bruno tessarech

  • 1 commentaire

    L'atelier d'écriture – Bruno Tessarech

    l'atelier d'écriture,bruno tessarech,jc lattès,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,art nègre,écriture,lecture,atelier,écrivain,conseils,rentrée littéraire 2015,#rl2015C'est un constat, de plus en plus de personnes écrivent et les manuscrits s'accumulent sur la table des éditeurs avec le succès que l'on connait. Dans cet ouvrage, Bruno Tessarech, fort de sa longue expérience, se propose de jouer le rôle du maître-nageur pour éviter que les écrivains en herbe ne boivent la tasse.

    Alors qu'un grand nombre de personnes se disent qu'elles voudraient devenir écrivain « plus tard, un jour, quand elles auront le courage, l'inspiration », l'auteur les incite à se lancer dès maintenant et leur donne des conseils très concrets, notamment sur l'aménagement du temps d'écriture, à caser entre la vie de famille et le travail.

    Par cet ouvrage, Bruno Tessarech rend l'écriture romanesque plus accessible qu'il n'y parait au premier abord. Il met fin à certaines croyances et met le futur écrivain à l'aise en donnant des astuces pour contrecarrer les difficultés ou blocages (comme l'angoisse de la page blanche par exemple). L'auteur fait aussi de nombreuses références aux auteurs classiques (Balzac, Flaubert...) ou contemporains (Ellroy...), dont nous découvrons les pratiques d'écriture, rituels et manies.

    Dans un esprit très pratique, il pose la question de l'utilisation des fiches, du plan du roman, il informe sur les différents modes de narration et leurs effets sur le lecteur. Complètement en phase avec son temps, qui n'est plus à la description à outrance, ce que Tessarech nomme « la grande tartine romanesque », il conseille de se centrer sur les faits et gestes plutot que sur des réflexions morales qui allourdissent le texte, de mettre une certaine distance entre le vécu de l'auteur et l'histoire qu'il souhaite raconter.

    Tout à fait accessible, L'atelier d'écriture se lit comme un roman. On a vraiment l'impression que l'auteur s'adresse au lecteur, avec humour parfois, et toujours avec pédagogie et optimisme. Avec un ouvrage comme celui-ci entre les mains, l'apprenti-écrivain me semble bien outillé pour se lancer.

    A voir aussi  : la web-série Premières lignes qui a pour but d'accompagner les écrivains en herbe. Bruno Tessarech y partage ses conseils lors d'un stage d'écriture organisé par la Fondation Bouygues Telecom et Evene.

    Remerciement aux Editions JC Lattès pour cette lecture.

    L'atelier d'écriture-Leçons à un futur écrivain – Bruno Tessarech – Editions JC Lattès – 2015

    Du même auteur: 

    Lien permanent Catégories : Essais
  • 1 commentaire

    Art nègre – Bruno Tessarech

    Cover Art nègre.jpgEn panne d’inspiration, Louis n’arrive plus à écrire. Sa compagne l’a quitté et il se retrouve seul, errant sans but dans l’appartement. Lorsque son éditeur lui propose d’écrire la biographie d’une  personnalité connue, il n’a d’autre choix que d’accepter. Commence alors une nouvelle vie où Louis mettra sa plume au service des autres, avant, peut-être, de se consacrer à son propre roman.

    Sous le prétexte du roman, Art nègre constitue une formidable réflexion sur le travail de nègre. Peu connus mais pourtant omniprésents dans les vitrines des librairies, ces auteurs qui écrivent les confidences et autobiographies de célébrités sont souvent dévalorisés. Le terme « nègre », a lui seul, est lourd de sous-entendus puisqu’il fait référence à l’exploitation des populations noires d’Afrique, tout comme le talent de l’écrivain est exploité lorsqu’il travaille sur commande. Louis le dit d’ailleurs très bien lorsque, après avoir travaillé des mois sur la biographie d’un médecin, celui-ci annule la parution du livre : « Et moi, dans toute cette histoire, j’avais servi à qui, à quoi ? ».

    Et si l’écriture de ces récits reste un travail alimentaire pour Louis, lui permettant ensuite de se consacrer à ses propres écrits, il n’empêche qu’« écrire, c’est écrire. L’histoire d’un homme, vraie ou fausse, reste l’histoire d’un homme. On ne plaisante pas avec ces choses-là ». Parce que, tout écrivain fantôme qu’il est, il lui est impossible de ne pas s’impliquer dans l’écriture, de ne pas être à l’écoute de ces vies qui se racontent à lui. Mais, évidemment, l’éditeur n’est pas toujours de cet avis. Pour lui qui a des objectifs de ventes à atteindre, tous les moyens sont bons, y compris celui qui consiste à introduire un peu de romanesque dans la biographie de personnalités dont la vie est trop lisse.

    J’ai aimé ce roman où le narrateur écrit à la première personne, comme s’il nous parlait. En tant que lecteur, on est alors le témoin de ses doutes. Louis n’arrive plus à écrire ses propres romans, évoquant le manque de liberté d’esprit qu’entrainent les difficultés financières : « J’étais condamné à courir […] d’un texte à l’autre, incapable de savoir s’il me fallait d’abord gagner de quoi vivre pour pouvoir écrire, ou si écrire n’était pas ma vie elle-même, ma seule raison d’être, le reste n’ayant aucune importance ».

    Un thème qui a maintes fois été abordé dans la littérature ou le cinéma (souvenez-vous de Ghost writer de Roman Polanski - 2010) mais qui est ici vu de l’intérieur par un auteur qui, lui-même a été nègre… Un roman que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire.

    Je remercie les Editions Buchet-Chastel et Babelio pour cette découverte.

    Art nègre – Bruno Tessarech – Editions Buchet-Chastel– 2013

    Du même auteur: