*Premiers chapitres - Page 2

  • 1 commentaire

    Snjór - Ragnar Jónasson

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,snjor,ragnar jonasson,editions de la martinière,islande,froid,siglufjordurOn a beau dire à Ari Thor qu'il ne se passe jamais rien à Siglufjördur, les premiers jours de janvier 2009 sont plutôt mouvementés au vu du nombre de morts et de blessés qui se succèdent. A peine sorti de l'école de police, il se voit affecté à la ville la plus au nord de l'Islande. Isolé au cœur d'une petite communauté où chacun tient l’autre par ses mensonges et ses secrets, il va devoir démêler le vrai du faux envers et contre tous.

    Premier roman de Ragnar Jónasson traduit en français, Snjór plonge le lecteur dans l'atmosphère étrange d'un petit village de pêcheurs islandais. Uniquement accessible par un tunnel étroit creusé à même la montagne, Siglufjördur provoque un sentiment de claustrophobie aussi bien chez le personnage principal que chez le lecteur. La neige tombe sans discontinuer, bloquant même l'accès au tunnel et isolant la population, la nuit polaire plonge les habitants dans l'obscurité permanente et les ragots vont bon train.

    Dans cette communauté particulièrement soudée, Ari a bien du mal à s'intégrer, d'autant qu'il est lui-même éloigné de sa famille et de sa petite amie, qui a refusé de le suivre dans ce trou perdu.

    Plusieurs histoires se racontent en parallèle, ce qui maintient le suspense et la tension. Les personnages sont nombreux mais leurs vies sont racontées dans le détail, ce qui permet de s'approprier leur passé et de tenter des hypothèses quant aux liens qui les unissent.

    Comme dans tout bon roman islandais, les noms des personnages et des lieux sont absolument imprononçable pour nous, ce qui complique un peu la lecture. Mais cela fait partie du charme de ces romans aux décors que l'on imagine majestueux.

    Un bon roman policier, bien écrit, à lire au coin du feu tant la neige et le froid sont omniprésents. Poulain d'Henning Mankell, Ragnar Jónasson est de ces auteurs scandinaves avec lesquels il faudra compter à l'avenir.

     

    Snjór fait partie de la série Dark Iceland, dont un deuxième tome vient de sortir : Mörk. Cette série comprend 8 tomes mais, allez savoir pourquoi, ils ne sont pas traduits ni publiés en français dans l'ordre d'origine.

     

    Si vous avez envie de vous faire votre propre opinion, n'hésitez pas à télécharger le premier chapitre de ce roman (pdf).

     

    Snjór - Ragnar Jónasson - Editions de la Martinière - 2016

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,snjor,ragnar jonasson,editions de la martinière,islande,froid,siglufjordur

  • 0 commentaire

    Monsieur Origami - Jean-Marc Ceci

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,jean-marc ceci,monsieur origami,origami,japon,gallimard,prix club,rentrée littéraire 2016Maître Kurogikun a quitté son Japon natal à l'âge de 20 ans pour suivre une femme qu'il avait aperçue et s'est installé en Toscane. Depuis, il vit dans une ruine abandonnée et se livre à la fabrication du washi, un papier japonais traditionnel, et au pliage d'origamis. D'où son surnom de Monsieur Origami.

    Ne tournons pas autour du pot: j'ai adoré Monsieur Origami!

    Dans ce premier roman très réussi, Jean-Marc Ceci a choisi d'adopter le style propre aux auteurs japonais. La narration est très épurée et il suffit de quelques mots bien choisis pour que l'auteur nous emporte dans un autre univers.

    La philosophie zen, pratiquée par Maître Kurogikun, est particulièrement présente et imprègne totalement le roman, laissant une grande place aux silences et à la méditation. J'ai beaucoup apprécié cette atmosphère empreinte de poésie où la solitude, la contemplation de la nature et la réflexion occupent toute la place dans une incroyable économie de mots. Là où certaines pages ne contiennent que quelques lignes, plusieurs phrases sont au contraire répétées plusieurs fois comme un mantra.

    A travers ce roman et la rencontre de Maître Kurogikun avec le jeune Casparo, ce sont aussi les traditions japonaises qui s'offrent au lecteur. En particulier, celles de l'art de plier (et de déplier) le papier et de fabriquer le washi de façon artisanale. 

    J'ai été frappée par la sérénité et la poésie qui se dégage de ce texte, nous incitant à marquer un temps d'arrêt dans nos vies mouvementées. 

    Une belle surprise que ce premier roman très abouti. A lire absolument si vous aimez les auteurs japonais. Si un petit avant-goût vous tente, téléchargez un extrait de Monsieur Origami (pdf).

    Monsieur Origami - Jean-Marc Ceci - Editions Gallimard - 2016

    livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, Jean-Marc Ceci, Monsieur Origami, Origami, Japon, Gallimard, Prix Club, rentrée littéraire 2016

  • 3 commentaires

    Le mystère Henri Pick - David Foenkinos

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,le mystère henri pick,david foenkinos,bibliothèque des livres refusésEn Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune éditrice découvre ce qu'elle estime être un chef-d’œuvre, écrit par un certain Henri Pick. Elle part à la recherche de l'écrivain et apprend qu'il est mort deux ans auparavant. Selon sa veuve, il n'a jamais lu un livre ni écrit autre chose que des listes de courses... Aurait-il eu une vie secrète?

    Au départ, le pitch m'a fait penser à l'excellent roman d'Irving Finkel, Au paradis des manusrits refusés, qui traite aussi d'une bibliothèque des livres refusés. Mais c'est bien là le seul point commun entre ces deux romans.

    Dans ce roman, David Foenkinos nous permet de regarder le monde de l'édition par le trou de la serrure et fait découvrir les dessous de la création d'un best-seller ainsi que le travail des petites mains indispensables à leur diffusion. Mais Le mystère Henri Pick est aussi une critique de ces maisons d'éditions qui encensent leurs auteurs bankables tout en refusant d'excellents romans d'inconnus. Ce roman démontre, si cela était encore nécessaire, à quel point une campagne marketing bien ficelée est capable de vendre n'importe quelle histoire.

    L'auteur revient d'ailleurs sur l'importance, à l'heure actuelle, du roman autour du roman c'est-à-dire de l'histoire et des circonstances de son écriture. Dans ce cas précis, le caractère secret de l'auteur, les conditions dans lesquelles le roman a été rédigé et déniché en font un succès phénoménal, mettant ainsi en avant la forme sur le fond.

    C'est donc avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé l'écriture de David Foenkinos. Les rebondissements ne manquent pas et l'ennui est tenu éloigné grâce à des personnages attachants et quelques traits d'humour bienvenus.

    Lisez le premier chapitre (pdf), vous ne pourrez plus vous en défaire!

    Le mystère Henri Pick - David Foenkinos - Editions Gallimard - 2016

    Du même auteur:

      

  • 0 commentaire

    La bande dessinée au tournant - Thierry Groensteen

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,les impressions nouvelles,la bande dessinée au tournant,thierry groensteen,bande dessinée,bd,tintin au pays des soviets,hergé,casterman,dupuis,le lombardLa bande dessinée est aujourd’hui à un tournant de son histoire. Son image sociale s’est considérablement améliorée, sa légitimité culturelle ne fait plus guère débat. Or ces évolutions, qui font d’elle un objet de mieux en mieux identifié et de plus en plus reconnu, se produisent alors que le marché connaît une véritable crise.

    Partant de son essai Un objet culturel non identifié paru en 2006, Thierry Groensteen fait le point sur les changements et évolutions de la bande dessinée depuis 10 ans.

      

    Ainsi, l'auteur aborde la question des maisons d'édition consacrées à la bande dessinée, dont le nombre a littéralement explosé. Cela a des effets positifs puisque les opportunités sont plus nombreuses pour les auteurs et que l'on assiste à une augmentation du nombre d'albums publiés. Pourtant, cette surproduction est néfaste en terme de qualité et entraîne une diminution générale des ventes. Si les petites structures abondent, nombre de maisons connaissent aussi fusions et rachats. C'est ainsi que la Belgique a perdu trois piliers de sa bande dessinée : Dupuis, Le Lombard et Casterman.

     

    Pour redynamiser les ventes, les maisons d'édition exploitent sans vergogne le filon (très rentable) des rééditions. Les "classiques" sont rajeunis, augmentés, commentés... comme en témoigne la récente et très controversée colorisation de Tintin au Pays des Soviets d'Hergé. La reprise de séries à succès par d'autres équipes quand survient la retraite ou le décès de leur créateur en est un autre exemple. Tout comme la pratique du "dessinateur invité" qui revisite un personnage emblématique le temps d'un album, parfois au mépris de ce qui fait l'essence de ce personnage.

     

    Au rayon des évolutions, on assiste à un déplacement de la bande dessinée vers la non-fiction. La bande dessinée reportage, du réel, de vulgarisation, de transmission d'un savoir et le récit biographique se développent, ouvrant de nouvelles perspectives tant aux auteurs qu'aux éditeurs. 

