écriture

  • 0 commentaire

    Engrenages – Eric Neirynck

    Engrenages, Eric Neirynck, Lilys Editions, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Belgique, belge, littérature belge, thriller, Bruxelles, vidéo, psychiatre, écritureDépressif et alcoolique, Eric est au fond du trou. Pour sortir de l'impasse, il décide de suivre les conseils de son entourage et de contacter une psychiatre. Bonne ou mauvaise idée ?

    Engrenages ne comporte pas réellement d'intrigue. Le lecteur suit le quotidien d'un gars paumé pour qui l'écriture est devenue un exutoire et une forme de thérapie. Eric expose le vide de sa vie, raconte ses aventures et fantasmes dans un monologue qui m'a semblé un peu longuet.

    J'avoue avoir eu quelques difficultés à m'attacher à ce personnage, mais sa quête un peu naïve de l'amour le rend finalement sympathique. Eric a un tel besoin d'être aimé qu'il s'accroche au moindre signe, plein d'espoir face au bonheur qu'il imagine. Malheureusement, la chute n'en est que plus difficile lorsqu'il se rend compte de la supercherie dans laquelle il est tombé.

    Le style de l'auteur est direct, cru et incisif. Sans fard, il décrit les préoccupations de son personnage principal et, de ce fait, immerge instantanément le lecteur dans ce quotidien difficile et solitaire. Si j'ai aimé l'écriture acérée d'Eric Neirynck, sur le fond, mon impression générale reste mitigée face à cette histoire à laquelle j'ai eu du mal à accrocher.

    Remerciement à Lilys Editions pour cette découverte.

    Engrenages – Eric Neirynck – Lilys Editions – 2015

     

     

  • 1 commentaire

    L'atelier d'écriture – Bruno Tessarech

    l'atelier d'écriture,bruno tessarech,jc lattès,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,art nègre,écriture,lecture,atelier,écrivain,conseils,rentrée littéraire 2015,#rl2015C'est un constat, de plus en plus de personnes écrivent et les manuscrits s'accumulent sur la table des éditeurs avec le succès que l'on connait. Dans cet ouvrage, Bruno Tessarech, fort de sa longue expérience, se propose de jouer le rôle du maître-nageur pour éviter que les écrivains en herbe ne boivent la tasse.

    Alors qu'un grand nombre de personnes se disent qu'elles voudraient devenir écrivain « plus tard, un jour, quand elles auront le courage, l'inspiration », l'auteur les incite à se lancer dès maintenant et leur donne des conseils très concrets, notamment sur l'aménagement du temps d'écriture, à caser entre la vie de famille et le travail.

    Par cet ouvrage, Bruno Tessarech rend l'écriture romanesque plus accessible qu'il n'y parait au premier abord. Il met fin à certaines croyances et met le futur écrivain à l'aise en donnant des astuces pour contrecarrer les difficultés ou blocages (comme l'angoisse de la page blanche par exemple). L'auteur fait aussi de nombreuses références aux auteurs classiques (Balzac, Flaubert...) ou contemporains (Ellroy...), dont nous découvrons les pratiques d'écriture, rituels et manies.

    Dans un esprit très pratique, il pose la question de l'utilisation des fiches, du plan du roman, il informe sur les différents modes de narration et leurs effets sur le lecteur. Complètement en phase avec son temps, qui n'est plus à la description à outrance, ce que Tessarech nomme « la grande tartine romanesque », il conseille de se centrer sur les faits et gestes plutot que sur des réflexions morales qui allourdissent le texte, de mettre une certaine distance entre le vécu de l'auteur et l'histoire qu'il souhaite raconter.

    Tout à fait accessible, L'atelier d'écriture se lit comme un roman. On a vraiment l'impression que l'auteur s'adresse au lecteur, avec humour parfois, et toujours avec pédagogie et optimisme. Avec un ouvrage comme celui-ci entre les mains, l'apprenti-écrivain me semble bien outillé pour se lancer.

    A voir aussi  : la web-série Premières lignes qui a pour but d'accompagner les écrivains en herbe. Bruno Tessarech y partage ses conseils lors d'un stage d'écriture organisé par la Fondation Bouygues Telecom et Evene.

    Remerciement aux Editions JC Lattès pour cette lecture.

    L'atelier d'écriture-Leçons à un futur écrivain – Bruno Tessarech – Editions JC Lattès – 2015

    Du même auteur: 

    Lien permanent Catégories : Essais
  • 3 commentaires

    Le best-seller de la rentrée littéraire – Olivier Larizza

    le best-seller de la rentrée littéraire,olivier larizza,andersen & co,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,écriture,rentrée littéraire,auteur,romancierOctave Carezza, écrivain de 37 ans, rêve d’écrire un best-seller et de trouver l’amour. Il lui arrive moult aventures rocambolesques avec ses lectrices, ses éditeurs, ses confrères croisés dans les salons du livre, cette drôle de dame qui s’appelle Inspiration ou encore l’e-book, invention fabuleuse qui va révolutionner nos vies avant de nous pousser à faire la révolution… Avec un sens de l’humour irrésistible, Olivier Larizza brosse une satire épatante de nos mœurs littéraires.

    Le best-seller de la rentrée littéraire, s'il n'est pas aussi épatant que l'annonce la couverture, comporte de bons et de mauvais côtés.

