épouse

  • 2 commentaires

    Une très très vilaine chose – Eric Pessan

    Une très très vilaine chose, Eric Pessan, Robert Laffont, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, famille, enfant, père, histoire, muette, secret, mystère, femme, épouse, mèreUn homme écrit ses pensées, rêves et désirs sur des bouts de papier qu'il détruit ensuite, une façon de faire sortir les mots qu'il n'arrive pas à exprimer autrement. Il est son époux, à "Elle", absente sans que l'on sache pourquoi, si ce n'est qu'elle a réalisé quelque chose d'abject. Tous évitent de parler d'elle alors même que son ombre omniprésente plane sur toute l'histoire, polluant la vie de chacun.

    Eric Pessan nous fait entrevoir le quotidien d’une famille marquée par un évènement important mais dont nous ignorons tout. Tout au long du roman, il nous maintient dans un état d'attente, entretenant le mystère autour de cette femme, laissant la tension monter entre les protagonistes mais aussi chez le lecteur.

    Par cette façon d’amener l’histoire, l’auteur nous invite à participer d’une certaine façon au roman. Notre imagination fonctionne à plein régime, nous cherchons les indices, explorons différentes hypothèses mais l’auteur se joue de nous jusqu’au bout, nous laissant pantelants à la fin du récit, sans réponses à nos questions. Une lecture rapide tant le rythme est soutenu et notre envie de savoir grande.

    Une très très vilaine chose – Eric Pessan – Editions Robert Laffont – 2006

    Du même auteur: 

  • 1 commentaire

    Le fusil de chasse – Yasushi Inoue

    Cover le fusil de chasse.jpgAprès que le narrateur ait écrit un poème sur le thème de la chasse pour une revue spécialisée, il reçoit un courrier d’un chasseur qui s’est reconnu dans la description et lui propose de lire les trois lettres qu’il a reçues, provenant de trois femmes différentes.

    Ce très court roman nous raconte l’éternelle histoire du couple maudit, mêlant amour et passion mais aussi adultère, secrets et vengeance.

    Pour avoir déjà lu d’autres auteurs japonais, j’ai retrouvé ce style d’écriture typique fait de textes simples et clairs, une économie de mots qui abouti à un ensemble d’une grande poésie. J’ai particulièrement apprécié les références à la nature qui permettent à Yasushi Inoué d’exprimer les émotions ou le lien qu’il fait entre l’amour et les champs de fleurs.

    Et si j’ai apprécié le style épuré du récit, je n’ai par contre pas été touchée par ce roman qui m’a semblé froid et détaché.

    Le fusil de chasse – Yasushi Inoué – Editions Stock – 1990