belfond

  • 0 commentaire

    Deux cigarettes dans le noir - Julien Dufresne Lamy

    Deux cigarettes dans le noir, julien dufresne lamy, Belfond, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture,Gilles Paris, danse, Pina BauschClémentine attend un enfant. Au volant de sa voiture en direction de la maternité, elle percute quelqu'un sans pouvoir s'arrêter. De retour à la maison, elle apprend la mort à Paris, deux jours plus tôt, de la chorégraphe Pina Bausch. Clémentine se souvient : une silhouette maigre, de longs cheveux gris – c'est Pina qu'elle a fauchée. Elle a tué un génie en mettant au monde son enfant. 

    Julien Dufesne Lamy plonge le lecteur dans le quotidien de Clémentine. Pas tout à fait prête à accueillir le petit Barnabé, elle fait pourtant tout son possible pour l'élever dans des conditions difficiles. Tiraillée entre l'envie de se dénoncer et celle de protéger son fils, la détresse de Clémentine va progressivement se muer en obsession pour Pina Bausch. D'ailleurs, Pina s'invite de plus en plus souvent entre les pages de ce roman, les chapitres qui lui sont consacrés augmentant au fil du texte. C'est donc en même temps que la jeune femme que le lecteur s'imprègne de la danse de Pina Bausch.

    J'ai été étonnée par la tension que dégage Deux cigarettes dans le noir. Le rythme est martelé par des phrases courtes, mettant l'accent sur les émotions et interrogations de Clémentine. Le contraste entre la grandeur et l'élégance de Pina Bausch et la vie modeste de Clémentine est saisissant.

    Un roman intense et complexe sur la vie, la mort et la danse.

    Remerciement à Gilles Paris pour cette lecture.

    Deux cigarettes dans le noir - Julien Dufresne Lamy - Editions Belfond - 2017

    Deux cigarettes dans le noir, julien dufresne lamy, Belfond, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture,Gilles Paris, danse, Pina Bausch

    Pina Bausch

  • 0 commentaire

    Intimidation - Harlan Coben

    livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, Harlan Coben, Intimidation, Belfond, Audiolib, couple, secret, disparition, Olivier PrémelLors d'une soirée, un inconnu aborde Adam et lui révèle que sa femme Corinne a commis un terrible mensonge. Mais quand ce dernier la confronte, elle s'enfuit en laissant un étrange message... Cybercriminels, arnaqueurs, tueurs à gages... Qu'a fait Corinne, cette mère de famille sans histoires, pour se retrouver au cœur d'une étrange machination? Adam fera tout pour le découvrir, et pour retrouver celle qu'il croyait si bien connaître.

    Fan de la première heure de l'auteur américain, Ne le dis à personne fait partie de mes romans policiers préférés. Depuis, je ne rate (pratiquement) aucune nouvelle publication. Pourtant, depuis quelques temps, mon intérêt pour les écrits d'Harlan Coben s'émousse. 

     

    Alors que je me faisais une joie de découvrir Intimidation, c'est la déception qui m'habite au moment d'écrire cette chronique.

    Ce roman reste dans la lignée de ce que l'auteur a déjà écrit et réserve peu de surprises.

    Comme souvent dans les romans d'Harlan Coben, il est question d'une disparition, celle d'une mère de famille qui s'évanouit dans la nature en laissant son mari et ses enfants sans nouvelles. Malheureusement, la psychologie des personnages est très pauvre, ce qui m'a empêché de ressentir les émotions d'Adam ou de ses fils, pourtant confrontés à une situation particulièrement angoissante.

    La multiplication des personnages secondaires rend l'histoire un peu brouillonne d'autant que l'on peut s'interroger sur leur pertinence.

    Pourtant Intimidation est une histoire qui comporte beaucoup de rebondissements mais l'écriture, trop léchée et convenue, m'a fait passer à côté du suspense. Heureusement, la lecture qu'en fait Olivier Prémel nous maintien en éveil grâce à une interprétation très juste et des changements de voix intéressants.

