Nouvelles - Page 3

  • 1 commentaire

    Le New York des écrivains – Collectif

    Le New York des écrivains.jpgAlors que l’on n’a jamais autant parlé de New York dans les médias et que de nombreux auteurs américains en ont fait le décor de leurs romans, peu d’écrivains français ont osés mettre en scène cette ville dans leurs écrits. C’est en partant de ce constat que Vincent Jaury a eu l’idée de demander à treize auteurs français de rédiger des nouvelles sur cette ville de tous les fantasmes.

    Et le résultat est plutôt étonnant.

    Le fil rouge de ce recueil est évidemment la ville mythique de New York, qui apparaît comme un personnage de roman et que l’on découvre à travers le regard de ces treize auteurs. Chacun nous livre sa vision de la Grosse Pomme dans des nouvelles qui sont autant d’occasions de découvrir leur univers littéraire.

    Il est vrai que le recueil qui résulte de cette association semble un peu décousu tant les styles d’écriture sont différents et les longueurs de récits variables. J’ai particulièrement apprécié la nouvelle de François Bégaudeau A summer night at Gramercy Park qui aborde la tragédie du 11 septembre sous un angle original et avec humour. A voir également, les illustrations de François Olislaeger qui nous livre sa propre interprétation des nouvelles.

    La démarche de regrouper autant d’écrivains français pour parler d’une ville américaine a de quoi surprendre mais elle nous permet de découvrir la ville de New York de façon inédite, tout en mettant en lumière des auteurs parfois inconnus.

    Je remercie les Editions Stock pour ce voyage littéraire.

     

    Le New York des écrivains – Collectif – Editions Stock – 2013

  • 2 commentaires

    J’ai treize envies – Anna Galore

    Attention ! Public averti !

    Cover J'ai treize envies.jpgAnna Galore a déjà publié plusieurs romans mais c’est par ce recueil de nouvelles érotiques que je la découvre. A travers treize histoires courtes, elle met en scène des relations hétéro et homosexuelles, de la rencontre à l’acte proprement dit. Les ébats se déroulent entre partenaires d’un même couple mais aussi à plusieurs, le consentement étant évidemment toujours d’application.

    Même si je n’ai pas une grande expérience de la littérature érotique, j’ai l’impression que l’auteure reste dans le traditionnel, en mettant ses personnages dans des situations déjà connues : voyeurisme, échange entre meilleurs amis, tromperie de vacances, rêve érotique ou jeux sexuels. Elle joue aussi sur les symboles habituels de l’interdit (le couvent, l’église, l’autorité…). Rien de très original donc.

    Malgré cela, je dois dire que j’ai été agréablement surprise. Voilà un livre qui va droit au but avec efficacité, sans détours inutiles et qui éveille les sens. Au-delà du thème, il faut bien l’avouer, un peu sulfureux, Anna Galore arrive, quelle que soit la situation, à nous mettre dans la peau du personnage principal, qu’il soit homme ou femme.

    Petite curiosité de ce recueil, la dernière nouvelle fait constamment référence aux histoires précédentes en utilisant un mot, une expression ou un lieu qui a été cité auparavant. Intéressant et original.

    J’ai treize envies se déguste comme une sucrerie que l’on veut faire durer. Lire une nouvelle par jour pour prolonger le plaisir et émoustiller ses sens me parait être une bonne thérapie contre la morosité. À lire seule-e ou en couple ;-)

    J’ai treize envies, Anna Galore, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, extrait, premier chapitre, nouvelles, érotique, sexe, sexualité, relations sexuelles, hétéro, homo, extrait, premier chapitre, livre numérique, ebookDécouvrez la première nouvelle de ce recueil !

     

     

    J’ai treize envies – Anna Galore – Editions du Puits de Roulle – 2010 

  • 0 commentaire

    Tragédies salutaires – Dario Bicchielli

    Cover Tragédies salutaires.pngAmour et haine, liberté et oppression, éveil et repos, vie et mort, des mondes antagonistes aux frontières subtiles et capricieuses. Dans ce recueil, ces univers se côtoient sans cesse, se chevauchant et s’alternant au gré des péripéties de parfaits antihéros dont l’anonymat transcende les forces et les faiblesses de la condition humaine.

    Jeune auteur belge, Dario Bicchielli nous propose un premier ouvrage sous la forme d’un recueil plutôt étonnant. Mêlant nouvelles d’une certaine longueur, poèmes et textes ultracourts, Tragédies salutaires est un petit ovni littéraire qui souffle un vent nouveau sur le recueil de nouvelles.

    On y retrouve des héros qui n’en sont pas vraiment, confrontés aux petites tragédies du quotidien mais qui les affrontent pour en tirer quelque chose de positif. Les différentes histoires racontées sont l’occasion de faire un bilan de sa vie et de l’avenir que l’on se dessine. On y aborde les questions morales et philosophiques sans aucune lourdeur. J’attribuerais une mention spéciale pour Le miel et le vinaigre, sorte de conte moderne qui m’a étonnée et touchée.

    Le style de l’auteur est également intéressant car il combine humour et jeux de mots avec justesse, établissant une sorte de jeu avec le lecteur, qu’il prend plaisir à berner avec des retournements de situations impensables, qui nous font voir une situation sous un angle différent.

    Au terme de cette lecture, je me sens perplexe car j’ai eu du mal à entrer dans ce recueil malgré l’apriori positif que j’en avais. Néanmoins, je lui reconnais de l’originalité (jeux de mots et belles trouvailles langagières) et un propos qui fait réfléchir sur la société et notre comportement.

    Remerciement à Mon Petit Editeur pour cette découverte.

    Tragédies salutaires – Dario Bicchielli – Mon Petit Editeur – 2013 

  • 4 commentaires

    Passés imparfaits – Patrick Dupuis

    Cover Passes imparfaits.jpgA travers ces 21 nouvelles, Patrick Dupuis explore le passé. Souvent imparfait parce que l’on n’a pas fait les bons choix ou que l’on n’a pas accordé notre confiance aux bonnes personnes, l’amour était cependant toujours présent. Et même s’il s’est fané avec le temps, les sentiments forts qu’il a inspiré ont transportés le cœur des personnages de ces quelques nouvelles.

    Dans ce recueil, on retrouve des histoires classiques de grand amour qui se brise, des trahisons, des infidélités et les remous que connait toute relation amoureuse. Mais souvent, les personnages se trouvent à un tournant de leur vie, cette minute qui fait prendre une décision plutôt qu’une autre et qui changera le cours de leur existence.

    Il est souvent question d’histoires tristes, où l’amour s’épuise peu à peu pour disparaitre, de couples en perdition qui se cherchent un nouveau souffle et qui se séparent parfois. Et alors, il y a ceux qui plongent dans le désespoir, n’osant pas rêver d’un nouvel amour, et ceux qui profitent de l’occasion pour entamer une nouvelle vie et prendre un nouveau départ. Parce que l’avenir réserve encore de belles surprises et que l’espoir prévaut face à cette nouvelle vie à mener, ce bonheur à trouver.

    Shakespeare disait « Si tu ne te souviens pas de la moindre folie que l’amour t’a inspiré, c’est que tu n’as jamais aimé » et des folies il y en a eu ! Des lettres enflammées où Mylena se dévoile, des parcours de golf en plein mois de janvier, une nuit d’amour qui n’en n’est pas vraiment une, des choix faits que l’on regrette ensuite… En cela, les personnages de Patrick Dupuis nous ressemblent, avec leurs forces et leurs faiblesses et il est aisé de se retrouver dans leurs comportements.

    Un beau recueil qui nous renvoie à nos propres expériences et un auteur qui arrive, en quelques mots, à nous projeter dans la vie de ses personnages et à nous les rendre sympathiques. Un joli moment de lecture.

    Logo Challenge Luce Wilquin.JPGMerci à Keisha d’avoir fait voyager ce recueil jusqu’à moi. Passés imparfaits est prêt à repartir, si vous voulez le recevoir, n’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous.

    Et un livre de plus pour le Challenge Luce Wilquin de Minou

     

    Passés imparfaits – Patrick Dupuis – Editions Luce Wilquin – 2012 

  • 7 commentaires

    Les minutes célibataires – Valérie Nimal

    Cover Les minutes celibataires.jpgMa première rencontre avec Les minutes célibataires – ou plutôt avec le marque page du recueil – a eu lieu lors d’une soirée littéraire avec l’éditrice belge Luce Wilquin. J’ai tout de suite été attirée par la couverture tout autant que par le résumé.

    Mais trouver ce recueil de nouvelles n’a pas été simple et il a fallu attendre quelques années pour qu’enfin ma route croise à nouveau la sienne lors d’une brocante de quartier.

    Pendant toutes ces années d’attente, mon imagination a fonctionné à plein régime et j’attendais beaucoup de ce recueil…

    Mais, après lecture, mon bilan est plutôt mitigé, ce recueil me laisse à la fois un gout de trop et de trop peu. Un mélange d’excès et de manque.

    C’est la première fois que je lis un recueil comportant autant d’histoires courtes (39 nouvelles !), ce qui introduit une certaine confusion. A la dixième nouvelle, je devais me triturer les méninges pour me souvenir de la première…

    Le fait que les histoires soient très courtes (une moyenne de deux pages) n’aide pas. On a tout juste le temps de s’immerger dans le décor, de faire connaissance avec les personnages et tout est déjà fini ! J’ai vraiment été frustrée de ne pas connaitre la suite des relations qui se nouaient sous mes yeux…

    Les minutes célibataires compile des histoires tendres, parfois étranges, allant des premiers émois d’adolescents à des étreintes torrides en passant par des homicides en bonne et due forme. Un  cocktail surprenant…

    Mais, à chaque fois, l’auteure a réussi à capter les premières minutes de la rencontre, si décisives dans la poursuite ou non de la relation. Un évènement qui rapproche, des regards qui se croisent, un parfum qui fait se retourner… et peut-être au bout, une histoire d’amour ? En tout cas une reconnaissance mutuelle.

    Ma nouvelle préférée ? Le lavoir ou la rencontre d’une femme et d’un homme qui sèchent leur linge dans le même tambour et mélangent ainsi leurs sous-vêtements, ce qui crée un rapprochement inattendu. Poétique et amusant…

    Le format très court de ces nouvelles s’explique par le fait qu’elles ont été écrites pour une diffusion radiophonique, entre 2005 et 2008, pour ensuite être publiées sous forme de recueil en 2009.

    Logo Challenge Luce Wilquin.JPG

    Ma deuxième lecture pour le challenge Luce Wilquin de Minou.

    Pour celles et ceux qui le souhaitent, Les minutes célibataires voyagera quelques temps. Offre réservée aux personnes que je connais et/ou qui participent au Challenge Luce Wilquin. Toutes les infos ici.

    Ce recueil a fait une halte chez Minou, Je me livre et est actuellement chez Une Comète

    Les minutes célibataires – Valérie Nimal – Editions Luce Wilquin – 2009