écrivain

  • 4 commentaires

    Le livre des Baltimore – Joël Dicker

    Le livre des Baltimore, Joël Dicker, Audiolib, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, livre audio, Etats-Unis, écrivain, famille, Thibault de Montalembert, Goldman, La Vérité sur l’affaire Harry QuebertAu coeur de ce roman, on retrouve Marcus Goldman, le héros de La Vérité sur l’affaire Harry Quebert. Quittant New York et son hiver glacé pour la touffeur tropicale de Boca Raton en Floride, il décide d’écrire sur sa propre famille. Marcus vient des Goldman de Montclair : classe moyenne, maison banale à Montclair, petite ville dans la banlieue de New York. Marcus a grandi dans la fascination pour l’autre branche de la famille, les Goldman de Baltimore. Ces Goldman-là habitent une grande demeure somptueuse dans la banlieue riche de la ville. L’oncle Saul est un avocat de renom. Tante Anita est médecin à l’Hôpital John Hopkins. Il y a aussi Hillel, leur fils, provocateur inspiré, et Woody, fils adopté par le couple, sauvé des gangs et qui rêve d’une carrière dans le football.

    Ayant lu beaucoup de bien sur ce roman, j'ai eu envie de découvrir cet auteur suisse. Et le moins que l'on puisse dire est que je suis étonnée de l'engouement qui s'est créé autour du Livre des Baltimore.

    Dès les premières pages, le lecteur sait qu'un Drame s'est produit dans cette famille. Tout l'enjeu du récit étant de découvrir lequel. Et il faudra attendre la toute fin du roman pour connaitre la teneur de ce Drame qui a bouleversé le narrateur.

    Au départ, j'ai été prise dans le suspense habillement entretenu par l'auteur mais, au bout d'un certain temps, j'ai eu l'impression qu'il nous tenait artificiellement en haleine, avec une accumulation de détails et de descriptions inutiles et, il faut le dire, d'un intérêt très moyen. Pauvre bougre, le lecteur se trouve pris en otage car, après avoir passé tant de temps à écouter l'histoire des Goldman, il ne peut que poursuivre son écoute s'il tient à savoir en quoi consiste ce fameux Drame qui sous-tend tout cette histoire. Joël Dicker a parfois réussi à m'étonner mais ces petits moments se sont finalement noyés dans le magma compact qui constitue ce roman.

    La construction-même du roman est un peu compliquée, l'auteur faisant un aller-retour constant entre le passé et le présent mais sans respecter l'ordre chronologique des événements. Cela est perturbant, surtout quand on écoute un livre audio et que l'on n'a donc pas les dates sous les yeux ni la possibilité de revenir en arrière facilement.

    Le rythme particulièrement lent et l'accumulation de détails peu intéressants ont vraiment rendus mon écoute difficile et c'est avec soulagement que je suis arrivée au bout de cette saga familiale. Heureusement, les quelques notes d'humour ont un peu égayé ma lecture et Thibault de Montalembert a rendu le tout vivant grâce à sa lecture dynamique du roman.

    Je remercie néanmoins Audiolib pour cette écoute et vous invite à vous faire votre propre opinion en écoutant l'extrait audio (MP3).


    podcast

    Le livre des Baltimore – Joël Dicker – Editions Audiolib – 2016

  • 1 commentaire

    L'atelier d'écriture – Bruno Tessarech

    l'atelier d'écriture,bruno tessarech,jc lattès,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,art nègre,écriture,lecture,atelier,écrivain,conseils,rentrée littéraire 2015,#rl2015C'est un constat, de plus en plus de personnes écrivent et les manuscrits s'accumulent sur la table des éditeurs avec le succès que l'on connait. Dans cet ouvrage, Bruno Tessarech, fort de sa longue expérience, se propose de jouer le rôle du maître-nageur pour éviter que les écrivains en herbe ne boivent la tasse.

    Alors qu'un grand nombre de personnes se disent qu'elles voudraient devenir écrivain « plus tard, un jour, quand elles auront le courage, l'inspiration », l'auteur les incite à se lancer dès maintenant et leur donne des conseils très concrets, notamment sur l'aménagement du temps d'écriture, à caser entre la vie de famille et le travail.

