• 4 commentaires

    Duelle – Barbara Abel

    Duelle, Barbara Abel, Editions du Masque, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, livre de poche, famille, Belgique, belge, littérature belge, Bruxelles, thriller, émission, télévision, télé-réalitéLucy et son mari Yves vivent dans la région bruxelloise avec leurs deux enfants Max et Léa. Un matin, Lucy voit débarquer chez elle l'équipe de l'émission « Devine qui est là? », qui réunit les personnes que la vie a séparées. Pour Lucy, il n'y a aucun doute, c'est sa mère biologique qui cherche à la retrouver. Mais les questions se bousculent dans sa tête... Le jour du direct, ce qu'elle va découvrir ira au-delà de tout ce qu'elle avait pu imaginer et le rêve va se transformer en cauchemar.

    Sur le thème de la famille, l'auteure belge nous emmène dans une histoire où la jalousie et la rancœur succèdent rapidement aux joies des retrouvailles. Les personnages sont très bien dessinés, cachant sous une façade proprette, des comportements déviants et malsains.

    Si le démarrage est un peu lent, Duelle connait ensuite une accélération qui se poursuit tout au long du roman et nous empêche de le lâcher. Alors que j'ai parfois imaginé par avance les événements qui allaient se produire, Barbara Abel a toujours réussi à m'étonner en allant bien plus loin que tout ce à quoi j'avais pensé. Selon moi, c'est là que se situe le grand talent de l'auteure. Alors que l'on pensait s'installer dans une routine, elle nous surprend par de brusques retournements de situation auxquels on ne s'attend pas et qui vont totalement modifier notre vision des personnages et la suite de l'histoire.

    J'ai été légèrement déçue par le happy end, attendu et manquant d'originalité, mais j’ai vraiment apprécié le fait que Barbara Abel se joue de nous en permanence et nous manipule tout autant que ses personnages.

    Un thriller psychologique à la tension palpable, qui happe le lecteur et rend Duelle addictif.

    Duelle – Barbara Abel – Editions du Masque – 2005

    Duelle, Barbara Abel, Editions du Masque, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, livre de poche, famille, Belgique, belge, littérature belge, Bruxelles, thriller, émission, télévision, télé-réalité

  • 0 commentaire

    La Reine du tango – Akli Tadjer

    La reine du tango, Akli Tadjer, JC Lattès, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, tango, danse, Argentine, Buenos Aires, famille, mère, tangero, tangueraSuzanne a grandi seule avec sa mère, La Reine du tango, une danseuse magnifique qui a connu tous les succès, toutes les gloires. Disparue trop jeune, elle a laissé à sa fille sa passion de la danse, des souvenirs éblouissants et une peur immense de l’abandon. De cette enfance, Suzanne n’a gardé que le tango qu’elle enseigne sans oser le danser, et un vieil ami de sa mère, qui s’éteint à l’hôpital. Pour vivre pleinement et enfin danser comme la Reine du tango, Suzanne doit retrouver les clés de cette enfance, comprendre qui était sa mère et apaiser ses peurs.

    Ce roman s’articule autour de deux thématiques. La première concerne évidemment le tango, que l’auteur approche de façon originale et actuelle, nous faisant découvrir les codes et particularités de cette danse en la mettant en scène dans le Paris d’aujourd’hui. Le second fil rouge a trait à la question des origines. Toute la vie de Suzanne s’articule autour du secret qui entoure la mort de sa mère ainsi que sur l'identité de son père. De son enfance, elle garde la peur d'être rejetée et de perdre les personnes auxquelles elle tient, ce qui ne l’incite pas à s’investir dans des relations durables. Akli Tadjer nous présente la jeune femme dans toute sa complexité. Forte et fragile à la fois, déterminée et tellement perdue par moments, oscillant sans cesse entre la volonté de trouver le tangero qui partagera sa vie et la peur de s’attacher.

    Evidemment, puisque j'aime beaucoup la danse et le tango en particulier, je suis la lectrice toute désignée pour ce type de roman. Néanmoins, je pense que La Reine du tango pourrait plaire à un grand nombre de lecteur tant l’auteur nous emporte dans l’univers du tango par des mots bien choisis. L’écriture d’Akli Tadjer suit le rythme des pas de danse, à la fois sensuels, vibrants et cadencés. Il réussit à transmettre l'essence de la danse et à faire ressentir le tango-passion. Ne manquait que la musique pour parfaire cette découverte, manquement que j'ai contourné en écoutant Astor Piazzolla pendant ma lecture.

    Remerciement aux Editions JC Lattès pour cette lecture.

    La reine du tango – Akli Tadjer – Editions JC Lattès – 2016

    La reine du tango, Akli Tadjer, JC Lattès, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, tango, danse, Argentine, Buenos Aires, famille, mère, tangero, tanguera

  • 2 commentaires

    Au paradis des manuscrits refusés – Irving Finkel

    au paradis des manuscrits refusés,irving finkel,jc lattès,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,bibliothèque,manuscrit,édition,poésie,fiction,angleterre,royaume-unis,critique,chroniqueLa Bibliothèque des Refusés est un établissement des plus singuliers : elle recueille plus encore, elle sauvegarde tout texte ayant essuyé refus sur refus de la part des éditeurs. Littérature, poésie, mémoires, récits épistolaires... tous les écrits trouvent leur place sur les étagères de la Bibliothèque des Refusés. L'arrivée impromptue d'une insupportable bibliothécaire américaine, l'imposture d'une actrice se faisant passer pour une étudiante dans l'idée de voler des idées pour son prochain film, la menace de cambrioleurs convaincus de trouver là le gros lot, sans compter l'irruption de nombreux aspirants écrivains... autant de mésaventures qui viennent perturber l'ordre tranquille de la Bibliothèque.

    Un roman sur les livres va obligatoirement attirer mon regard. Quand, en plus, la bibliothèque dont il est question sort de l'ordinaire, la lectrice qui est en moi ne peut s'empêcher de le lire.

    Et je n'ai pas été déçue car le lieu est exceptionnel à plus d'un titre. Evidemment, l'idée seule de conserver des manuscrits qui ont été refusés par les éditeurs est déjà originale en soi mais il ne faut pas perdre de vue que l'étude de ces documents est l'objectif premier de la Bibliothèque des refusés. Ainsi, le personnel utilise des techniques très élaborées pour étudier le caractère gaucher ou droitier des auteurs refusés ou leur régime alimentaire, au cas où ces particularités expliqueraient les refus successifs. L'admission de manuscrits est également régie par des critères stricts, comme la présentation de lettres de refus dénigrantes, attestant d'un réel rejet du monde de l'édition. La bibliothèque, perdue dans la campagne anglaise, a aussi la particularité de cultiver son isolement, ce qui donne lieu à des scènes mémorables qui font fuir les quelques visiteurs qui osent s'aventurer au-delà du mur d'enceinte.

    Au paradis des manuscrits refusés est un roman complètement décalé, un véritable ovni littéraire au regard des romans qui sortent habituellement. On sent qu'Irving Finkel s'est amusé en écrivant ce récit loufoque et humoristique, n'hésitant pas à pousser son originalité jusqu'au bout, de façon totalement assumée. Les personnages sont atypiques, leur dévouement à la bibliothèque force le respect et les rends sympathiques.

    Outre son coté décalé, ce roman est aussi une réflexion sur le monde de l'édition. Cette Bibliothèque des refusés défend ainsi l'idée qu'il existe une quantité de bonnes histoires qui ne rencontreront jamais les lecteurs, simplement parce que les maisons d'édition ne les ont pas considérées comme suffisamment bankables. Elles qui ont tendance à publier des romans calibrés, soutenus par une campagne marketing destinée à booster les ventes. Ce roman ne refait évidemment pas le monde littéraire mais il a le grand avantage de nous faire sourire et de ne pas se prendre au sérieux.

    C'est peu dire que je ne m'attendais pas à ce type de roman de la part d'un philologue spécialiste de l'écriture cunéiforme, à priori plus habitué aux écrits scientifiques, mais le roman fut à la hauteur de ma surprise, excellent.

    Remerciement aux Editions JC Lattès pour cette lecture.

    Au paradis des manuscrits refusés – Irving Finkel – Editions JC Lattès – 2016 

  • 4 commentaires

    Le livre des Baltimore – Joël Dicker

    Le livre des Baltimore, Joël Dicker, Audiolib, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, livre audio, Etats-Unis, écrivain, famille, Thibault de Montalembert, Goldman, La Vérité sur l’affaire Harry QuebertAu coeur de ce roman, on retrouve Marcus Goldman, le héros de La Vérité sur l’affaire Harry Quebert. Quittant New York et son hiver glacé pour la touffeur tropicale de Boca Raton en Floride, il décide d’écrire sur sa propre famille. Marcus vient des Goldman de Montclair : classe moyenne, maison banale à Montclair, petite ville dans la banlieue de New York. Marcus a grandi dans la fascination pour l’autre branche de la famille, les Goldman de Baltimore. Ces Goldman-là habitent une grande demeure somptueuse dans la banlieue riche de la ville. L’oncle Saul est un avocat de renom. Tante Anita est médecin à l’Hôpital John Hopkins. Il y a aussi Hillel, leur fils, provocateur inspiré, et Woody, fils adopté par le couple, sauvé des gangs et qui rêve d’une carrière dans le football.

