apologie du livre

  • 0 commentaire

    Apologie du livre – Robert Darnton

    Cover Apologie du livre.jpgCommençons par une petite présentation de l’auteur : Robert Darnton est historien du livre et directeur de la bibliothèque universitaire de Harvard (Etats-Unis). À travers cet essai, il interroge la place du livre imprimé dans l’environnement numérique dans lequel nous évoluons aujourd’hui.

    Grand défenseur du livre papier et des bibliothèques, l’auteur nous immerge dans le passé pour mieux appréhender le présent et le futur. 

    L’exposé de Robert Darnton porte en grande partie sur le projet de numérisation des ouvrages imprimés, initié par le géant Google pour son application Google Book Search.

    D’une part, il minimise l’impact qu’aura Google Book Search en pointant ses défauts : impossibilité de numériser l’ensemble des livres existants et publiés chaque année, problème lié à la conservation des données sous format numérique, perte de qualité, absence de résistance des données au temps et à l’évolution des technologies, critères de recherche faussés, etc.

    D’autre part, il s’enflamme lorsqu’il parle du monopole que Google est en train de créer autour de lui en raison des accords qu’il a signé avec les éditeurs et auteurs américains (l’accès aux livres sous copyright sera soumis à la souscription d’une licence payante, l’absence de concurrent sérieux ayant la puissance technologique et financière suffisante pour contrer le géant…), tendant ainsi à dire que le monde entier n’aura bientôt plus le choix et se trouvera face au fait accompli.

    Il est vrai qu’imaginer le fait qu’une seule entité, en l’occurrence une entreprise commerciale, contrôlera à elle seule l’accès à l’information pose question et ouvre la porte à toutes les dérives possibles…

    Pour l’auteur, qui considère les bibliothèques comme des centres du savoir et des diffuseurs d’information au grand public, ces institutions pourraient tout à fait servir d’intermédiaires entre les modes de communication imprimés et numériques. Les bibliothèques l’ont d’ailleurs bien compris puisqu’elles sont de plus en plus nombreuses à proposer des livres numériques et audio à leurs lecteurs, manifestant ainsi leur volonté de pérenniser leurs actions dans la durée et de s’inscrire dans les nouvelles habitudes de lecture.

    Si l’essai de Robert Darnton se centre principalement sur les bibliothèques universitaires (son domaine de compétence), son discours peut tout à fait être extrapolé aux bibliothèques provinciales et communales que nous fréquentons plus régulièrement. Car elles aussi renferment une partie du savoir et ont pour objectif de le rendre accessible au plus grand nombre.

    Un essai intéressant car il nous confronte à notre quotidien de lecteur, en faisant référence aux pratiques passées, tout en ouvrant les possibilités que laisse présager le livre numérique. Très critique envers le projet de numérisation de Google, il nous confronte également à notre impuissance face à des décisions prises en hauts lieux (où les enjeux économiques ont plus de poids que les recommandations des spécialistes du livre). J’ai trouvé cette lecture intéressante sur bien des points même si je déplore l’aspect « mémoire de fin d’études » qui s’en dégage, le style étant très académique et lourd, avec un pan théorique légèrement soporifique.

    « […] je dis : consolidez les bibliothèques, approvisionnez-les en imprimés, renforcez leurs salles de lecture, mais ne les considérez pas comme de simples entrepôts ou des musées. »

     

    Apologie du livre – Robert Darnton – Editions Gallimard – 2012 

    Lien permanent Catégories : Essais