albin michel

  • 0 commentaire

    Frappe-toi le cœur - Amélie Nothomb

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,frappe-toi le coeur,amélie nothomb,audiolib,albin michel,rentrée littéraire 2017Fidèle au rendez-vous littéraire qu'elle fixe à ses lecteurs à cette période de l'année, Amélie Nothomb aborde, dans son dernier roman, une thématique qui dérange. Celle de la jalousie maladive d'une mère envers sa fille Diane.

    J'ai été très étonnée par ce roman, qui explore les personnalités narcissiques et jalouses et se penche en particulier sur les sentiments d'amour-haine qui peuvent exister entre une mère et sa fille. 

    On y retrouve sans conteste la patte de l'auteure belge, qui introduit également une sorte de suspense qui nous tient en haleine, impatients de connaitre l'avenir de Diane.

    Dans une grande partie du roman, c'est Diane qui occupe le rôle de narratrice. De son enfance à l'âge adulte, elle nous fait part de son ressenti et de son analyse du comportement de sa mère. Et, plus d'une fois, j'ai été dérangée par les propos qu'Amélie Nothomb place dans la bouche de l'enfant. Elle lui prête des capacités d'abstraction, de réflexion et de mise à distance qui sont impressionnantes pour une petite fille de cet âge, ce qui manque de réalisme à mon goût.

    Une histoire sadique, dans la lignée de certains romans précédents d'Amélie Nothomb, pour un roman particulièrement bon.

      

    "Frappe-toi le cœur, c'est là qu'est le génie"

    Alfred de Musset

     

    Remerciement à Audiolib pour cette belle découverte.

    Frappe-toi le cœur - Amélie Nothomb - Audiolib - 2017

    Du même auteur:

     

     

  • 3 commentaires

    Le retour de Jules - Didier Van Cauwelaert

    livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, Le retour de Jules, Didier Van Cauwelaert, albin michel, labradorGuide d'aveugle au chômage depuis qu'Alice a recouvré la vue, Jules s'est reconverti en chien d'assistance pour épileptiques. Il a retrouvé sa fierté, sa raison de vivre. Il est même tombé amoureux de Victoire, une collègue de travail. Et voilà que, pour une raison aberrante, les pouvoirs publics le condamnent à mort.

     

    Suite de Jules, sorti l'an passé, Le retour de Jules reste dans la lignée du précédent.

    Le roman commence sur les chapeaux de roue, avec un rapide résumé du premier tome. Après un an et de nombreuses lectures, je dois bien avouer qu'il m'a fallu un peu de temps pour recoller les morceaux et la rapidité de l'introduction ne m'a que peu aidée. Je conseille donc vivement la lecture du premier tome avant d'entamer Le retour de Jules.

    On retrouve donc notre labrador préféré, considéré comme dangereux après avoir mordu un adolescent. Et, tandis que la décision de l'euthanasier tombe, Alice,  Zibal et Fred se lancent dans une course contre la montre, à la recherche d'un Jules au comportement incompréhensible et en fuite.

    De nouveau, Dider Van Cauwelaert met en avant les formidables capacités des chiens à détecter les maladies et divers symptômes, tout comme les explosifs et émotions humaines. Ce roman est une véritable ode à la cause animale. Il a cette particularité de nous faire réfléchir à la condition animale tout en nous faisant passer un bon moment de lecture, grâce à sa légèreté et à quelques notes d'humour.

    Et bien qu'ils soient présents, les personnage humains, avec leur jalousie, leurs états d’âme et leurs comportements contradictoires, ont clairement été éclipsés par le charisme des chiens Jules et Victoire.

    Un bon roman, une lecture agréable même si j'ai préféré le premier tome qui a bénéficié de l’effet de surprise. Je déplore juste la chute sur le thème "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants/chiots", qui manque cruellement d’originalité.

     

    Le retour de Jules - Didier Van Cauwelaert - Editions Albin Michel - 2017

    Du même auteur:

  • 4 commentaires

    Antéchrista - Amélie Nothomb

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,antéchrista,amélie nothomb,adolescence,albin michel, livre de pocheAvoir pour amie la fille la plus admirée de la fac, belle, séduisante, brillante, enjouée, audacieuse? Lorsque Christa se tourne vers elle, la timide et solitaire Blanche n'en revient pas de ce bonheur presque écrasant. Elle n'hésite pas à tout lui donner, et elle commence par l'installer chez elle pour lui épargner de longs trajets en train. Blanche va très vite comprendre dans quel piège redoutable elle est tombée. Car sa nouvelle amie se révèle une inquiétante manipulatrice qui a besoin de s'affirmer en torturant une victime. Au point que Blanche sera amenée à choisir : se laisser anéantir ou se défendre.

    Après quelques lectures décevantes et suite à de nombreux avis positifs sur ce roman, je renoue avec Amélie Nothomb à l'occasion du mois belge et de la lecture d'Antéchrista.

    Et mon bilan est plutôt positif tant j'ai été étonnée par cette lecture.

    L'auteure belge met en scène une adolescente mal dans sa peau et solitaire qui pense trouver une véritable amie en la personne de Christa. Mais cette situation, vécue par de nombreux jeunes et par Amélie Nothomb elle-même, n'est qu'un leurre.

    Très rapidement, c'est une relation malsaine qui se met en place entre les deux jeunes filles. Et c'est tout le talent de l'écrivain qui se manifeste à cet instant, laissant le lecteur complètement abasourdi face à la déferlante de haine qui s'abat sur Blanche.

    Antéchrista est de ces romans qui ne laissent pas indifférent. Parce que l'on a tous connu quelqu'un comme Blanche ou qu'on l'a été soi-même, parce que l'on a tous été témoins de scènes d'humiliation ou de tentatives de manipulation et que cela nous choque.

    C'est un roman très dur sur l'identité en construction, la période difficile de l'adolescence mais aussi sur les relations humaines en général et sur le besoin qu'ont certains d’asseoir leur domination pour se sentir exister.

    On retrouve le style d'écriture propre à Amélie Nothomb dans un roman qui restera pour moi probablement parmi les plus marquants, comme l'avait été Acide sulfurique.

     

    Antéchrista - Amélie Nothomb - Albin Michel - 2003 

    Du même auteur: 

     

     

     

  • 6 commentaires

    Milarepa - Eric-Emmanuel Schmitt

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,milarepa,eric-emmanuel schmitt,livre de poche,albin michel,mois belge,méditationSimon fait chaque nuit le même rêve dont une femme énigmatique lui livre la clé: il est la réincarnation de Milarepa un puissant yogi tibétain du XIe siècle qui vouait à son neveu une haine inexpiable. Pour sortir du cycle des renaissances, Simon doit raconter l'histoire des deux hommes, s'identifiant à eux au point de confondre leurs identités à la sienne. 

    On savait Eric-Emmanuel Schmitt porté sur la philosophie. Dans ce court récit, il romance la vie de Milarépa, un jeune tibétain qui utilisa la sorcellerie contre ses ennemis et deviendra ensuite un grand maître yogi grâce au travail sur soi et à l'enseignement de Marpa.

     L'auteur rend ainsi accessible la vie et l'oeuvre d'un grand maître bouddhiste tibétain, dont, personnellement, je n'aurai probablement jamais lu la biographie. Je trouve que cette approche est intéressante et donne envie d'aller plus loin et de s'informer davantage sur le personnage.

    Les thèmes principaux de ce roman sont le bien et le mal, enrobés d'une réflexion philosophique approfondie. Eric-Emmanuel Schmitt prône les vertus de la méditation, de la contemplation et du détachement par rapport aux biens matériels.

    Malheureusement, si le fond est intéressant et l'écriture de qualité, il n'en reste pas moins que j'ai trouvé ce roman totalement soporifique. L'histoire est linéaire et sans aucun suspense. Une petite fable, sympathique à lire, mais qui ne m'a pas touchée. Ce n'est vraiment pas le roman que je retiendrai de l'auteur.  

    Milarepa - Eric-Emmanuel Schmitt - Albin Michel - 1997

    Du même auteur: 

     

     

    livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, Milarepa, Eric-Emmanuel Schmitt, livre de poche, Albin Michel, mois belge, méditation

  • 0 commentaire

    Jules – Didier Van Cauwelaert

    Jules, Didier Van Cauwelaert, Albin Michel, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, amour, chien, aveugle, avisA 42 ans, Zibal est vendeur de macarons. Un jour, devant son stand, apparaît Alice, une jeune et belle aveugle qui s'apprête avec son labrador Jules à prendre l'avion pour Nice, où elle doit subir une opération pour recouvrer la vue. L'intervention est un succès mais, pour Jules, affecté à un autre aveugle, c'est une catastrophe. Jules fugue, retrouve Zibal et, en moins de vingt-quatre heures, devient son pire cauchemar.

    Quel plaisir de retrouver la verve de Didier Van Cauwelaert! Dès les premières pages, il nous extirpe de notre quotidien pour nous plonger dans cette histoire un peu folle avec humour et légèreté. Et même si on se doute rapidement de la fin, on pardonne volontiers à l'auteur qui a réussi à nous surprendre, nous étonner et nous faire rire. Ce roman est un concentré de péripéties invraisemblables et on sent que l'auteur s'est amusé à placer tous ces incidents sur la route de Jules et Zibal, partageant son plaisir avec le lecteur.

    J’ai été particulièrement touchée par le lien très fort qui unit le chien-guide à son aveugle. Le sentiment de responsabilité de Jules et son dévouement à sa maîtresse sont impressionnant, tout comme cette sensation de devenir inutile lorsqu’elle retrouve la vue et n’a plus besoin de lui.

    Les personnages sont attachants et il est aussi intéressant de voir le regard neuf qu'Alice pose sur notre société, une fois sa vue recouvrée. Comme un coup de projecteur sur le culte de la jeunesse et de la beauté, l'individualisme galopant et les nouvelles technologies qui isolent.

    Une agréable lecture, optimiste et légère, pour une parenthèse enchantée et un moment hors du temps.

    Jules – Didier Van Cauwelaert – Editions Albin Michel – 2015

    Du même auteur   :