• 2 commentaires

    Un irlandais à New York – Florian Chassot

    Un irlandais à New York, Florian Chassot, Chemin Vert Editions, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, New York, mafia, guerre, gangJohn O'Ryan, un jeune irlandais, voit ses parents assassinés sous ses yeux pendant des vacances aux Etats-Unis. Il est alors recueilli par le gouvernement américain et intègre le projet « Ghost ». Le plan ? Former des orphelins, leur faire infiltrer les mafias les plus dangereuses du globe, et enfin détruire la criminalité mondiale. Nageant dans un brouillard peuplé de meurtres, de criminels, de mensonges et de complots, John va se débattre pour garder la tête hors de l'eau.

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que Florian Chassot est un jeune auteur prometteur. Son écriture, très visuelle, donne l’impression de regarder un film. C’est donc sans peine que l'on s’immerge dans le quotidien de John le Fantôme, en mission d’infiltration au sein de la mafia irlandaise pour le compte du gouvernement américain.

    Dès les premières pages, le lecteur se trouve au cœur de l’action, assistant à la guerre que se livrent les mafias irlandaise et anglaise pour le contrôle du territoire de la ville de New York. Et suivre John n’est pas de tout repos ! Entre les filatures, les intimidations, les braquages et les séances de torture à faire avouer les plus récalcitrants, on n’a pas le temps de s’ennuyer.

    Si j’ai rapidement été séduite par l’écriture de Florian Chassot et par ses personnages dont la personnalité est bien dessinée, je dois bien avouer que les histoires de gangs et de mafia m’intéressent peu et que, malheureusement, je n’ai pas réussi à me passionner pour leurs aventures.

    Un auteur que je tiens donc à l’œil, en espérant que son prochain roman m’emportera complètement dans son univers.

    un irlandais à new york,florian chassot,chemin vert editions,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,new york,mafia,guerre,gangRemerciement à Chemin Vert Editions pour cette lecture.

    Un irlandais à New York Florian Chassot – Chemin Vert Editions – 2014

     

  • 0 commentaire

    Nouvelles belges à l'usage de tous – Collectif

    Nouvelles belges à l'usage de tous, Collectif, Espace Nord, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, René Godenne, nouvelle, belgeVoici un recueil de nouvelles original qui regroupe des auteurs dont l’unique point commun est d’être de nationalité belge. Il n’y a donc pas de véritable fil rouge entre 26 histoires courtes qui se déroulent de 1886 (Georges Rodenbach) à 2015 (Catherine Deschepper), nous permettant ainsi de parcourir trois siècles de littérature.

    Sans surprise en ce qui me concerne, j’ai difficilement accroché aux histoires plus anciennes et j’ai préféré les nouvelles les plus récentes, qui se déroulent dans un cadre plus contemporain au nôtre. Malheureusement, ce recueil ne m'a pas beaucoup enthousiasmé, la lecture de ce livre compact et dense me paraissant particulièrement longue.

    L’intérêt principal de ce type de recueil réside dans le fait qu’il nous permet de voir l’évolution de l’art de la nouvelle à travers les époques. René Godenne, spécialiste incontesté du genre et auteur de plusieurs études sur le sujet, propose une édition remaniée de ce recueil initialement paru en 2009. Des choix subjectifs mais de qualité qui permettent de (re)découvrir des auteurs peu connus ou oubliés.

    Remerciement à Babelio et à Espace Nord pour cette lecture.

    Nouvelles belges à l'usage de tous – Collectif – Espace Nord – 2015

  • 6 commentaires

    Jolie libraire dans la lumière – Frank Andriat

    Jolie libraire dans la lumière, Frank Andriat, Desclée de Brouwer, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, belge, librairie, libraire, accident, lecture, auteur, Bruxelles, BelgiqueMaryline est libraire à Bruxelles. Avant que son commerce n’ouvre, elle entame la lecture d’un roman d’un auteur inconnu. Dans un train va la bouleverser tant l’histoire du livre se superpose à son histoire personnelle. Et en nous livrant quelques passage de ce roman, Frank Andriat cultive l’ambiguïté chez le lecteur également, jusqu’à l’élément qui lui permettra de comprendre ce qui se joue pour Maryline.

    Pour les lecteurs assidus, Jolie libraire dans la lumière est un petit bijou. Les livres y sont présentés comme des trésors ou des temples à découvrir, un remède face à la solitude et un moyen d’évasion. Les mots utilisés par l’auteur laissent penser qu’il est lui-même un amoureux des livres et des librairies tant il en parle avec passion. Dans ce roman, les livres deviennent aussi vecteurs de rencontre car le roman qui émeut tant Maryline va être à l’origine de plusieurs rencontres décisives.

    Jolie libraire dans la lumière commence lentement, baignant le lecteur dans le quotidien de Maryline, pour ensuite connaitre une accélération soudaine et, enfin, un retour à un rythme normal. Tout cela donnant des envies contradictoires, à la fois de connaitre la fin mais aussi de laisser durer le plaisir de lecture. Parce qu’il faut bien avouer que cet auteur belge que je lis pour la première fois a une très belle écriture. Frank Andriat met l’accent sur la lumière, qui illumine tous les décors, mais aussi sur la personnalité de Maryline, particulièrement sensible à ce qui l’entoure. J’ai été touchée par la douceur, la poésie et la tendresse qui se dégagent de ce récit, truffé de jolies phrases que l’on voudrait garder en mémoire.

    Le seul élément qui a légèrement entamé mon enthousiasme pour ce livre concerne les coïncidences et révélations qui arrivent en fin d’ouvrage, qui me semblent un peu exagérées. Heureusement, cette dernière impression est balayée par une sensation générale agréable et le plaisir que j’ai pris à lire cette histoire.

     

    « […] elle ferme les yeux et se laisse envahir par les mots qui s’échappent des livres posés sur les tables, qui se transforment en papillons pour voler dans la pièce et l’habiller d’histoires »

     

     Jolie libraire dans la lumière Frank Andriat – Editions Desclée de Brouwer – 2012

  • 0 commentaire

    Du nouveau en faveur de la lecture numérique !

    Depuis 2010, la Fédération Wallonie-Bruxelles a lancé un vaste Plan de développement numérique de la chaine du livre. Objectif avoué : contrer les géants américains de l’Internet et les sites de commerce en ligne implantés à l’étranger en proposant une offre numérique adaptée aux besoins des usagers.

    Trois outils ont été mis en place.

    Librel – Le portail numérique des librairies francophones belges

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,lecture numérique,ebook,librel,portail,librairie,lirtuel,fédération wallonie-bruxelles,site,internet,prêt,bibliothèque,numérique,belgique,france,eurekoi,réseau,bibliothécaire,documentalisteLancé depuis 2014, ce site constitue une vitrine pour les 30 librairies indépendantes belges qui l’alimentent.

    S'il met en avant les éditeurs et auteurs belges, on y trouve aussi d'autres maisons d'éditions françaises, anglaises et néerlandaises. Le lecteur de livres numériques y trouve plus de 200 000 références aux formats PDF ou epub, des livres payants ou gratuits, aux thématiques variées (littérature, Beaux-arts, voyage, cuisine, informatique, santé, etc.).

    » Ce que j’en pense

    D'une utilisation très facile, Librel fonctionne comme tout site commercial. L'utilisateur se crée un compte personnel et il sélectionne les livres qu'il place dans son panier. Le paiement s’effectue par carte bancaire (MasterCard, Carte bleue ou Visa).

    Le livre numérique est directement disponible au téléchargement et il suffit ensuite de le placer sur sa liseuse pour pouvoir en profiter.

     

    Lirtuel – La plateforme de prêt numérique du réseau de lecture publique

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,lecture numérique,ebook,librel,portail,librairie,lirtuel,fédération wallonie-bruxelles,site,internet,prêt,bibliothèque,numérique,belgique,france,eurekoi,réseau,bibliothécaire,documentalisteCet outil a pour objectif de permettre aux usagers du réseau de lecture publique belge d’emprunter des livres numériques de façon tout à fait gratuite. Le système permet de télécharger les ebooks sur tablette, liseuse, smartphone ou ordinateur.

    La particularité de ce système est liée au caractère « chronodégradable » du fichier téléchargé, ce qui signifie qu’il sera automatiquement retourné à la plateforme à la fin de la durée du prêt, soit au bout de 30 jours.

    L’usager peut emprunter jusqu’à 5 titres simultanément et peut réserver un titre qui n’est plus disponible, il sera alors prévenu par mail dès que celui-ci sera à nouveau empruntable.

    Actuellement, 516 références sont disponibles au prêt mais le gestionnaire de l’outil annonce une forte croissance dans les prochains mois puisqu’il veut atteindre les 1000 ebooks empruntables d’ici la fin de l’année 2015.

    Seule condition pour bénéficier de ce service : être membre d’une bibliothèque publique.

    » Concrètement…

    A partir du moment où votre bibliothèque publique est associée au réseau Samarcande, tout se passe très facilement. Il suffit de se créer un compte à partir du site Lirtuel et d’indiquer quelle est la bibliothèque que vous fréquentez. Celle-ci reçoit automatiquement un message l’invitant à valider votre demande.

    Arrivé à cette étape, il vous faut encore associer votre compte Lirtuel au type de liseuse que vous souhaitez utiliser. Pour ce faire, je vous conseille vivement de lire le guide de démarrage qui vous expliquera la procédure pas-à-pas.

    Il ne vous reste plus qu’à choisir vos prochaines lectures dans le catalogue classé par genres littéraires et par thématiques (cuisine, cinéma, prix littéraires, guides de voyages…). Pour ce faire, sélectionnez un livre, cliquez sur « emprunter » et vous recevrez un lien pour télécharger votre livre numérique.

    » Ce que j’en pense 

    Si les débuts ont été un peu chaotiques pour moi (ma bibliothèque ne faisait pas encore partie du réseau Samarcande), dès que ce fut chose faite, tout a fonctionné comme sur des roulettes et Lirtuel a définitivement été adopté !

    Je n’y vois que des avantages : un site facile d’utilisation, un catalogue varié et actuel, la possibilité de se constituer un liste de lecture ou de réserver un livre que l’on lira plus tard. Je trouve que ce site, s’il ne résoudra pas tous les problèmes, est une bonne initiative pour faciliter l’accès à la lecture numérique et pour contrer le flot d’ebooks qui circulent illégalement sur le net (et qui ne permettent pas aux auteurs de toucher leurs droits). Le caractère chronodégradable du fichier n’est pas un problème, surtout que ma liseuse Sony affiche un décompte des jours de lecture encore disponibles.

     

    Eurekoi - le réseau international francophone de réponses à distance

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,lecture numérique,ebook,librel,portail,librairie,lirtuel,fédération wallonie-bruxelles,site,internet,prêt,bibliothèque,numérique,belgique,france,eurekoi,réseau,bibliothécaire,documentalisteCe service gratuit permet à tout utilisateur de poser une question à un réseau de bibliothécaires formés à la recherche documentaire sur Internet et au sein de bases de contenus spécialisées. Ce site est le fruit d’un partenariat original entre 26 bibliothèques françaises et 21 bibliothèques de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui s’engagent à répondre aux questions dans les 72 heures.

    L’utilisation du site est très facile puisqu’il suffit de compléter un court formulaire pour poser une question. Un mail vous informe que votre question a été soumise au réseau de bibliothécaires, avec un lien qui vous permet de suivre le parcours de votre question jusqu'à la bibliothèque qui y répondra.

    » Ce que j’en pense

    En ce qui me concerne, ma question est passée de mains en mains et le délai de trois jours a été largement dépassé avant même qu’elle n’arrive dans une bibliothèque proche de mon domicile (ma question portant sur la littérature montoise).

    Cette expérience n’a donc pas été un succès pour moi puisque je n’ai toujours pas eu de réponse après 15 jours. Cela est peut-être lié au caractère récent du partenariat France-Belgique, le système ayant à faire ses maladies de jeunesse avant de trouver son rythme de croisière.

    Néanmoins, sur le principe, un réseau international francophone est intéressant, d’autant qu’il permet de poser des questions sur des thématiques très variées (en témoignent les exemples donnés sur le site) et non seulement littéraires.

    A re-tester dans quelques temps…

      

    Trois initiatives intéressantes pour soutenir les libraires indépendants et maisons d’éditions belgespromouvoir une lecture numérique respectueuse des auteurs et montrer un autre aspect du métier de bibliothécaire-documentaliste.

  • 0 commentaire

    Le portefeuille rouge – Anne Delaflotte Mehdevi

    Le portefeuille rouge, Anne Delaflotte Mehdevi, Gaïa, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, reliure, livres, dorure, artisanat, Shakespeare, papierLes doigts habiles de la relieuse du gué viennent de se poser sur un vrai trésor, un exemplaire du Premier Folio de Shakespeare, découvert par une consœur acariâtre. Voilà un travail de restauration inédit pour Mathilde Berger. D'autant qu'un trésor peut en cacher un autre, si l'on gratte la poussière des papiers anciens, si l'on déchiffre les traits de plumes à l'encre passée. Si l'on ouvre le portefeuille rouge.

    Avec ce roman, l’auteure nous convie dans un univers qu'elle connait bien puisqu'elle est elle-même relieuse. Avec elle, nous découvrons ce métier d'artisan au plus près, des exigences de rigueur, de précision et de concentration qu'il requiert à la beauté de l'objet et au toucher du cuir souple ou du papier ancien.

    Les personnages sont bien dessinés et distincts. D’emblée, j’ai apprécié Mathilde. Facile à vivre, attachée au souvenir de son grand-père et proche de ses amis, à la fois honnête et passionnée par son travail. Par contre, le personnage d’Astride est plus difficile à cerner tant on devine les nombreuses failles que cachent ses humeurs changeantes, laissant le lecteur et Mathilde complètement désarçonnés.

    Le récit, raconté à la première personne par Mathilde, oscille entre son travail quotidien de restauration et la lecture de lettres datant de la fin du 16e et du début du 17e siècle, époque à laquelle a vécu Shakespeare. Le travail de la relieuse va faire apparaitre des surprises, au cœur duquel se trouve le fameux portefeuille rouge négligé par Astride. Cette façon d’aborder l’histoire est intéressante car elle éclaire un pan inconnu de la vie du dramaturge anglais ; la question de sa véracité restant cependant sans réponse en ce qui me concerne.

    Un roman agréable à lire, qui m’a emporté dans son sillage et qui m’a fait passer une partie de la nuit à lire. Ça ne m’était plus arrivé depuis longtemps.

    Le portefeuille rouge – Anne Delaflotte Mehdevi – Editions Gaïa – 2015