• 1 commentaire

    Automne – Mons Kallentoft

     Automne, Mons Kallentoft, Le serpent à plumes, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, enquête, policier, hiver, Suède, Malin Fors, alcool, suédois, avis, chroniqueLa pluie automnale rafraîchit les douves du château de Skogsa, où flotte le corps de Jerry Petersson. Arriviste et arrogant, ce riche avocat comptait bon nombre d’ennemis. Mais lequel l’a poignardé? Rapidement, Malin Fors soupçonne les Fagelsjo, anciens propriéaires du château.

    Hiver, du titre du premier roman de Mons Kallentoft, m'avait laissée sur ma faim. J'ai néanmoins choisi de laisser une seconde chance à cet auteur suédois en lisant un autre livre de sa série saisonnière.

    Plusieurs éléments sont communs aux deux romans. Ainsi, l'auteur joue sur l'atmosphère automnale, les feuilles mortes, le brouillard et les nuages bas et gris compliquant fortement la tâche des policiers. Comme dans Hiver, le mort parle du fond de sa tombe et commente l'avancement de l'enquête. Malheureusement, cet élément, s'il a pu étonner la première fois, perd de son intérêt à force de répétition. De nouveau, je déplore le côté trop descriptif de ce roman qui nous raconte, par le menu, le passé des différents protagonistes, rendant Automne particulièrement ennuyeux.

    Si l'histoire et le traitement qu'en fait l'auteur n'ont pas emportés mon adhésion, on peut espérer que l'enquêtrice principale va me réconcilier avec Mons Kallentoft. Même pas. En guise d'enquêtrice de choc, voici Malin Fors, 35 ans, alcoolique et incapable de communiquer efficacement avec son entourage. Je n'ai pas réussi à m'attacher à cette femme qui passe son temps à boire et à s'apitoyer sur son sort, sans rien faire pour sortir de la situation dans laquelle elle s'est mise seule.

    La lecture de ce roman a été particulièrement difficile en raison de sa lenteur. Je ne pense pas que ma route croisera celle de Mons Kallentoft de sitôt.

    Automne, Mons Kallentoft, Le serpent à plumes, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, enquête, policier, hiver, Suède, Malin Fors, alcool, suédois, avis, chroniqueAutomne – Mons Kallentoft – Editions Le serpent à plumes – 2011

    Du même auteur:

     

  • 4 commentaires

    Je me souviens – Martin Michaud

     

    Je me souviens, Martin Michaud, Kennes Editions, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Québec, policier, enquête, disparition, meurtre, thrillerÀ Montréal, juste avant Noël, un homme et une femme meurent le cou transpercé par ce qui semble être un instrument de torture sorti tout droit du Moyen Âge. Auparavant, ils ont entendu la voix de Lee Harvey Oswald, l’assassin présumé du président Kennedy. La série de meurtres se poursuit, les cadavres s’empilent... A la section des crimes majeurs, le sergent-détective Victor Lessard mène l’enquête avec, pour le meilleur et pour le pire, la colorée Jacinthe Taillon.

    Ce roman nous immerge dans le monde de la justice et des affaires, des avocats ayant utilisés des dossiers-écrans pour cacher un véritable complot ainsi que des expériences secrètes sur des êtres humains.

    Je regrette que les personnages soient si caricaturaux et manquent d’originalité. Le flic dépendant à l’alcool, dépressif, en proie à toute une série de problèmes personnels et la policière qui jure à tout va et qui ne pense qu’à manger ont déjà été vus mille fois, ce qui devient lassant pour qui lit régulièrement du policier. Néanmoins, on s’attache à ce duo d’enquêteurs qui ne cesse de se chamailler mais qui reste soudé en toutes circonstances.

