bonjour tristesse

  • 0 commentaire

    Je ne renie rien – Françoise Sagan

    Cover Je ne renie rien.jpgFrançoise Sagan est devenue un mythe. Ce livre d’entretiens nous dévoile l’auteure sous un autre jour, dépassant la légende pour nous faire découvrir la femme et ses opinions. Il compile les interviews de l’auteure de 1954 à 1992.

    Tout commence en 1954. Françoise Sagan a 19 ans lorsqu’elle connait un succès fulgurant avec son premier roman, Bonjour tristesse. C’est aussi à cette période que commence Je ne renie rien. La jeune fille revient sur cette réussite qu’elle peine à expliquer, elle qui a connu une scolarité chaotique, émaillée de nombreux échecs. Propulsée du jour au lendemain à la tête d’une fortune colossale qu’elle dépense sans compter, elle s’autorise tous les excès, défrayant régulièrement la chronique. Sur ce sujet, les propos de l’auteur sont quelques peu contradictoires, estimant d’une part que le "phénomène Sagan" a été construit par les journalistes sans qu’elle se reconnaisse dans cette réputation mais avouant, d’autre part, aimer la vitesse, la fête et l’alcool.

    Ses propos dénotent d’une vie libre, sans contraintes, que l’on retrouve dans tous les aspects de sa vie. L’auteur refusait les attaches matérielles, privilégiant l’insouciance et la spontanéité à la sécurité et à la routine. J’ai été étonnée de découvrir chez elle un penchant poussé pour la solitude, alors qu’on la disait plutôt noceuse.

    Un livre où Françoise Sagan parle sans tabou de la sexualité, de sa fortune, de son addiction au jeu et à l’alcool mais aussi de ses opinions politiques et de son engagement pour certaines causes.

    J’ai été particulièrement touchée de découvrir avec quelle passion Françoise Sagan parle des auteurs qui l’ont marquée (Camus, Sartre…) mais aussi étonnée de l’étendue de ses connaissances en matière de littérature classique (elle cite à plusieurs reprises les œuvres de Proust et Balzac). Cet amour des belles lettres est contagieux et donne envie de lire encore plus. D’ailleurs, je la rejoins lorsqu’elle dit que "la seule chose qui me donne des regrets, c’est que je n’aurai pas le temps de lire tous les livres que j’ai envie de lire". Ce livre est aussi l’occasion pour elle de revenir sur son travail d’écriture et ses nombreuses publications tout en livrant ses réflexions sur la littérature contemporaine et le monde de l’édition.

    Loin du mythe qui a été construit autour de Françoise Sagan, Je ne renie rien nous fait découvrir une femme ouverte, d’une sensibilité à fleur de peau, amoureuse de la vie et de l’humain, passionnée de littérature et de musique. Une belle personne trop souvent réduite à ses frasques.

    Remerciement aux Editions Stock pour cette lecture.

    Je ne renie rien – Françoise Sagan – Editions Stock – 2014

    Du même auteur:

  • 2 commentaires

    Bonjour tristesse – Françoise Sagan

    Cover Bonjour tristesse.gifQu’on se le dise, 2014 sera l’année Françoise Sagan. En effet, on fêtera à la fois le 10e anniversaire de sa mort et les 60 ans du roman Bonjour tristesse, qui l’a révélée au grand public.

    Ce premier roman nous transporte sur les plages de Méditerranée, par un été brûlant, où nous accompagnons Cécile, 17 ans, son père Raymond et sa petite amie du moment Elsa. Des vacances qui devaient rimer avec détente, farniente et premiers amours. Mais les choses ne vont pas se passer comme prévu car l’arrivée d’Anne, une femme élégante et intelligente, va tout bouleverser. Jusqu’à pousser Cécile à la faute.

    C’est par ce roman que la célèbre auteure française se fait connaitre alors qu’elle a tout juste 18 ans. Et il faut reconnaître que la maturité qui se dégage de cette écriture est plutôt remarquable pour une jeune fille de cet âge qui publie là son premier texte.

    Mais la maturité ne se limite pas au style car l’auteure analyse aussi sans détour la vie dissolue, irresponsable et immature de la bourgeoisie parisienne des années 50 qui ne s’intéresse qu’aux fêtes et aux belles voitures. C’est dans ce contexte que grandit la narratrice du roman, Cécile, habituée à la vie libre et facile, sans contrainte. Confrontée à une personne dont elle pense qu’elle nuit à son bonheur, elle va se transformer en une adolescente manipulatrice et effrontée, allant jusqu’à mettre en place un plan machiavélique pour évincer sa concurrente. Pour ensuite être tiraillée entre les remords pour le mal qu’elle a fait et la joie d’être arrivée à ses fins.

    Françoise Sagan a admirablement bien croqué le portrait de ces jeunes désœuvrés qui n’ont d’autre occupation que de dépenser leur fortune, comme Cécile et son père. Personnellement, je n’ai pas réussi à m’attacher à cette jeune fille trop gâtée, qui prend plaisir à faire souffrir les autres et à jouer avec leurs sentiments, sans aucun respect pour ce qu’ils ressentent.

    À la lecture de tant de critiques élogieuses sur Bonjour tristesse, je m’attendais à un roman "coup de poing" et je suis un peu déçue parce que ce n’est pas l’effet qu’il m’a fait.

    Bonjour tristesse – Françoise Sagan – Editions Julliard – 1954

    Du même auteur: