Littérature francophone - Page 5

  • 0 commentaire

    Jeux de clés - Dominique Marny

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,dominique marny,jeux de clés,amourLors d'une joyeuse soirée chez des amis communs, Capucine et Octave sont les grands perdants d'un jeu de société. Pour honorer le gage fixé par leurs hôtes, ils sont obligés de troquer les clés de leurs appartements parisiens. Alors qu'ils se connaissent à peine, ils vont dormir l'un chez l'autre. Que naîtra-t-il de cet échange imposé ?

    A travers ce roman, le lecteur accompagne un cercle soudé d'amis, dont on suit la vie, avec ses petits soucis et ses grandes décisions. Les relations de couple sont au cœur de ce roman, qui place évidemment l'accent sur Capucine et Octave dont on découvre plus particulièrement les univers (travail, famille, amis, amours).

    L'histoire met un peu de temps à s'installer et j'ai été un peu déçue d'y trouver beaucoup d'éléments attendus, peu originaux en ce qui concerne la relation qui se noue entre Capucine et Octave. Néanmoins, les personnages, malmenés par la vie mais qui reprennent doucement le dessus, sont attachants et donnent envie de lire Jeux de clés jusqu'au bout.

    J'ai été très étonnée de découvrir certains passages que je trouve totalement incongrus dans ce roman. Régulièrement, les personnages principaux s'indignent du sort des migrants ou émettent des réflexions sur les attentats de Paris, pour très rapidement passer à autre chose. Je n'ai pas compris l'utilité et le sens de ces parenthèses, perdues dans la masse et qui ne débouchent finalement sur rien.

    Jeux de clés fut donc une lecture agréable bien qu'un peu trop linéaire à mon goût et, malheureusement, sans réelle surprise.

    Remerciements aux Presses de la Cité pour cette lecture.

    Jeux de clés - Dominique Marny - Presses de la Cité - 2016

  • 0 commentaire

    Deux cigarettes dans le noir - Julien Dufresne Lamy

    Deux cigarettes dans le noir, julien dufresne lamy, Belfond, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture,Gilles Paris, danse, Pina BauschClémentine attend un enfant. Au volant de sa voiture en direction de la maternité, elle percute quelqu'un sans pouvoir s'arrêter. De retour à la maison, elle apprend la mort à Paris, deux jours plus tôt, de la chorégraphe Pina Bausch. Clémentine se souvient : une silhouette maigre, de longs cheveux gris – c'est Pina qu'elle a fauchée. Elle a tué un génie en mettant au monde son enfant. 

    Julien Dufesne Lamy plonge le lecteur dans le quotidien de Clémentine. Pas tout à fait prête à accueillir le petit Barnabé, elle fait pourtant tout son possible pour l'élever dans des conditions difficiles. Tiraillée entre l'envie de se dénoncer et celle de protéger son fils, la détresse de Clémentine va progressivement se muer en obsession pour Pina Bausch. D'ailleurs, Pina s'invite de plus en plus souvent entre les pages de ce roman, les chapitres qui lui sont consacrés augmentant au fil du texte. C'est donc en même temps que la jeune femme que le lecteur s'imprègne de la danse de Pina Bausch.

    J'ai été étonnée par la tension que dégage Deux cigarettes dans le noir. Le rythme est martelé par des phrases courtes, mettant l'accent sur les émotions et interrogations de Clémentine. Le contraste entre la grandeur et l'élégance de Pina Bausch et la vie modeste de Clémentine est saisissant.

    Un roman intense et complexe sur la vie, la mort et la danse.

    Remerciement à Gilles Paris pour cette lecture.

    Deux cigarettes dans le noir - Julien Dufresne Lamy - Editions Belfond - 2017

    Deux cigarettes dans le noir, julien dufresne lamy, Belfond, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture,Gilles Paris, danse, Pina Bausch

    Pina Bausch

  • 0 commentaire

    Le hasard a un goût de cake au chocolat - Valérie Cohen

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lectureLe hasard existe-t-il ? Les coïncidences peuvent-elles avoir un sens ? Impossible, dirait Roxanne. Pourtant, lorsqu’elle reconnaît, sur un marché aux puces, une photographie de son arrière grand-oncle, ses certitudes sont ébranlées. Cette improbable rencontre la bouleverse. Entre simples coïncidences et clins d’œil de l’existence, le quotidien tranquille de la jeune femme vacille…

    Etant donné que j'avais adoré Alice et l'homme-perle, j'avais hâte de découvrir le nouveau roman de Valérie Cohen. Et une nouvelle fois, c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé sa plume.

    Le hasard a un goût de cake au chocolat est une histoire de femmes et d'amours. Les générations s'y côtoient et échangent sur leurs vies tumultueuses tandis qu'Adèle, qui sait sa fin proche, voudrait transmettre ses valeurs à ses nièces.

    L'auteure évoque les émotions et sentiments de ses personnages avec douceur, bienveillance et sans jugement sur leurs comportements. 

    En référence au fameux cake au chocolat d'Adèle, chaque chapitre a un goût différent, au sens propre comme au figuré. Mais le fil rouge reste une certaine vision de la vie, ouverte sur tous les possibles et profondément positive. 

    Un très beau roman, pour une auteure dont je ne me lasse pas.

    Remerciement aux Editions Luce Wilquin pour cette lecture.

    Le hasard a un goût de cake au chocolat - Valérie Cohen - Editions Luce Wilquin - 2017

    Du même auteur:

  • 3 commentaires

    Une vie à t'attendre - Alia Cardyn

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,une vie à t'attendre,alia cardyn,charleston, Prix ClubUne vie à t’attendre nous raconte l’histoire de Rose, dont les parents disparaissent quand elle a six ans. Seize ans plus tard, elle découvre quelques mots sur un carton, des indices sur la disparition de ses parents… Lui permettront-ils de dépasser une enfance brisée ?

    Une vie à t'attendre est un roman que j'ai beaucoup aimé. 

    De la petite fille qui pense que ses parents sont partis par sa faute à l'adulte qui éprouve des difficultés à s'attacher, la personnalité de Rose est bien rendue et parfaitement réaliste. On se prend rapidement d'affection pour cette jeune femme qui s'est construite, cahin-caha, suite à la disparition de ses parents mais qui espère chaque jour leur retour.

    Sans qu'il s'agisse d'un roman policier, une certaine tension transpire de ce récit. L'auteure entretient le mystère et a un don certain pour laisser le lecteur dans l'attente du dénouement.

    Les allers-retours entre l'enquête du Commissaire Jaco sur la disparition et la vie actuelle de Rose, loin d'être dérangeants, cassent au contraire la linéarité du récit et placent le lecteur dans des ambiances différentes et intéressantes.

    Certes, certains éléments sont un peu trop convenus, mais Une vie à t'attendre reste un très bon roman qui offre au lecteur un panel varié d'émotions et un suspense bien dosé.

    Un premier roman bien maîtrisé, qui augure une grande auteure. 

    Une vie à t'attendre - Alia Cardyn - Editions Charleston - 2016

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,une vie à t'attendre,alia cardyn,charleston, Prix Club

  • 0 commentaire

    Monsieur Origami - Jean-Marc Ceci

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,jean-marc ceci,monsieur origami,origami,japon,gallimard,prix club,rentrée littéraire 2016Maître Kurogikun a quitté son Japon natal à l'âge de 20 ans pour suivre une femme qu'il avait aperçue et s'est installé en Toscane. Depuis, il vit dans une ruine abandonnée et se livre à la fabrication du washi, un papier japonais traditionnel, et au pliage d'origamis. D'où son surnom de Monsieur Origami.

    Ne tournons pas autour du pot: j'ai adoré Monsieur Origami!

    Dans ce premier roman très réussi, Jean-Marc Ceci a choisi d'adopter le style propre aux auteurs japonais. La narration est très épurée et il suffit de quelques mots bien choisis pour que l'auteur nous emporte dans un autre univers.

    La philosophie zen, pratiquée par Maître Kurogikun, est particulièrement présente et imprègne totalement le roman, laissant une grande place aux silences et à la méditation. J'ai beaucoup apprécié cette atmosphère empreinte de poésie où la solitude, la contemplation de la nature et la réflexion occupent toute la place dans une incroyable économie de mots. Là où certaines pages ne contiennent que quelques lignes, plusieurs phrases sont au contraire répétées plusieurs fois comme un mantra.

    A travers ce roman et la rencontre de Maître Kurogikun avec le jeune Casparo, ce sont aussi les traditions japonaises qui s'offrent au lecteur. En particulier, celles de l'art de plier (et de déplier) le papier et de fabriquer le washi de façon artisanale. 

    J'ai été frappée par la sérénité et la poésie qui se dégage de ce texte, nous incitant à marquer un temps d'arrêt dans nos vies mouvementées. 

    Une belle surprise que ce premier roman très abouti. A lire absolument si vous aimez les auteurs japonais. Si un petit avant-goût vous tente, téléchargez un extrait de Monsieur Origami (pdf).

    Monsieur Origami - Jean-Marc Ceci - Editions Gallimard - 2016

    livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, Jean-Marc Ceci, Monsieur Origami, Origami, Japon, Gallimard, Prix Club, rentrée littéraire 2016