• 2 commentaires

    Dans la lumière – Barbara Kingsolver

    Cover Dans la lumiere.jpegDans les Appalaches, au cœur de la forêt, Dellarobia Turnbow aperçoit une lumière aveuglante. La vallée semble en feu. Mais ces reflets rougeoyants n’ont rien à voir avec des flammes. Ce sont les ailes de centaines de papillons qui recouvrent le feuillage des arbres. Cette étrange apparition devient un enjeu collectif : la communauté religieuse de la ville croit reconnaitre un signe de Dieu et certains scientifiques invoquent une anomalie climatique. Toute l’Amérique se met à observer ce coin isolé, ancré dans les traditions rurales : Dellarobia comprend que de simples papillons vont bouleverser sa vie, et peut-être l’ordre du monde.

    Voilà un roman qui m’a donné du fil à retordre et que j’ai eu beaucoup de mal à terminer.

    Non pas que le sujet est inintéressant. L’apparition de papillons monarques dans un lieu qui ne fait normalement pas partie de leur trajet migratoire pose la question des changements climatiques et de l’influence du comportement humain sur ces modifications. Alors que c’est un thème qui est abordé chaque jour dans l’actualité, c’est la première fois que je lis un roman qui véhicule un tel message écologique et j’ai trouvé cet aspect singulier.

    C’est surtout le style de l’auteure qui m’a dérangé. Adepte des histoires qui démarrent rapidement et qui dégagent une certaine énergie, je me suis réellement ennuyée à la lecture de ce roman. La romancière nous décrit tous les détails de l’environnement et des impressions de Dellarobia, y intégrant relativement peu de dialogues, ce qui rend le récit peu dynamique. L’histoire en elle-même met un certain temps à se lancer, se perdant fréquemment dans de petits incidents annexes sans intérêt.

    Dans la lumière est un roman contemporain, bien ancré dans notre époque, bien qu’un peu caricatural. Malgré un message écologique intéressant qui pousse à la réflexion, ce récit m’a semblé trop descriptif et redondant. C’est dommage parce que je pense qu’une écriture plus légère et dynamique aurait pu en faire un grand roman.

    logo Match rentree literaire 2013.pngLecture réalisée dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire, organisés annuellement par Priceminister.

     

    Dans la lumière – Barbara Kingsolver – Editions Payot & Rivages – 2013 

  • 2 commentaires

    La tourmente du serpent – Sébastien Cazaudehore

    Cover La tourmente du serpent.jpegUne statuette représentant une divinité sans visage est volée lors d’une exposition d’art tribal à Paris et c’est l’inspecteur Ulysse Treilhard qui est appelé sur place. Anthropologue de formation et spécialiste de la culture papoue, il était tout désigné pour cette mission. Mais lorsqu’un ambassadeur est assassiné, les choses s’accélèrent et Treilhard est envoyé en Papouasie. Loin de leur confortable bureau parisien, l’inspecteur et sa coéquipière vont devoir affronter une jungle inextricable et des mercenaires à leur poursuite…

    Pour un premier roman, Sébastien Cazaudehore met la barre très haut. J’ai été impressionnée par cette facilité qu’il semble avoir pour mêler des connaissances pointues sur la culture indigène à une enquête criminelle de haut vol. Parce que La tourmente du serpent est tout d’abord un roman policier. Entre la France et les forets mystérieuses de Papouasie, il nous emmène à la recherche des commanditaires du vol de la statuette sans nous laisser le temps de nous ennuyer tellement l’histoire est intense et menée tambour battant.

    Anthropologue lui-même et spécialiste de la Papouasie Nouvelle Guinée tout comme son personnage principal, l’auteur nous immerge de façon tout à fait naturelle dans la culture papoue. Au fil de l’histoire, les coutumes et croyances de ces tribus nous sont expliquées sans que cela ne paraisse théorique ou surfait. Avec, en toile de fond, une réflexion sur la préservation des cultures traditionnelles, menacées par la cupidité de certains.

    Un auteur qui suit la trace des plus grands et qu’il vaut mieux tenir à l’œil. Je le remercie pour cette lecture. Suivez-le sur son blog.

     

    Logo Challenge Thrillers et polars.jpgLa tourmente du serpent – Sébastien Cazaudehore – ILV Editions – 2013 

  • 0 commentaire

    Un père en colère – Jean-Sébastien Hongre

    Cover Un pere en colere.jpegCe roman est la révolte d’un homme dépassé par le comportement de ses enfants. Sa lutte pour reconstruire sa famille et renouer avec sa femme. Son cri pour raviver la tendresse dans le cœur de ses deux adolescents à la dérive.

    Un père en colère nous immerge dans le quotidien d’une famille en perdition. Dans un style bref et minimaliste, l’auteur nous propose un roman qui s’inscrit dans la réalité sociale de certains quartiers difficiles.

    Un roman très dur, qui nous laisse avec une boule dans la gorge. Par son écriture, l’auteur nous fait vivre de l’intérieur les émotions ressenties par ces parents, entre désespoir, incompréhension, colère et impuissance. Comment réagir face à ces adolescents indifférents à leur entourage, qui manquent de respect à leurs parents et ont rompu tout dialogue ?  

    Mais, au-delà de l’histoire, l’intérêt de ce roman tient dans le fait qu’il bouscule nos aprioris. Non, les jeunes ne sont pas foncièrement cupides et mauvais, comme certains médias voudraient nous le faire croire. Si on en est arrivé à un tel niveau de violence, les raisons sont multiples : les parents et autres éducateurs qui ont désertés leur rôle d’autorité, la téléréalité comme modèle de réussite, la réalité des quartiers difficiles qui impose aux jeunes de devenir bourreaux s’ils ne veulent pas être victimes… Les faits sont à nuancer et les responsabilités sont partagées.

    Si Un père en colère véhicule une vision plutôt pessimiste de notre société et caricature un peu les ados d’aujourd’hui, il porte en même temps une note d’espoir (mais à quel prix !) en montrant que l’on peut sortir du cercle vicieux de la violence, si on a le petit coup de pouce qu’il faut.

    Un livre que j’ai dévoré en une soirée, qui ne laisse pas une minute de répit et qui m’a trotté dans la tête pendant plusieurs jours… Une lecture dont on ne sort pas indemne.

    Je remercie les Editions Max Milo pour cette lecture.

     

    Un père en colère – Jean-Sébastien Hongre – Editions Max Milo – 2013 

  • 0 commentaire

    La face cachée – Christian Pascal Ilunga

    Cover La face cachée.jpgEn cette Journée Internationale de l’écrivain africain, mettons en lumière un auteur qui nous dévoile sa face cachée dans un recueil de poèmes.

    D’aout 2010 à juillet 2012, il a écrit toute une série de textes courts, très denses. Le style est contemporain et le contenu nous renvoie directement au vécu de l’auteur.

    Si ses poèmes rendent hommage à la Belgique qui l’a accueilli après son départ de Kinshasa (Entre Bx et Kin…, Liège pleure), ils parlent aussi beaucoup du sentiment amoureux. J’ai aimé cette façon si originale de parler d’amour, de déclarer sa flamme sous la forme d’une équation mathématique (Si et seulement si) ou en référence à la physique (Amour scientifique).

    Dans ce recueil, il est aussi question de famille : de la petite sœur adorée aux parents qui forgent le caractère de l’enfant, nul n’est oublié… et remercié.

    Malgré quelques coquilles oubliées et de nombreuses références à Dieu qui ont un perturbé ma lecture, La face cachée est un joli recueil de poésie, qui permet de s’interroger sur nos rapports aux autres et au monde. Je remercie chaleureusement les Editions du Panthéon pour cette lecture.

     

    La face cachée – Christian Pascal Ilunga – Editions du Panthéon – 2013 

    Lien permanent Catégories : Poésie
  • 3 commentaires

    Non nobis domine – Christine Brunet

    Cover Non nobis domine.jpgUne chasse au trésor qui ne devait être qu’un divertissement se transforme en jeu de la mort et c’est  Axelle de Montfermy, commissaire à la SPIE qui s’y colle. D’autant que l’expert en informatique de la cellule a disparu et que certains éléments le relient à ce jeu. Après E16, nous retrouvons donc notre enquêtrice de choc, qui doit maintenant se déplacer en chaise roulante, obligée de collaborer avec son ex-petit ami Sean Sheridan.

    Avec Non nobis domine, Christine Brunet nous emmène sur les traces de personnages célèbres et de lieux mythiques, à la recherche d’un trésor de légende. Mais point de longues descriptions historiques dans ce roman puisque c’est l’action qui prime. Le rythme est effréné, les disparitions et les meurtres se succèdent, le lecteur est pris dans le tourbillon des découvertes et déconvenues de nos héros sans jamais s’ennuyer ni voir le temps passer. N’est-ce pas ce que l’on recherche en ouvrant un roman policier ?

    J’avais adoré le précédent roman de l’auteure et j’attendais beaucoup de celui-ci. Le fait que la quatrième de couverture dévoile un des thèmes majeurs du roman a un peu gâché ma surprise, d’autant que le sujet a déjà fait l’objet d’un nombre incalculable de romans ces dernières années et qu’il a perdu de son originalité et de son intérêt. Et si j’ai trouvé l’histoire moins crédible, Christine Brunet reste une auteure à suivre pour son style caractérisé par l’action et les rebondissements inattendus, avec juste ce qu’il faut d’histoire d’amour pour nous émouvoir, et qui nous emporte dans son imaginaire sans que l’on puisse lâcher son livre.

    Le fait que l’héroïne de ce roman souffre d’un handicap m’a particulièrement interpellé. C’est la première fois que je lis un livre dont le personnage principal est chaisard et cette rareté témoigne d’une ouverture d’esprit que l’on retrouve peu en littérature.

    La fin de Non nobis domine augurant de nouvelles aventures pour la commissaire Axelle de Montfermy, on risque fort de la recroiser sur ce blog d’ici peu Clin d'œil

    Logo Challenge Thrillers et polars.jpgJe remercie Christine Brunet pour m’avoir fait découvrir son roman.

     

    Non nobis domine – Christine Brunet – Editions Gascogne – 2013 

     

     

    Du même auteur: