Littérature francophone - Page 5

  • 0 commentaire

    La mésange et l'ogresse - Harold Cobert

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,harold cobert,la mésange et l'ogresse,monique olivier,fourniret,belgique,rentrée littéraire 201622 juin 2004. Après un an d'interrogatoires, Monique Fourniret révèle une partie du parcours criminel de son mari, « l'Ogre des Ardennes ». Il sera condamné à la perpétuité. Celle que Michel Fourniret surnomme sa « mésange » reste un mystère : victime ou complice ? Instrument ou inspiratrice ? Mésange ou ogresse ?

    On se souvient tous de cette affaire qui a défrayé la chronique en 2003 en Belgique et en France, Michel Fourniret ayant abusé et tué plusieurs jeunes filles. Ce roman d'Harold Cobert revient donc sur cette affaire de façon originale puisque l'auteur a choisi de nous présenter les faits selon le point de vue de l'épouse du tueur en série.

    Nous faire partager le quotidien de Monique Olivier et ses pensées profondes donne à ce roman un angle intime et nous rapproche de cette femme restée dans l'ombre de son mari. Evidemment, on est loin de l'identification aux principaux protagonistes qui, au mieux, inspirent le dégoût.

    Dès les premières pages, Harold Cobert averti le lecteur qu'il s'est inspiré des faits réels mais que La mésange et l'ogresse reste une oeuvre romanesque. Dans ce type de situation et sans être plus informé du sujet, il est toujours difficile de savoir ce qui relève de la réalité et de la fiction. 

    Personnellement, j'ai trouvé que le roman était un peu trop linéaire. Les chapitres alternent entre l'enquête de police, les nombreux interrogatoires de Monique Olivier et son récit du quotidien avec Michel Fourniret ainsi que du rôle qu'elle a joué dans les enlèvements. Malgré cela, l'enquête est longue, les auditions se succèdent sans apporter d'information tangible et on a l'impression de s’enliser. Dans la réalité, l'enquête a effectivement été très longue et c'est ce qui transparaît dans ce roman mais, en tant que lectrice, il m'a manqué cette petite dose de dynamisme et de suspense qui m'aurait permis de m'accrocher à cette histoire. 

    Par contre, que les âmes sensibles soient prévenues, l'auteur ne nous épargne rien des pensées et agissements de Fourniret. Les critères de choix des jeunes filles, comment il peaufine sa technique pour les approcher et les enlever, jusqu'aux viols et aux meurtres, rien de réjouissant.

    J'ai tellement aimé les précédents romans d'Harold Cobert que j'attendais beaucoup de La mésange et l'ogresse. Je sors donc un peu déçue de cette lecture. Découvrez les premières pages dans cet extrait (pdf).

    Remerciement aux Editions Plon pour cette lecture.

    La mésange et l'ogresse - Harold Cobert - Editions Plon - 2016

    Du même auteur:

     

  • 0 commentaire

    Alice et l'homme-perle - Valérie Cohen

    alice et l'homme-perle,valérie cohen,luce wilquin,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,belgeAlice, Juliette et Gisèle vivent dans une résidence pour sexagénaires fortunés "Les eaux douces". Lorsqu'elle oublie la couleur des yeux d'un ancien amant, Alice sombre dans une profonde mélancolie. Hormis son époux décédé, Diego est le seul homme qu'elle ait jamais aimé. Pourquoi vivre encore si l'essentiel lui échappe ? Ses amies lui organisent alors un voyage surprise à Séville avec l'objectif inavoué de retrouver Diego. Un périple cocasse, mais surtout un voyage intérieur durant lequel leur propre histoire s'invite. 

    Alice et l'homme-perle est un roman dans lequel on entre très rapidement et qui m'a beaucoup plu. J'y ai retrouvé l'univers de Karine Lambert, mêlant personnes âgées et bande de copines qui refont le monde et parlent des hommes.

    Les hommes qui sont d'ailleurs classés en deux catégories distinctes: l'homme-bonbon et l'homme-perle. 

    "Le premier se déguste comme une friandise, d'où son nom. Une fois l'emballage ôté et le bonbon consommé, il ne reste pas grand-chose. Du léger, du tendre, du doux, un arrière-goût, voire rien. Ou si peu que la mémoire en garde un souvenir pastel et gentil, parfois même vaguement ennuyeux."

    "Qu'il soit père, mari, frère, amant, [...] l'homme-perle laisse en nous une trace indélébile, et celle-ci nous habite pour toujours, au-delà de l'amour, du plaisir, des blessures ou de la tristesse. De la mort aussi. Peu importe que nous ayons eu mal à en crever, cet homme nous a fait grandir, a grandi en nous, avec nous. Il devait croiser notre route. Une évidence, un cadeau de la vie. Le karma, diront certains. Il nous a laissé une empreinte. C'est important, l'empreinte."

    S'il semblerait que les seniors ont le vent en poupe dans la littérature, ce roman en fait des personnages particulièrement attachants. Malgré le corps qui vieillit et la mémoire qui flanche, même si les rides parsèment la peau et que les gestes sont moins assurés, le cœur, lui, a gardé toute sa jeunesse et est prêt à aimer à nouveau. L'amitié et l'amour sont les thématiques principales de ce roman, qui verra ces sexagénaires braver les interdits et préjugés pour profiter des dernières années qu'il leur reste à vivre. 

    Un roman feel good, que l'auteure belge parsème de quelques notes d'humour, dans un style fluide et dont les pages se tournent d'elles-mêmes.

    Alice et l'homme-perle - Valérie Cohen - Editions Luce Wilquin - 2014 

    Du même auteur:

  • 0 commentaire

    Avant que naisse la forêt - Jérôme Chantreau

    avant que naisse la forêt,jérôme chantreau,les escales,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,forêt,rentrée littéraire 2016Albert vit à Paris avec son épouse et leur petite fille. Lorsqu'il apprend le décès de sa mère, il décide de faire le point et s'enferme seul avec l'urne maternelle dans la propriété familiale de Mayenne, une grande maison cerclée d'une forêt sauvage. Une idée l'obsède : trouver une chanson pour la cérémonie funèbre, une chanson qui dira à elle seule qui était cette femme sensible et indépendante. Mais la maison est habitée de bruits étranges, laissant affluer les souvenirs. 

    Jérôme Chantreau place le lecteur dans les pas d'Albert, à qui l'on s'identifie d'autant plus qu'il est le narrateur unique de ce roman et qu'il semble nous parler directement.

    Il raconte les liens particuliers qui unissent sa famille à cette forêt, qui attire autant qu'elle effraie, à la fois source d'inquiétude et lieu d'apaisement. Finalement, cette forêt s'impose comme un personnage à part entière, avec ses règles propres. Et alors qu'il devrait s'occuper des obsèques de sa mère, Albert se laisse envahir par les souvenirs de cette femme hors norme, de son enfance et des légendes que l'on racontait aux enfants.

    Avant que naisse la forêt est presque un monologue tant les dialogues sont peu nombreux. Complètement isolé, glissant lentement vers la folie, Albert est accablé par une langueur qui atteint jusqu'au lecteur. Malheureusement, j'ai eu beaucoup de mal à maintenir mon rythme de lecture, face à cette lenteur et à l'absence de dynamisme dans le ton et dans les faits évoqués.

    Un roman atypique, qui plaira sans aucun doute aux amateurs de grands espaces, d'histoires familiales et d'introspection. 

    Je remercie néanmoins les Editions Les Escales pour cette lecture.

    Avant que naisse la forêt - Jérôme Chantreau - Editions Les Escales - 2016

  • 0 commentaire

    Ce qu'elle ne m'a pas dit – Isabelle Bary

    Ce qu'elle ne m'a pas dit, Isabelle Bary, Luce Wilquin, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, Belgique, Canada, Amérindiens, histoire, origines, Le cadeau de Léa, Zebraska, rentrée littéraire 2016, littérature belgeTandis que ses parents sont décédés dans un accident de voiture, Marie a été élevée par sa grand-mère. À la mort de celle-ci, Marie reçoit un dossier bleu mais refuse de l'ouvrir, de peur d'être confrontée à la réalité de son histoire familiale, que Mamysusy a toujours refusé de lui raconter. Sa fille Nola l'incitera pourtant à faire la lumière sur ses origines, pour le meilleur ou pour le pire...

    Ce qu'elle ne m'a pas dit est un roman très agréable à lire. Il nous plonge dans l'histoire de Marie qui découvre ses véritables origines par la lecture d'un dossier apparu à la mort de sa grand-mère. Un roman intéressant sur les secrets de famille que l'on choisi de ne pas divulguer pour ne pas faire souffrir et sur l'importance de connaitre son ascendance pour se construire.

    Chaque chapitre donne la parole à un protagoniste, ce qui permet au lecteur de faire connaissance avec chacun d'eux individuellement et de l'apprécier. Les personnages sont sympathiques et on ne peut que se retrouver dans la vie de famille moderne de Marie, d'Alex et de leur fille adolescente Nola, entre engueulades et réconciliations.

    Sur la trace des parents de Marie, Isabelle Bary nous entraîne au cœur des forêts canadiennes, au plus proche des loups sauvages. On découvre avec ravissement les coutumes et légendes innues tandis que le génocide culturel dont ont été victimes les amérindiens nous incite à poser un regard différent sur ce beau pays.

    J'aime l'écriture d'Isabelle Bary, que j'avais déja découverte dans Le cadeau de Léa. Délicate et sans artifice, elle nous emporte sans difficulté dans l'histoire de Marie. Mais que l'on ne s'y trompe pas : l'auteure belge sait aussi manier le suspense avec efficacité pour garder le lecteur en attente.

    Ce qu'elle ne m'a pas dit est un très beau roman qui interroge les secrets de famille et leurs incidences sur la vie de ses membres. Beaucoup de délicatesse et un peu d'humour en font une lecture que je n'oublierai pas.

    Remerciement aux Editions Luce Wilquin pour cette lecture.

    Ce qu'elle ne m'a pas dit – Isabelle Bary – Editions Luce Wilquin – 2016

    Du même auteur:

     

  • 1 commentaire

    Une fille et un flingue – Ollivier Pourriol

     Une fille et un flingue, Olivier Pourriol, Editions Stock, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, cinéma, film, acteur, Catherine Deneuve, Gérard Depardieu, rentrée littéraire 2016, #rl2016Aliocha, Dimitri, deux frères, un désir : faire un film.  Étudiants en cinéma, très fauchés, un peu voyous, ils sortent de nulle part et ne comptent pas y retourner. Armés d’un  téléphone portable et de leur seul culot, ils racontent leur  coup de poker, joué en plein festival de Cannes, avec la complicité  involontaire de deux stars internationales, Catherine  D. et Gérard D. et du mythique Jean-Luc G. Imposteurs ou petits génies ? L’histoire jugera...

    Aliocha et Dimitri Koulechov sont passionnés de cinéma. Sans moyens, ils décident pourtant de faire un film avec la complicité de grands acteurs français et avec un téléphone portable.

    Une fille et un flingue est un récit qui file à toute vitesse et nous emporte dans son sillage. Cette impression est accentuée par les nombreux dialogues, les phrases courtes et percutantes et un rythme rapide. Ce roman est émaillé de références dans le domaine du cinéma ou de la littérature, Ollivier Pourriol ayant à cœur de partager avec ses lecteurs des extraits de poèmes et des citations d’écrivains ou de réalisateurs.

    Les personnages, tous issus du milieu du cinéma, sont très bien rendus. Gérard Depardieu affiche l'exubérance qu'on lui connait, Catherine Deneuve a envie de nouveauté et accepte de jouer pour les frères Koulechov alors qu'ils n'ont pas l'ombre d'un scénario. On assiste à un diner où l'on découvre les dessous de l'industrie du cinéma, le pouvoir de l'argent au détriment de la qualité des films, les salaires exorbitants des stars, les petits arrangements et grosses faillites. Finalement, le lecteur découvre les ficelles du monde du cinéma en même temps que ces jeunes cinéastes plein d'ambition et plutôt futés. Parce que, l'air de rien, ils vont tout de même embarquer les plus grands acteurs dans une aventure dont on ne sait pas vraiment s'il s'agit d'un jeu ou d'un véritable braquage.

    A la lecture de la quatrième de couverture, je ne m'attendais pas du tout à ce roman, qui m’a étonné autant sur le fond que sur la forme. Mais l’expérience, si elle est déconcertante, n’en est pas moins divertissante et intéressante. Une fille et un flingue est un roman étonnant, qui sort véritablement des sentiers battus.

    Remerciement aux Editions Stock pour cette lecture.

    Une fille et un flingue – Ollivier Pourriol – Editions Stock – 2016