bd

  • 0 commentaire

    La bande dessinée au tournant - Thierry Groensteen

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,les impressions nouvelles,la bande dessinée au tournant,thierry groensteen,bande dessinée,bd,tintin au pays des soviets,hergé,casterman,dupuis,le lombardLa bande dessinée est aujourd’hui à un tournant de son histoire. Son image sociale s’est considérablement améliorée, sa légitimité culturelle ne fait plus guère débat. Or ces évolutions, qui font d’elle un objet de mieux en mieux identifié et de plus en plus reconnu, se produisent alors que le marché connaît une véritable crise.

    Partant de son essai Un objet culturel non identifié paru en 2006, Thierry Groensteen fait le point sur les changements et évolutions de la bande dessinée depuis 10 ans.

      

    Ainsi, l'auteur aborde la question des maisons d'édition consacrées à la bande dessinée, dont le nombre a littéralement explosé. Cela a des effets positifs puisque les opportunités sont plus nombreuses pour les auteurs et que l'on assiste à une augmentation du nombre d'albums publiés. Pourtant, cette surproduction est néfaste en terme de qualité et entraîne une diminution générale des ventes. Si les petites structures abondent, nombre de maisons connaissent aussi fusions et rachats. C'est ainsi que la Belgique a perdu trois piliers de sa bande dessinée : Dupuis, Le Lombard et Casterman.

     

    Pour redynamiser les ventes, les maisons d'édition exploitent sans vergogne le filon (très rentable) des rééditions. Les "classiques" sont rajeunis, augmentés, commentés... comme en témoigne la récente et très controversée colorisation de Tintin au Pays des Soviets d'Hergé. La reprise de séries à succès par d'autres équipes quand survient la retraite ou le décès de leur créateur en est un autre exemple. Tout comme la pratique du "dessinateur invité" qui revisite un personnage emblématique le temps d'un album, parfois au mépris de ce qui fait l'essence de ce personnage.

     

    Au rayon des évolutions, on assiste à un déplacement de la bande dessinée vers la non-fiction. La bande dessinée reportage, du réel, de vulgarisation, de transmission d'un savoir et le récit biographique se développent, ouvrant de nouvelles perspectives tant aux auteurs qu'aux éditeurs. 

    Par contre, si la BD numérique tend à se développer, il s'agit encore surtout de numériser des albums initialement conçus pour le papier que de créations numériques à proprement parler.

     

    La muséification de la bande dessinée est aussi un sujet abordé par Thierry Groensteen. En effet, il ne vous a pas échappé que la BD s'expose de plus en plus dans les grands musées ou galeries spécialisées. Le marché de l'original a aussi beaucoup évolué, attirant les spéculateurs qui espèrent faire une plus-value rapide en se procurant des originaux qui se vendront à prix d'or lors de ventes aux enchères.

     

    Finalement, en lisant cet essai, on se rend compte que la bande dessinée, quelle soit française ou belge, est devenue un produit comme un autre. Le rendement prend le dessus sur la qualité et l'originalité, alors que la profession reste très fragile, tant pour les éditeurs que pour les auteurs, dont les conditions de vie sont particulièrement précaires. 

    Thierry Groensteen nous livre les dessous de la bande dessinée et nous fait découvrir un monde insoupçonné. La présentation est très pédagogique et compare intelligemment la bande dessinée telle qu'elle est pratiquée en France et en Belgique avec les comics américains et les mangas japonais, ce qui donne une dimension internationale à cet essai très intéressant.

    Remerciement aux Editions Les Impressions Nouvelles et à Babelio pour cette découverte, dont je vous propose un aperçu (pdf).

    La bande dessinée au tournait - Thierry Groensteen - Les Impressions Nouvelles - 2017

  • 1 commentaire

    Le prédicateur – Olivier Bocquet & Léonie Bischoff

    Le prédicateur, Olivier Bocquet, Léonie Bischoff, Casterman, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, bande dessinée, roman graphique, BD, Camilla Läckberg, thriller, Suède, extraitLe cadavre d'une femme est découvert dans les rochers proches de Fjàllbacka (Suède). L'affaire se complique quand apparaissent deux squelettes supplémentaires et qu’une jeune fille disparait. Ces découvertes mettent en lumière la famille Hult, qui a été au cœur de l’actualité pour des faits similaires vingt-quatre ans plus tôt. C'est l'inspecteur Patrik Hedstrôm qui est chargé de l'enquête tandis que sa compagne Erica Falck, prête à accoucher, va l'aider à résoudre cette affaire.

    Sans avoir lu le roman, je trouve que cette bande dessinée nous immerge complètement dans l’histoire, en nous proposant un bon résumé du roman de Camilla Läckberg, qui semble être d'une grande complexité.

    Les personnages sont très nombreux, au point que j’ai régulièrement dû me référer à la présentation qui est judicieusement placée en début d’ouvrage. Alors qu'on s'attache assez rapidement à Erika et Patrik, les autres protagonistes sont plutôt antipathiques, devenus aigris et violents suite à leur passé douloureux. La dessinatrice Léonie Bischoff a su faire transparaître leur personnalité grâce à un graphisme approprié.

    De façon générale, les dessins sont réalistes et détaillés, souvent très sombres, et retranscrivent bien l’ambiance lourde et malsaine qui règne au sein de la famille Hult, où se côtoient jalousie, mensonges et folie.

    En bref, je dirais que cette bande dessinée est particulièrement bien réalisée mais j’ai l’impression qu’elle se suffit à elle-même. En refermant cet album, je m’interroge sur ce que la lecture du roman m’apportera de plus et je trouve un peu dommage que la bande dessinée ne donne pas davantage envie d’aller vers le titre original.

    Le prédicateur Olivier Bocquet & Léonie Bischoff Editions Casterman – 2015

    Le prédicateur, Olivier Bocquet, Léonie Bischoff, Casterman, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, bande dessinée, roman graphique, BD, Camilla Läckberg, thriller, Suède, extraitLe prédicateur, Olivier Bocquet, Léonie Bischoff, Casterman, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, bande dessinée, roman graphique, BD, Camilla Läckberg, thriller, Suède, extrait

    (Clic sur les images pour agrandir)

     

  • 1 commentaire

    Ce n'est pas toi que j'attendais – Fabien Toulmé

    Ce n'est pas toi que j'attendais, Fabien Toulmé, Delcourt, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, famille, enfant, trisomie, trisomique, bande dessinée, biographie, livre graphique, BDDéjà parents d’une petite Louise, Fabien et Patricia attendent un second enfant. Pour le couple, c’est l’euphorie, ils s’interrogent sur le choix du prénom, font des projets. Mais Fabien est inquiet : la grossesse a commencé au Brésil, où les examens prénataux sont moins poussés qu’en France. Quand sa petite fille naît porteuse d'une trisomie non dépistée, sa vie bascule. Cet album est son histoire, celle de la découverte de la différence.

    Étant lui-même père d’une petite fille trisomique, l’auteur s’est fortement inspiré de sa vie familiale pour partager son vécu de père. De la joie de la naissance à la violence des mots (malformation cardiaque, trisomie 21, retards dans les apprentissages…), les parents font un saut vertigineux dans l’inconnu, avec toutes les idées préconçues que la maladie véhicule.

    Sans tabou, l’auteur nous fait vivre les différentes étapes par lesquelles il est passé pour en arriver à accepter la différence de son enfant. Car, face à la peur et à la méconnaissance, la première réaction est le rejet, un profond sentiment d'injustice qui pousse à chercher un coupable au malheur que vit la famille. Et puis, il ne faut pas seulement apprendre à apprivoiser cet enfant, il faut aussi faire face au regard des autres et à l’intolérance de la société vis-à-vis des personnes handicapées.

    Une histoire poignante, racontée avec beaucoup de tendresse et de douceur, qui témoigne du difficile travail d’acceptation d’un enfant différent mais aussi et surtout du bonheur quotidien qu’il procure à son entourage.

    Ce n'est pas toi que j'attendais – Fabien Toulmé – Editions Delcourt – 2014

     (Clic sur l'image pour agrandir)

    ce n'est pas toi que j'attendais,fabien toulmé,delcourt,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,famille,enfant,trisomie,trisomique,bande dessinée,biographie,livre graphique,bd

     

  • 1 commentaire

    Un petit gout de noisette – Vanyda

    Un petit gout de noisette, Vanyda, Dargaud, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, bande dessinée, bd, adolescence, couleur, amour, amitié, dessin, aquarelle, Tournai, Belgique, France, Laos, noisette, écureuilEn quelques dessins, Vanyda nous met dans une ambiance de détente grâce à ces histoires légères qui fleurent bon les vacances. En mettant davantage l’accent sur les atmosphères et les paysages plutôt que sur les dialogues, l’album dégage un sentiment de douceur et une poésie que l’on trouve rarement en bande dessinée.

    Les images sont très belles, mêlant le dessin à l’aquarelle, la couleur au noir et blanc, chaque personnage étant associé à une couleur.

    Dans ces courtes histoires d’amour et d’amitié, Vanyda capte ces instants de la vie où quelque chose de noue et où les regards se croisent. Mais ce que l’on pourrait prendre de premier abord comme une succession d’histoires courtes nous surprend lorsque l’on se rend compte que les histoires se répondent et que les personnages se croisent, donnant à notre lecture un fil rouge indispensable.

    Une auteure franco-laotienne, qui a étudié la bande dessinée à Tournai (Belgique), à tenir à l’œil !

     

    Un petit gout de noisette – Vanyda – Editions Dargaud – 2014

    (clic sur l'image pour agrandir)

     Un petit gout de noisette, Vanyda, Dargaud, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, bande dessinée, bd, adolescence, couleur, amour, amitié, dessin, aquarelle, Tournai, Belgique, France, Laos, noisette, écureuilUn petit gout de noisette, Vanyda, Dargaud, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, bande dessinée, bd, adolescence, couleur, amour, amitié, dessin, aquarelle, Tournai, Belgique, France, Laos, noisette, écureuil

     

     Un petit gout de noisette, Vanyda, Dargaud, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, bande dessinée, bd, adolescence, couleur, amour, amitié, dessin, aquarelle, Tournai, Belgique, France, Laos, noisette, écureuil

     

  • 2 commentaires

    Millenium 3&4 – La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette – Runberg & Man

    Millenium, La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette, Sylvain Runberg, Dupuis, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, bande dessinée, bd, Stieg Larsson, policierAlors que le magazine Millenium, où travaille Mikael Blomkvist, enquête sur un réseau mafieux de traite d’êtres humains et de prostitutions impliquant des personnes haut placées, Lisbeth Salander est soupçonnée dans une affaire de meurtres. Seul son ami Mikael la croit innocente et va se battre pour le démontrer.

    Comme dans les deux albums précédents, le rythme rapide fait de cette bande dessinée un véritable page turner. Le récit est admirablement bien mené, rendant le lecteur complètement accro et l’obligeant à aller jusqu’au bout de sa lecture, le laissant comme groggy une fois la couverture refermée.

    Il faut dire que les dessins sont violents, entre scènes de viol, meurtres et autre maltraitances aux femmes, il faut avoir le cœur bien accroché pour supporter le choc des images. Si j'ai lu le roman La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette il y a quelques années, je n’avais pas gardé le souvenir d’autant de violence dans les écrits de Stieg Larsson par rapport à l'adaptation qu'en a faite Sylvain Runberg.Millenium, La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette, Sylvain Runberg, Dupuis, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, bande dessinée, bd, Stieg Larsson, policier

    Petite différence par rapport aux deux précédents albums  : ce n'est plus Homs qui a réalisé les dessins mais bien Man, au style évidemment différent mais que l’on adopte finalement très rapidement tant l’histoire est prenante.

    Le 4e album se termine sur une interrogation, nous laissant dans l’attente de la suite et, surtout, du dénouement de cette histoire. Les deux derniers albums sont d'ailleurs prévus pour cette année et je ne vous cache pas que j’ai hâte de les découvrir.

    Millenium 3&4 – La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette – Runberg & Man – Editions Dupuis – 2014

    Des mêmes auteurs :