    En relisant quelques chroniques d'autres romans d'Harlan Coben, je me rends compte que ses dernières publications sont très semblables, traitant de thèmes récurrents (l'utilisation des réseaux sociaux ou d'internet, le sport, la confiance dans le couple...), qui apparaissent encore ici dans leur intégralité. De plus, j'ai personnellement été interpellée et dérangée par le grand nombre de marques et d'enseignes citées, dont l'utilité n'est pas flagrante. Harlan Coben se lancerait-il dans le placement de produits?

    En bref, Intimidation n'est pas le plus grand cru de l'auteur américain, que l'on a connu en meilleure forme. Il manque un peu d'originalité mais est sauvé par un lecteur talentueux.

     

    livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, Harlan Coben, Intimidation, Belfond, Audiolib, couple, secret, disparition, Olivier PrémelRemerciement à Audiolib pour cette lecture.

    Intimidation - Harlan Coben - Audiolib - 2016

     

     

     

     

    Du même auteur: 

  • 0 commentaire

    La tentation d'être heureux - Lorenzo Marone

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,la tentation d'être heureux,lorenzo marone,rentrée littéraire 2016,belfond

    Dans une Naples grouillante de vie et de clameurs, une comédie à l'italienne sur la vieillesse et la solitude, mais aussi sur ces petits riens qui font que la vie vaut la peine d'être vécue. Porté par une galerie de personnages profondément attachants, un roman qui fait du bien, plein de poésie et d'espoir.

    Cesare Annunziata a 77 ans et il est arrivé à un point de sa vie où il veut profiter des dernières années qu'il lui reste à vivre. Un peu bourru mais plein d'énergie, il n'en fait qu'à sa tête. Il ne tient pas compte des recommandations médicales, il se fait passer pour un carabinier à la retraite et n'hésite pas à dire leurs quatre vérités aux gens.

    Et même s'il se dit "trop pris par sa propre personne pour s'occuper des autres", il ne cesse de proposer ses services à son voisinage, allant même jusqu'à aider une voisine en prise avec un mari violent. 

    Avec humour, Cesare nous emmène à la découverte de son petit monde: ses voisines, sa bonne amie Rossana, ses enfants avec qui les relations ne sont pas faciles, son épouse décédée...

    Comme s'il parlait au lecteur, il nous fait part de ses réflexions, de ses expériences. Pour lui qui s'est toujours laissé porté par la vie sans faire de choix, le bilan de son existence est mitigé. Il réfléchit à tout le "non-fait" de sa vie et se dit qu'il est temps de vivre pour lui-même et de rattraper le temps perdu. 

    On découvre alors une personne qui a aimé au-delà du raisonnable mais qui, par manque de courage, par fierté ou parce qu'il pensait avoir la vie devant lui, n'a pas fait le pas décisif. Arrivé au crépuscule de sa vie, il regrette cette absence d'initiatives qui l'a fait passer à coté d'opportunités.

    Au final, j'ai tout aimé de La tentation d'être heureux, aussi bien le style fluide de Lorenzo Marone que l'histoire en elle-même. Elle incite à ne pas rester spectateur de sa vie mais d'en être un acteur à part entière. Et on se prend finalement d'affection pour ce vieux monsieur acariâtre mais qui a le cœur sur la main. 

    Remerciement aux Editions Belfond pour cette agréable lecture.

    La tentation d'être heureux - Lorenzo Marone - Editions Belfond - 2016

  • 0 commentaire

    Je sais pas - Barbara Abel

    livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, je sais pas, Barbara Abel, duelle, Belfond, rentrée littéraire 2016, belgeC'est le grand jour de la sortie en forêt de l'école maternelle des Pinsons. Tout se déroule pour le mieux jusqu'au moment du retour, quand une enfant manque à l'appel. C'est Emma, cinq ans, une des élèves de la toute jeune institutrice Mylène Gilmont. Quelques enseignants partent aussitôt à sa recherche, bientôt aidés des forces de l'ordre. Puis Emma réapparaît, mais la battue ne peut pas s'arrêter pour autant car, cette fois, c'est Mylène qui ne revient pas. Pour Camille, la mère d'Emma, le cauchemar ne fait que commencer.

     

    Dans Je sais pas, Barbara Abel exploite la crainte de tout parent, la disparition d'un enfant. Et qu'il soit tout petit ou déjà adulte, l'angoisse est identique.

    L'auteure belge a vraiment mis l'accent sur les personnalités fortes de ce roman, qui sont très bien rendues. Alors qu'ils semblent avoir une vie tranquille, les personnages sont tourmentés par leurs trahisons et comportements, habités d'un sentiment de culpabilité qu'accentue les disparitions successives. Le personnage d'Emma est particulièrement interpellant. Effrontée, cette petite fille de cinq ans adopte un comportement malveillant qui étonne. Alors que l'enfance est traditionnellement associée à l'innocence, Emma dresse les adultes les uns contre les autres et cache délibérément des informations pour nuire à autrui. Sans vous en dévoiler davantage, je peux dire que le comportement des adultes est tout aussi choquant, bien que dans un autre registre.

    Une nouvelle fois, Barbara Abel démontre tout son talent de narratrice avec ce roman prenant, à la tension palpable et constante. L'écriture est rythmée et rapide, le suspense est maintenu jusqu'à la toute fin du récit. J'ai été tellement prise par l'histoire que je n'ai pas vu le temps passer. 

    Un thriller psychologique qui  dérange par les choix qui sont faits par les protagonistes. Du grand art!

    Remerciement aux Editions Belfond pour cette lecture.

    Je sais pas - Barbara Abel - Editions Belfond - 2016

    Du même auteur:

    livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, je sais pas, Barbara Abel, duelle, Belfond, rentrée littéraire 2016, belge

  • 1 commentaire

    Mirage – Douglas Kennedy

    Mirage, Douglas Kennedy, Belfond, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, couple, Maroc, argent, famille, enfant, manipulation, vacances, été #romansétéRobyn le sait, son mari Paul est loin d'être parfait. Artiste fantasque, insouciant, dépensier, ce jouisseur invétéré a du mal avec les limites du quotidien. Le couple s'aime encore mais la crise couve et l’enfant tant espéré tarde à arriver. Pourquoi pas un voyage au Maroc ? Changer d'air, prendre le temps de vivre, se redécouvrir et faire enfin ce bébé qui leur manque tant. Sur place, la magie opère : Paul se remet à peindre et Robyn à espérer. C'est alors qu'une nouvelle tombe, un secret révélé, si lourd, si explosif qu'il dévaste tout. Et Paul disparaît. Commence alors une course folle pour le retrouver car, malgré les mensonges et la trahison, elle l’aime toujours.

    L’histoire commence lentement, nous suivons l’arrivée banale de touristes au Maroc mais, dès lors que Robyn apprend la terrible nouvelle que Paul lui a cachée, l'histoire prend une brusque accélération. C'est à cet instant que Douglas Kennedy ferre le lecteur. Pris dans l'histoire, nous n'arrivons plus à nous détacher du sort de Robyn, qui recherche inlasablement un Paul qui a fuit ses responsabilités. J'ai été étonnée de constater à quel point l'auteur est arrivé à se glisser dans la peau de la narratrice, partageant ses tourments de façon très réaliste. Associé à un rythme rapide, je n'ai pas vu le temps passer.

    L'auteur met en scène des personnages dont la vie ordinaire bascule et les place dans une situation inédite qui les pousse à se dépasser. Il interroge le couple d'aujourd'hui, les sentiments, le désir d'enfant mais aussi les mensonges et secrets qui peuvent amener un couple à se déliter. Je ne connaissais Douglas Kennedy que de nom mais j'ai été touchée par la justesse des propos, ce qui me donne envie de lire ses précédents romans.

    Douglas Kennedy nous offre ici un avant-goût des vacances. Le soleil, la chaleur écrasante et les magnifiques paysages sahariens pourraient être le cadre idéal pour un moment de détente hors du temps, si seulement ces vacances n'avaient pas tourné au cauchemar. Une première lecture estivale haute en couleurs!

     

    Remerciement à Babelio et aux Editions Belfond pour cette lecture.

    Mirage – Douglas Kennedy – Editions Belfond – 2015