    Ayant lu beaucoup de bien sur ce roman, j'ai eu envie de découvrir cet auteur suisse. Et le moins que l'on puisse dire est que je suis étonnée de l'engouement qui s'est créé autour du Livre des Baltimore.

    Dès les premières pages, le lecteur sait qu'un Drame s'est produit dans cette famille. Tout l'enjeu du récit étant de découvrir lequel. Et il faudra attendre la toute fin du roman pour connaitre la teneur de ce Drame qui a bouleversé le narrateur.

    Au départ, j'ai été prise dans le suspense habillement entretenu par l'auteur mais, au bout d'un certain temps, j'ai eu l'impression qu'il nous tenait artificiellement en haleine, avec une accumulation de détails et de descriptions inutiles et, il faut le dire, d'un intérêt très moyen. Pauvre bougre, le lecteur se trouve pris en otage car, après avoir passé tant de temps à écouter l'histoire des Goldman, il ne peut que poursuivre son écoute s'il tient à savoir en quoi consiste ce fameux Drame qui sous-tend tout cette histoire. Joël Dicker a parfois réussi à m'étonner mais ces petits moments se sont finalement noyés dans le magma compact qui constitue ce roman.

    La construction-même du roman est un peu compliquée, l'auteur faisant un aller-retour constant entre le passé et le présent mais sans respecter l'ordre chronologique des événements. Cela est perturbant, surtout quand on écoute un livre audio et que l'on n'a donc pas les dates sous les yeux ni la possibilité de revenir en arrière facilement.

    Le rythme particulièrement lent et l'accumulation de détails peu intéressants ont vraiment rendus mon écoute difficile et c'est avec soulagement que je suis arrivée au bout de cette saga familiale. Heureusement, les quelques notes d'humour ont un peu égayé ma lecture et Thibault de Montalembert a rendu le tout vivant grâce à sa lecture dynamique du roman.

    Je remercie néanmoins Audiolib pour cette écoute et vous invite à vous faire votre propre opinion en écoutant l'extrait audio (MP3).


    podcast

    Le livre des Baltimore – Joël Dicker – Editions Audiolib – 2016

  • 4 commentaires

    Brunetti entre les lignes – Donna Leon

    Brunetti entre les lignes, Donna Leon, Calmann-Lévy, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Venise, Italie, Brunetti, série, télévision, France 3Le commissaire Guido Brunetti reçoit un appel fiévreux de la directrice d’une prestigieuse bibliothèque vénitienne. Plusieurs livres anciens et de grande valeur ont été endommagés, d’autres ont même disparu. Les employés soupçonnent un chercheur américain venu à plusieurs reprises consulter les livres mais, pour Brunetti, quelque chose ne colle pas. Quand l’un des suspects est retrouvé mort, l’affaire prend une tournure beaucoup plus sinistre.

    Alors qu’il s’agit du 23e épisode de la série Brunetti, ce roman est le premier que je lis de cette auteure américaine qui vit à Venise. Et j’ai découvert une autre façon de traiter le roman policier. Loin des polars américains ou français rapides et haletants, Donna Leon prend son temps. Ainsi, le Commissaire se déplace à pied pour aller interroger un témoin, discute de ses souvenirs d’enfance en chemin et admire l’architecture vénitienne. Au rythme méditerranéen, l’enquête avance doucement mais surement, Brunetti se faisant aider de l’Isperetto Vianello et de la Signora Elettra. L’aspect scientifique, que l’on retrouve actuellement dans nombre de séries et romans, est peu présent ici, l’auteure mettant plutôt l’accent sur les capacités de déduction du Commissaire. Donna Leon réussi d’ailleurs à nous étonner avec des informations inattendues ou des personnages dont on ignorait le véritable visage.

    Elle met également l’accent sur les liens familiaux, chers aux italiens, en intégrant l’épouse de Guido Brunetti à l’enquête. L’impression générale qui se dégage de ce roman est d’ailleurs plutôt familiale grâce à ces personnages attachants, que l’on a l’impression d’avoir toujours connus.

    J’ai aussi particulièrement apprécié le fait que Brunetti entre les lignes nous fait évoluer dans des décors majestueux. Entre les ruelles et places vénitiennes que nous parcourons au fil des déambulations du Commissaire et la prestigieuse Bibliothèque Merula, dont les étagères croulent sous les livres rares, le lecteur est immergé dans un environnement magnifique.

    Un roman agréable à lire, qui nous fait découvrir le monde secret du marché noir de livres antiques.

    Remerciement aux Editions Calmann-Lévy pour cette lecture.

    Brunetti entre les lignes – Donna Leon – Editions Calmann-Lévy – 2016

    Du même auteur: