Littérature étrangère - Page 4

  • 0 commentaire

    Parmi les dix milliers de choses – Julia Pierpont

    Parmi les dix milliers de choses, Julia Pierpont, Editions Stock, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Etats-Unis, extrait, premier chapitre, famille, adultère, artiste, la cosmopoliteJack, charmeur impénitent, est un artiste reconnu ; Deb a renoncé quant à elle à une carrière de danseuse de ballet pour élever leurs deux enfants. Un appartement à Manhattan, une famille presque heureuse tant Deb s’applique à fermer les yeux sur les infidélités de son mari. Jusqu’au jour où un paquet anonyme ébranle le foyer : une simple boîte en carton, remplie d’emails chroniquant sans pudeur la vie secrète de Jack. Le paquet, adressé à Deb, tombe malencontreusement entre les mains des enfants. Rien ne sera plus comme avant…

    S’il débute par une histoire couramment rencontrée dans la littérature (la découverte d’une infidélité dans un couple), ce roman aborde la situation sous l’angle psychologique.

    Pour les enfants, c’est la confrontation brutale avec la réalité du monde des adultes où règne le mensonge et les conséquences se manifesteront de façon indirecte par de la violence ou des écrits interpellants. Alors qu’ils rejettent entièrement leur père, leur mère Déborah va plutôt tenter de minimiser la situation, ne sachant comment réagir ni comment extérioriser toute la colère qu’elle garde en elle depuis si longtemps.

    Ce roman est l’histoire d’un couple qui paraissait heureux mais qui s’est bâti sur des non-dits et dont la surface lisse se craquelle brusquement à la découverte de l’adultère du père par les enfants. Impuissant, le lecteur assiste à la déliquescence de ce couple et à l’écroulement de la vie de chacun de ses membres.

    Alors que le pitch m’avait donné envie de découvrir le premier roman de Julia Pierpont, la magie n’a malheureusement pas opéré. J’ai eu beaucoup de mal à entrer dans ce livre qui commence par une première partie très lente pour ensuite alterner avec des passages ultra rapides où l’on traverse plusieurs années en quelques pages. Le fait que le narrateur changeait à chaque chapitre, donnant la parole à chaque membre de la famille, a nécessité un travail d’adaptation constant qui a plus d’une fois cassé mon rythme de lecture.

    Je vous invite néanmoins à vous faire votre propre opinion en lisant un extrait.

    Remerciement aux Editions Stock pour cette lecture.

    Parmi les dix milliers de choses – Julia Pierpont – Editions Stock – 2016

  • 5 commentaires

    Dans le livre des rêves – Mikkel Birkegaard

    Dans le livre des rêves, Mikkel Birkegaard, Fleuve Editions, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, 10-18, littérature danoise, Copenhague, bibliothèque, la librairie des ombresCopenhague, 1846. Tandis qu'une légende circule sur l'existence d'une mystérieuse bibliothèque où seraient conservés tous les ouvrages interdits par le Ministère du Livre, le jeune Arthur s'interroge sur le lien qui peut exister entre cette bibliothèque secrète et la mort inexpliquée de son père. Avec l'aide de Mortimer Welles, restaurateur de livres anciens et prêteur sur gages, il va tenter d'élucider ce mystère, et bien d'autres.

    En tant que lectrice passionnée, j'aime toujours les histoires où il est question de bibliothèques ou de librairies. J'avais d'ailleurs beaucoup aimé Prière d'achever de John Connolly ainsi que la série Le Cimetière des livres oubliés de Carlos Ruiz Zafon, auquel Dans le livre des rêves m'a fait penser par son aspect fantastique.

    Alors que La librairie des ombres m'avait laissé sur ma faim, je dois bien avouer que ce deuxième roman de Mikkel Birkegaard est bien meilleur. L'écriture est fluide et m'a rapidement emportée dans son sillage. Construit comme un roman policier, Dans le livre des rêves nous fait découvrir le Copenhague du 19e siècle tout en nous faisant vivre les aventures d'Arthur et Mortimer au fil de leurs découvertes et des énigmes à résoudre pour atteindre la Bibliothèque. Par l'originalité du récit, l'auteur a aussi réussi à me surprendre, ce que j'apprécie particulièrement.

    Mon seul regret est que le lecteur n'ait absolument aucune clé en sa possession pour élaborer des hypothèses et tenter de découvrir par lui-même le mystère de la bibliothèque, ce qui nous cantonne à un rôle passif.

    Une lecture qui nous immerge dans un monde où le livre est un objet précieux, vecteur d'émancipation et de démocratie, qu'il faut protéger. J'ai partagé cette lecture avec d'autres passionnées: Riz-Deux-ZzzFigaro, BooksandTeas, Karaokepda...

    Dans le livre des rêves – Mikkel Birkegaard – Fleuve Editions – 2013

    Du même auteur   :

  • 4 commentaires

    Sanchez  : Un conte de Noël – Anonyme

    Un conte de Noël, Anonyme, Sonatine, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Noël, conte, numérique, ebook, Bourbon KidPour un Noël pas comme les autres, rejoignez Sanchez et retrouvez l'univers déjanté de la saga du Livre sans nom. Quand une Dame Mystique décide d'apprendre les bonnes manières à notre Sanchez préféré, les conséquences sont terribles... Entre un dîner de noël d'entreprise, une relation amoureuse qui bat de l'aile et une attaque de terroristes assoiffés de sang, notre anti-héros finit par se retrouver pris dans un véritable piège... de cristal ! Sa lâcheté et son mauvais esprit seront-ils des armes suffisantes pour lui permettre de se tirer d'affaire ? 

    J'avais lu beaucoup d'avis positifs sur cet auteur au nom inconnu qui a publié la série des Bourbon Kid chez Sonatine. En découvrant cette nouvelle de Noël sur une boutique de livres numériques, je me suis dit que c'était l'occasion de me faire ma propre opinion.

    Le ton est donné dès les premières pages avec ce personnage de Sanchez Garcia, l'anti-héros par excellence! Egoïste, mal élevé, lourd, vulgaire et fainéant, il est à l'origine de gaffes dont il ne se rend même pas compte. Le style est très visuel, rapide et direct, ce qui m'a permis d'accrocher rapidement à l'histoire. En fait, j'ai eu l'impression de regarder un de ces films gags où le personnage principal multiplie les bourdes et arrive, bien malgré lui, à sauver le monde.

    Par contre, je n'ai pas vraiment adhéré au personnage de Sanchez ni à son humour vulgaire, qui manque de raffinement à mon gout. Pour cette raison, je trouve que le format de la nouvelle est idéal dans le sens où il permet d'éviter l'overdose. Et si les références aux précédents romans de l'auteur sont nombreuses, elles n'empêchent pas la bonne compréhension de celui-ci.

    Un conte de Noël complètement déjanté à réserver à un public adulte.

    Sanchez  : Un conte de Noël – Anonyme – Editions Sonatine – 2015

     

  • 3 commentaires

    Les oreilles de Buster – Maria Ernestam

    les oreilles de buster,maria ernestam,gaïa editions,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,suède,journal intime,souvenir,famille,enfants,rose,fleur« J'avais sept ans quand j'ai décidé de tuer ma mère. Et dix-sept ans quand j'ai finalement mis mon projet à exécution. » C'est ainsi que commence le journal intime d'Eva, qui mène une vie bien réglée entre Sven, quelques amies, des enfants et petits-enfants, une vieille dame acariâtre dont elle s'occupe, et ses rosiers qu'elle choie.

    Tout commence par un récit gentillet sur le quotidien d’une vieille dame et on se demande où l’auteure suédoise nous emmène. Mais, petit à petit, le lecteur découvre qu’Eva fut une fillette machiavélique, qui se venge méthodiquement de tous ceux qui l’ont un jour humiliée. J’ai d'ailleurs été étonnée par l’alternance entre les moments très calmes, voire banals, que nous décrit Maria Ernestam et les soudaines accélérations, allant toujours plus loin dans l’horreur.

    Maria Ernestam réussit par sa belle écriture et son style original à nous faire apprécier son personnage principal, pour lequel j’ai pu ressentir une certaine empathie mais qui avait aussi tendance à me crisper par ses agissements extrêmes. Je pense que si le but de l'auteure était de mettre le lecteur mal à l'aise, l'objectif est largement atteint.

    Mes seuls reproches concernent les quelques longueurs et nombreuses tergiversations inutiles qui émaillent Les oreilles de Buster et qui m’ont ennuyées.

    Au final, je dirais que l’histoire ne m’a que très moyennement plu tant elle me laisse une impression dérangeante de malaise. Mais le style de Maria Ernestam et les surprises disséminées dans le récit en font un roman étonnant et marquant. Je vous invite à découvrir les premières pages (pdf).

    Les oreilles de Buster – Maria Ernestam – Gaïa Editions - 2011

  • 5 commentaires

    Sukkwan Island – David Vann

    Sukkwan Island, David Vann, Gallmeister, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, #romansété, ile, Alaska, froid, hiver, père, fils, enfant, suicide, famille, folieUne île sauvage du Sud de l’Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C’est dans ce décor que Jim décide d’emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d’échecs personnels, il voit là l’occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu’il connaît si mal. La rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar et la situation devient vite incontrôlable. Jusqu’au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin.

    D'aucuns reprochent à ce roman son style de narration. Et il faut bien avouer que les descriptions de paysages constituent la plus grande part de ce roman, laissant peu de place aux dialogues. Il faut réellement attendre la moitié du livre pour sortir de la monotonie du récit et ressentir le choc de l'évènement qui a lieu, laissant le lecteur totalement surpris.

    Tout le talent d'écriture de David Vann se manifeste dans la construction de ses personnages. Le père au bout du rouleau suite à un énième divorce, habité par des obsessions incontrolables et complètement désespéré. La vision de Roy sur la situation de son père, étonnament éclairée malgré son jeune age, lui qui ne voulait pas se trouver là mais qui, par loyauté envers son père, décide de rester pour, peut-être, le sauver.

    Le lecteur est pris en otage de ce huis clos et ne peut qu'assister, impuissant, à la relation étrange qui se met en place entre Roy et son père, inversant les rôles et rendant encore plus inquiétant le comportement du père. Et, malgré les grands espaces dans lesquels évoluent les personnages, c'est la sensation d'enfermement et de solitude qui domine le roman.

    Sukkwan Island est fortement inspiré de la propre vie de David Vann. Ce roman puise d'ailleurs sa source dans la proposition que lui a faite de son père losqu'il était adolescent mais,contrairement à Roy, le jeune David d'alors refuse. Quinze jours plus tard, son père se suicidera, seul sur son ile. Ce roman est donc pour l'auteur une façon de réinterpréter son histoire personnelle en imaginant ce qui a pu se passer sur l'ile.

    Sukkwan Island – David Vann – Editions Gallmeister – 2010