armée

  • 0 commentaire

    Dernier tango à Kaboul – Patrick Florès

    Dernier tango à Kaboul, Patrick Florès, Mon Petit Editeur, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, enquête, Afghanistan, Kaboul, Mexique, médecin, avocat, armée, policier, thriller, on achève bien les hérosUne avocate dépêchée au Mexique pour organiser la défense d'un photographe et un médecin français mobilisé auprès des Moudjahidins, ces deux-là n'avaient pas de raison de se rencontrer. Pourtant, la vie va les placer sur la même route, dans une enquête à hauts risques aux implications inattendues.

    Alors que les premiers chapitres posent le décor et présentent les différents personnages, des secrets de famille apparaissent au grand jour, donnant une nouvelle dimension à l'intervention de l'avocate à Mexico... et donnant le coup d'envoi d'une série de coups de théâtre qui déstabiliseront le lecteur.

    Comme dans son roman On achève bien les héros, Patrick Florès réussit l'exploit de nous intéresser à la thématique militaire grâce à une enquête de haut vol et un suspense maintenu tout au long du roman. Le lecteur n'a pas le temps de s'ennuyer tant les vies de Léa et Christian sont mouvementées, entre problèmes personnels et énigmes à résoudre. Plongés au cœur de secrets militaires et d’un scandale médical à grande échelle, ils se trouvent embarqués dans une aventure aux multiples conséquences, qui les poussera à dépasser leurs limites.

    Des personnages attachants et à la personnalité bien dessinée, une histoire qui nous tient en haleine jusqu'au final, tout ce que l’on attend d’un bon roman policier !

    Dernier tango à Kaboul, Patrick Florès, Mon Petit Editeur, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, enquête, Afghanistan, Kaboul, Mexique, médecin, avocat, armée, policier, thriller, on achève bien les hérosRemerciement à Mon Petit Editeur pour cette lecture.

    Découvrez le premier chapitre!

    Dernier tango à Kaboul – Patrick Florès – Mon Petit Editeur– 2014

     

     Du même auteur:

  • 0 commentaire

    Moco – Jean-Claude Roullier

    Moco, Jean-Claude Roullier, Editions Thot, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, les jardins d’Eurysmée, guerre, marine, militaire, armée, combat, amour, amitié, béret vert, France, Indochine, Algérie, Etats-UnisC’est à 16 ans que Pierrot entre à l’école des mousses de Loctudy, espérant ensuite devenir béret vert, l’élite de la marine militaire. Il participera à deux guerres coloniales, en Indochine et en Algérie, connaîtra deux flamboyantes histoires d’amour et devra faire face à quelques lourds secrets de famille…

    En pleine époque du colonialisme, Moco nous plonge au cœur du quotidien des bérets verts, partis défendre les terres françaises à travers le monde. Pour ces jeunes recrues, l’éloignement familial, les affrontements permanents, la mort des compagnons et la maladie rendent le quotidien difficile mais ils vont aussi vivre de belles expériences et rencontrer des personnes qui changeront leur vie. La force de ce roman est sa grande humanité, nous plaçant au plus près de ces troupes d’élite et en particulier des attachants Pierrot et Roger.

    Malheureusement, malgré les nombreux assauts militaires décris, je n’ai pas ressenti l’action et l’adrénaline qu’ils supposent. Les très longues phrases et les nombreuses descriptions ont eu raison de moi et ont émoussé mon intérêt au fil de la lecture. C’est vraiment dommage parce que l’on imagine aisément la quantité de travail qu’a demandé ce livre en termes de recherches documentaires (détails des paysages, descriptions des mouvements de troupes et des manœuvres militaires, vie sur les camps…).

    Un roman qui plaira aux passionnés d’histoires militaires mais qui n’a malheureusement pas réussi à me retenir.

    Remerciement à l’auteur et aux Editions Thot pour cette lecture.

    Moco – Jean-Claude Roullier – Editions Thot – 2013

    Du même auteur :

  • 3 commentaires

    On achève bien les héros – Patrick Florès

    Cover On achève bien les héros.jpgDeux enquêtes parallèles vont réunir Nora Daguerre et Philippe Saint-Georges. Tandis que la première, médecin au sein de la marine militaire, enquête sur la mort de son mentor, le professeur s’intéresse à l’étrange naufrage d’un chalutier breton. Tous deux vont devoir mettre leurs efforts en commun et affronter tous les dangers pour résoudre une énigme qui impliquera les plus hautes sphères de l’Etat.

    Alors que je partais avec un a priori mitigé, les premières pages de ce roman m’ont hameçonnée, m’empêchant par là de refermer le livre avant d’avoir atteint les dernières pages.

    J’ai aimé le rythme soutenu du récit, alternant scènes à la James Bond, romantisme et humour, sur fond de guerre et de course au pouvoir. Un récit qui démarre fort et qui poursuit sur sa lancée tout au long du roman, ne nous laissant que le temps de reprendre notre respiration avant de suivre à nouveau nos héros dans leurs aventures.

    J’ai aussi apprécié les portraits tout en nuance des personnages. Face à un patriarche dur et intransigeant, qui a imposé une carrière militaire à chacun de ses enfants et qui mène sa famille comme un bataillon, ces jeunes adultes tentent de se montrer à la hauteur des valeurs qui leur ont été inculquées. Lorsque celles-ci volent en éclat, leurs fêlures apparaissent au grand jour, ce qui les rend humains et attachants pour le lecteur mais terriblement dangereux. Élevés dans le culte de la réussite à tout prix, ils sont prêts à tout pour atteindre leurs objectifs, qu’ils soient louables ou malveillants, n’hésitant pas à mettre leur entourage en danger.

    Sous ce titre énigmatique se cache donc un très bon policier, à l’intrigue maîtrisée, qui ne laisse pas une minute de répit. Un auteur à tenir à l’œil.

    Logo Challenge Thrillers et polars.jpgJe remercie Mon petit éditeur sans qui cette découverte n’aurait pas eu lieu.

     

    On achève bien les héros – Patrick Florès – Mon petit éditeur – 2013 

    Du même auteur:

  • 0 commentaire

    Le corps humain – Paolo Giordano

    Cover Le corps humain.gifLe peloton Charlie, envoyé en « mission de paix » en Afghanistan, rassemble des soldats de tous les horizons. Encadrés par un colonel vulgaire, un capitaine austère et d’adjudant René, ils vont être confrontés au danger, à l’hostilité, à la chaleur, à l’inconfort, à la rébellion du corps humain et au désœuvrement à l’intérieur d’une base avancée, bastion fantomatique au milieu du désert. Mais aussi à eux-mêmes : à leurs craintes, leurs démons, leur passé qui les rattrapent.

    Ce roman nous immerge au cœur du désert afghan en compagnie de militaires Italiens en mission de protection. Notre regard extérieur découvre le quotidien d’une base militaire confrontée aux conditions climatiques difficiles (chaleur extrême, intempéries), aux périodes d’attente interminable et au stress intense qui exacerbe les émotions tant positives que négatives. La tension presque constante réveille les comportements primaires et l’on assiste, impuissants, aux humiliations verbales ou physiques, aux coups bas.

    Certains chapitres sont également l’occasion de s’attarder sur la vie personnelle de ces militaires, avec leurs hauts et leurs bas. Parce que la vie de famille peut parfois s’apparenter à un champ de mines. Entre les chamailleries avec Madame, l’arrivée d’un enfant non désiré ou le décès d’un proche à gérer, certains militaires choisissent de ne pas revenir au pays mais de poursuivre leur mission, histoire de ne pas affronter ces difficultés qu’ils maîtrisent moins bien que l’art de la guerre.

    Habituellement, je n’apprécie pas spécialement les récits de guerre, mais l’auteur nous immerge dans le microcosme particulier que constitue un bataillon armé en mettant l’accent sur les êtres humains qui se cachent sous les cuirasses. Et on se prend d’affection pour ces militaires, du casse-pied de service au jeunot pour qui c’est la première mission, en passant par la seule femme du peloton qui n’évite pas les remarques sexistes.

    Et quand cette « mission de paix » tourne au cauchemar, c’est toute une section qui pleure ses morts, nous emmenant dans le convoi pour nous faire vivre de l’intérieur toute la difficulté de la manœuvre.

    Le corps humain est donc un roman de guerre. Mais quel rapport avec le titre, me direz-vous ? En fait, l’air de rien, il est pas mal question d’anatomie dans ce texte. On y parle de maladies diverses et de leurs conséquences, des besoins sexuels des militaires éloignés de leurs fiancées pendant plusieurs mois, de la promiscuité qui empêche toute pudeur… Mais le « corps humain » peut s’entendre comme l’ensemble des militaires qui forment une famille, un groupe soudé où, malgré les vacheries, l’amitié et l’entraide priment. Parce certains sont prêts à se sacrifier pour sauver leurs compagnons…

    Un roman intéressant, dont on sort enrichi, et qui donne envie de découvrir les autres romans de l'auteur.

    Logo On vous lit tout!.jpeg

    Lecture réalisée dans le cadre de l’opération On vous lit tout organisée par Libfly et Furet du Nord.

     

     

    Le corps humain – Paolo Giordano – Seuil – 2013