*Mes coups de coeur - Page 2

  • 1 commentaire

    Le soleil des Scorta – Laurent Gaudé

    Le soleil des Scorta, Laurent Gaudé, Babel, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Italie, soleil, chaleur, famille, village, travail, amour, amitié, Goncourt, #romansété, étéL'origine de leur lignée condamne les Scorta à l'opprobe. A Montepuccio, leur village d'Italie du Sud, ils vivent pauvrement, et ne mourront pas riche. Mais ils ont fait voeu de se transmettre de génération en génération, le peu que la vie leur laisserait en héritage. Et en dehors du modeste bureau de tabac familial, leur richesse est aussi immatérielle qu'une expérience, un souvenir, une parcelle de sagesse, une étincelle de joie. Ou encore un secret. Comme celui que la vieille Carmela confie au curé de Montepuccio, par crainte que les mots ne viennent très vite à lui manquer.

    Laurent Gaudé réussi avec brio à immerger le lecteur dans la vie de ce petit village imaginaire du sud de l'Italie, situé entre mer et montagnes. À la lecture de ce roman, on a l'impression de faire partie intégrante du lieu et de partager les repas gargantuesques des Scorta, les fêtes traditionnelles, mais aussi de ressentir la chaleur qui brule la végétation.

    Chacun à sa manière, tous les personnages de ce roman ont une personnalité forte, sans pour autant être caricaturale. Le lecteur ne peut que s'attacher à ces personnages entiers et vrais qui tentent de transmettre leurs valeurs, à la fois importantes et élémentaires, aux générations futures. Leur comportement inspire le respect car ils ont réussis, à force de volonté et de travail, à construire la vie dont ils rêvaient malgré un départ difficile dans la vie et plusieurs expériences malheureuses.

    Un récit fort sur l'importance de la famille et de l'amitié mais aussi sur les valeurs de travail, de respect des anciens et d'honneur. Une histoire familiale faite de passion et d'attachement fraternel très fort racontée avec des mots qui touchent et qui m'ont laissée plus d'une fois avec les larmes aux yeux.

    Il est rare que j'apprécie un roman ayant reçu un prestigieux prix littéraire mais celui-ci est une exception. Je l'ai lu d'une traite, avec beaucoup de plaisir, et les images que l'auteur a suscitées  continuent de revenir régulièrement tant les valeurs qu'il défend me semblent essentielles. Une très belle expérience de lecture.

    Prix Goncourt 2004

    Le soleil des Scorta – Laurent Gaudé – Editions Babel – 2004

  • 5 commentaires

    Pendant que le Roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait ses chaussettes? – Zidrou & Roger

    Cover Pendant que le roi de prusse.jpgCatherine Hubeau est une vieille dame de 72 ans qui vit avec son fils Michel âgé de 43 ans, handicapé mental et physique. Cette bande dessinée est le témoignage du quotidien d'une héroïne de l'ombre, presque un hommage à toutes ces personnes qui se consacrent aux autres.

    Sous ce titre énigmatique, se cache un petit bijou de la bande dessinée. Dans ce album, Zidrou met de coté l'humour potache de L'élève Ducobu pour nous proposer une histoire d'une grande tendresse. Michel fait partie de ces êtres différents dont la vie a été bouleversée par un malheureux concours de circonstances. De ces personnes aussi attachantes que des enfants mais dont le quotidien est parfois difficile à gérer tant elles ont besoin de repères. Dans ces conditions, tout stress ou événement imprévu peut provoquer une réaction excessive.

    En lisant cet album, le lecteur se met à la place de cette maman qui se trouve seule à prendre en charge un adulte handicapé, avec toutes les difficultés que cela représente mais aussi avec le deuil d'une autre vie rêvée qu'il faut nécessairement faire. Les questions relatives à un placement permanent en institution et à l'avenir de Michel se pose inévitablement: qu'adviendra-t-il quand Catherine ne sera plus là pour veiller sur lui? Malgré les difficultés, l'histoire est positive car elle met en avant le lien très fort qui unit ces deux êtres, qui permet à la maman de tenir et de faire face aux moments de désespoir ou d'énervement.

    Un dialogue résume bien l'abnégation dont doit faire preuve une mère confrontée à cette situation.La scène illustre une discussion entre Mme Hubeau et une connaissance:

    - Comment va Michel?

    - Bien. Enfin! Mieux qu'on ne l'aurait jamais espéré. Il vit sa vie, quoi! Avec ses petites misères et ses grandes joies.

    - Et vous, Madame Hubeau?

    - Moi aussi...je vis sa vie.

    Les dessins de Roger sont très beaux, réalistes et empreints de beaucoup de douceur. Une très belle découverte, dont vous pouvez découvrir les premières pages ici 

    Pendant que le Roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait ses chaussettes? - Zidrou & Roger - Editions Dargaud - 2013

  • 3 commentaires

    Trois petites histoires de jouets – Philippe Claudel

    Cover Trois petites histoires de jouets.jpgA travers ce recueil de trois nouvelles, Philippe Claudel nous invite dans le monde des jouets. En ouvrant ce livre, je m'attendais à des histoires joyeuses d'enfants et de fêtes. Mais ces petites histoires mettent en fait en scène des adultes dans leur relation aux jouets en bois.

    L’auteur nous incite à poser un autre regard sur le jouet qui, sous sa plume, n'est pas uniquement objet d'amusement mais devient aussi un symbole, un souvenir ou un rêve. J'ai été particulièrement touchée par les deux dernières nouvelles Mains et merveilles et Pierrot lunaire qui font référence à des événements douloureux dans la vie des personnages principaux. En période difficile, les toupies et autres pantins réveillent le souvenir d’une vie paisible ou deviennent les révélateurs d’une enfance oubliée. Les histoires sont fortes, empreintes de tristesse lorsqu’elles font référence aux ravages de la guerre, mais marquées par une grande humanité, qui touche au cœur.

    Au-delà du jouet, ces nouvelles ont pour élément récurrent le travail et le façonnage du bois. Secondaire dans la première nouvelle, il prend toute son importance dans Mains et merveilles où la passion de Firmin pour son métier est palpable, le poursuivant jusque dans les tranchées de la guerre de 1914.

    Trois petites histoires de jouets est le premier livre que je lis de Philippe Claudel et je découvre une très belle plume, toute en nuances et pleine de tendresse, qui me donne envie de poursuivre par la lecture d'autres romans. Un petit livre qui se lit en quelques heures mais qui reste en tête longtemps après avoir été refermé. Un coup de cœur !

     

    Trois petites histoires de jouets – Philippe Claudel – Editions Virgile et Daniel Legrand – 2004

  • 3 commentaires

    L’herbier des fées – Benjamin Lacombe & Sébastien Perez

    Cover L'herbier des fées.jpgL’herbier des fées est le journal de bord d’Aleksandr Bogdanovich, un grand scientifique russe du siècle dernier. Chargé par Raspoutine de créer un élixir d’immortalité, il se rend dans la forêt de Brocéliande pour y étudier les plantes médicinales et percer les mystères de cette forêt légendaire.

    Ce précieux carnet comprend les notes quotidiennes du scientifique, ce qui permet au lecteur de suivre l’avancement de ses recherches et de connaître le résultat de ses expériences. Agrémenté de nombreuses illustrations et croquis, l’auteur nous immerge au cœur de la forêt de Brocéliande, à la rencontre des plantes inconnues qu’Aleksandr découvre.

    Je trouve que le titre est vraiment bien choisi car ce livre constitue réellement un herbier, avec ses plantes séchées et collées, ses dessins en coupe sur papier calque, ses fiches classées par familles de plantes, etc. La seule différence avec l’herbier de notre enfance étant que les découvertes botaniques d’Aleksandr recèlent de nombreux secrets, dont celui d’abriter de minuscules petites fées, qui se cachent ci et là derrière de très jolis découpages en forme de feuillages.

    Outre son coté féerique, ce livre s’ancre également dans la réalité du moment (1914), que nous découvrons par le biais de la correspondance qu’entretien le scientifique avec son épouse restée en Russie pendant la guerre.

    L’herbier des fées est donc un livre étonnant à plus d’un titre. Le texte (de Benjamin Lacombe et Sébastien Pérez) fait voyager le lecteur en réveillant son âme d’aventurier et les très belles illustrations de Benjamin Lacombe terminent de nous plonger dans le monde merveilleux de la botanique et des légendes séculaires. Un livre graphique qui sort des sentiers battus et qui plaira autant aux enfants qu’aux adultes, aux premiers pour son histoire fantastique et aux seconds qui seront charmés par le soin donné à la réalisation de ce très bel objet.

    L’herbier des fées – Benjamin Lacombe et Sébastien Perez – Editions Albin Michel – 2011

    Du même auteur:

     

    (Clic sur l'image pour l'afficher en grand) 

    Extrait L'herbier des fées 2.jpg

  • 0 commentaire

    Et te voici permise à tout homme – Eliette Abécassis

    Cover Et te voici permise à tout homme.jpgAlors qu’elle est civilement divorcée de Simon depuis plusieurs années, Anna se voit malgré tout encore liée à lui par le mariage religieux. Selon le judaïsme, Anna est "agouna", c’est-à-dire enchainée à son mari tant qu’il ne lui accorde pas le guet, qui lui permettrait de s’affranchir définitivement. En conséquence, Anna ne peut espérer se remarier et avoir un enfant reconnu par la communauté.

    Et te voici permise à tout homme est le combat d’une femme pour la reconquête de sa liberté. À travers son regard, nous découvrons des aspects peu connus du judaïsme. J’ai été étonnée de constater à quel point la Torah préconise le respect mutuel dans la vie conjugale tout en plaçant dans un même temps la femme sous l’emprise totale de son mari.

    En tant que femme, je me suis sentie révoltée par la situation d’Anna dont le seul tort a été d’épouser un homme qui n’avait aucun sentiment pour elle. Le fait que toute la narration repose sur ses émotions ajoute à ce sentiment identification car, en tant que lecteur, on partage sa colère, son impuissance et son incompréhension face au chantage de son ex-mari et au manque de soutien des autorités religieuses.

    Un livre fort, émouvant, poignant mais triste, qui se lit d’une traite. Hymne à la vie et à l’amour, il pose aussi question et nous pousse à nous interroger sur la domination qu’exerce le monde religieux sur les individus. Car Anna, pratiquante depuis son enfance, n’envisage pas un seul instant de tourner le dos au judaïsme pour vivre pleinement son amour.

    Malheureusement, ce n’est pas un roman qui se termine bien, l’auteur laissant une porte grande ouverte, permettant à Anna de recommencer une nouvelle vie sans nous en dire davantage. Pour moi, cette chute a été une surprise et on reconnait bien là le talent d’un grand auteur, qui arrive à nous étonner jusqu’à la dernière ligne.

    Très bien écrit, Et te voici permise à tout homme est le premier roman que je lis d’Eliette Abecassis. Véritable coup de cœur malgré le sujet difficile, il sera sans aucun doute suivi d’autres romans de l’auteure.

     

    Et te voici permise à tout homme – Eliette Abecassis – Editions Albin Michel – 2011

    Du même auteur: