Carnet de lecture - Page 8

  • 0 commentaire

    Le hasard a un goût de cake au chocolat - Valérie Cohen

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lectureLe hasard existe-t-il ? Les coïncidences peuvent-elles avoir un sens ? Impossible, dirait Roxanne. Pourtant, lorsqu’elle reconnaît, sur un marché aux puces, une photographie de son arrière grand-oncle, ses certitudes sont ébranlées. Cette improbable rencontre la bouleverse. Entre simples coïncidences et clins d’œil de l’existence, le quotidien tranquille de la jeune femme vacille…

    Etant donné que j'avais adoré Alice et l'homme-perle, j'avais hâte de découvrir le nouveau roman de Valérie Cohen. Et une nouvelle fois, c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé sa plume.

    Le hasard a un goût de cake au chocolat est une histoire de femmes et d'amours. Les générations s'y côtoient et échangent sur leurs vies tumultueuses tandis qu'Adèle, qui sait sa fin proche, voudrait transmettre ses valeurs à ses nièces.

    L'auteure évoque les émotions et sentiments de ses personnages avec douceur, bienveillance et sans jugement sur leurs comportements. 

    En référence au fameux cake au chocolat d'Adèle, chaque chapitre a un goût différent, au sens propre comme au figuré. Mais le fil rouge reste une certaine vision de la vie, ouverte sur tous les possibles et profondément positive. 

    Un très beau roman, pour une auteure dont je ne me lasse pas.

    Remerciement aux Editions Luce Wilquin pour cette lecture.

    Le hasard a un goût de cake au chocolat - Valérie Cohen - Editions Luce Wilquin - 2017

    Du même auteur:

  • 3 commentaires

    Une vie à t'attendre - Alia Cardyn

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,une vie à t'attendre,alia cardyn,charleston, Prix ClubUne vie à t’attendre nous raconte l’histoire de Rose, dont les parents disparaissent quand elle a six ans. Seize ans plus tard, elle découvre quelques mots sur un carton, des indices sur la disparition de ses parents… Lui permettront-ils de dépasser une enfance brisée ?

    Une vie à t'attendre est un roman que j'ai beaucoup aimé. 

    De la petite fille qui pense que ses parents sont partis par sa faute à l'adulte qui éprouve des difficultés à s'attacher, la personnalité de Rose est bien rendue et parfaitement réaliste. On se prend rapidement d'affection pour cette jeune femme qui s'est construite, cahin-caha, suite à la disparition de ses parents mais qui espère chaque jour leur retour.

    Sans qu'il s'agisse d'un roman policier, une certaine tension transpire de ce récit. L'auteure entretient le mystère et a un don certain pour laisser le lecteur dans l'attente du dénouement.

    Les allers-retours entre l'enquête du Commissaire Jaco sur la disparition et la vie actuelle de Rose, loin d'être dérangeants, cassent au contraire la linéarité du récit et placent le lecteur dans des ambiances différentes et intéressantes.

    Certes, certains éléments sont un peu trop convenus, mais Une vie à t'attendre reste un très bon roman qui offre au lecteur un panel varié d'émotions et un suspense bien dosé.

    Un premier roman bien maîtrisé, qui augure une grande auteure. 

    Une vie à t'attendre - Alia Cardyn - Editions Charleston - 2016

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,une vie à t'attendre,alia cardyn,charleston, Prix Club

  • 0 commentaire

    Monsieur Origami - Jean-Marc Ceci

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,jean-marc ceci,monsieur origami,origami,japon,gallimard,prix club,rentrée littéraire 2016Maître Kurogikun a quitté son Japon natal à l'âge de 20 ans pour suivre une femme qu'il avait aperçue et s'est installé en Toscane. Depuis, il vit dans une ruine abandonnée et se livre à la fabrication du washi, un papier japonais traditionnel, et au pliage d'origamis. D'où son surnom de Monsieur Origami.

    Ne tournons pas autour du pot: j'ai adoré Monsieur Origami!

    Dans ce premier roman très réussi, Jean-Marc Ceci a choisi d'adopter le style propre aux auteurs japonais. La narration est très épurée et il suffit de quelques mots bien choisis pour que l'auteur nous emporte dans un autre univers.

    La philosophie zen, pratiquée par Maître Kurogikun, est particulièrement présente et imprègne totalement le roman, laissant une grande place aux silences et à la méditation. J'ai beaucoup apprécié cette atmosphère empreinte de poésie où la solitude, la contemplation de la nature et la réflexion occupent toute la place dans une incroyable économie de mots. Là où certaines pages ne contiennent que quelques lignes, plusieurs phrases sont au contraire répétées plusieurs fois comme un mantra.

    A travers ce roman et la rencontre de Maître Kurogikun avec le jeune Casparo, ce sont aussi les traditions japonaises qui s'offrent au lecteur. En particulier, celles de l'art de plier (et de déplier) le papier et de fabriquer le washi de façon artisanale. 

