Littérature francophone - Page 3

  • 0 commentaire

    Là où ça fait mal - Edgar Kosma

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,là où ça fait mal,edgar kosma,onlit books editions,romain renardC'est l'histoire d'un type qui fait une série de rêves, tous plus bizarres les uns que les autres, au cours desquels il perd chaque fois un doigt. Et à la fin, comme dans toute bonne histoire, il y a une mauvaise chute.

    Nouvelle incursion dans l'univers étrange et décalé de l'auteur belge Edgar Kosma, à travers ce mini-roman de 61 pages.

    Là où ça fait mal est découpé en dix chapitres, comme autant de rêves (et de doigts?), chacun d'eux étant construit comme une petite nouvelle.

    L'auteur fournit très peu d'informations sur son personnage principal, qui est aussi le narrateur du roman, laissant au lecteur une totale liberté d'imagination. C'est un peu déroutant au départ tant on a l'habitude d'avoir des descriptions à rallonge mais j'ai finalement apprécié ce choix d'écriture.

    J'ai apprécié le fait que l'auteur place son personnage dans des situations particulièrement cocasses. On retrouve l'univers loufoque de l'auteur, de l'humour et un surréalisme à la belge qui fait toujours sourire.

    Par contre, j'ai moins apprécié le coté répétitif et obsessionnel de la chute, qui se reproduit, mot pour mot, à la fin de chaque chapitre. Après deux nouvelles, j'avais compris comment se termineraient les suivantes et cela a fortement entamé mon enthousiasme.

    Au final, Là où ça fait mal n'est pas mon histoire préférée d'Edgar Kosma mais elle permet de passer un agréable moment de lecture décalée. 

    A noter, les illustrations de Romain Renard, qui apportent un petit plus intéressant à cet ouvrage.

     

    Là où ça fait mal - Edgar Kosma - Onlit Editions - 2016

    Du même auteur:

    - Comment le chat de mon ex est devenu mon ex-chat

     

  • 0 commentaire

    Un appartement à Paris - Guillaume Musso

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,un appartement à paris,guillaume musso,la fille de papier,la fille de brooklyn,l'appel de l'angeSuite à une erreur informatique, Madeline Greene et Gaspard Coutances se retrouvent à devoir cohabiter dans une maison d'artiste que chacun avait loué pour son isolement. L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz mais celui-ci est mort un an auparavant, terrassé par l'assassinat de son petit garçon. Il laisserait derrière lui trois tableaux extraordinaires, aujourd’hui disparus, que Madeline et Gaspard décident de retrouver.

     

    Le début du roman, assez descriptif et lent, m'a un peu inquiétée. Dans ses derniers romans, Guillaume Musso nous a en effet habitués à plus d'action. Heureusement, par la suite, l'histoire s'accélère et on se prend au jeu des hypothèses, suivant l'avancement de l'enquête avec intérêt et étonnement. Car nos deux détectives mettent au jour des éléments qui avaient été négligés lors de l'enquête sur la disparition du petit Julian et ce qu'ils vont découvrir va vous laisser sans voix!

    Finalement, ce qui débutait comme un roman classique se termine comme un véritable roman policier, pour mon plus grand plaisir. J'aime la tournure que prend Guillaume Musso dans ses derniers romans, avec une intrigue plus recherchée et des personnages plus consistants.

    Ce roman est un très bon cru où l'auteur, grâce à son talent et sans aucun support visuel, arrive nous faire "voir" les peintures de Sean Lorenz entre les graffiti de sa jeunesse et les peintures de la maturité.

    Un appartement à Paris ou le début d'une aventure rocambolesque qui va profondément changer les protagonistes et étonner les lecteurs par une fin inattendue.  

     

    Un appartement à Paris - Guillaume Musso - XO Editions - 2017

    Du même auteur:

    Je reviens te chercher

    La fille de Brooklyn

    La fille de papier

    L'appel de l'ange

    Parce que je t'aime

     

  • 0 commentaire

    Monsieur a la migraine - Valérie Cohen

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,belge,monsieur a la migraine,valérie cohen,wilquinVous pensiez tout connaître sur le désir féminin ? Anna, Noémie, Lucia et Julie aussi, jusqu’à ce qu’elles rencontrent Patrice Denis, un sexothérapeute aux méthodes originales.

    Je poursuis ma découverte de l'univers de Valérie Cohen, après les délicieux Alice et l'homme-perle et Le hasard a un gout de cake au chocolat.

    Comme c'est souvent le cas dans les romans de l'auteure belge, les femmes sont une nouvelle fois à l'honneur dans Monsieur a la migraine. Elle y aborde la question de la sexualité, tant féminine que masculine, et du désir à travers quatre femmes qui se livrent au sein d'un groupe de parole animé par Patrice Denis, architecte du désir.

    Peu convaincues par la méthode mais conscientes qu'il s'agit d'un premier pas vers un mieux ou de la démarche de la dernière chance, elles se lancent tout de même dans cette entreprise folle qui consiste à parler de ses problèmes sexuels à des inconnus. Et finalement, ces femmes vont apprendre énormément de choses sur elles-mêmes et devenirs amies. 

    J'aime beaucoup l'écriture de Valérie Cohen. Capable de parler sexe et désir sans tabou mais sans aucune vulgarité, elle trouve toujours le juste milieu pour aborder les thèmes difficiles. Sans voyeurisme ni jugement, on sent à travers ses textes tout le respect et l'empathie qu'elle ressent pour ses personnages. Monsieur a la migraine interroge le désir à travers des personnages attachants, des femmes qui ont décidé de reprendre leur vie en main, de faire voler leur carapace en éclat pour (enfin!) renouer avec leurs rêves et celles qu'elles sont vraiment. 

    Un roman émouvant, qui ne manque cependant pas d'humour et de tendresse, que je vous conseille! 

    Monsieur a la migraine - Valérie Cohen - Editions Luce Wilquin - 2015

    Du même auteur:

    Alice et l'homme-perle

    Le hasard a un gout de cake au chocolat

  • 0 commentaire

    Le vertige des falaises - Gilles Paris

    livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, Gilles Paris, Le vertige des falaisesSur une île sauvage et désertée, Marnie, adolescente effrontée et fragile, vit au-dessus des falaises au cœur d'une imposante maison de verre et d'acier avec sa mère Rose et sa grand-mère Olivia, qui règne sur la famille et sur l'île tout entière. Un jeu de dupes où les masques tombent les uns après les autres. Et si une seule personne détenait tous les secrets de cette famille et s'en libérait enfin ?

    Ce dernier roman de Gilles Paris nous permet de faire la connaissance des habitants de l'Ile, et notamment de la famille Mortemer. La particularité de cette famille est qu'elle n'est composée que de femmes, tous les hommes de la maison étant morts. Sur cette île où tous se connaissent depuis l'enfance, les secrets de famille se dévoilent petit à petit, les animosités et amours cachés aussi. Et les Mortemer, fortunés, règlent les problèmes à coup de billets. 

    De façon générale, les personnages de ce roman ne sont ni attachants ni sympathiques. C'est aussi le cas de Marnie, jeune fille de 14 ans dégourdie et perspicace, d'une grande maturité pour son âge et à la personnalité bien construite. Elle apparaît comme une enfant étrange aux yeux des habitants de l'Ile mais a surtout du mal à exprimer ses sentiments et émotions. 

    Je dois bien avouer que j'ai été un peu déçue par Le vertige des falaises. Si le démarrage était plutôt lent, j'attendais avec impatience le moment où l'histoire allait se corser. Malheureusement, ce moment n'est jamais arrivé. A la moitié du roman, j'étais embourbée dans une lecture mécanique tant et si bien que je n'en attendais plus rien. Et lorsque les révélations ont enfin été dévoilées, j'étais déjà anesthésiée par plus de 150 pages d'un quotidien peu intéressant, répétitif et linéaire. Je n'ai absolument pas ressenti le suspense évoqué par l'auteur dans ses remerciements.

    Par contre, j'ai trouvé intéressant le fait que chaque chapitre donne la parole à une personne différente, alternant les narrateurs et donnant ainsi l'opportunité au lecteur d'appréhender une situation sous différents angles. 

    Je remercie néanmoins Editions Plon pour cette lecture.

    Le vertige des falaises - Gilles Paris - Editions Plon - 2017

    Du même auteur:

    L'été des lucioles

  • 0 commentaire

    La lanterne des morts - Janine Boissard

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,la lanterne des morts,janine boissard,fayard,bipolaireLila et Adèle sont sœurs. Belle, brillante, passionnée, Lila ne rêve que de mener la grande vie. Adèle est douce, tendre, responsable. Les années passant, de lourds soupçons pèsent sur Lila mais sans jamais la moindre preuve.
    Voyant sa sœur s’attaquer à celui qu’elle aime, les yeux d’Adèle s’ouvrent enfin. Menant une discrète enquête, elle découvre la vérité. Mais cela suffira-t-il à sauver Vivien ?

     

    Janine Boissard emporte une nouvelle fois le lecteur au cœur de la bourgeoisie française, à la rencontre d'amoureux de la terre, entre trufficulteurs et vignerons. 

    L'histoire commence doucement mais elle se corse au fil du texte, dévoilant les traits de caractère des protagonistes. Sympathiques et attachantes, les personnalités sont bien construites et cohérentes, ce qui ajoute au plaisir de lecture.

    Petit à petit, La lanterne des morts dévoile de sombres histoires de familles et braque le projecteur sur Lila, le mouton noir de la famille. Atteinte de bipolarité, elle a un comportement totalement incontrôlable et difficile à gérer pour sa sœur Adèle. C'est ce personnage énigmatique qui introduit le suspense dans ce roman de Janine Boissard, plaçant sans cesse le lecteur dans une situation d'attente, ne sachant quelle va être sa prochaine mauvaise idée.

    On suit aussi Adèle, la narratrice, de son enfance à l'âge adulte. D'une nature simple, attachée à sa famille et au travail de la terre, elle reprendra la gestion du domaine familial à la mort de son père.

    La lanterne des morts est un très bon roman. Mêlant habilement traditions françaises et suspense, sans pour autant être un roman policier, on ne peut que se laisser porter par l'écriture de l'auteure, jusqu'au dénouement. 

    Remerciement aux Editions Fayard pour cette très agréable lecture.

    La lanterne des morts - Janine Boissard - Editions Fayard - 2017

    Du même auteur: