*Premiers chapitres - Page 2

  • 0 commentaire

    Nuits blanches et gros câlins - Matteo Bussola

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,matteo bussola,nuits blanches et gros calins,kero,italien,enfant,familleA travers Nuits blanches et gros câlins, Matteo Bussola, dessinateur de BD italien, nous fait entrer au cœur de sa petite famille, entre son épouse Paola, leurs trois petites filles et leurs quatre chiens. Sorte de journal de bord d'un jeune père trentenaire, cet ouvrage s'échelonne sur une année entière et présente une succession de scénettes de la vie quotidienne auprès de jeunes enfants.

    Mais contrairement à ce que le titre pourrait laisser supposer, il ne s'agit pas seulement d'un livre sur la paternité. Matteo Bussola y livre aussi ses réflexions sur la vie, la pauvreté, le racisme, les relations de voisinage, l'éducation des enfants et les valeurs qu'on leur inculque.

    Il partage avec le lecteur les scènes cocasses qu'il a vécues ou auxquelles il a assisté, des anecdotes amusantes avec ses filles. Le tout avec humour et philosophie, sans aucune prise de tête.

    J'ai beaucoup aimé le style de Matteo Bussola, souvent très poétique, notamment lorsqu'il aborde avec pudeur et sous forme de métaphores, l'amour qu'il éprouve pour son épouse et ses enfants.

    Nuits blanches et gros câlins est un livre sympathique à lire, positif et qui procure un sentiment de détente. On sourit souvent, on rit parfois... mais cela reste un ouvrage dispensable, qui n'apporte rien de nouveau.

    Ce livre reste le témoignage subjectif d'un jeune père, qui ne montre que les aspects attendrissants de la paternité, sans jamais manifester ni agacement ni énervement. A faire culpabiliser les parents qui sont à bout ou au bord du burn out parental.  

     

    Remerciement à Babelio et aux Editions Kero pour cette lecture.livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,matteo bussola,nuits blanches et gros calins,kero,italien,enfant,famille

    Nuits blanches et gros câlins - Matteo Bussola - Editions Kero - 2017

  • 0 commentaire

    La fille dans le brouillard - Donato Carrisi

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,la fille dans le brouillard,donato carrisi,thriller,médiasAvechot, un petit village dans les Alpes. Le Commandant Vogel est chargé de l'enquête sur la disparition de la jeune Anna Lou. Mais les choses ne vont pas se passer comme il le pensait.

    Ah, Donato Carrisi! Inconnu il y a encore quelques années, cet italien a réussi à se hisser tout en haut de la liste des meilleurs auteurs de thrillers en quelques romans bien pensés. Et La fille dans le brouillard ne fait pas exception.

    L'atmosphère du roman est mystérieuse et lourde. Donato Carrisi nous immerge dans le quotidien d'une petite communauté qui vit recluse au cœur de la vallée. Soumis à l'influence d'une confrérie religieuse très rétrograde, les habitants ont développé des idées très arrêtées sur l'homosexualité, l'avortement ou l'alcool. Dans cet environnement où tout le monde de connait depuis l'enfance, et suite à la disparition d'Anna Lou, les langues vont se délier et certains secrets vont être exposés au grand jour. Les conditions climatiques accentuent d'ailleurs cette impression d'enfermement tant le froid et la neige sont omniprésents. 

    Le personnage de Vogel est particulièrement intéressant. En difficulté professionnelle suite à une affaire qui a mal tourné, il espère rétablir son image auprès des médias grâce à cette disparition. Car la médiatisation est au cœur de la technique d'enquête du Commandant Vogel. Le lecteur assiste donc, stupéfait, à ses manœuvres pour attirer les médias et les mettre sur de fausses pistes. 

    Dans La fille dans le brouillard, Donato Carrisi met en évidence le rôle et l'influence des médias lors d'enquêtes de grande envergure. En effet, une enquête relayée par les grands médias obtient rapidement plus de moyens financiers et humains, ce qu'a bien compris Vogel, qui espère jouer sur ce tableau pour résoudre l'énigme de la disparition de la jeune fille. L'auteur italien met ainsi en avant un aspect auquel on pense rarement lorsque l'on suit l'actualité : tous ces faits divers que le public suit avidement constituent un marché extrêmement juteux pour les médias en termes de publicités mais aussi pour les communes concernées qui enregistrent d'immenses retombées économiques grâce au tourisme macabre. 