    J'ai été frappée par la sérénité et la poésie qui se dégage de ce texte, nous incitant à marquer un temps d'arrêt dans nos vies mouvementées. 

    Une belle surprise que ce premier roman très abouti. A lire absolument si vous aimez les auteurs japonais. Si un petit avant-goût vous tente, téléchargez un extrait de Monsieur Origami (pdf).

    Monsieur Origami - Jean-Marc Ceci - Editions Gallimard - 2016

    livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, Jean-Marc Ceci, Monsieur Origami, Origami, Japon, Gallimard, Prix Club, rentrée littéraire 2016

  • 3 commentaires

    Le mystère Henri Pick - David Foenkinos

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,le mystère henri pick,david foenkinos,bibliothèque des livres refusésEn Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune éditrice découvre ce qu'elle estime être un chef-d’œuvre, écrit par un certain Henri Pick. Elle part à la recherche de l'écrivain et apprend qu'il est mort deux ans auparavant. Selon sa veuve, il n'a jamais lu un livre ni écrit autre chose que des listes de courses... Aurait-il eu une vie secrète?

    Au départ, le pitch m'a fait penser à l'excellent roman d'Irving Finkel, Au paradis des manusrits refusés, qui traite aussi d'une bibliothèque des livres refusés. Mais c'est bien là le seul point commun entre ces deux romans.

    Dans ce roman, David Foenkinos nous permet de regarder le monde de l'édition par le trou de la serrure et fait découvrir les dessous de la création d'un best-seller ainsi que le travail des petites mains indispensables à leur diffusion. Mais Le mystère Henri Pick est aussi une critique de ces maisons d'éditions qui encensent leurs auteurs bankables tout en refusant d'excellents romans d'inconnus. Ce roman démontre, si cela était encore nécessaire, à quel point une campagne marketing bien ficelée est capable de vendre n'importe quelle histoire.

    L'auteur revient d'ailleurs sur l'importance, à l'heure actuelle, du roman autour du roman c'est-à-dire de l'histoire et des circonstances de son écriture. Dans ce cas précis, le caractère secret de l'auteur, les conditions dans lesquelles le roman a été rédigé et déniché en font un succès phénoménal, mettant ainsi en avant la forme sur le fond.

    C'est donc avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé l'écriture de David Foenkinos. Les rebondissements ne manquent pas et l'ennui est tenu éloigné grâce à des personnages attachants et quelques traits d'humour bienvenus.

    Lisez le premier chapitre (pdf), vous ne pourrez plus vous en défaire!

    Le mystère Henri Pick - David Foenkinos - Editions Gallimard - 2016

    Du même auteur:

      

  • 0 commentaire

    Les premières impressions - Jean Hanff Korelitz

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,les premières impressions,jean hanff korelitz,cherche midiGrace Reinhart Sachs, thérapeute spécialisée dans les relations de couple, mène l’existence dont elle a toujours rêvé. Son époux, Jonathan, est un onco-pédiatre sensible et leur fils Henry, 12 ans, un garçon studieux. Très investie dans le travail qu’elle effectue auprès de ses patients, Grace est sur le point de publier un essai, Vous auriez dû le savoir, dans lequel elle met les femmes en garde : si elles écoutaient attentivement les hommes et se fiaient à leur intuition dès la première rencontre, elles éviteraient bien des déconvenues. Or, à quelques semaines de la parution, une femme est assassinée et son mari disparaît. Peu à peu, Grace réalise que l’homme qu’elle pensait connaître parfaitement n’est peut-être pas celui qu’elle croyait… 

    Alors que je trouvais la thématique intéressante et prometteuse, je dois bien avouer que je n'ai pas du tout accroché à ce roman.

    Je regrette un démarrage et une mise en situation particulièrement longs. Grace parle de son travail, de ses patients, de sa vie de famille et de son environnement. Bref, de son quotidien très banal et peu intéressant. Quand les choses s'accélèrent enfin (à la moitié du roman), j'avais été tellement anesthésiée par les descriptions précédentes que je n'ai pas réussi à apprécier la situation ni à m'y intéresser. Il faut dire que le résumé livrait déjà beaucoup d'éléments et enlevait ainsi toute surprise.

    Le personnage de Grace est peu sympathique et il m'a paru difficile de m'y identifier. J'ai notamment ressenti une différence trop forte entre ce que l'on dit d'elle et ce que j'ai ressenti de sa personnalité, qui m'a semblé hautaine et peu empathique.

    Alors que Les premières impressions est décrit comme un thriller, je n'ai pas ressenti la tension ou le suspense qui caractérise généralement ce type de romans. Au contraire, l'angoisse de Grace n'est jamais parvenue jusqu'à moi, tant elle est noyée dans de multiples descriptions et un monologue intérieur qui m'a ennuyé. 

    L'histoire en elle-même aurait pu être vraiment intéressante et prenante si elle avait été traitée différemment, avec plus de punch. 

    Je remercie néanmoins les Editions Cherche midi pour cette lecture.

    Les premières impressions - Jean Hanff Korelitz - Cherche midi - 2016