bruxelles

  • 0 commentaire

    Engrenages – Eric Neirynck

    Engrenages, Eric Neirynck, Lilys Editions, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Belgique, belge, littérature belge, thriller, Bruxelles, vidéo, psychiatre, écritureDépressif et alcoolique, Eric est au fond du trou. Pour sortir de l'impasse, il décide de suivre les conseils de son entourage et de contacter une psychiatre. Bonne ou mauvaise idée ?

    Engrenages ne comporte pas réellement d'intrigue. Le lecteur suit le quotidien d'un gars paumé pour qui l'écriture est devenue un exutoire et une forme de thérapie. Eric expose le vide de sa vie, raconte ses aventures et fantasmes dans un monologue qui m'a semblé un peu longuet.

    J'avoue avoir eu quelques difficultés à m'attacher à ce personnage, mais sa quête un peu naïve de l'amour le rend finalement sympathique. Eric a un tel besoin d'être aimé qu'il s'accroche au moindre signe, plein d'espoir face au bonheur qu'il imagine. Malheureusement, la chute n'en est que plus difficile lorsqu'il se rend compte de la supercherie dans laquelle il est tombé.

    Le style de l'auteur est direct, cru et incisif. Sans fard, il décrit les préoccupations de son personnage principal et, de ce fait, immerge instantanément le lecteur dans ce quotidien difficile et solitaire. Si j'ai aimé l'écriture acérée d'Eric Neirynck, sur le fond, mon impression générale reste mitigée face à cette histoire à laquelle j'ai eu du mal à accrocher.

    Remerciement à Lilys Editions pour cette découverte.

    Engrenages – Eric Neirynck – Lilys Editions – 2015

     

     

  • 4 commentaires

    Duelle – Barbara Abel

    Duelle, Barbara Abel, Editions du Masque, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, livre de poche, famille, Belgique, belge, littérature belge, Bruxelles, thriller, émission, télévision, télé-réalitéLucy et son mari Yves vivent dans la région bruxelloise avec leurs deux enfants Max et Léa. Un matin, Lucy voit débarquer chez elle l'équipe de l'émission « Devine qui est là? », qui réunit les personnes que la vie a séparées. Pour Lucy, il n'y a aucun doute, c'est sa mère biologique qui cherche à la retrouver. Mais les questions se bousculent dans sa tête... Le jour du direct, ce qu'elle va découvrir ira au-delà de tout ce qu'elle avait pu imaginer et le rêve va se transformer en cauchemar.

    Sur le thème de la famille, l'auteure belge nous emmène dans une histoire où la jalousie et la rancœur succèdent rapidement aux joies des retrouvailles. Les personnages sont très bien dessinés, cachant sous une façade proprette, des comportements déviants et malsains.

    Si le démarrage est un peu lent, Duelle connait ensuite une accélération qui se poursuit tout au long du roman et nous empêche de le lâcher. Alors que j'ai parfois imaginé par avance les événements qui allaient se produire, Barbara Abel a toujours réussi à m'étonner en allant bien plus loin que tout ce à quoi j'avais pensé. Selon moi, c'est là que se situe le grand talent de l'auteure. Alors que l'on pensait s'installer dans une routine, elle nous surprend par de brusques retournements de situation auxquels on ne s'attend pas et qui vont totalement modifier notre vision des personnages et la suite de l'histoire.

    J'ai été légèrement déçue par le happy end, attendu et manquant d'originalité, mais j’ai vraiment apprécié le fait que Barbara Abel se joue de nous en permanence et nous manipule tout autant que ses personnages.

    Un thriller psychologique à la tension palpable, qui happe le lecteur et rend Duelle addictif.

    Duelle – Barbara Abel – Editions du Masque – 2005

    Duelle, Barbara Abel, Editions du Masque, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, livre de poche, famille, Belgique, belge, littérature belge, Bruxelles, thriller, émission, télévision, télé-réalité

  • 4 commentaires

    Bruxelles : derniers rêves – Thomas Gunzig

    Depuis quelques années, le mois d’avril met la blogosphère littéraire à l’heure belge grâce au challenge organisé par Mina et Anne.

    Bruxelles, rêve, Thomas Gunzig, Renaissance du livre, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, littérature belge, photo, ville, aube, nuit, lumière, Manuel de survie à l’usage des incapables, capitale, Belgique

    Pour inaugurer ce mois belge, j’ai choisi de me pencher sur un livre de photographies, réalisées par Thomas Gunzig. Cet auteur aux multiples casquettes déteste se lever tôt et c’est parce qu’un travail l’y a obligé qu’il s’est retrouvé à sillonner la ville de Bruxelles à l’aube.

    A travers son regard, nous découvrons la capitale belge comme on a rarement l’occasion de la voir. Avec lui, nous parcourons la ville endormie et ses rues désertes, mais habitées de très beaux monuments. Alors que les premières lueurs du jour ne sont pas encore visibles, les photographies sont en noir et blanc. Puis, au rythme du réveil de la ville, elles s’animent de couleurs et de lumière, les personnages et le mouvement apparaissent.

    A la beauté des photos, Thomas Gunzig ajoute quelques mots pour décrire son ressenti ainsi que des anecdotes concernant cette expérience unique. Avec Bruxelles : derniers rêves, le romancier, scénariste et homme de théâtre nous invite à porter un regard neuf sur le monde qui nous entoure.

    Bruxelles : derniers rêves Thomas Gunzig – Renaissance du livre – 2013

    Du même auteur :

     

    Bruxelles, rêve, Thomas Gunzig, Renaissance du livre, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, littérature belge, photo, ville, aube, nuit, lumière, Manuel de survie à l’usage des incapables, capitale, Belgique  Bruxelles, rêve, Thomas Gunzig, Renaissance du livre, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, littérature belge, photo, ville, aube, nuit, lumière, Manuel de survie à l’usage des incapables, capitale, Belgique

    Bruxelles, rêve, Thomas Gunzig, Renaissance du livre, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, littérature belge, photo, ville, aube, nuit, lumière, Manuel de survie à l’usage des incapables, capitale, Belgique

    (Clic sur les photos pour agrandir)

     

  • 0 commentaire

    Les fauves – Ingrid Desjours

    Les fauves, Ingrid Desjours, Robert Laffont, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, attentat, Paris, Bruxelles, Etat Islamique, radicalisationA la tête d’une association luttant contre le recrutement de jeunes par l’État Islamique, l’ambitieuse Haiko est devenue la cible d’une terrible fatwa. Lorsqu’elle engage Lars comme garde du corps, l’ancien militaire a un mauvais pressentiment. Sa cliente lui a-t-elle dit toute la vérité sur ses activités ? Et pourra-t-il vraiment la protéger contre des tueurs fanatiques, quand lui-même porte les séquelles d’une détention qui l’a traumatisé ? Dans cet univers où règnent paranoïa et faux-semblants, Haiko et Lars se fascinent et se défient tels deux fauves prêts à se sauter à la gorge, sans jamais baisser leur garde.

    Les fauves est un roman qui sort de l’ordinaire tant la thématique, tristement d’actualité, est parfaitement abordée par Ingrid Desjours. Si l’on devine l’importante recherche documentaire que ce livre a nécessitée, l’auteure a réussi à nous transmettre ces informations de façon tout à fait naturelle. L’écriture est fluide et directe, la justesse des mots ajoutant au réalisme qui se dégage de ce roman.

    Parce que Les fauves ne m’a pas laissée indemne. Intense et violent, ce roman addictif prend réellement aux tripes et m’a trotté dans la tête longtemps après ma lecture. J’ai aussi particulièrement apprécié le travail qui a été réalisé sur les personnages principaux et la vraisemblance de leur comportement et pensées. Lars et Haiko ont une personnalité complexe, qui ne se livre qu’au compte-goutte, laissant le lecteur dans l’interrogation quant à leurs motivations.

    Un roman noir qui nous fait découvrir deux mondes que tout oppose mais bien liés. Nous passons alternativement de Paris à la Syrie, des plateaux de télévision aux terrains minés où de jeunes shootés au Captagon se livrent une bataille qui les dépasse.

    Un roman qui fait réfléchir et donne envie de se battre pour cette jeunesse désorientée, en recherche de repères et qui se fourvoie dans des chemins de traverse.

    Un coup de cœur et une auteure que je relirai sans aucun doute.

     

    Remerciement aux Editions Robert Laffont pour cette lecture.

    Les fauves – Ingrid Desjours – Editions Robert Laffont – 2016

    Du même auteur:

     

     

     

  • 6 commentaires

    Jolie libraire dans la lumière – Frank Andriat

    Jolie libraire dans la lumière, Frank Andriat, Desclée de Brouwer, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, belge, librairie, libraire, accident, lecture, auteur, Bruxelles, BelgiqueMaryline est libraire à Bruxelles. Avant que son commerce n’ouvre, elle entame la lecture d’un roman d’un auteur inconnu. Dans un train va la bouleverser tant l’histoire du livre se superpose à son histoire personnelle. Et en nous livrant quelques passage de ce roman, Frank Andriat cultive l’ambiguïté chez le lecteur également, jusqu’à l’élément qui lui permettra de comprendre ce qui se joue pour Maryline.

    Pour les lecteurs assidus, Jolie libraire dans la lumière est un petit bijou. Les livres y sont présentés comme des trésors ou des temples à découvrir, un remède face à la solitude et un moyen d’évasion. Les mots utilisés par l’auteur laissent penser qu’il est lui-même un amoureux des livres et des librairies tant il en parle avec passion. Dans ce roman, les livres deviennent aussi vecteurs de rencontre car le roman qui émeut tant Maryline va être à l’origine de plusieurs rencontres décisives.

    Jolie libraire dans la lumière commence lentement, baignant le lecteur dans le quotidien de Maryline, pour ensuite connaitre une accélération soudaine et, enfin, un retour à un rythme normal. Tout cela donnant des envies contradictoires, à la fois de connaitre la fin mais aussi de laisser durer le plaisir de lecture. Parce qu’il faut bien avouer que cet auteur belge que je lis pour la première fois a une très belle écriture. Frank Andriat met l’accent sur la lumière, qui illumine tous les décors, mais aussi sur la personnalité de Maryline, particulièrement sensible à ce qui l’entoure. J’ai été touchée par la douceur, la poésie et la tendresse qui se dégagent de ce récit, truffé de jolies phrases que l’on voudrait garder en mémoire.

    Le seul élément qui a légèrement entamé mon enthousiasme pour ce livre concerne les coïncidences et révélations qui arrivent en fin d’ouvrage, qui me semblent un peu exagérées. Heureusement, cette dernière impression est balayée par une sensation générale agréable et le plaisir que j’ai pris à lire cette histoire.

     

    « […] elle ferme les yeux et se laisse envahir par les mots qui s’échappent des livres posés sur les tables, qui se transforment en papillons pour voler dans la pièce et l’habiller d’histoires »

     

     Jolie libraire dans la lumière Frank Andriat – Editions Desclée de Brouwer – 2012