    La fille dans le brouillard est un très bon roman, dont la tension qui ne fait que monter au fil des pages. J'étais tellement prise par l'histoire que je n'ai pas vu le temps passer. Et, franchement, je ne serais pas étonnée qu'une adaptation au cinéma soit envisagée car l'histoire s'y prête particulièrement bien. 

    La fille dans le brouillard a été adapté pour le cinéma par Donato Carrisi lui-même. La sortie italienne est prévue pour le mois d'octobre 2017. A suivre!

     

    La fille dans le brouillard - Donato Carrisi - Editions Calmann-Levy - 2016livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,la fille dans le brouillard,donato carrisi,thriller,médias

    Du même auteur:

     

     

     

  • 1 commentaire

    Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une - Raphaëlle Giordano

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,raphaëlle giordano,eyrolles,développement personnel,ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'unCamille a tout pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l'impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts? Tout ce qu'elle veut, c'est retrouver le chemin de la joie et de l'épanouissement. Sa rencontre avec Claude, routinologue, va transformer sa vie...

    Au contact de Claude, Camille découvre qu'elle souffre de routinite aigüe.

    "C'est une affection de l'âme qui touche de plus en plus de gens dans le monde, surtout en Occident. Les symptomes sont presque toujours les mêmes : baisse de motivation, morosité chronique, perte de repères et de sens, difficulté à être heureux malgré une opulence de biens matériels, désenchantement, lassitude..."

     Elle va donc suivre les conseils de ce spécialiste d'un genre nouveau, qui va lui proposer de réaliser toutes sortes d'activités pour se sentir mieux dans son corps, dans sa tête et dans sa vie en général.

    Personnellement, je qualifierai cet ouvrage de guide de développement personnel et non de roman. Au départ, j'ai été intriguée en découvrant l'éditeur puisque les Editions Eyrolles sont reconnues pour leurs très bons livres pratiques mais en aucun cas pour leurs romans. Finalement, on se trouve face à un simulacre de roman, face à une théorie de développement personnel que l'on a intégré à une pseudo histoire romanesque.

    L'histoire est linéaire, sans aucun intérêt, bourré de bons sentiments et très pauvre d'un point de vue stylistique. Le "roman" est uniquement le support pour faire passer la théorie de Raphaëlle Giordano, par ailleurs auteure de guides de développement personnel. 

    Loin de moi l'idée de déprécier les lecteurs de tels guides parce que je pense qu'ils peuvent réellement aider certaines personnes à reprendre confiance en elles et à comprendre les mécanismes qui les empêchent d'aller de l'avant. Mais, dans le cas de ce titre, c'est la méthode employée par l'auteure et l'éditeur qui me dérange.

    Basé sur la psychologie positive, le bon sens et la théorie des petits pas qui provoquent de grands changements, cet ouvrage ne contient pas d'idées innovantes mais développe certains concepts très originaux (empathie sèche/mouillée) qui m'ont bien fait rire. Avec les mots clés mis en gras au cas où vous n'auriez pas compris les concepts importants de la méthode...

    Bref, un roman comme une supercherie ou comment vendre plus de livres en surfant sur la vague du développement personnel sans se fouler. 

     

    Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une - Raphaëlle Giordano - Groupe Eyrolles - 2015

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,raphaëlle giordano,eyrolles,développement personnel,ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'un

     

  • 1 commentaire

    Snjór - Ragnar Jónasson

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,snjor,ragnar jonasson,editions de la martinière,islande,froid,siglufjordurOn a beau dire à Ari Thor qu'il ne se passe jamais rien à Siglufjördur, les premiers jours de janvier 2009 sont plutôt mouvementés au vu du nombre de morts et de blessés qui se succèdent. A peine sorti de l'école de police, il se voit affecté à la ville la plus au nord de l'Islande. Isolé au cœur d'une petite communauté où chacun tient l’autre par ses mensonges et ses secrets, il va devoir démêler le vrai du faux envers et contre tous.

    Premier roman de Ragnar Jónasson traduit en français, Snjór plonge le lecteur dans l'atmosphère étrange d'un petit village de pêcheurs islandais. Uniquement accessible par un tunnel étroit creusé à même la montagne, Siglufjördur provoque un sentiment de claustrophobie aussi bien chez le personnage principal que chez le lecteur. La neige tombe sans discontinuer, bloquant même l'accès au tunnel et isolant la population, la nuit polaire plonge les habitants dans l'obscurité permanente et les ragots vont bon train.

    Dans cette communauté particulièrement soudée, Ari a bien du mal à s'intégrer, d'autant qu'il est lui-même éloigné de sa famille et de sa petite amie, qui a refusé de le suivre dans ce trou perdu.

    Plusieurs histoires se racontent en parallèle, ce qui maintient le suspense et la tension. Les personnages sont nombreux mais leurs vies sont racontées dans le détail, ce qui permet de s'approprier leur passé et de tenter des hypothèses quant aux liens qui les unissent.

    Comme dans tout bon roman islandais, les noms des personnages et des lieux sont absolument imprononçable pour nous, ce qui complique un peu la lecture. Mais cela fait partie du charme de ces romans aux décors que l'on imagine majestueux.

    Un bon roman policier, bien écrit, à lire au coin du feu tant la neige et le froid sont omniprésents. Poulain d'Henning Mankell, Ragnar Jónasson est de ces auteurs scandinaves avec lesquels il faudra compter à l'avenir.

     

    Snjór fait partie de la série Dark Iceland, dont un deuxième tome vient de sortir : Mörk. Cette série comprend 8 tomes mais, allez savoir pourquoi, ils ne sont pas traduits ni publiés en français dans l'ordre d'origine.

     

     

    Snjór - Ragnar Jónasson - Editions de la Martinière - 2016livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,snjor,ragnar jonasson,editions de la martinière,islande,froid,siglufjordur

     

  • 0 commentaire

    Monsieur Origami - Jean-Marc Ceci

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,jean-marc ceci,monsieur origami,origami,japon,gallimard,prix club,rentrée littéraire 2016Maître Kurogikun a quitté son Japon natal à l'âge de 20 ans pour suivre une femme qu'il avait aperçue et s'est installé en Toscane. Depuis, il vit dans une ruine abandonnée et se livre à la fabrication du washi, un papier japonais traditionnel, et au pliage d'origamis. D'où son surnom de Monsieur Origami.

    Ne tournons pas autour du pot: j'ai adoré Monsieur Origami!

    Dans ce premier roman très réussi, Jean-Marc Ceci a choisi d'adopter le style propre aux auteurs japonais. La narration est très épurée et il suffit de quelques mots bien choisis pour que l'auteur nous emporte dans un autre univers.

    La philosophie zen, pratiquée par Maître Kurogikun, est particulièrement présente et imprègne totalement le roman, laissant une grande place aux silences et à la méditation. J'ai beaucoup apprécié cette atmosphère empreinte de poésie où la solitude, la contemplation de la nature et la réflexion occupent toute la place dans une incroyable économie de mots. Là où certaines pages ne contiennent que quelques lignes, plusieurs phrases sont au contraire répétées plusieurs fois comme un mantra.

    A travers ce roman et la rencontre de Maître Kurogikun avec le jeune Casparo, ce sont aussi les traditions japonaises qui s'offrent au lecteur. En particulier, celles de l'art de plier (et de déplier) le papier et de fabriquer le washi de façon artisanale. 

    J'ai été frappée par la sérénité et la poésie qui se dégage de ce texte, nous incitant à marquer un temps d'arrêt dans nos vies mouvementées. 

    Une belle surprise que ce premier roman très abouti. A lire absolument si vous aimez les auteurs japonais. 

     

    Monsieur Origami - Jean-Marc Ceci - Editions Gallimard - 2016livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,jean-marc ceci,monsieur origami,origami,japon,gallimard,prix club,rentrée littéraire 2016