Carnet de lecture - Page 4

  • 0 commentaire

    Ne fais confiance à personne - Paul Cleave

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,ne fais confiance à personne,sonatine,rentrée littéraire 2017,un employé modèleIl y a pire que de tuer quelqu’un : ne pas savoir si on l’a tué.

    Jerry Grey a fait fortune en écrivant des romans policiers. Mais un Alzheimer précoce vient compliquer sa vie car, tout à coup, il se rend compte qu'il oublie un tas de choses : ses clés, sa voiture et, pire, ses souvenirs. Alors lorsqu'il commence à s'accuser de meurtres, le lecteur ne peut que s'interroger: réalité ou souvenirs lointains des situations qu'il inventées pour ses romans?

    Je ne suis pas la plus grande fan de Paul Cleave mais il faut bien avouer que ce dernier roman est particulièrement réussi. L'histoire oscille continuellement entre la réalité actuelle de Jerry, cloîtré dans une maison de santé, et les extraits d'un journal qu'il écrivait au tout début de sa maladie, dans l'espoir de ne pas perdre tous ses souvenirs.

    Ne fais confiance à personne commence plutôt lentement mais une soudaine accélération nous harponne définitivement et nous empêche de lâcher le roman. Et même si le titre peut donner quelques pistes, on se prend au jeu des hypothèses. Mais, avec un auteur comme Paul Cleave, le lecteur est perdant à tous les coups. Il arrive à nous tenir en haleine jusqu'au bout, avec une chute que l'on n'avait pas du tout envisagée.

    Au-delà du thriller psychologique, ce roman est aussi l'occasion pour le lecteur d'assister à la lente dégradation des fonctions cognitives de Jerry et de prendre conscience de la réalité de la maladie. Que ce soit sous l'angle du patient lui-même ou de celui de sa famille, Ne fais confiance à personne rend palpables les difficultés quotidiennes et la détresse des personnes qui souffrent d'Alzheimer. 

    Un roman qui me réconcilie avec Paul Cleave. 

     

    Remerciement aux Editions Sonatine pour ce bon moment de lecture.

    Ne fais confiance à personne - Paul Cleave - Editions Sonatine - 2017

    Du même auteur:

  • 0 commentaire

    Le liseur du 6h27 - Jean-Paul Didierlaurent

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,le liseur du 6h27,jean-paul didierlaurent,au diable vauvert,folio"Pour tous les voyageurs présents dans la rame, il était le liseur, ce type étrange qui, tous les jours de la semaine, parcourait à haute et intelligible voix les quelques pages tirées de sa serviette."

    Guylain Vignolles a 36 ans. Il est opérateur en chef dans une usine de recyclage, aux commandes d'une machine infernale qui pilonne les livres invendus pour en faire une mélasse épaisse. Chaque jour, il sauve quelques pages du pilon, qu'il lit ensuite aux passagers du RER. Cette activité va l'amener à faire des rencontres étonnantes, improbables et totalement inattendues.

    Premier roman de Jean-Paul Didierlaurent, Le liseur du 6h27 est plutôt déroutant. Et s'il a été encensé par la critique à sa sortie, personnellement, je n'ai pas particulièrement accroché à ce roman.

    Le personnage principal n'est pas vraiment sympathique, mal dans sa peau et manquant de confiance en lui, il a une vie monotone et sans saveur. L'auteur nous détaille pourtant par le menu ses journées de travail et toutes les caractéristiques de la machine infernale sur laquelle Guylain travaille. 

    La lecture des quelques feuillets qu'il sauve va lui permettre de se sentir plus vivant, de s'ouvrir aux autres et, avec un petit coup de pouce, d'oser aller à la rencontre d'une personne qui va probablement changer sa vie.

    Le liseur du 6h27 est un roman que je voulais lire depuis longtemps. Sorti de ma PAL à l'occasion de quelques jours de congés, il me laisse cependant sur ma faim tant l'histoire est prévisible et le style inexistant. Je ne comprends pas pourquoi un tel ramdam a été fait autour de ce livre, qui a agréablement accompagné une journée ensoleillée mais qui est loin du chef d'oeuvre. 

     

    Le liseur du 6h27 - Jean-Paul Didierlaurent - Editions Au diable vauvert - 2014

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,le liseur du 6h27,jean-paul didierlaurent,au diable vauvert,folio

  • 0 commentaire

    La vie sauvage - Thomas Gunzig

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,littérature belge,thomas gunzig,la vie sauvage,rentrée littéraire 2017,au diable vauvertBébé rescapé d’un accident d’avion, Charles grandit dans la jungle africaine. Retrouvé par hasard le jour de ses seize ans et ramené à sa famille, il va découvrir la civilisation dans une petite ville du nord de l’Europe. La rage au ventre, il mettra tout en oeuvre pour retourner d’où il vient et où l’attend l’amour de sa vie. 

    Charles est le narrateur de ce roman où il raconte son arrivée dans un monde aux mœurs qu'il ne connait pas. Il pose un regard extérieur sur nos vies en métropoles et nous donne à voir notre quotidien sous un angle différent. Le monde qu'il découvre est gris, terne et exempt de nature. Mais, il est surtout frappé par la violence et la brutalité gratuites qui fait notre quotidien.

    L'auteur ancre réellement son personnage dans la vie actuelle puisque le jeune homme a été découvert grâce à Google Maps et qu'il va très vite comprendre les rouages des réseaux sociaux et d'internet, les utilisant même contre son entourage.

    La personnalité de Charles est particulièrement énigmatique et son comportement manipulateur rend toute forme d'attachement difficile. Alors qu'il a grandi en pleine jungle africaine, il a un niveau de vocabulaire et une culture littéraire impressionnants, citant Baudelaire, Verlaine ou Apollinaire tout à fait naturellement. En tant que lecteur, ces références sont intéressantes mais difficiles à imaginer dans la bouche d'un adolescent, qui a grandi dans la forêt qui plus est.

    J'ai été un peu déçue par cette lecture. Je trouve que le fond n'apporte rien d'original à une thématique déjà mille fois abordée et je déplore le recours à certaines facilités peu convaincantes.

    Un roman sombre et très critique envers notre société.

     

    Remerciement aux Editions Au diable vauvert pour cette lecture.livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,littérature belge,thomas gunzig,la vie sauvage,rentrée littéraire 2017,au diable vauvert

    La vie sauvage - Thomas Gunzig - Au diable vauvert - 2017

    Du même auteur:

     

  • 0 commentaire

    Norma - Sofi Oksanen

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,sofi oksanen,purge,les vaches de staline,norma,stockLe corps d’Anita Ross vient d’être retrouvé dans le métro de Helsinki. Les témoins sont unanimes : elle s’est jetée sur les rails. Mais Norma, sa fille unique, refuse d’y croire. Anita ne l’aurait jamais laissée seule avec son secret : ses cheveux sont vivants et poussent si vite qu’elle est obligée de les couper plusieurs fois par jour. Prête à tout pour connaître la vérité, Norma décide de retracer les derniers jours de sa mère mais ses découvertes attirent l’attention d’un puissant clan de la mafia locale…

    Sofi Oksanen a l'art d'aborder des thèmes qui sortent de l'ordinaire. Jamais je n'aurais cru lire un roman sur les extensions capillaires et pourtant! Avec Norma, l'auteure finlandaise plonge le lecteur dans l'industrie peu connue du cheveu. On y découvre un business très lucratif, les filières du trafic de cheveux destinés aux extensions capillaires, qui font l'objet de guerres entre clans mafieux.

    En parlant de cheveux, le personnage de Norma est plutôt particulier. Atteinte d'une hypertrichose héréditaire qui fait pousser ses cheveux d'un mètre par jour, elle doit cacher sa particularité tout en tentant de maîtriser les mouvements désordonnés de sa chevelure qui réagit aux émotions.

    Norma est un roman difficile à classer. L'enquête de la jeune femme sur la mort de sa mère nous rapproche un peu du policier mais le soupçon de magie et de surnaturel qu'il contient brouille les pistes. C'est aussi un roman engagé, qualifié de féministe par certains, tant Sofi Oksanen défend la cause des femmes, notamment par son propos sur le trafic de mères porteuses. Finalement, ce que l'on pourrait reprocher à ce roman, c'est d'approcher plusieurs thématiques sans les approfondir suffisamment.

    Mais le talent de l'auteure reste intact. L'ambiance et le ton sont donnés dès les premières pages, que l'on va retrouver tout au long du roman, avec une tension et un suspense particulièrement bien maîtrisés.

    Un roman très différent de ce que l'auteure a publié précédemment mais qui fait son petit effet. A ne pas rater!

     

    Remerciement aux Editions Stock pour cette lecture.

    Norma - Sofi Oksanen - Editions Stock - 2017

    Du même auteur:

  • 0 commentaire

    La ferme du bout du monde - Sarah Vaughan

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,la ferme du bout du monde,cornouailles,sarah vaughan,préludesCe roman aborde deux histoires parallèles, qui se sont déroulées à soixante ans d'intervalle et dont le point commun est une ferme dans les Cornouailles, au bord de l'Atlantique.

    La ferme du bout du monde est un roman émouvant sur l'amour et la famille. On y retrouve Maggie, une vieille dame qui a toujours vécu dans la ferme familiale. Ses souvenirs de l'été 1943, de son amour pour Will et de leurs conséquences, sont encore bien vivaces et douloureux. En parallèle, le lecteur suit le parcours de Lucy, une jeune infirmière de 32 ans, qui connait des difficultés dans son travail et dans son couple. Elle décide alors de retourner dans la ferme qui l'a vue grandir, auprès de sa grand-mère Maggie.

    Pour la jeune femme, faire face au quotidien de la ferme et aider à la redresser financièrement, lui permet de se recentrer sur elle-même et sa famille. Elle va aussi découvrir des secrets qu'elle n'imaginait pas.

    Finalement, à 60 ans d'écart, Maggie et Lucy sont confrontées à des problèmes identiques en lien avec leur carrière professionnelle, leur avenir amoureux et leur investissement dans la ferme familiale.

    Et si la mise en place est un peu lente, on s'attache malgré tout à ces personnages maltraités par la vie et à la personnalité bien dessinée entre espérances et peurs.

    La ferme du bout du monde est un roman touchant, profondément humain et dans lequel transparaît tout l'amour de l'auteure pour les Cornouailles.

     

    Remerciement aux Editions Préludes pour cette lecture.

    La ferme du bout du monde - Sarah Vaughan - Editions Préludes - 2017