challenge

  • 6 commentaires

    Ciel bleu trop bleu – Nicolas Ancion

    Ciel bleu trop bleu, Nicolas Ancion, Ancrage, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, belge, challenge, fantastique, littérature belge, les ours n’ont pas de problème de parking, nous sommes tous des playmobiles, écrivain cherche place concierge, le pape a disparuJ’ai une relation particulière avec les écrits de Nicolas Ancion.

    J’avais beaucoup aimé Le pape a disparu, l’histoire humoristique d’un pape belge qui se retrouve dans des situations invraisemblables et à qui il arrive mille misères. Quelques années auparavant, j’avais lu Ecrivain cherche place concierge et j’avais été étonnée de me trouver face à un roman fantastique où les animaux se comportent comme des êtres humains.

    Pas rancunière, je réitère l’expérience avec Ciel bleu trop bleu, attirée par la quatrième de couverture qui annonce une histoire d’amour. Nouvelle déception : il est question d’une famille étrange comprenant des enfants à plusieurs têtes ou avec un œil au milieu du front, qui se torturent, entre-dévorent et entre-tuent sans jamais vraiment mourir. Curieux…

    La narration au futur est originale et quelque peu déstabilisante mais ce que j’aurai pu apprécier dans un autre contexte ne fait ici que s’ajouter au caractère brouillon de ce roman, dont je n’ai toujours pas saisi la finalité. Certes, l’histoire d’amour annoncée est présente mais tellement diluée qu’elle finit par se fondre dans l’ensemble et passer inaperçue.

    Ces deux expériences malheureuses me laissent donc penser que Nicolas Ancion et moi ne sommes pas tout à fait sur la même longueur d’onde littéraire, ce qui est bien dommage parce que des titres comme Les ours n’ont pas de problèmes de parking ou Nous sommes tous des playmobiles m’intriguent et me donnent envie de savoir ce qui se cache sous la couverture. Lira, lira pas ? Telle est la question !

    Ciel bleu trop bleu, Nicolas Ancion, Ancrage, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, belge, challenge, fantastique, littérature belge, les ours n’ont pas de problème de parking, nous sommes tous des playmobiles, écrivain cherche place concierge, le pape a disparu

     

    Ciel bleu trop bleu – Nicolas Ancion – Ancrage Editions – 1999

    Du même auteur :

  • 4 commentaires

    2013 – LE BILAN

    Alors que 2013 se termine et que l’on prépare activement l’année suivante, il est temps de s’arrêter un instant pour regarder le chemin parcouru cette année.

    Si j’ai beaucoup lu en 2013, ma PAL tentaculaire ne semble pas avoir diminué pour autant. 2014 aura donc pour objectif de la réduire au maximum, notamment en combinant la lecture à une nette diminution des achats. Si vous avez des idées pour m’aider à atteindre cet objectif, je suis preneuse, n’hésitez pas !Sourire

    Bon, évidemment, ma participation en tant que jurée au Prix des lecteurs du Livre de poche n’a pas aidé mais je ne regrette pas cette expérience qui m’a fait découvrir pas mal de nouveaux auteurs.

    Parmi les bonnes résolutions de cette nouvelle année, j’ai aussi décidé de limiter ma participation aux challenges littéraires, qui étaient davantage devenus une source de stress qu’un plaisir. Cette année, je me limiterai donc à deux challenges : A la découverte des Editions Quadrature de Mina et Thrillers et polars de Liliba. Pour le reste, je poursuivrai probablement l’exploration des Editions Luce Wilquin à mon rythme, puisque plusieurs titres de leur catalogue me font encore de l’œil.

    Quelques partenaires se sont ajoutés à la liste déjà existante et je voudrais profiter de ce billet pour les remercier chaleureusement pour leur confiance mais aussi pour m’avoir fait découvrir des livres et des écrivains qui n’auraient peut-être jamais croisés ma route autrement.

    Cette année a d’ailleurs été marquée par quelques véritables coups de cœur : Les mots de Maud, Geisha, Le mec de la tombe d’à côté, La ligne verte...

    Au programme 2014 sur le blog :

    • plus de livres et de chroniques pour vous faire découvrir mes romans préférés, en mettant toujours l’accent sur la petite édition et les auteurs moins connus 
    • la 3e édition du Swap Books & Beauty, qui mêle littérature et beauté (rendez-vous au printemps !);
    • des concours… (surveillez notamment le mois de janvier qui fêtera les 5 ans du blog Clin d'œil) ;
    • des interviews d’auteurs, pour connaitre leur rapport à l’écriture et à la lecture ainsi que toutes leurs manies d’écrivains ;
    • quelques surprises en fonction de mon inspiration et des événements…

    Je profite également de ce billet pour vous remercier, vous qui donnez votre avis, qui commentez mes chroniques et faites vivre ce blog ! Certain(e)s d’entre vous deviennent des habitué(e)s et de belles rencontres virtuelles ou IRL ont eu lieu. Je vous en remercie !

     

    Je vous souhaite une très bonne année 2014, qu’elle soit synonyme de belles découvertes et de nouvelles amitiés littéraires !

    545100_nowy_rok_baloniki_podarki_2014_2560x1600_(www.GdeFon.ru).jpg


  • 4 commentaires

    Ne les crois pas – Sebastian Fitzek

    Cover Ne les crois pas.jpgAlors que Yann est encore au téléphone avec sa compagne Leoni, un policier vient lui annoncer la mort de cette dernière, une heure plus tôt, dans un accident de la route. Mais comment est-ce possible ? Et qu’a-t-elle voulu dire en disant « Ne les crois pas, quoi qu’ils te disent ! » ?

    8 mois plus tard, Ira s’apprête à se suicider quand elle est appelée sur le lieu d’une prise d’otages. Experte en psycho-criminologie, elle est chargée de négocier avec le forcené, qui menace de tuer une personne toutes les heures. Il n’a qu’une revendication : découvrir ce qui est arrivé à Leoni, sa fiancée disparue, persuadé qu’elle a été enlevée et que l’Etat cache la vérité. Commence alors une course contre la montre pour sauver les otages et retrouver la trace de Leoni.

    Ne les crois pas démarre plutôt lentement et c’est avec un peu de mal que je suis entrée dans ce récit, n’arrivant pas à prendre les personnages en sympathie. Puis, tout à coup, l’histoire s’est accélérée et j’ai été littéralement happée ! À partir de ce moment-là, je n’avais plus aucune échappatoire. Le seul espoir d’en sortir : terminer ce roman pour espérer avoir l’esprit tranquille.

    Car Sebastian Fitzek a le don de nous balader, nous donner des indices qui s’avèrent erronés et ébranler nos hypothèses avec de nouveaux éléments. Un roman efficace, prenant, sans aucun temps mort et qui ne nous livre ses secrets qu’à la toute fin, avec un retournement de situation totalement imprévisible.

    Un bon polar qui se lit facilement donc, mais qui ne bouleverse pas le genre non plus. La recette est connue : mélangez mafia berlinoise, services secrets et prise d’otages avec une histoire d’amour, un peu de sexe et quelques secrets inavouables… Mixez le tout avec un zeste de talent et nous voilà avec un policier parmi tant d’autres… et qui ne restera pas dans ma mémoire.

    Logo Challenge Thrillers et polars Liliba.jpgLecture réalisée dans le cadre du challenge thrillers et polars de Liliba

     

    Ne les crois pas – Sebastian Fitzek – L’Archipel – 2009 

     

    Du même auteur:

  • 3 commentaires

    Rose - Tatiana de Rosnay

    rose,tatiana de rosnay,editions héloïse d’ormesson,livre de poche,critique,carnet de lecture,livre,littérature,blog littéraire,paris,second empire,napoléon,haussmann,challenge,fleur,roman épistolaireParis, sous le Second Empire. Les ambitieux travaux d'Haussmann détruisent des quartiers entiers, générant des milliers d'expropriations douloureuses. Loin du tumulte, Rose Bazelet mène une vie paisible, au rythme de sa lecture du Petit Journal et de ses promenades au Luxembourg. Jusqu'au jour où elle reçoit la fatidique lettre du préfet: sa maison, située sur le tracé du Boulevard Saint-Germain, doit être démolie. Liée par une promesse faite à son mari, elle ne peut se résoudre à partir. Contre le baron, contre l'empereur, Rose va se battre pour sauver la demeure familiale qui renferme un secret jalousement gardé...

    Avec ce très beau roman, Tatiana de Rosnay nous fait découvrir le 19e siècle vu de l'intérieur. A travers le regard de Rose, nous nous immergeons dans la vie quotidienne de l'époque avec sa multitude de petits commerces, ses usages perdus mais aussi ses épidémies de choléra qui ont décimé la population.

    On s'attache à ce petit bout de femme à la fois plein de caractère et sensible aux belles choses. Dans les lettres qu'elle adresse à son défunt mari, Rose raconte l'effervescence dans laquelle la lettre d'expropriation a plongé le quartier, ses relations avec le voisinage, sa décision de ne pas quitter la maison familiale. Mais ces missives sont aussi l'occasion, pour la vieille dame, de revenir sur le passé, d'évoquer tous ces souvenirs, bons ou mauvais, qui ont émaillés sa vie. Et c'est avec beaucoup d'émotions que l'on lit ces lettres où elle écrit à son mari combien elle l'a aimé et comme il lui manque. Sans parler des courriers enflammés et poèmes qu'Armand écrivait à sa jeune épouse, qui m'ont laissés au bord des larmes...

    Mais cette vie a aussi ses périodes noires et on découvre petit à petit que le couple a dû faire face à une tragédie dont Rose, se sachant au crépuscule de sa vie, va avouer certains détails à Armand.

    Un roman épistolaire qui fleure bon le parfum des fleurs et la littérature classique, qui nous laisse avec une impression de douceur mêlée d'émotions.

     

    Découvrez le site consacré à Rose.rose,tatiana de rosnay,editions héloïse d’ormesson,livre de poche,critique,carnet de lecture,livre,littérature,blog littéraire,paris,second empire,napoléon,haussmann,challenge,fleur,roman épistolaire

    Rose – Tatiana de Rosnay – Editions Héloïse d’Ormesson – 2010 

    Du même auteur: