Littérature francophone - Page 2

  • 4 commentaires

    Antéchrista - Amélie Nothomb

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,antéchrista,amélie nothomb,adolescence,albin michel, livre de pocheAvoir pour amie la fille la plus admirée de la fac, belle, séduisante, brillante, enjouée, audacieuse? Lorsque Christa se tourne vers elle, la timide et solitaire Blanche n'en revient pas de ce bonheur presque écrasant. Elle n'hésite pas à tout lui donner, et elle commence par l'installer chez elle pour lui épargner de longs trajets en train. Blanche va très vite comprendre dans quel piège redoutable elle est tombée. Car sa nouvelle amie se révèle une inquiétante manipulatrice qui a besoin de s'affirmer en torturant une victime. Au point que Blanche sera amenée à choisir : se laisser anéantir ou se défendre.

    Après quelques lectures décevantes et suite à de nombreux avis positifs sur ce roman, je renoue avec Amélie Nothomb à l'occasion du mois belge et de la lecture d'Antéchrista.

    Et mon bilan est plutôt positif tant j'ai été étonnée par cette lecture.

    L'auteure belge met en scène une adolescente mal dans sa peau et solitaire qui pense trouver une véritable amie en la personne de Christa. Mais cette situation, vécue par de nombreux jeunes et par Amélie Nothomb elle-même, n'est qu'un leurre.

    Très rapidement, c'est une relation malsaine qui se met en place entre les deux jeunes filles. Et c'est tout le talent de l'écrivain qui se manifeste à cet instant, laissant le lecteur complètement abasourdi face à la déferlante de haine qui s'abat sur Blanche.

    Antéchrista est de ces romans qui ne laissent pas indifférent. Parce que l'on a tous connu quelqu'un comme Blanche ou qu'on l'a été soi-même, parce que l'on a tous été témoins de scènes d'humiliation ou de tentatives de manipulation et que cela nous choque.

    C'est un roman très dur sur l'identité en construction, la période difficile de l'adolescence mais aussi sur les relations humaines en général et sur le besoin qu'ont certains d’asseoir leur domination pour se sentir exister.

    On retrouve le style d'écriture propre à Amélie Nothomb dans un roman qui restera pour moi probablement parmi les plus marquants, comme l'avait été Acide sulfurique.

     

    Antéchrista - Amélie Nothomb - Albin Michel - 2003livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,antéchrista,amélie nothomb,adolescence,albin michel, livre de poche

     

    Du même auteur: 

     

     

     

  • 0 commentaire

    Les échoués - Pascal Manoukian

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,pascal manoukian,les échoués,points,moldavie,somalie,bangladesh,migrant1992. Lampedusa est encore une petite île tranquille et aucun mur de barbelés ne court le long des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla. Virgil le Moldave, Chanchal le Bangladais et Assan le Somalien, sont des pionniers. Bientôt, des millions de désespérés prendront d’assaut les routes qu’ils sont en train d’ouvrir. Arrivés en France, vivants mais endettés et sans papiers, les trois clandestins vont tout partager, les marchands de sommeil et les négriers, les drames et les petits bonheurs.

    Les échoués est un roman poignant et qui ne laisse pas indifférent. Pascal Manoukian nous raconte ces hommes qui fuient la guerre, les enfants soldats, les mutilations génitales des petites filles et tant d'autres horreurs. Il ne nous épargne rien des galères rencontrées par les migrants dans leur périple vers l'Europe. Car pour eux, la France est synonyme de liberté, le lieu idéal de vie pour eux et pour leur famille, quand celle-ci n'a pas été tuée au pays.

    Mais le pays de cocagne rêvé est parfois loin de ce qu'ils avaient imaginé. Les migrants réalisent rapidement que leur chemin vers la liberté sera semé d'embûches : faim, agressions, exploitation des patrons, humiliations, etc. Sans jamais s'apitoyer ni juger, Pascal Manoukian nous raconte la vie de ces réfugiés clandestins avec réalisme et beaucoup d'humanité.

    Les personnages sont attachants et très bien rendus, ce qui ajoute à la dureté de ce roman. On ne peut s'empêcher de ressentir de l'empathie pour ces hommes qui n'ont plus rien mais qui se raccrochent à une photo de leur famille ou à un objet-souvenir qui leur donne le courage de se battre pour une vie meilleure.

    Un récit fort, malheureusement toujours d'actualité, qui nous fait prendre conscience du fossé existant entre nos vies européennes bien rangées et le quotidien dans ces pays pauvres et dévastés par la guerre ou la corruption.

    Contrairement à ce que ma chronique pourrait laisser penser, Les échoués n'est pas pour autant un roman triste. Parce que, pour toutes les difficultés rencontrées, il y a aussi quelques moments de grâce qui laissent penser qu'un avenir meilleur est réellement possible.

    Evidemment, Pascal Manoukian, qui a longtemps exercé en tant que journaliste de guerre, connait bien les pays dont il parle, ce qui lui donne un crédit supplémentaire. J'ai aimé son écriture réaliste et sans pathos, qui analyse aussi la situation. 

    Même ce qui semble terne chez vous brille à nos yeux! Plus vous vous rendez la vie belle et plus vous nous attirez comme des papillons. Et ça ne fait que commencer, nous sommes les pionniers, les plus courageux. Vous verrez, bientôt des milliers d'autres suivront notre exemple et se mettront en marche de partout où l'on traite les hommes comme des bêtes. Il n'y aura aucun mur assez haut, aucune mer assez déchaînée pour les contenir. Parce que ce qu'il y a de pire chez vous est encore mieux que ce qu'il y a de meilleur chez nous.

     

    Enfin, la chute arrive comme un coup de fouet, elle nous arrache le cœur tant elle constitue une preuve d'amour de Virgil pour sa famille et ses amis d'infortune.

     

    Remerciement à Babelio pour cette lecture.

    Les échoués - Pascal Manoukian - Editions Don Quichotte - 2015

     

     

  • 4 commentaires

    Et tu trouveras le trésor qui dort en toi - Laurent Gounelle

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,et tu trouveras le trésor qui dort en toi,laurent gounelle,spiritualité,audiolib,ingrid donnadieuJérémie est prêtre et voudrait éveiller ses paroissiens, les aider à s'élever par la spiritualité. Or le nombre de fidèles qui fréquentent l'église diminue inexorablement, entamant sa motivation. Son amie d'enfance, Alice, spécialiste en communication, se met donc en tête de l'aider... à sa façon.

    Assez rapidement, l'auteur s'éloigne de Jérémie pour se centrer sur Alice. Totalement athée, elle va pourtant se plonger dans la lecture de la Bible pour essayer de comprendre son ami et ses motivations. Son regard extérieur va lui permettre de mettre le doigt sur les contradiction de la religion catholique et sur ses similitudes avec d'autres formes de spiritualités comme le taoïsme.

    Je savais que Laurent Gounelle aimait introduire des éléments de développement personnel dans ses romans mais je dois bien dire que je m'attendais à quelque chose de plus subtil. 

    Dans le cas de Et tu trouveras le trésor qui dort en toi, on s'éloigne très fort de l'histoire initiale pour de longues tirades sur les spiritualités orientales, sur ce qui fait l'identité d'une personne et sur le fait que l'ego limite l'être humain dans sa quête du bonheur. Par moments, j'ai décroché, cherchant le lien avec les problèmes de Jérémie.

    C'est un récit qui provoque la réflexion et incite à s'interroger sur sa propre identité, intéressant d'un point de vue intellectuel mais ce n'est pas vraiment ce que j'attendais d'un roman.

    Je pense que si j'avais lu ce récit en format papier, je ne l'aurais pas achevé. Ce qui m'a surtout tenu jusqu'au bout, c'est la formidable lecture qu'en fait Ingrid Donnadieu. Elle a réussi à rendre ce récit totalement vivant, en changeant de voix selon les personnages mais aussi grâce à sa lecture agréable et claire, qui donne juste envie de l'écouter sans fin.

    Remerciement à Audiolib pour cette écoute.

    Et tu trouveras le trésor qui dort en toi - Laurent Gounelle - Audiolib - 2017

     

  • 6 commentaires

    Milarepa - Eric-Emmanuel Schmitt

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,milarepa,eric-emmanuel schmitt,livre de poche,albin michel,mois belge,méditationSimon fait chaque nuit le même rêve dont une femme énigmatique lui livre la clé: il est la réincarnation de Milarepa un puissant yogi tibétain du XIe siècle qui vouait à son neveu une haine inexpiable. Pour sortir du cycle des renaissances, Simon doit raconter l'histoire des deux hommes, s'identifiant à eux au point de confondre leurs identités à la sienne. 

    On savait Eric-Emmanuel Schmitt porté sur la philosophie. Dans ce court récit, il romance la vie de Milarépa, un jeune tibétain qui utilisa la sorcellerie contre ses ennemis et deviendra ensuite un grand maître yogi grâce au travail sur soi et à l'enseignement de Marpa.

     L'auteur rend ainsi accessible la vie et l'oeuvre d'un grand maître bouddhiste tibétain, dont, personnellement, je n'aurai probablement jamais lu la biographie. Je trouve que cette approche est intéressante et donne envie d'aller plus loin et de s'informer davantage sur le personnage.

    Les thèmes principaux de ce roman sont le bien et le mal, enrobés d'une réflexion philosophique approfondie. Eric-Emmanuel Schmitt prône les vertus de la méditation, de la contemplation et du détachement par rapport aux biens matériels.

    Malheureusement, si le fond est intéressant et l'écriture de qualité, il n'en reste pas moins que j'ai trouvé ce roman totalement soporifique. L'histoire est linéaire et sans aucun suspense. Une petite fable, sympathique à lire, mais qui ne m'a pas touchée. Ce n'est vraiment pas le roman que je retiendrai de l'auteur.  

    Milarepa - Eric-Emmanuel Schmitt - Albin Michel - 1997

    Du même auteur: 

     

     

    livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, Milarepa, Eric-Emmanuel Schmitt, livre de poche, Albin Michel, mois belge, méditation

  • 0 commentaire

    Jeux de clés - Dominique Marny

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,dominique marny,jeux de clés,amourLors d'une joyeuse soirée chez des amis communs, Capucine et Octave sont les grands perdants d'un jeu de société. Pour honorer le gage fixé par leurs hôtes, ils sont obligés de troquer les clés de leurs appartements parisiens. Alors qu'ils se connaissent à peine, ils vont dormir l'un chez l'autre. Que naîtra-t-il de cet échange imposé ?

    A travers ce roman, le lecteur accompagne un cercle soudé d'amis, dont on suit la vie, avec ses petits soucis et ses grandes décisions. Les relations de couple sont au cœur de ce roman, qui place évidemment l'accent sur Capucine et Octave dont on découvre plus particulièrement les univers (travail, famille, amis, amours).

    L'histoire met un peu de temps à s'installer et j'ai été un peu déçue d'y trouver beaucoup d'éléments attendus, peu originaux en ce qui concerne la relation qui se noue entre Capucine et Octave. Néanmoins, les personnages, malmenés par la vie mais qui reprennent doucement le dessus, sont attachants et donnent envie de lire Jeux de clés jusqu'au bout.

    J'ai été très étonnée de découvrir certains passages que je trouve totalement incongrus dans ce roman. Régulièrement, les personnages principaux s'indignent du sort des migrants ou émettent des réflexions sur les attentats de Paris, pour très rapidement passer à autre chose. Je n'ai pas compris l'utilité et le sens de ces parenthèses, perdues dans la masse et qui ne débouchent finalement sur rien.

    Jeux de clés fut donc une lecture agréable bien qu'un peu trop linéaire à mon goût et, malheureusement, sans réelle surprise.

    Remerciements aux Presses de la Cité pour cette lecture.

    Jeux de clés - Dominique Marny - Presses de la Cité - 2016