    La touche d’exotisme est apportée par les québécismes qui ponctuent le texte. Décontenancée dans un premier temps par le vocabulaire et les expressions typiques, je me suis rapidement adaptée et ai pu apprécier ce petit pavé de plus de 600 pages. A travers ce roman, on sent un auteur attaché à ses origines, qui rattache l’histoire individuelle à celle, plus large, d’un pays. Je me souviens est ainsi l’occasion de découvrir les moments importants de l’Histoire québécoise, peu connue par chez nous ; le titre étant d’ailleurs une référence à la devise du Québec.

    De façon générale, j’ai trouvé que ce roman était un peu long, avec une enquête qui n’en finit pas tant le nombre de protagonistes et les liens qui les unissent sont grands. Quelques jours après sa lecture, les grandes lignes me restent en mémoire mais de nombreux détails se sont déjà évaporés de mon esprit, ce qui est dommage. Heureusement, la patience du lecteur est tout de même récompensée par une fin étonnante, à laquelle on ne pense pas.

    Je me souviens, Martin Michaud, Kennes Editions, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Québec, policier, enquête, disparition, meurtre, thrillerRemerciement à Babelio et à Kennes Editions pour cette lecture.

    Je me souviens – Martin Michaud – Kennes Editions – 2015

     

  • 2 commentaires

    La machine à câlins – Scott Campbell

    La machine à câlins, scott campbell, little urban, calin, bisou, enfant, carnet de lecture, bande dessinée, dessin, blog littéraireAttention, voici la Machine à câlins ! Que vous soyez grand ou petit, carré,  piquant ou doux… nul ne peut résister  à ses incroyables câlins.  Et vous, qui avez-vous câliné aujourd’hui ?

    Particulièrement adapté aux touts petits, ce livre graphique comporte de grands et beaux dessins à l'aquarelle. On s'attache à ce petit garçon qui aime caliner son entourage mais qui a aussi besoin de l'amour de sa maman lorsque lui-même est fatigué d'embrasser les autres.

    Un livre qui permettra aux enfants d'apprendre à montrer leurs sentiments mais aussi à réconforter les personnes de leur entourage.

     

    Vous aussi, vous avez envie de devenir une machine à câlins  ? Scott Campbell vous propose une séance d'entrainement aux câlins  !

    La machine à câlins, scott campbell, little urban, calin, bisou, enfant, carnet de lecture, bande dessinée, dessin, blog littéraire

     

    Remerciement à Babelio et aux Editions Little Urban pour cette lecture.

    La machine à câlins – Scott Campbell – Editions Little Urban – 2015

     

  • 1 commentaire

    Un hiver avec Baudelaire – Harold Cobert

    Un hiver avec Baudelaire, Harold Cobert, Héloïse d'Ormesson, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Lignes brisées, sdf, sans abri, pauvreté, emploi, famille, chien, BaudelairePhilippe a 27 ans lorsque sa vie bascule. Un divorce difficile, un contrat de travail qui n'est pas renouvelé et le voila contraint de vivre à l'hôtel en attendant de trouver un appartement et un autre emploi. Mais les difficultés ne font que s'accumuler, obligeant Philippe à vivre dans la rue. Un hiver avec Baudelaire est son histoire, celle d'une descente aux enfers qui va heureusement connaitre quelques moments de bonheur grâce à la présence de Baudelaire.

    L'écriture délicate et sensible d'Harold Cobert s'accorde parfaitement à ce récit. Le lecteur s'attache au personnage de Philippe qui essaie de s'en sortir et de rester digne dans un monde dont il ne connait pas les règles. L'auteur nous plonge dans le quotidien d'un sans domicile fixe, confronté au regard fuyant des passants, obligé de faire la manche dans le métro, dans une lutte permanente pour survivre et dormir malgré le froid. En empathie avec Philippe, le lecteur comprend le sentiment de honte qui l'habite, l'isolant de sa famille et de ses amis et l'éloignant de sa petite fille Claire, dont il a été séparé et qu'il lui tarde de retrouver.

    Un hiver avec Baudelaire rappelle qu'il est toujours possible de passer entre les mailles du filet « Sécurité sociale » et, surtout, qu’il suffit d’un rien pour que tout bascule. Ce roman a le mérite d’interpeller le lecteur, parce que l’on se rend compte que les efforts de Philippe ne sont pas suffisants pour lui permettre de se sortir de la précarité. Finalement, le seul salut provient des associations qui aident les plus démunis en fournissant nourriture, vêtements, abris et conseils. Pour Philippe, cela passera aussi par des rencontres déterminantes avec une jeune fille dans un square ou un couple de commerçants. Sans oublier Baudelaire, le compagnon de galère, grâce à qui le quotidien sera moins difficile à vivre.

    Un récit touchant et juste, qui rappelle l’équilibre précaire de nos vies et la nécessité de s’entraider. Un très beau roman dont je vous invite à découvrir les premières pages.

    Un hiver avec Baudelaire – Harold Cobert – Editions Héloïse d'Ormesson – 2009

    Du même auteur:

  • 2 commentaires

    Les cerisiers fleurissent malgré tout – Keiko Ichiguchi

     Les cerisiers fleurissent malgré tout, Keiko Ichiguchi, Dargaud, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Italie, Japon, Fukushima, tsunami, famille, mangaMars 2011. Un tsunami exceptionnel touche le Japon et entraine l'explosion de la centrale de Fukushima, avec les conséquences que l'on connait. La peur gagne les japonais vivant à l'étranger qui sont sans nouvelles de leur famille, d'autant que les médias et le gouvernement diffusent de fausses informations pour éviter les mouvements de panique. A travers ce livre graphique, nous suivons Itsuko qui vit en Italie et qui va tenter par tous les moyens d'aider et de rejoindre son pays où vivent sa famille et son ancienne maitresse d'école, auxquels elle est très attachée.

    Les dessins en noir et blanc, inspirés du graphisme manga, sont très beaux et nous immergent totalement dans l'univers de l'auteure. Cette mangaka japonaise, qui vit elle-même en Italie, a sciemment choisi de casser les codes du manga et de la bande dessinée en mêlant les techniques. La lecture se fait à l'occidentale, de gauche à droite, et, plutôt que d'accumuler les petites cases, elle a choisi de réaliser de grands dessins ainsi que des tableaux sur plusieurs cases. Un très bel ouvrage qui, sans être autobiographique, reflète les craintes de Keiko Ichiguchi lors des événements de 2011, qui se sont déroulés pendant la création de ce livre graphique et qui ont modifié sa trame initiale.

    Les cerisiers fleurissent malgré tout, Keiko Ichiguchi, Dargaud, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Italie, Japon, Fukushima, tsunami, famille, manga

    (Clic sur les photos pour agrandir)

    Les cerisiers fleurissent malgré tout, Keiko Ichiguchi, Dargaud, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Italie, Japon, Fukushima, tsunami, famille, manga

    Un livre poignant et sensible qui m'a donné envie de partager avec vous la magnifique estampe de Hokusai, intitulée Dans le creux d'une vague au large de Kanagawa (1830-1834), et qui représente un tsunami.

    Les cerisiers fleurissent malgré tout, Keiko Ichiguchi, Dargaud, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Italie, Japon, Fukushima, tsunami, famille, manga

    Pour terminer sur une note positive: une photo des cerisiers japonais, qui fleurissent chaque année malgré toutes les douleurs que peuvent vivre les hommes.

    Les cerisiers fleurissent malgré tout, Keiko Ichiguchi, Dargaud, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Italie, Japon, Fukushima, tsunami, famille, manga

     

    Les cerisiers fleurissent malgré tout, Keiko Ichiguchi, Dargaud, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Italie, Japon, Fukushima, tsunami, famille, mangaLes cerisiers fleurissent malgré tout – Keiko Ichiguchi – Editions Dargaud – 2013