    Dans le positif, je citerai les nombreuses références littéraires, les jeux de mots et quelques belles trouvailles dans les dialogues, qui font sourire. Le découpage du roman en chapitres est intéressant dans la mesure où il fait penser à une série où chaque épisode traite d'un sujet précis. On y découvre les relations difficiles qui unissent l'auteur à son éditeur, les coulisses des salons du livre (rencontres entre auteurs, dédicaces...), une réflexion sur le phénomène de «  rentrée littéraire  », etc.

    En ce qui concerne le thème du roman, on ne peut pas dire qu'Olivier Larizza fasse dans l'originalité. L'écrivain en quête de l'âme soeur/d'inspiration/d'argent a déjà fait l'objet d'un grand nombre de romans, comme ceux de Jean-Fabien ou de Steve Hely pour ne citer qu'eux, ce qui rend celui-ci peu intéressant. Le ton humoristique et décalé qui est annoncé aurait pu le sauver mais, là encore, l'auteur ne nous offre que du déjà vu. Un livre se lit facilement et rapidement mais qui m'a pas convaincue.

    Le best-seller de la rentrée littéraire – Olivier Larizza – Editions Andersen & Co – 2014

  • 2 commentaires

    Prière d'achever – John Connolly

    Prière d’achever, John Connolly, Flammarion, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, interview, bibliothèque, enquête, personnage, écriture, réécriture, suicide, Anna Karénine, TolstoïM. Berger est un homme tranquille et solitaire. A 35 ans, il quitte son emploi de fonctionnaire et se retire à la campagne pour écrire un roman. Un jour qu’il se promène le long de la voie ferrée, il est témoin de la chute d'une femme sous un train. Quelques jours plus tard, la même personne se jette à nouveau sur les rails. Déstabilisé, il décide de la suivre jusqu’à une étrange bibliothèque.

    Tout comme M. Berger, les passionnés de livres et d’histoires vont adorer ce roman qui immerge le lecteur dans un monde fantastique où les romans sont considérés comme des objets précieux et dont l’histoire peut encore évoluer. Nous faisons la connaissance d'une Anna Karénine plus vraie que nature ainsi que d’autres personnages emblématiques de la littérature.

    John Connolly fait de nombreuses références à de grands auteurs de la littérature classique et contemporaine et c’est toute sa passion des livres qu’il nous transmet à travers ce roman. Un livre sur les livres donc, mais aussi sur les lecteurs, dont on découvre l’importance capitale au sein de la chaine du livre (même si ce n’est pas celle que l’on imagine au premier abord).

    Prière d’achever, très court livre qui se lit en quelques heures, m’a permis de sortir d’une sorte de panne de lecture qui a duré un peu plus d’une semaine et pendant laquelle il m’était impossible d’ouvrir un livre. Je remercie donc l’auteur qui a réveillé mon plaisir de lecture. Son interview, en fin de roman, permet d’ailleurs de mieux connaitre John Connolly, son rapport aux livres et la genèse de ce roman.

     

    Prière d’achever – John Connolly – Editions Flammarion – 2014

    Du même auteur:

  • 0 commentaire

    Lire, écrire ou comment je suis devenu collectionneur de bibliothèques – Jacques Roubaud

    Cover Lire, ecrire, bibliothèque.jpgCe tout petit livre renferme un témoignage précieux, celui d’un lecteur qui partage son usage, son expérience et sa passion des bibliothèques, en tant que lieux de la transmission du savoir.

    Mathématicien de formation, Jacques Roubaud n’en est pas moins un amoureux des belles lettres puisqu’il est aussi poète et romancier. Membre de l’Oulipo depuis 1966, il s’est investi dans ce groupe international qui a pour objectif d’encourager la création à travers des contraintes littéraires (il est lui-même l’inventeur de la contrainte du baobab). Intéressé par des sujets très variés (poésie, religion…), ses recherches professionnelles et personnelles l’ont amené à se rendre dans de nombreuses bibliothèques à travers le monde, raison pour laquelle il se qualifie de collectionneur de bibliothèques.

    Maniant le verbe et l’humour avec brio, il nous livre son expérience de lecteur, tournant en dérision les classements compliqués de certaines bibliothèques et les entrées ultra sécurisées dignes des plus grandes banques. J’ai particulièrement apprécié ces petites anecdotes qui rendent la lecture vivante et font écho à un vécu personnel.

    Pour les générations actuelles, connectées en permanence et pour qui Google est le premier réflexe de recherche, le comportement de l’auteur semble relever de pratiques moyenâgeuses mais il est bon de se rappeler que le temps où il fallait se déplacer pour obtenir un livre rare ou ancien n’est pas si éloigné, alors qu’il suffit d’un clic pour l’obtenir actuellement.

    Jacques Roubaud nous livre donc ici son expérience de lecteur et place les bibliothèques que nous connaissons dans un continuum historique, pour finir par s’interroger sur l’avenir du livre et des bibliothèques face aux potentialités des nouvelles technologies.

    Pour celles et ceux qui le souhaitent, cet essai voyagera quelques temps. Offre réservée aux personnes que je connais un minimum. Toutes les infos ici.

    Lire, écrire ou comment je suis devenu collectionneur de bibliothèques – Jacques Roubaud – Presses de l’ENSSIB – 2012

    Lien permanent Catégories : Essais