie du cinéma, le pouvoir de l'argent au détriment de la qualité des films, les salaires exorbitants des stars, les petits arrangements et grosses faillites. Finalement, le lecteur découvre les ficelles du monde du cinéma en même temps que ces jeunes cinéastes plein d'ambition et plutôt futés. Parce que, l'air de rien, ils vont tout de même embarquer les plus grands acteurs dans une aventure dont on ne sait pas vraiment s'il s'agit d'un jeu ou d'un véritable braquage.

    A la lecture de la quatrième de couverture, je ne m'attendais pas du tout à ce roman, qui m’a étonné autant sur le fond que sur la forme. Mais l’expérience, si elle est déconcertante, n’en est pas moins divertissante et intéressante. Une fille et un flingue est un roman étonnant, qui sort véritablement des sentiers battus.

    Remerciement aux Editions Stock pour cette lecture.

    Une fille et un flingue – Ollivier Pourriol – Editions Stock – 2016

     

     

  • 0 commentaire

    Boomerang – Tatiana de Rosnay

    Boomerang, Tatiana de Rosnay, Editions Héloïse d’Ormesson, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Le cœur d’une autre, Le voisin, Rose, Son carnet rouge, livre de poche, cinéma, film, souvenir, enfance, accident, mémoire, étéPour les 40 ans de Mélanie, Antoine Rey emmène sa sœur à Noirmoustier, une station balnéaire où ils ont passé le dernier été de leur mère Clarisse, en 1972. Au retour, alors que Mélanie s’apprêtait à lui révéler un secret familial, c’est l’accident de voiture. Mélanie a perdu la mémoire et ne se souvient plus de ce qu’elle voulait dire de si important à son frère.

    Le moment privilégié que Mélanie et Antoine vont passer ensemble va faire surgir des souvenirs de vacances en famille. Le regard adulte qu’ils posent sur leur enfance leur fait prendre conscience d’éléments qu’ils n’avaient pas vus étant enfants et surtout de non-dits et de secrets qui dégradent les relations familiales.

    L’écriture de Tatiana de Rosnay est fluide, claire et les pages se tournent facilement. Malheureusement, si on a envie de connaitre le secret que Mélanie s’apprêtait à révéler, l’intérêt s’émousse au fil du roman. Je pense que la raison vient de l’accumulation d’informations qui ne font pas avancer l’histoire ainsi que du quotidien banal à mourir d’Antoine, que l’auteure nous détaille pourtant par le menu. Alors qu’Antoine se lance dans une « enquête » pour découvrir les secrets de famille et mieux comprendre qui était sa mère, le lecteur ne ressent aucun suspense. Tatiana de Rosnay ne semble pas ressentir le besoin d’entretenir le mystère chez ses lecteurs et nous livre donc un roman linéaire et sans accroc.

    Une lecture qui fait passer le temps, pour qui ne veut pas se prendre la tête mais qui reste plutôt décevante dans l’ensemble. Dommage parce que le pitch donnait envie…

    Boomerang a été adapté au cinéma en 2015 par François Favrat, avec Laurent Lafitte et Mélanie Laurent.

    Boomerang Tatiana de Rosnay – Editions Héloïse d’Ormesson – 2009

    Du même auteur :

     



     

     

  • 4 commentaires

    La fille du train – Paula Hawkins

    La fille du train, Paula Hawkins, Sonatine, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, policier, thriller, train, disparition, amour, couple, alcoolisme, film, Emily Blunt, Tate Taylor, cinémaChaque jour, Rachel prend le train qui la conduit de son domicile à Londres et vice-versa. Chaque jour, elle est assise à la même place et observe une jolie maison, dont elle imagine la vie des occupants, allant jusqu’à leur inventer des prénoms. Lorsque la jeune femme qui y vit disparait mystérieusement, Rachel se lance à sa recherche.

    Dès les premières pages, j’ai été interpellée par la situation personnelle de Rachel. Depuis son divorce avec Tom, qui l’a quittée pour une autre, elle passe son temps à ressasser le passé. Isolée, Rachel noie sa solitude dans l’alcoolisme, ce qui a des conséquences terribles : perte d’emploi, comportement violent et absence de tout souvenir de ce qu’elle a fait en étant ivre. Au-delà du thriller, La fille du train interroge donc sur les ravages de l’abus d’alcool et la situation de détresse des personnes qui la vivent.

    Comme dans un journal intime, les jours se succèdent et le lecteur découvre le quotidien de Rachel mais aussi des autres personnages féminins de cette histoire. La parole est ainsi donnée aux femmes, qui racontent comment elles ont vécu ces moments précis qui ont fait basculer leur vie dans l’horreur. Davantage un thriller psychologique qu’un roman policier, La fille du train nous plonge dans l’esprit troublé de Rachel, entretenant la confusion entre rêve et réalité.

    L’écriture de Paula Hawkins est efficace et sans temps mort puisque quasiment chaque page comporte son lot d’action et d’événements inattendus. La fille du train se lit vite, les pages se tournent sans que l’on s’en rende compte et la fin devrait en étonner plus d’un.

    Un premier roman à l’écriture bien maîtrisée qui nous démontre, si cela était encore nécessaire, que l’on ne connait jamais tout à fait ceux qui nous entourent.

    La fille du train a été adapté pour le cinéma, avec Tate Taylor à la réalisation et Emily Blunt dans le rôle de Rachel. La sortie est prévue pour octobre 2016. Voyez la bande-annonce pour vous faire une idée...

    La fille du train – Paula Hawkins – Sonatine Editions – 2016

     

  • 0 commentaire

    Profanation – Jussi Adler Olsen

    Profanation, Jussi Adler Olsen, Audiolib, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, miséricorde, Département V, film, cinéma, danemark, chasse, meurtre, crime, enquêteSur le bureau de l'inspecteur Carl Morck, chef du département V, le dossier d'un double meurtre commis en 1987 et impliquant une bande de fils de bonnes familles, innocentée par les aveux "spontanés" d'un des leurs. Morck s'aperçoit que l'affaire a été hâtivement bouclée et décide de reprendre l'enquête avec l'aide d'Assad, son fidèle assistant, et d'une nouvelle recrue, Rose.

    Le premier tome de cette série, Miséricorde, débordait de suspense et m'avait complètement happée dans son sillage. Profanation s'en distingue par le fait que l'on connait dès le départ qui sont les responsables de la mort des deux adolescents et tout l'enjeu consiste à savoir comment l'équipe du Département V va arriver à confondre les coupables, des personnalités influentes de la société danoise. Cette approche de l'enquête, même si elle est ponctuée de nombreuses péripéties et situations hasardeuses, m'a semblé moins intéressante et addictive que dans le premier roman et j'ai pris moins de plaisir à la découvrir car davantage tirée en longueur à mon gout.

    La personnalité des "méchants" est particulièrement soignée, l'auteur réussissant à faire naître en moi un véritable sentiment de répulsion pour ces personnages, au point de ne pas avoir envie de lire les passages qui les concernaient. Leurs secrets inavoués, la violence gratuite dont ils font preuve et les loisirs auxquels ils s'adonnent font froid dans le dos.

    S'agissant d'un livre audio, j'ai particulièrement apprécié la lecture qu'en fait Julien Chatelet, comédien et chanteur, qui donne réellement vie aux personnages et nous plonge dans l'ambiance malsaine imaginée par Jussi Adler Olsen.

    Profanation a fait l’objet d’une adaptation cinématographique et est sorti dans les salles en 2015.

    Profanation, Jussi Adler Olsen, Audiolib, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, miséricorde, Département V, film, cinéma, danemark, chasse, meurtre, crime, enquêteProfanation – Jussi Adler Olsen – Editions Audiolib – 2014

    Du même auteur: 

  • 0 commentaire

    Le soir, Lilith – Philippe Pratx

    le soir lilith, pratx, l'harmattantAlors qu'il met en ordre les éléments épars d'une future biographie d'une star du cinéma muet qu'il a fréquentée dans sa jeunesse, un écrivain reçoit la visite d'une étrange journaliste qui le presse de lui en dévoiler davantage sur la fameuse Eve Whiteland, plus connue sous le nom de Lilith Hevesi. Dès lors, filmographie, notes manuscrites, souvenirs brumeux se mêlent pour tisser un canevas qui ne parvient pourtant pas à dresser un portrait fidèle d'un personnage hors du commun, jusqu'à ce que la journaliste dévoile à l'auteur une facette inconnue de l'actrice...

    Ce roman nous plonge dans le monde du cinéma muet hollywoodien des années 1920. Sa construction, originale, mêle extraits de lettres et de films, scénarii refusés et brouillons de biographie dans un passage constant du présent au passé. Cette lecture, dont l'abord n'est pas facile, brouille nos repères chronologiques habituels et nécessite donc une certaine concentration.

    Je n'ai malheureusement pas réussi à m'accrocher au personnage de Lilith ni à celui du narrateur et je pense que ce manque d'intérêt est en partie lié à la structure alambiquée du roman qui ne me permettait pas de savoir où l'auteur souhaitait m'emmener et dans quel but.

    Au terme de ma lecture, Le soir, Lilith me laisse l'impression générale d'être passée à côté de quelque chose, sans véritablement réussir à saisir ce qui m'a échappé. Je pense que ce livre n'est tout simplement pas arrivé au bon moment. En plein « passage à vide littéraire », j'avais besoin d'une lecture légère et probablement plus simple à appréhender. C'est donc un roman que je relirai plus tard, dans un état d'esprit plus approprié à ce type de récit.

    Je remercie néanmoins Philippe Pratx pour cette lecture.

     

    Le soir, Lilith – Philippe Pratx – Editions L'Harmattan – 2014