    Par contre, si la BD numérique tend à se développer, il s'agit encore surtout de numériser des albums initialement conçus pour le papier que de créations numériques à proprement parler.

     

    La muséification de la bande dessinée est aussi un sujet abordé par Thierry Groensteen. En effet, il ne vous a pas échappé que la BD s'expose de plus en plus dans les grands musées ou galeries spécialisées. Le marché de l'original a aussi beaucoup évolué, attirant les spéculateurs qui espèrent faire une plus-value rapide en se procurant des originaux qui se vendront à prix d'or lors de ventes aux enchères.

     

    Finalement, en lisant cet essai, on se rend compte que la bande dessinée, quelle soit française ou belge, est devenue un produit comme un autre. Le rendement prend le dessus sur la qualité et l'originalité, alors que la profession reste très fragile, tant pour les éditeurs que pour les auteurs, dont les conditions de vie sont particulièrement précaires. 

    Thierry Groensteen nous livre les dessous de la bande dessinée et nous fait découvrir un monde insoupçonné. La présentation est très pédagogique et compare intelligemment la bande dessinée telle qu'elle est pratiquée en France et en Belgique avec les comics américains et les mangas japonais, ce qui donne une dimension internationale à cet essai très intéressant.

    Remerciement aux Editions Les Impressions Nouvelles et à Babelio pour cette découverte, dont je vous propose un aperçu (pdf).

    La bande dessinée au tournait - Thierry Groensteen - Les Impressions Nouvelles - 2017

  • 0 commentaire

    Brunetti en trois actes - Donna Leon

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,brunetti en trois actes,donna leon,rentrée littéraire 2016,policier,harcèlement,opéra,fenice,veniseDe passage à La Fenice de Venise, la diva Flavia Petrelli interprète la Tosca sur scène. C'est un véritable triomphe et les fans sont nombreux à attendre la cantatrice à la sortie de sa loge pour obtenir un autographe. Mais parmi eux se trouve un admirateur secret qui la submerge de roses jaunes depuis plusieurs mois et Flavia commence à s’inquiéter de ces signes d’adoration excessifs. Lorsqu'elle confie son appréhension à Brunetti, il lui promet de mener sa petite enquête. 

    Malgré mon intérêt pour les thrillers au rythme soutenu et à la tension palpable, c'est toujours avec beaucoup de plaisir que je me plonge dans les aventures de Guido Brunetti. Le commissaire mène ses enquêtes au rythme méditerranéen, sans stress ni violence. Il prend son temps, fait un détour par une église dont il observe la beauté des vitraux, rentre chez lui le midi pour dîner en famille. Avec Donna Leon, j'ai toujours l'impression d'entrer dans un monde où le temps n'a plus la même dimension et semble s'étirer à l'infini.

    Brunetti est vraiment un personnage à part dans le monde du roman policier tant il est éloigné des stéréotypes du policier à la vie privée tumultueuse et dont l'alcoolisme et la malbouffe entretiennent l'embonpoint. Lorsque la famille Brunetti est mentionnée, elle apparaît toujours comme un soutien et parfois même une aide dans la résolution d'une enquête.

    Dans ce roman, j'ai d'ailleurs découvert la passion commune de Guido et de son épouse Paola pour la lecture. Ensemble, ils parlent des auteurs classiques et cherchent dans la littérature des cas semblables à celui que vit Flavia, pour essayer de mieux comprendre la psychologie du stalker qui la harcèle. Je me suis évidemment sentie particulièrement proche de Paola, qui aspire à une soirée sans mari ni enfants pour pouvoir se consacrer pleinement à la lecture de son roman en cours.

    J'ai pris beaucoup de plaisir à relire Donna Leon et à retrouver ses personnages fétiches, comme de vieux amis que l'on n'a plus vus depuis longtemps. Elle nous offre l'opportunité d'entrer dans le monde de l'opéra par la petite porte, et de la Fenice en particulier, et de découvrir l'envers du décor. 

    Remerciement aux Editions Calmann-Lévy pour cette agréable lecture teintée de quelques notes d'humour.

    Pour découvrir les premières pages de ce roman policier, téléchargez ce document pdf.

    Brunetti en trois actes - Donna Leon - Editions Calmann-Lévy - 2016

    Du même auteur:

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,brunetti en trois actes,donna leon,rentrée littéraire 2016,policier,harcèlement,opéra,fenice,venise