• 1 commentaire

    Le carnet de lecture de... Karine Lambert

    Les carnets de lecture de... propose à un auteur de nous parler de sa bibliothèque, des livres qui l'ont marqué et de son rapport à la lecture et à l’écriture.

    Photo Karine Lambert (no copyright).jpgAujourd'hui, découvrez le carnet de lecture de Karine Lambert, l'auteure du roman L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes.

     

    Combien de livres compte votre bibliothèque  ?

    Hauteur: trois mètres, largeur: cinq mètres, une pile au pied de mon lit, une dans l'escalier, quelques uns chez mes amis.

     

    Quels sont vos livres préférés ?

    Ceux qui me font oublier que je suis en train de lire.Quelques titres me reviennent à l'esprit : L'art de la joie de Goliarda Sapienza, La dormition des amants de Jacqueline Harpman, Les cerfs-volants de Romain Gary, Soie de Alessandro Baricco, La nuit des temps de René Barjavel, Luz ou le temps sauvage de Elsa Osorio, Le soleil des Scorta de Laurent Gaudé, L'écume des jours de Boris Vian, En vieillissant les hommes pleurent de Jean-Luc Seigle.....la liste reste ouverte.

     

    Quel est votre livre de chevet actuel  ?

    Souffle en mon coeur un vent de Patagonie de Nacho Carranza.

     

    Avez-vous un lieu de lecture préféré ?

    Une fois par an dans un coin perdu de Bretagne, le reste du temps dans mon lit.

     

    À l’heure où les liseuses et les bibliothèques se côtoient, que représente le livre numérique pour vous  ?

    Ah! Le velouté de la couverture, le bruissement de la page qu'on tourne, le regard du libraire qui s'illumine quand il me parle de sa dernière trouvaille... inégalable!

     

    Qu’est-ce qui vous a amené à écrire et à laisser vous-même une trace dans la bibliothèque des autres  ?

    Je voulais rendre un peu de tout ce qui m'a été offert dans mes lectures. Chaque livre que j'ai aimé m'a donné envie de susciter un jour de cette manière, une émotion, un moment de plaisir, quelques heures d'évasion.

     

    Vous êtes photographe de profession. Quelle place occupe l’écriture dans votre vie  ?

    Les mots et les images racontent des histoires.

     

    Parlez-nous de votre premier roman L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes. Comment est-il né  ? Où avez-vous puisé votre inspiration  ?

    J'ai rencontré une femme qui m'a raconté qu''elle avait renoncé aux hommes depuis vingt cinq ans". Je n'avais jamais entendu ça. Encore plus fou, elle était rayonnante et pour rien au monde ne serait revenue sur son choix. Ca m'a tellement interpellée que j'en ai écrit un roman.

     

    Ce premier roman a été publié par les Editions Michel Lafon, avez-vous rencontré des difficultés à trouver un éditeur  ?

    5 mois, 150 allers-retours à la boîte aux lettres, 3 mails d'encouragement, 2 lettres de refus, 10 lettre types, 1 OUI.

     

    Avez-vous d’autres projets d’écriture  ?

    Tout le temps. Je termine l'écriture de mon deuxième roman et je pense déjà au suivant. Un personnage sommeille à la lisière de mon inconscient et de ma conscience.Il attend que je trouve les mots qui le feront exister.

     

    Où peut-on vous retrouver ?

    Dans les librairies.

     

    Un petit mot pour les lecteurs du blog  Carnet de lecture?

     

    "Quand tout le reste a échoué, laissez tomber et allez à la bibliothèque " Stephen King.

  • 2 commentaires

    En Amazonie – Jean-Baptiste Malet

    En Amazonie, Jean-Baptiste Malet, Librairie Arthème Fayard, livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, Amazon, infiltré, travail, essai, #romansété, entrepot, multinationale, enquêteSi le titre principal de ce livre pourrait porter à confusion, je remets les pendules à l'heure de suite. Non, je ne vous emmène pas découvrir la jungle tropicale, ses animaux exotiques et ses plages de sable fin. Dans ce livre, Jean-Baptiste Malet se propose de nous faire visiter les coulisses du «pays» Amazon, du nom de cette célèbre multinationale numéro 1 des ventes de produits culturels dans le monde.

    Face au succès de cette plateforme de vente en ligne, nombreux sont les personnes qui se sont interrogées sur les coulisses de cette machine de guerre, mais la communication cadenassée du géant ainsi que l'impossibilité d'obtenir des informations sur les conditions de travail en ont dissuadé plus d'un. Jean-Baptiste Malet, journaliste de profession, a choisi une approche moins réglementaire pour obtenir ses données. Il a suivi le parcours habituel de recrutement et s'est fait engager dans un entrepot logistique implanté en France. Son travail  ? Arpenter inlassablement les immenses rayonnages à la recherche des articles commandés par les clients. En Amazonie est donc présenté comme le compte rendu de ses observations, lors de cette expérience de travail.

    Dès le départ, j'ai eu l'impression d'être face à un témoignage à charge, avec des mises en scène exagérées et un manque d'objectivité pour ce qui est présenté comme une enquête journalistique. Certes, Jean-Baptiste Malet étaye ses propos par toute une série de chiffres mais, à aucun moment il ne compare le fonctionnement d'Amazon à celui d'autres multinationales implantées sur le territoire français. Pourtant, de ce qu'en présente l'auteur, les conditions de travail ne sont pas foncièrement différentes de ce qui avait été mis en place dès les années 1880 dans le cadre du taylorisme et beaucoup d'entreprises modernes travaillent encore sur ce modèle. Dans ce contexte, pourquoi cibler Amazon en particulier?

    L'aspect intéressant de ce livre est qu'il met en évidence les conditions de travail désastreuses d'une partie de la population, qui n'a d'autre choix que d'accepter ce type d'emploi. Et qui doit supporter un rythme de travail infernal, des objectifs de production en augmentation constante, une forte concurrence entre travailleurs, des contrats précaires, avec peu de perspectives d'avenir. L'auteur pointe également du doigt la responsabilité des hommes politiques français qui ont soutenu le développement de ce type d'entreprises, bradant par la même occasion la valeur du travail.

    Lorsqu'il commande des produits culturels en ligne, le client participe-t-il activement à cet appauvrissement des conditions de travail? Doit-il se sentir responsable? C'est en tout cas ce que semble penser l'auteur.

    En Amazonie. Infiltré dans le «  meilleur des mondes  » – Jean-Baptiste Malet – Librairie Arthème Fayard – 2013

    Lien permanent Catégories : Essais
  • 4 commentaires

    La vie al dente – Sarah Berti

    la vie al dente,sarah berti,luce wilquin,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,policier,thriller,brabant wallon,rebecq,enquête,mort,suicide,médecin,tiziana dallaveraAlors qu'elle fait sa tournée d'inspection d'un chantier de construction à l'arrêt, Barbara Delestienne aperçoit un homme pendu à la grue. Suicide ou meurtre? C'est l'équipe de l'Antenne de Police de Rebecq qui répondra à cette question, dont fait partie Tiziana Dallavera.

    Alors que la plupart des romans se déroulent dans de grandes villes étrangères, je trouve original de placer une enquête policière dans un petit village belge, en l'occurence Rebecq, dans le Brabant wallon. D'autres particularités sont aussi à épingler comme le fait que le personnage principal est une femme, ce qui est plutôt rare dans le monde du polar francophone, et qu'une place importante est donnée à la nourriture (même si on retrouve aussi cet élément chez Donna Leon par exemple). Sur ce point, La vie al dente est une tuerie pour les amateurs de bonne chère, Sarah Berti sachant y faire quant il s'agit de donner l'eau à la bouche de ses lecteurs. Que les plus gourmands se rassurent, le site dédié à la série nous détaille toutes les recettes des plats cités dans le roman et bien plus d'infos pour poursuivre notre lecture.

    En dehors de l'enquête, le lecteur découvre aussi la vie personnelle de Tiziana Dallavera (sa famille quelque peu envahissante, ses questionnements amoureux) et on s'attache à tout ce petit monde qui forme comme un cocon rassurant autour de la policière. La vie al dente est le 3e tome de la série mais l'histoire est tout à fait compréhensible pour celui qui n'a pas lu les enquêtes précédentes.

    L'écriture de Sarah Berti est fluide, claire et sans frioritures inutiles. Je suis très rapidement entrée dans l'histoire et je n'ai pas vu le temps passer tant les pages semblent se tourner d'elles-mêmes. Un livre qui se lit tout seul et ne laisse au lecteur aucune occasion de s'ennuyer, jusqu'au final qui m'a donné l'envie de rattraper mon retard et de retrouver cette équipe d'enquêteurs bien sympathiques dans leurs aventures précédentes.

    la vie al dente,sarah berti,luce wilquin,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,policier,thriller,brabant wallon,rebecq,enquête,mort,suicide,médecin,tiziana dallaveraRemerciement aux Editions Luce Wilquin pour cette découverte.

    La vie al dente – Sarah Berti – Editions Luce Wilquin – 2015

    Du même auteur: 

  • 7 commentaires

    Romans de l'été 2015

    Petit aperçu de ma PAL estivale, avec des livres qui fleurent bon la mer, le soleil, les voyages et la découverte de nouveaux paysages.

    Suivez mes lectures sur cette page (clic sur la couverture pour lire la chronique) ou sur la page Facebook avec le #romansété

    Lus

    pal estivale,romans de l'été,lectures,été 2015

    pal estivale,romans de l'été,lectures,été 2015

     pal estivale,romans de l'été,lectures,été 2015pal estivale,romans de l'été,lectures,été 2015pal estivale,romans de l'été,lectures,été 2015pal estivale,romans de l'été,lectures,été 2015

     

     

     

     

     

     

    pal estivale,romans de l'été,lectures,été 2015pal estivale,romans de l'été,lectures,été 2015 pal estivale,romans de l'été,lectures,été 2015

     

     

     

     

     

     

     

      

     Et vous, que lirez-vous sur la plage, dans votre jardin, sur la route, en avion ou à dos de chameau? Dites-moi toutClin d'œil

  • 2 commentaires

    Autoroute du soleil – Grégoire Polet

    autoroute du soleil,grégoire polet,onlit books,livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,soleil,vacances,#romansété,été,voiture,belgique,france,portugal,anvers,paris,lyon,lisbonneD’Anvers à Lisbonne, en passant par Paris et Lyon, le narrateur de ce court récit roule dans la nuit, en direction d’un rêve qu’il espère réaliser. Ce long trajet solitaire en voiture est l’occasion de laisser ses pensées vagabonder, d’imaginer différemment sa vie et de se souvenir, bercé par la Fantaisie de Schumann.

    Le rythme de ce texte est plutôt rapide, accompagnant le défilement du paysage et des pensées du narrateur, mais l’histoire racontée m’a peu intéressée. Les inconnues sont trop nombreuses : qui est le narrateur, qu’a-t-il quitté, pour quelles raisons? Beaucoup de questions restent sans réponses, ce qui rend difficile l’appropriation de l’histoire et l’identification au personnage.

    Un récit qui me laisse donc perplexe et qui sera très vite oublié.

    Autoroute du soleil – Grégoire Polet – Onlit Books Editions – 2013