3 commentaires

Les souvenirs – David Foenkinos

Cover Les souvenirs.jpgLe narrateur, dont nous ne connaîtrons pas le nom, nous fait vivre son quotidien de jeune homme confronté aux épreuves de la vie. La mort de son grand-père, l’entrée de sa grand-mère en maison de retraite, la proximité de la folie, la séparation de ses parents, sans parler de sa propre incapacité à aborder les filles et à écrire (le comble pour quelqu’un qui rêve d’être écrivain).

Dès les premières pages, j’ai été séduite par l’écriture fluide et sensible de David Foenkinos. Il arrive à aborder des sujets délicats avec humour et simplicité, avec cette capacité rare à nous renvoyer à nos propres sentiments ou comportements. Car, qui ne s’est jamais senti désemparé en visitant un parent âgé dans une maison de retraite, ne sachant quoi lui dire ni quoi faire pour occuper le temps ?

Les souvenirs questionne les relations familiales et intergénérationnelles, avec des personnages maladroits qui ont du mal à exprimer leurs sentiments et qui s’interrogent sur la définition du bonheur. Comment l’atteindre ? La réponse est peut-être dans la prise de conscience du caractère éphémère de la vie et de la nécessité de profiter de chaque moment… C’est ce que fait la grand-mère du narrateur en choisissant de fuguer de sa maison de retraite pour revivre ses souvenirs d’enfance.

Le roman est ponctué de souvenirs de personnes inconnues ou célèbres (Fitzgerald, Gainsbourg, Kawabata, Nietzsche, Van Gogh…) comme autant de petites parenthèses.

En lisant Les souvenirs, je n’ai pas pu m’empêcher de faire le rapprochement avec Sur la pointe des mots, un autre roman qui aborde également la question de la vieillesse et des souvenirs mais sous l’angle de la personne âgée elle-même.

Une lecture qui m’a donné envie de découvrir les autres romans de David Foenkinos, à commencer par La délicatesse qui est dans ma PAL.

Edit: Les souvenirs a été adapté pour le cinéma en 2015 par Jean-Paul Rouve.

Les souvenirs – David Foenkinos – Editions Gallimard – 2011

 

 

Du même auteur : 

Commentaires

  • Je garde un souvenir attendri de La délicatesse,moins de Qui se souvient de David Foenkinos ? Bisous

  • J'avais beaucoup aimé ces Souvenirs, mais ne parviens pas à m'en rappeler clairement à présent... Ils seraient peut-être à relire, surtout si tu évoques Sur la pointe des mots. J'ai l'impression que la vieillesse est un thème de plus en plus récurrent dans la littérature actuelle, à moins que ce ne soit mes propres choix qui m'y ramènent plus que je ne le voudrais (une des dernières publications de Luce Wilquin aborde également une "fugue" d'une vieille dame, entre autres).

  • @ Philisine: je découvre tout juste l'auteur. Le titre "Qui se souvient de David Foenkinos?" est étonnant et m'intrigue...

    @ Mina: non, je ne crois pas que ce soit une impression, avec "Les vieilles", "Et puis Paulette" ou "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire", c'est vrai que les séniors ont le vent en poupe en littérature! Perso, j'aime assez parce que ce sont généralement des récits tendres et touchants.

Les commentaires sont fermés.