agents littéraires

  • 6 commentaires

    Final problème – Marc Schloesser

    Cover Final problème.pngAlors qu’il effectue un vol vers Mulhouse à bord de son avion léger, Albert Moreau, qui est pourtant un pilote aguerri, est pris dans une zone orageuse et s’écrase dans la forêt d’Argonne. C’est Pierre Leduc, enquêteur de l’aviation civile, qui supervise les investigations. Mais alors qu’il est sur le point de boucler le rapport, quelque chose le tracasse. Avec l’aide d’un ami chercheur au CNRS, il va se lancer dans une enquête parallèle, bien décidé à faire toute la lumière sur cette affaire. La dernière de sa carrière avant une retraite bien méritée… Mais il ne fait pas toujours bon chercher la petite bête…

    Final problème est un roman très bien construit, où les indices sont distribués avec parcimonie tout au long du récit. Mais ceux-ci sont en fait de minis bombes dans le monde de Pierre Leduc car chaque nouvel élément le renvoie à lui-même et lui fait découvrir son histoire familiale sous un nouveau jour.

    Avec une intrigue qui s’amorce tout en douceur, Marc Schloesser nous plonge dans le milieu de l’aviation légère pour une enquête sans temps mort, dans laquelle on ne s’ennuie pas une seconde. Les rebondissements, revirements de situations et références scientifiques ne manquent pas. L’auteur utilise les codes du policier de main de maitre.

    Par contre, j’ai trouvé que les premières pages étaient un peu laborieuses. L’auteur étant lui-même pilote, il utilise un vocabulaire très précis et nous abreuve de données de navigation qui sont restées un peu nébuleuses pour la néophyte que je suis.

    Et si j’ai eu un peu de mal à m’identifier à cet enquêteur de 60 ans qui intellectualise les choses plutôt que de laisser parler ses émotions, son amour pour la littérature m’a rapproché de lui.

    Final problème est un premier roman très prometteur. On sent qu’une recherche documentaire a été effectuée, que les personnages ont une vraie personnalité et que la trame a été réfléchie. Une très bonne surprise après plusieurs premiers romans décevants. Un auteur à tenir à l’œil…

     

    Remerciement aux Agents littéraires et à Mon petit éditeur pour cette découverte. 

    Final problème – Marc Schloesser – Mon petit éditeur – 2012 

    final problème,marc schloesser,mon petit éditeur,critique,carnet de lecture,livre,littérature,blog littéraire,agents littéraires,partenariat,policier,premier chapitre,extrait

  • 7 commentaires

    Inconvenantes dérailleries - Véronique Aubry

    cover inconvenantes dérailleriesok.jpgPremier ouvrage de Véronique Aubry, ces Inconvenantes dérailleries constituent en fait un recueil de poèmes. Plein d’humour et d’autodérision, l’auteur nous parle de musique, de mode, de la société de consommation, de la mort aussi… Une grande partie des poèmes proposés porte aussi sur les relations amoureuses. Parfois difficiles, elles provoquent jalousie, malaise, sentiment d’abandon. Mais elles peuvent également être très belles et on est alors témoins des étreintes amoureuses et passionnées des amants !

    Lire de la poésie, c’est se rendre compte que la langue française n’est pas figée et qu’au contraire, elle offre énormément de liberté aux auteurs. Avec Inconvenantes dérailleries, on est loin de la poésie académique, avec ses règles strictes à respecter. Au contraire, les poèmes de Véronique Aubry sont modernes et contemporains. Elle n’hésite pas à créer de nouveaux mots merveilleux (mes pensées nuagent) ou à utiliser le vocabulaire culinaire pour parler d’amour.

    Malgré cela, il ne s’agit pas d’une lecture-détente parce que l’on y retrouve les structures de phrases propres à la poésie, qui demandent une certaine réflexion. Et des occasions de réfléchir, ces poèmes nous en fournissent d’autres puisque l’auteure fait par exemple référence à des personnages publics. Ainsi, si tout le monde reconnaitra le couple Bruni-Sarkozy dans le poème intitulé Carla, d’autres références ne sont pas forcément connues de tous. De ce fait, à la lecture de certains poèmes, on a l’impression de passer à coté de quelque chose, de ne pas saisir complètement le sens du poème. Certains d’entre eux semblent même destinés à une personne précise, une connaissance de l’auteur, et on se sent alors complètement exclu du dialogue. Comme lorsque l’on tombe, par hasard, sur un document que l’on n’aurait pas dû lire.

    Ce recueil recèle aussi quelques mystères comme cette équation placée, l’air de rien, en bas de page, à l’arrière d’un poème. Et si c’est sympathique de découvrir de petites surprises cachées dans le texte, il est par contre agaçant de ne pas en comprendre le sens.

    C’est donc un recueil de poème original, qui aborde le genre poétique de façon différente, qui étonne et fait sourire mais qui garde tous ses mystères pour qui ne sait pas les déchiffrer.

     

    Remerciement particulier aux Agents littéraires et aux Editions Des croches et la plume pour ce partenariat.

    Inconvenantes dérailleries - Véronique Aubry - Des croches et la plume - 2009

    Lien permanent Catégories : Poésie