    Par cet ouvrage, Bruno Tessarech rend l'écriture romanesque plus accessible qu'il n'y parait au premier abord. Il met fin à certaines croyances et met le futur écrivain à l'aise en donnant des astuces pour contrecarrer les difficultés ou blocages (comme l'angoisse de la page blanche par exemple). L'auteur fait aussi de nombreuses références aux auteurs classiques (Balzac, Flaubert...) ou contemporains (Ellroy...), dont nous découvrons les pratiques d'écriture, rituels et manies.

    Dans un esprit très pratique, il pose la question de l'utilisation des fiches, du plan du roman, il informe sur les différents modes de narration et leurs effets sur le lecteur. Complètement en phase avec son temps, qui n'est plus à la description à outrance, ce que Tessarech nomme « la grande tartine romanesque », il conseille de se centrer sur les faits et gestes plutot que sur des réflexions morales qui allourdissent le texte, de mettre une certaine distance entre le vécu de l'auteur et l'histoire qu'il souhaite raconter.

    Tout à fait accessible, L'atelier d'écriture se lit comme un roman. On a vraiment l'impression que l'auteur s'adresse au lecteur, avec humour parfois, et toujours avec pédagogie et optimisme. Avec un ouvrage comme celui-ci entre les mains, l'apprenti-écrivain me semble bien outillé pour se lancer.

    A voir aussi  : la web-série Premières lignes qui a pour but d'accompagner les écrivains en herbe. Bruno Tessarech y partage ses conseils lors d'un stage d'écriture organisé par la Fondation Bouygues Telecom et Evene.

    Remerciement aux Editions JC Lattès pour cette lecture.

    L'atelier d'écriture-Leçons à un futur écrivain – Bruno Tessarech – Editions JC Lattès – 2015

    Du même auteur: 

    Lien permanent Catégories : Essais
  • 7 commentaires

    Les aventures de Lola - Carl Norac

    carl-norac-shoot-pub-bruxelles71287.jpg?itok=GWvSMTsMJe profite de la soirée spéciale consacrée à Carl Norac pour découvrir ses écrits et, notamment, les livres d’enfants mettant en scène la petite Lola (L'école des Loisirs). 

    Cet écrivain belge, né à Mons en 1960 et fils de Pierre Coran, nous livre des histoires tout en douceur et en tendresse, rehaussées par les magnifiques illustrations et aquarelles de Claude K. Dubois.

    Dès les premières pages, on ne peut que s’attacher à la petite Lola qui adore les câlins et les bisous. Un jour où ses parents sont obligés de la laisser seule à la maison, elle va d’ailleurs rassembler tous les objets doux pour seLola, Carl Norac, L’école des loisirs, Claude K. Dubois, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, dessin, enfants, hamster, bisou, câlin, copain, ami, cadeau, princesse, mot, doux, ile, reine, scénario, Mons 2015, belge, écrivain, Mons, Belgique créer une énorme Ile aux câlins et se sentir moins seule.

    Très attachée à ses parents, elle leur réserve ses mots doux, qu’elle a précieusement conservés toute la journée. Toujours prête à faire plaisir aux autres, elle partage ses cadeaux avec des personnes tristes de son entourage pour les consoler, comme dans Lola, Reine des princesses.

    Lola, Carl Norac, L’école des loisirs, Claude K. Dubois, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, dessin, enfants, hamster, bisou, câlin, copain, ami, cadeau, princesse, mot, doux, ile, reine, scénario, Mons 2015, belge, écrivain, Mons, BelgiqueDans Mon meilleur ami du monde, elle fait l’expérience de la séparation lorsqu’elle apprend que son meilleur ami va déménager et changer d’école. C’est donc aussi une belle façon de parler aux enfants de l’amitié et de la distance qui sépare parfois les personnes.

     

    De très beaux albums pour enfants, dans un format pratique à manipuler, que les parents prendront aussi plaisir à lire.

     

    lola,carl norac,l’école des loisirs,claude k. dubois,critique,carnet de lecture,livre,littérature,blog littéraire,dessin,enfants,hamster,bisou,câlin,copain,ami,cadeau,princesse,mot,doux,ile,reine,scénario,mons 2015,belge,écrivain,mons,belgiqueLola, Carl Norac, L’école des loisirs, Claude K. Dubois, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, dessin, enfants, hamster, bisou, câlin, copain, ami, cadeau, princesse, mot, doux, ile, reine, scénario, Mons 2015, belge, écrivain, Mons, Belgique

     

  • 3 commentaires

    Lignes brisées – Harold Cobert

    Cover Lignes brisées Harold Cobert.jpegGabriel vient de recevoir un prix pour son nouveau roman. Sa promotion le conduit à Bruxelles où il espère revoir son amour de jeunesse, Salomé, désormais parlementaire européenne. Depuis leur rupture, Gabriel n'a de cesse de vouloir la reconquérir, son roman racontant d'ailleurs leur histoire passionnée et avortée, depuis le lycée jusqu'à l'inéluctable rupture.

    Le nom d’Harold Cobert ne m’est pas inconnu puisque j’ai déjà repéré plusieurs de ses romans, aux titres intriguants, dont Un hiver avec Baudelaire qui me tente beaucoup. C’est finalement avec ce roman d’amour que je le découvre réellement. Et on peut dire que la rencontre a eu lieu.

    L’auteur évoque les rendez-vous manqués et les rencontres avortées, le poids des silences et des non-dits. Un amour trop longtemps tu qui laisse un goût d’inachevé à Gabriel et Salomé, jusqu’à leur rencontre dans un parc bruxellois et les carapaces qui se fissurent.

    Passant constamment du passé au présent et du roman écrit par Gabriel à son vécu actuel, l'auteur nous offre un livre triste mais rempli d'espoir, avec des personnages attachants et quelques clins d’œil à ses précédents romans.

    Une histoire vieille comme le monde, qui nous réserve peu de surprises, mais que l’écriture délicate d’Harold Cobert, sans effets inutiles, rend plus belle et touchante. Les sentiments des personnages sont tellement bien rendus que l’on sort de cette lecture avec le cœur gros et la larme à l’œil.

    Remerciement aux Editions Héloïse d’Ormesson pour cette très agréable lecture. Découvrez le premier chapitre.

     Lignes brisées – Harold Cobert – Editions Héloïse d’Ormesson – 2015

    Du même auteur:

  • 0 commentaire

    L’infini livre – Noëlle Revaz

    Cover L'infini livre.jpgJenna et Joanna, deux écrivaines à succès, mènent une vie tranquille entre leurs familles et les plateaux de télévision. Dans le monde simplifié qui est le leur, les livres sont devenus de banals objets, dont la valeur et l'intérêt s'arrêtent à la couverture. Présentateur, acheteur ou écrivain, plus personne ne songe à les ouvrir. Le geste est tombé dans l'oubli. Mais cette simplification va plus loin et s'étend à tous les domaines de la vie. La musique est un objet. Les enfants peuvent être des autocollants.

    La lecture est une rencontre entre un auteur et un lecteur. Dans le cas de L’infini livre, la rencontre tant attendue ne s’est pas produite. En refermant ce roman, c’est l’incompréhension qui m’habite car je n’ai pas réussi à entrer dans l’imaginaire de Noëlle Revaz.

    Imaginez une société dans laquelle le livre se résume à une couverture, où le contenu n’a plus d’intérêt et doit même rester secret, où lire et se confronter à la pensée d’autrui est mal vu. De toute façon, lire n’a plus grand intérêt puisque les écrivains piochent dans des banques de phrases et d’expressions toutes faites pour créer leurs livres, les réduisant ainsi en une compilation de mots sans sens. On croirait rêver (ou cauchemarder plutôt)…

    Un roman surréaliste qui est une satire du monde du livre et de l’édition mais aussi une réflexion sur la culture, les multiples écrans remplaçant la connaissance grâce aux recherches instantanées qu’ils permettent. Noëlle Revaz pousse à l’extrême le fonctionnement de notre société actuelle dans ce roman étrange, sans véritable histoire mais dont le style, plutôt visuel, est intéressant. Par contre, je déplore l’aspect répétitif des propos, qui donne l’impression de ne pas avancer et emporte le lecteur dans le marasme dans lequel le monde du livre est ici plongé.

    Et si la quatrième de couverture annonce un roman « entre inquiétude et rire », c’est plutôt la consternation qui m’a habitée tout au long de la lecture. Un roman qui ne retiendra pas plus mon attention.

     

    L’infini livre – Noëlle Revaz – Editions Zoe – 2014