Littérature étrangère - Page 3

  • 2 commentaires

    Le palais de minuit - Carlos Ruiz Zafon

    livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, Carlos Ruiz Zafo, le palais de minuit, trilogie Chowbar Society, Robert Laffont, CalcuttaCalcutta,1916. Des jumeaux de quelques jours sont confiés à leur grand-mère et rapidement séparés. Tandis que Sheere reste avec sa grand-mère, Ben est confié à un orphelinat. Le jour de leur seize ans, les jumeaux se retrouvent mais une force maléfique semble se réveiller et les menace. Avec leurs fidèles amis, ils se réunissent dans une maison abandonnée qu'ils ont baptisée le "Palais de Minuit". Là, les membres de la Chowbar Society vont échafauder un plan pour protéger Sheere et Ben.

    Le Palais de minuit clôture mon incursion dans l'univers de Carlos Ruiz Zafon (en tout cas pour l'instant). Pour vous remettre les idées en place, il s'agit du deuxième tome du Cycle de la brume, qui a commencé par Le prince de la brume et qui s'est terminée par Les lumières de septembre.

    C'est toujours un plaisir de retrouver l'écriture de cet auteur espagnol ainsi que son univers historico-fantastique. Par contre, je déplore le coté répétitif de ses romans dont la trame de fond se renouvelle peu. Les ingrédients de base sont toujours identiques : des personnages fantastiques, des aventures qui le sont tout autant et des adolescents qui mènent l'enquête à travers toute une série d'aventures rocambolesques.

    Le palais de minuit reste dans la même veine que les précédents romans de Carlos Ruiz Zafon et je dois bien dire que je commence à me lasser de cette structure.

    Ca n'empêche que je lirai volontiers sa prochaine publication, même si mes attentes seront assez élevées.

    Le palais de minuit - Carlos Ruiz Zafon - Editions Robert Laffont - 2012

    Du même auteur:

  • 0 commentaire

    La tentation d'être heureux - Lorenzo Marone

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,la tentation d'être heureux,lorenzo marone,rentrée littéraire 2016,belfond

    Dans une Naples grouillante de vie et de clameurs, une comédie à l'italienne sur la vieillesse et la solitude, mais aussi sur ces petits riens qui font que la vie vaut la peine d'être vécue. Porté par une galerie de personnages profondément attachants, un roman qui fait du bien, plein de poésie et d'espoir.

    Cesare Annunziata a 77 ans et il est arrivé à un point de sa vie où il veut profiter des dernières années qu'il lui reste à vivre. Un peu bourru mais plein d'énergie, il n'en fait qu'à sa tête. Il ne tient pas compte des recommandations médicales, il se fait passer pour un carabinier à la retraite et n'hésite pas à dire leurs quatre vérités aux gens.

    Et même s'il se dit "trop pris par sa propre personne pour s'occuper des autres", il ne cesse de proposer ses services à son voisinage, allant même jusqu'à aider une voisine en prise avec un mari violent. 

    Avec humour, Cesare nous emmène à la découverte de son petit monde: ses voisines, sa bonne amie Rossana, ses enfants avec qui les relations ne sont pas faciles, son épouse décédée...

    Comme s'il parlait au lecteur, il nous fait part de ses réflexions, de ses expériences. Pour lui qui s'est toujours laissé porté par la vie sans faire de choix, le bilan de son existence est mitigé. Il réfléchit à tout le "non-fait" de sa vie et se dit qu'il est temps de vivre pour lui-même et de rattraper le temps perdu. 

    On découvre alors une personne qui a aimé au-delà du raisonnable mais qui, par manque de courage, par fierté ou parce qu'il pensait avoir la vie devant lui, n'a pas fait le pas décisif. Arrivé au crépuscule de sa vie, il regrette cette absence d'initiatives qui l'a fait passer à coté d'opportunités.

    Au final, j'ai tout aimé de La tentation d'être heureux, aussi bien le style fluide de Lorenzo Marone que l'histoire en elle-même. Elle incite à ne pas rester spectateur de sa vie mais d'en être un acteur à part entière. Et on se prend finalement d'affection pour ce vieux monsieur acariâtre mais qui a le cœur sur la main. 

    Remerciement aux Editions Belfond pour cette agréable lecture.

    La tentation d'être heureux - Lorenzo Marone - Editions Belfond - 2016

  • 0 commentaire

    Une année particulière - Thomas Montasser

    livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, une année particulière, Thomas Montasser, Presses de la citéAlors que sa Tante Charlotte s'est évanouie dans la nature, Valérie a pour mission de s'occuper de la librairie en son absence. Elle qui se destinait à une carrière de consultante internationale en économie, la voilà avec une affaire au bord de la faillite à gérer. Mais elle va peu à peu se prendre au jeu et se plonger avec délice dans la littérature. Un étrange livre intitulé Une année particulière va notamment bouleverser son existence.

    J'ai vraiment été charmée par l'écriture de Thomas Montasser. Avec simplicité et élégance, il nous emporte dans un voyage littéraire et parfumé en compagnie de Valérie. Avec elle, j'ai redécouvert des auteurs, personnages et grands romans qui ont bouleversés la vie de plus d'un lecteur. Et l'auteur parle si bien des livres qu'il donne envie de se plonger dans les titres dont il est question.

    Le personnage de Valérie est attachant et sympathique, comme c'est aussi le cas pour les personnages secondaires. Car, malgré la difficulté de faire de cette librairie une affaire viable, elle devient le lieu de rencontres originales et de discussions passionnantes. Une librairie de quartier comme on aimerait en voir plus souvent. 

    Pour moi qui lit beaucoup, Une année particulière a aussi été à l'origine d'une prise de conscience. Constamment plongée dans l'effervescence des sorties littéraires, j'ai tendance à privilégier les auteurs contemporains, négligeant par là les auteurs classiques et grands romanciers étrangers, que j'aime pourtant découvrir. Ce roman de Thomas Montasser m'a donc donné envie de prendre un peu de recul par rapport au flux incessant de nouveautés et de me consacrer davantage à la littérature classique.

    Un bon roman, léger et doux. 

    Une année particulière - Thomas Montasser - Presses de la Cité - 2016

  • 0 commentaire

    Je m'appelle Léon - Kit de Waal

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,je m'appelle léon,kit de waal,kero,enfanceLeon, 9 ans, est un garçon courageux. Quand un jour sa mère n’arrive plus à se lever le matin, il s’occupe de son demi-frère Jake. Quand l’assistante sociale emmène les deux garçons chez Maureen, c’est lui qui sait de quoi le bébé a besoin. Mais quand on lui enlève son frère et qu’on lui dit que chez ses nouveaux parents il n’y a pas de place pour un grand garçon à la peau sombre, c’en est trop. Heureusement Leon rencontre Tufty, qui est grand et fort, qui fait du vélo comme lui et qui, dans son jardin, lui apprend comment prendre soin d’une petite plante fragile. Mais Leon n’oublie pas sa promesse de retrouver Jake et de réunir les siens comme avant. 

    Quel beau livre que ce roman de Kit de Waal!

    Léon est un petit garçon attachant et intelligent. Et sa tristesse n'a d'égale que la distance qui le sépare de son petit frère adoré et de sa maman. Livré à lui-même, ballotté entre plusieurs foyers, il tente d'appréhender le monde qui l'entoure avec sa compréhension d'enfant. Et le regard qu'il porte sur le monde des adultes est sans appel. Il n'a connu que des adultes insensibles, menteurs, prêts à inventer n'importe quoi pour le rendre docile et qui l'ont tous abandonné. Pourtant, l'enfant n'a pas un mauvais fond et s'efforce de respecter les règles, mais il se sent seul et mal aimé. Il n'aura évidemment qu'une envie, celle de s'enfuir, de retrouver son frère et sa mère pour former à nouveau une vraie famille.

    Je m'appelle Léon est un roman tendre et émouvant qui m'a profondément touchée. Il témoigne de la grandeur de l'attachement qui unit un enfant à ses parents et à sa fratrie mais aussi de son propre besoin d'affection et d'attention. Ce roman souligne également le travail formidable des familles d'accueil, qui n'ont pas toujours la vie facile mais qui donnent tout leur amour et leur temps pour aider ces enfants déracinés à grandir. Pour Léon, la base solide d'amour sur laquelle il pourra se reposer s'appelle Maureen.

    Un très beau roman. 

    Remerciement aux Editions Kero pour cette belle découverte.

    Je m'appelle Léon - Kit de Waal - Editions Kero - 2016

  • 2 commentaires

    Plume fantôme - Isabel Wolff

    livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, Isabel Wolff, plume fantôme, famille, guerreNègre littéraire, Jenni écrit les autobiographies de ses clients, satisfaite par ce travail de l'ombre qui l'empêche de se confronter à ses propres blessures. Lorsqu'elle rencontre Klara, survivante d'un camp d'internement à Java durant la Seconde Guerre mondiale, l'écriture de ses mémoires prend l'allure d'un échange, et les deux femmes s'aident mutuellement à trouver l'apaisement.

    Je suis tombée sur ce roman totalement par hasard, en parcourant les allées de ma bibliothèque préférée à la recherche d'une perle. Et quelle surprise!

    On y découvre l'histoire de Klara Tregear, 79 ans, qui désire écrire ses mémoires à l'attention de ses enfants. Elle raconte son enfance heureuse dans les Indes néerlandaises, où travaillaient ses parents, jusqu'à l'invasion japonaise et les déportations dans des camps de prisonniers. Très rapidement, on s'identifie à la petite fille qu'elle était et on est touché par ce qu'elle vit. Car Isabel Wolff ne nous épargne aucun détail : la faim, la soif, la maladie, les privations, les coups, le travail forcé et les massacres des japonais. Klara raconte aussi le choix difficile qui fut le sien et qui a mené à la mort de son petit frère, quelque jour avant la libération des camps.

    Au fil des confidences de Klara, le personnage de Jenni se dévoile également, laissant apparaître une importante fêlure. L'histoire de l'une faisant écho à celle de l'autre, elles se rejoignent dans la peine qui les habite au quotidien.

    J'ai été touchée par cette histoire poignante et particulièrement émouvante, servie par une très belle écriture. Isabel Wolff nous permet aussi de découvrir un aspect peu connu de la Seconde Guerre mondiale, ce qui est un plus non négligeable. Une très bonne expérience de lecture. 

    Plume fantôme - Isabel Wolff - Editions JC Lattès - 2015