Littérature francophone

  • 0 commentaire

    Le vertige des falaises - Gilles Paris

    livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, Gilles Paris, Le vertige des falaisesSur une île sauvage et désertée, Marnie, adolescente effrontée et fragile, vit au-dessus des falaises au cœur d'une imposante maison de verre et d'acier avec sa mère Rose et sa grand-mère Olivia, qui règne sur la famille et sur l'île tout entière. Un jeu de dupes où les masques tombent les uns après les autres. Et si une seule personne détenait tous les secrets de cette famille et s'en libérait enfin ?

    Ce dernier roman de Gilles Paris nous permet de faire la connaissance des habitants de l'Ile, et notamment de la famille Mortemer. La particularité de cette famille est qu'elle n'est composée que de femmes, tous les hommes de la maison étant morts. Sur cette île où tous se connaissent depuis l'enfance, les secrets de famille se dévoilent petit à petit, les animosités et amours cachés aussi. Et les Mortemer, fortunés, règlent les problèmes à coup de billets. 

    De façon générale, les personnages de ce roman ne sont ni attachants ni sympathiques. C'est aussi le cas de Marnie, jeune fille de 14 ans dégourdie et perspicace, d'une grande maturité pour son âge et à la personnalité bien construite. Elle apparaît comme une enfant étrange aux yeux des habitants de l'Ile mais a surtout du mal à exprimer ses sentiments et émotions. 

    Je dois bien avouer que j'ai été un peu déçue par Le vertige des falaises. Si le démarrage était plutôt lent, j'attendais avec impatience le moment où l'histoire allait se corser. Malheureusement, ce moment n'est jamais arrivé. A la moitié du roman, j'étais embourbée dans une lecture mécanique tant et si bien que je n'en attendais plus rien. Et lorsque les révélations ont enfin été dévoilées, j'étais déjà anesthésiée par plus de 150 pages d'un quotidien peu intéressant, répétitif et linéaire. Je n'ai absolument pas ressenti le suspense évoqué par l'auteur dans ses remerciements.

    Par contre, j'ai trouvé intéressant le fait que chaque chapitre donne la parole à une personne différente, alternant les narrateurs et donnant ainsi l'opportunité au lecteur d'appréhender une situation sous différents angles. 

    Je remercie néanmoins Editions Plon pour cette lecture.

    Le vertige des falaises - Gilles Paris - Editions Plon - 2017

    Du même auteur:

    L'été des lucioles

  • 0 commentaire

    La lanterne des morts - Janine Boissard

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,la lanterne des morts,janine boissard,fayard,bipolaireLila et Adèle sont sœurs. Belle, brillante, passionnée, Lila ne rêve que de mener la grande vie. Adèle est douce, tendre, responsable. Les années passant, de lourds soupçons pèsent sur Lila mais sans jamais la moindre preuve.
    Voyant sa sœur s’attaquer à celui qu’elle aime, les yeux d’Adèle s’ouvrent enfin. Menant une discrète enquête, elle découvre la vérité. Mais cela suffira-t-il à sauver Vivien ?

     

    Janine Boissard emporte une nouvelle fois le lecteur au cœur de la bourgeoisie française, à la rencontre d'amoureux de la terre, entre trufficulteurs et vignerons. 

    L'histoire commence doucement mais elle se corse au fil du texte, dévoilant les traits de caractère des protagonistes. Sympathiques et attachantes, les personnalités sont bien construites et cohérentes, ce qui ajoute au plaisir de lecture.

    Petit à petit, La lanterne des morts dévoile de sombres histoires de familles et braque le projecteur sur Lila, le mouton noir de la famille. Atteinte de bipolarité, elle a un comportement totalement incontrôlable et difficile à gérer pour sa sœur Adèle. C'est ce personnage énigmatique qui introduit le suspense dans ce roman de Janine Boissard, plaçant sans cesse le lecteur dans une situation d'attente, ne sachant quelle va être sa prochaine mauvaise idée.

    On suit aussi Adèle, la narratrice, de son enfance à l'âge adulte. D'une nature simple, attachée à sa famille et au travail de la terre, elle reprendra la gestion du domaine familial à la mort de son père.

    La lanterne des morts est un très bon roman. Mêlant habilement traditions françaises et suspense, sans pour autant être un roman policier, on ne peut que se laisser porter par l'écriture de l'auteure, jusqu'au dénouement. 

    Remerciement aux Editions Fayard pour cette très agréable lecture.

    La lanterne des morts - Janine Boissard - Editions Fayard - 2017

    Du même auteur:

  • 0 commentaire

    Celui-là est mon frère - Marie Barthelet

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,celui-là est mon frère,marie barthelet,orientUn jeune chef d’état reçoit la visite de son frère tant aimé, disparu dix ans plus tôt. La brève joie des retrouvailles cède très vite la place à l’amertume et à l’indignation : celui qui est revenu a changé. Il est désormais l’Ennemi. À cause de lui, le pays va s’embourber dans une crise sans précédent.

    C'est par le biais de cette couverture en forme d'illusion d'optique que j'ai découvert le premier roman de Marie Barthelet.

    Ce roman sort de l'ordinaire à plus d'un titre. 

    Tout d'abord parce que certaines données manquent comme les noms des personnages principaux, le lieu et l'époque. Si cela est un peu perturbant au début, l'absence d'informations fait "travailler" le lecteur, qui laisse alors son imagination combler les vides et participe ainsi à la mise en scène du roman. C'est aussi une façon, pour l'auteure, de montrer à quel point cette histoire peut être universelle.

    Le fait que le roman mette l'accent sur les sentiments et émotions du jeune chef d'Etat rend ce roman particulièrement prenant. J'ai ressenti beaucoup d'empathie pour ce personnage, dont la souffrance transparaît à travers les lignes. Lui qui garde tant de bons souvenirs de l'enfance partagée avec son frère de lait, il ne peut concevoir que ce dernier ne soit revenu que pour lui nuire. D'autre part, le jeune homme qui revient n'est plus l'enfant insouciant d'alors, il a vécu parmi les pauvres et s'est approprié leur colère. Devenu leur porte drapeau, il se sent prêt à s'opposer à son frère et à faire basculer le gouvernement en place.

    Celui-là est mon frère est un roman qui m'a totalement dépaysé tant il est différent de ce que je lis habituellement. Comme quoi le changement a souvent du bon, j'ai découvert une auteure talentueuse et qui a longuement mûri ce roman. Bien lui en a pris puisque les personnages sont poignants de réalisme et profondément humains dans leur colère, leur révolte et l'expression de leurs sentiments. 

    Un court mais très bon premier roman, à découvrir sans tarder. 

    Celui-là est mon frère - Marie Barthelet - Editions Bruchet-Chastel - 2016

     

     

  • 0 commentaire

    Un siècle de mensonges - Jean-Louis Aerts

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,jean-louis aerts,un siècle de mensonges,prix club,belgeJeune journaliste, Marylou est engagée par un richissime vieillard américain pour écrire sa biographie. Le contrat à peine signé, elle se rend compte qu’elle se fait manipuler. Le compte à rebours est déclenché : il lui reste moins de deux ans pour comprendre les enjeux dont elle est l’objet. 

    Un siècle de mensonges nous raconte deux histoires parallèles, celle de Marylou en 2000 et celle de Massimo en 1908. Leurs vécus si différents se déroulent sous nos yeux pour finalement se croiser et nous dévoiler une fin inattendue.

    Les références à des événements passés et bien réels sont très intéressantes et parfaitement intégrées au roman. L'auteur aborde le tremblement de terre qui a touché la ville de Messine (Sicile) en 1908, le krash boursier de 1928 ou encore l'explosion d'un dirigeable dans les années 1930. Avec un petit détour par Redu, LE village belge du livre.

    Les personnages sont intéressants et bien construits. On se prend d'affection pour ces êtres qui cachent leurs émotions sous une certaine froideur et que l'on apprend à connaître au fil du roman.

    Un siècle de mensonges est une sorte d'énigme à résoudre, qui incite le lecteur à se prendre au jeu des devinettes. L'intrigue est très bien pensée et le rythme parfaitement dosé, alternant accélérations et moments plus calmes. Un roman que l'on n'a pas envie de lâcher avant d'en connaitre la fin. 

    Un premier roman très réussi pour ce professeur de cours littéraires dans une école bruxelloise. 

    Un siècle de mensonges - Jean-Louis Aerts - 180° Editions - 2016

  • 0 commentaire

    Quand on n'a que l'humour - Amélie Antoine

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,quand on n'a que l'humour,amélie antoine,michel lafon,humoriste,scèneC’est l’histoire d’un humoriste en pleine gloire, adulé de tous, mais qui pense ne pas le mériter. Un homme blessé qui s’est accroché au rire comme on se cramponne à une bouée de sauvetage. C’est aussi l’histoire d’un garçon qui aurait voulu un père plus présent, qui a grandi dans l’attente et l’incompréhension.C’est une histoire de paillettes et de célébrité, mais, surtout, l’histoire d’un père et d’un fils à qui il aura fallu plus d’une vie pour se trouver.

     

    Le personnage d'Edouard Bresson est très bien construit. Son enfance de petit garçon bègue, qui s'est construit dans la culpabilité et sous l'emprise d'un père autoritaire, a provoqué d'importantes failles. Devenu adulte et malgré un très grand succès professionnel, le manque de confiance et l'impression d'être un imposteur que l'on va démasquer le poursuit. Son besoin de reconnaissance est incommensurable mais, surtout, il voudrait pouvoir déceler une lueur d'admiration dans le regard de son fils qui ne le regarde même plus.

    Entre passé et présent, la vie d'Edouard défile sous nos yeux, provoquant un attachement et un élan d'empathie pour ce personnage mal aimé.

    Les dialogues sont peu nombreux, Edouard et son fils nous racontent, simplement, leurs vies et les éléments à coté desquels ils sont passés. Pourtant, je ne me suis pas ennuyée une seconde à la lecture de ce roman. C'est un vrai travail d'introspection que l'auteure met au jour, mettant l'accent sur les sentiments et les émotions des personnages.

    Sans exagération ni lamentations, Amélie Antoine fait de cette histoire un roman émouvant et touchant, qui m'a plus d'une fois laissé la gorge serrée.

    Une belle découverte que celle de cette auteure à découvrir.

     

    Remerciement aux Editions Michel Lafon pour cette agréable lecture.

    Quand on n'a que l'humour - Amélie Antoine - Michel Lafon - 2017