2 commentaires

La tourmente du serpent – Sébastien Cazaudehore

Cover La tourmente du serpent.jpegUne statuette représentant une divinité sans visage est volée lors d’une exposition d’art tribal à Paris et c’est l’inspecteur Ulysse Treilhard qui est appelé sur place. Anthropologue de formation et spécialiste de la culture papoue, il était tout désigné pour cette mission. Mais lorsqu’un ambassadeur est assassiné, les choses s’accélèrent et Treilhard est envoyé en Papouasie. Loin de leur confortable bureau parisien, l’inspecteur et sa coéquipière vont devoir affronter une jungle inextricable et des mercenaires à leur poursuite…

Pour un premier roman, Sébastien Cazaudehore met la barre très haut. J’ai été impressionnée par cette facilité qu’il semble avoir pour mêler des connaissances pointues sur la culture indigène à une enquête criminelle de haut vol. Parce que La tourmente du serpent est tout d’abord un roman policier. Entre la France et les forets mystérieuses de Papouasie, il nous emmène à la recherche des commanditaires du vol de la statuette sans nous laisser le temps de nous ennuyer tellement l’histoire est intense et menée tambour battant.

Anthropologue lui-même et spécialiste de la Papouasie Nouvelle Guinée tout comme son personnage principal, l’auteur nous immerge de façon tout à fait naturelle dans la culture papoue. Au fil de l’histoire, les coutumes et croyances de ces tribus nous sont expliquées sans que cela ne paraisse théorique ou surfait. Avec, en toile de fond, une réflexion sur la préservation des cultures traditionnelles, menacées par la cupidité de certains.

Un auteur qui suit la trace des plus grands et qu’il vaut mieux tenir à l’œil. Je le remercie pour cette lecture. Suivez-le sur son blog.

 

Logo Challenge Thrillers et polars.jpgLa tourmente du serpent – Sébastien Cazaudehore – ILV Editions – 2013 

Commentaires

  • j'ai bq aimé, un coup de coeur pour moi... et la suite va venir bientot....

  • Voilà une bonne nouvelle, j'ai hâte de retrouver cet auteur!

Les commentaires sont fermés.