0 commentaire

Pension de famille – Margaret Durrell

Cover Pension de famille.jpgAprès un divorce et des voyages en Afrique, Margaret Durrell revient auprès de sa famille, à  Bournemouth. On est en 1947 et Margo est âgée d’une vingtaine d’années. Sur l’insistance de sa Tante Patience, elle ouvre une pension de famille. Les critères de la tante sont clairs : les pensionnaires seront des personnes de bonne famille, bien éduquées, calmes et qui paieront rubis sur l’ongle. Mais tout ne va pas se passer comme prévu puisque Margo n’aura jamais un seul locataire BCBG et sa pension de famille va vite devenir l’attraction de la rue, provoquant commérages et disputes de toutes sortes.

Dans ce roman, Margaret Durrell revient sur son expérience de gérante d’une pension de famille. Et il y a de quoi en faire tout un livre ! Entre un artiste peintre qui se consacre à la nudité, des contrebandiers, un bébé braillard, des musiciens de jazz qui répètent à longueur de journée, de belles infirmières qui attirent tous les hommes et un enfant obèse qui fait les quatre cents coups, la vie est loin d’être paisible !

Et si j’admire cette femme qui prend les évènements avec philosophie et sans se départir de son sourire, j’avoue ne pas avoir été séduite par son histoire.

C’est au milieu du livre que j’ai commencé à perdre le fil et à décrocher. Les personnages trop nombreux et le fait de passer d’une péripétie à l’autre sans transition épuise sans pour autant faire rire. Alors que la 4e de couverture annonçait des aventures hilarantes, je n’ai même pas souri une seule fois… Je dois être vraiment hermétique à l’humour anglais…

Logo Challenge ABC2013.jpgJe remercie néanmoins Robert Laffont pour cette découverte.

Pension de famille – Margaret Durrell – Editions Robert Laffont – 2012 

Les commentaires sont fermés.