Carnet de lecture - Page 3

  • 0 commentaire

    Tenebra Roma - Donato Carrisi

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,tenebra roma,donato carrisi,calmann-levy,le chuchoteurDes conditions climatiques exceptionnelles obligent Rome a couper ses centrales électriques pendant une nuit. Or, une prophétie du pape Leon X affirmait qu'il ne fallait jamais jamais jamais que Rome se retrouve dans le noir total. Le black-out va en effet provoquer une recrudescence de la violence, mais surtout libérer un tueur, qui va profiter de l'occasion pour régler ses comptes.

    Tenebra Roma est le troisième volet de la série Marcus et Sandra, qui avait commencé par Le tribunal des âmes et Malefico. Pour ma part, je prends le train en marche puisque je n'ai pas lu les précédents tomes mais cela n'empêche pas la compréhension de l'histoire.

    Au contraire, l'auteur italien remet les choses en place et plante le décor, ce qui nous permet d'entrer très rapidement dans l'histoire.

    On est dans un vrai thriller psychologique, avec des personnages difficiles à cerner, des secrets inavouables et une sensation générale de tension dans une ville où tout est possible, et surtout le pire.

    Marcus et Sandra doivent faire face à une situation complexe prenant en compte la disparition d'un petit garçon, la mort suspecte d'un cardinal et des meurtres rituels. Le tout dans une ambiance d'apocalypse sur fond de religion, de secte et de luttes de pouvoir.

    Les informations nous arrivent au compte goutte au fil des découvertes du duo d'enquêteurs et on se prend au jeu des hypothèses avec beaucoup de plaisir. J'ai malheureusement deviné un élément important avant la fin mais le grand talent de Donato Carrisi ne m'a pas déçu puisque ce roman recèle de nombreuses autres surprises, que je n'avais pas découvertes. 

    Un très bon roman qui nous tient en haleine du début à la fin, à ne pas rater surtout si la thématique religieuse vous branche. Avec, en prime, les explications de l'auteur quant à sa démarche et ses recherches auprès de spécialistes pour mettre au point un scénario qui tienne la route. 

     

    Remerciement aux Editions Calmann-Levy pour cette lecture.

    Tenebra Roma - Donato Carrisi - Editions Calmann-Levy - 2017

    Du même auteur:

  • 0 commentaire

    Danser au bord de l'abîme - Grégoire Delacourt

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,danser au bord de l'abime,grégoire delacourt,audiolibEmma, quarante ans, mariée, trois enfants, heureuse, croise le regard d’un homme dans une brasserie. Aussitôt, elle sait.

    J'avais adoré Les quatre saisons de l'été et c'est donc avec enthousiasme que j'ai souhaité écouter Danser au bord de l'abîme. Malheureusement, ce dernier roman n'a pas été à la hauteur de mes espérances.

    J'ai éprouvé beaucoup de difficultés à entrer dans ce roman tant il est descriptif. Emma expose son quotidien, ses sentiments et son désir soudain pour cet inconnu, qu'elle analyse dans un monologue qui m'a semblé sans fin. Le rythme est particulièrement lent, notamment en raison d'une quasi absence de dialogues.

    Emma parle à la première personne, ce qui est censé rapprocher le lecteur du personnage, mais je n'ai absolument pas pu m'identifier à elle malgré tous les détails intimes qu'elle partage avec nous. Emmanuelle est plutôt antipathique, elle qui s'apitoie sans cesse sur son sort, qui quitte un mari malade et ses trois enfants sur un coup de tête et sans un regard en arrière. 

    Danser au bord de l'abîme comporte de nombreuses références à la littérature, à l'opéra, à la musique classique ou encore au monde du vin, qui m'étaient totalement inconnues, ce qui a aussi introduit une distance vis-à-vis d'Emma. 

    Et si la fin de la première partie a réussi à m'étonner, le soufflé est malheureusement bien vite retombé.

     

    "La vie, c'est danser au bord de l’abîme, ce n'est pas tricoter à longueur de journée"

     

    Remerciement à Audiolib pour cette lecture.

    Danser au bord de l'abîme - Grégoire Delacourt - Audiolib - 2017

    Du même auteur:

  • 4 commentaires

    Chaman - Maxence Fermine

    livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, Chaman, Maxence Fermine, Opium, Noces de sel, Michel Lafon, SiouxCharpentier sur les immenses tours d’acier de Duluth, dans le nord des États-Unis, Richard Adam n’a jamais oublié le sang indien qui coule dans ses veines. Mais le retour sur sa terre natale pour enterrer sa mère va le plonger dans un monde dont il n’aurait jamais soupçonné l’existence.

    Maxence Fermine est un auteur que j'aime beaucoup et que je lis toujours avec plaisir. Chacun de ses romans nous plonge dans un environnement complètement différent mais je remarque que l'accent se porte souvent sur les coutumes et traditions des peuples rencontrés.

    Cette fois, l'auteur emmène le lecteur sur les traces de Richard Adam, au cœur des réserves indiennes fédérales américaines. En même temps que Richard, nous découvrons l'histoire des Sioux et leur entrée en conflit avec les américains blancs, ce qui a complètement modifié leur mode de vie ancestral. Sédentarisation forcée, perte de libertés, interdiction de pratiquer leurs cultes et cérémonies, les indiens Lakotas restent encore aujourd'hui opposés aux Etats-Unis. 

    C'est dans ce contexte que Richard débarque dans la réserve, l'urne funéraire de sa mère sur le siège arrière, pour réaliser sa dernière volonté. Pour lui, il s'agira d'une sorte de voyage initiatique à la rencontre d'une histoire et d'un passé qu'il ne connait pas. Les rencontres qu'il va y faire vont lui permettre de rattacher ses impressions et ressentis à une réalité qui lui avait échappé jusque-là.

    Un beau roman qui véhicule des valeurs fortes d'amitié, d'amour, d'entraide face à l'adversité, avec une petite touche de fantastique et une fin qui nous laisse dans l'expectative. Chaman n'est pas mon roman préféré de Maxence Fermine mais j'ai apprécié de découvrir l'histoire et la vie actuelle des Sioux.

     

    Remerciement aux Editions Michel Lafon pour cette lecture.

    Chaman - Maxence Fermine - Editions Michel Lafon - 2017

    Du même auteur:

     

  • 1 commentaire

    Le jour est aussi une colère blanche - Eric Brucher

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,eric brucher,le jour est aussi une colère blanche,wilquin,rentrée littéraire 2017Il y a des tagueurs, des apprentis djihadistes, des skateurs, des slameurs (une slameuse), des clameurs (une clameuse), des potagistes, des prophètes (un prophète), des calligraphes, des taulards (un), des laveurs de vitres (un aussi). Tous à leur manière des révoltés, porteurs d'énergie pour vivre et sortir des enfermements.

     

    Je connaissais Eric Brucher, dont j'avais lu l'excellent Colombe. Je n'ai donc pas réfléchi bien longtemps avant de lire sa dernière publication.

    Le jour est aussi une colère blanche est un recueil de nouvelles qui a la particularité de reprendre des personnages issus d'un précédent roman La blancheur des étoiles, personnages qui sont également présents dans plusieurs nouvelles et se font ainsi écho.

    Eric Brucher a une capacité inégalée pour parler des sentiments, du mal-être et de la révolte qui habitent certains. Ce recueil nous fait voir la jeunesse d'aujourd'hui sous un angle différent de ce que les médias laissent entendre. Le lecteur fait la connaissance de jeunes perdus, en perte de repères, qui cherchent du sens et ne voient pas d'avenir possible. Des jeunes qui ont des rêves, qu'ils souhaiteraient pouvoir accomplir. Et c'est leur révolte face à la société actuelle qui est mise à l'honneur dans ce recueil, cette énergie positive qui fait bouger les choses.

    Les premières nouvelles sont mes préférées car le style est direct, les phrases sont courtes et percutantes, elles se martèlent et la douleur exprimée se propage jusqu'au lecteur. Dès les premières pages, quelque chose de fort se passe, ce qui est plutôt rare en littérature. La faute aux mots précis, bien choisis et au rythme du texte, qui sonne comme du slam avec rimes et jeux de mots.

    Les thématiques développées sont particulièrement d'actualité. Il y a Redouane que le désenchantement pousse vers le Djiad et la Syrie, Fatima qui est obligée de porter le hijab alors qu'elle voudrait s'habiller à l'occidentale mais aussi des adultes qui veulent changer le monde dans lequel ils vivent en initiant des potagers partagés au cœur de la ville. Tous rêvent à leur manière d'un autre monde mais doivent faire face à des adversaires de taille. 

    Un recueil fort et qui pousse à la réflexion.

    Et puisque vous vous êtes probablement demandés d'où vient ce titre énigmatique, sachez qu'il fait référence à un graffiti anonyme apposé sur un mur bruxellois. Que le premier qui le trouve n'hésite pas à m'envoyer une petite photo!

     

    Remerciement aux Editions Luce Wilquin pour cette lecture.

    Le jour est aussi une colère blanche - Eric Brucher - Editions Luce Wilquin - 2017

    Du même auteur:

  • 0 commentaire

    By the rivers of Babylon - Kei Miller

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,by the rivers of babylon,kei miller,jamaïque,zulma,rentrée littéraire 2017Augustown, quartier pauvre de Kingston, Jamaïque. En cet après-midi d’avril 1982, assise sur sa véranda, Ma Taffy sent dans l’air une pesanteur très particulière. Kaia, son petit-fils, rentre de l’école. Ma Taffy n’y voit plus mais elle sait reconnaître entre toutes l’odeur entêtante de la calamité qui se prépare. Car aujourd’hui, à l’école, Monsieur Saint-Josephs a commis l’irréparable : il a coupé les dreadlocks de Kaia – sacrilège absolu chez les rastafaris.

    En choisissant By the rivers of Babylon, j'avais envie de lire un roman différent de mes lectures habituelles, de sortir de ma zone de confort et d'être étonnée. La Jamaïque m'est apparue comme une destination intéressante, assez éloignée de mes standards.

    Mais malheureusement, ma lecture fut fastidieuse. Je dois être une des rares personnes à ne pas avoir aimé ce roman.

    L'histoire des dreads de Kaia se mêle à l'histoire, plus large, de la région, qui est particulièrement marquée par la religion et les événements mystiques qui s'y sont déroulés. Une bonne partie du roman tourne autour de Ma Taffy, vieille femme imperturbable, assise dans sa véranda quel que soit le temps et véritable mémoire du village. Elle nous raconte ces histoires qui constituent l'identité du village et qui se transmettent de générations en générations.

    Ce qui est dommage, c'est que je n'ai pas été touchée par les personnages, leur vécu, leurs préoccupations et je n'ai absolument pas pu m'y identifier. La culture décrite par Kei Miller m'est totalement étrangère et j'ai éprouvé des difficultés à me plonger dans ces traditions et modes de vie. 

    Au final, je n'ai pas accroché à ce roman que j'ai trouvé long et lent et j'ai vraiment l'impression d'être passée à coté de quelque chose. 

    La question de l'identité est pourtant intéressante et la fin touchante mais cela ne sauve malheureusement pas l'ensemble. 

     

    Remerciement aux Editions Zulma pour cette lecture.livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,by the rivers of babylon,kei miller,jamaïque,zulma,rentrée littéraire 2017

    By the rivers of Babylon - Kei Miller - Editions Zulma - 2017