• 3 commentaires

    Ne le dis à personne – Harlan Coben ♥♥♥♥

    Cover Ne le dis à personne.jpgDavid Beck est pédiatre. Depuis la mort de sa femme Elizabeth, il avance dans la vie comme un automate. Jusqu’à ce jour où il reçoit un mail montrant sa femme vivante. Pour le docteur Beck, c’est l’incompréhension. Comment Elizabeth, qui a été assassinée 8 ans plus tôt par un tueur en série, pourrait apparaitre sur une vidéo actuelle ? Au même moment et suite à la découverte de deux nouveaux cadavres en lien avec l’affaire, le FBI décide de reprendre toute l’enquête à zéro. David, tout à coup suspecté du meurtre de son épouse, se trouve embarqué dans une histoire qui le dépasse et qui va lui faire croiser la route de personnes peu recommandables. Lui qui a toujours voulu en savoir le moins possible pour garder une image positive d’Elizabeth va devoir se confronter à la réalité et à tout ce qu’elle implique.

    Premier roman d’Harlan Coben traduit en français, Ne le dis à personne a propulsé l’auteur au top des ventes dans les pays européens. Et quoi de plus normal ! Tous les ingrédients d’un bon thriller sont présents : un gentil qui voit sa vie bouleversée par un évènement qui le dépasse, des meurtres, du suspense, des rebondissements, des courses poursuites, des entourloupes destinées à mettre le lecteur sur de fausses pistes… Et toutes les explications qui ne sont livrées que dans les dernières pages ! J’adore !

    Mais Ne le dis à personne, c’est aussi une formidable histoire d’amour. De celles qui commencent dès l’enfance, qui s’épanouissent avec les années et persistent malgré l’absence.

    Gros coup de cœur pour ce roman.

    Adapté au cinéma en 2006 par Guillaume Canet, avec François Cluzet dans le rôle de David Beck. Et si vous regardez bien, Harlan Coben himself apparait dans le film (mais je ne vous dirais pas à quel moment…)!

    Découvrez aussi l’avis de Maia et d'Olnapac sur ce livre !

    Ne le dis à personne - Harlan Coben - Belfond - 2001

     

    Du même auteur: 

     

  • 6 commentaires

    Rhapsodie pour un ange – Paul Durand Degranges

    Cover Rhapsodie pour un ange.jpgAnge a 25 ans et a décidé de vivre sa vie. Il ne veut pas devenir médecin ou vétérinaire, rester dans ce petit village au milieu des montagnes, comme ses parents l’ont fait avant lui. Ange rêve d’une autre vie et choisi de monter à Paris. Sa rencontre avec Jean va marquer un tournant dans sa vie. Il va commencer à travailler dans un bar mais va rapidement découvrir qu’il peut obtenir beaucoup d’argent en monnayant ses charmes. Souvent à des hommes. Juste pour l’argent et pour satisfaire ses gouts de luxe. Jusqu’à ce qu’il commette l’irréparable face à un client trop entreprenant et que l’inspecteur Dujardin le soupçonne du meurtre de plusieurs personnes.

    Rhapsodie pour un ange propose une idée originale : un personnage, prénommé Ange, sème la mort autour de lui tandis que deux « archanges » tentent de le protéger du Mal. Dis comme ça, on a l’impression d’être face à un roman un peu surréaliste mais on se rend compte, finalement, qu’il est aussi encré dans la réalité d’aujourd’hui. On y aborde des questions qui nous touchent tous à un moment ou un autre : la religion, les relations familiales difficiles, les secrets de famille, l’amitié et la quête d’un sens à donner à sa vie.

    C’est aussi un roman qui éveille la curiosité. Les personnages sont attachants, le style intéressant et on se prend à sourire quand Jean et Ange se chamaillent comme un vieux couple, l’auteur arrivant à nous faire ressentir la grandeur des sentiments qu’ils ont l’un pour l’autre.

    Ma déception tient dans le fait que j’aurai voulu que l’auteur aille jusqu’au bout de son idée, qu’il propose une fin exceptionnelle (j’imaginais un pacte avec le diable basé sur une sorte de sacrifice). J’ai eu l’impression que l’auteur s’était rétracté en cours de route, comme s’il craignait d’aller trop loin, provoquant une certaine retenue dans l’écriture. Finalement, la chute est banale, c’est du déjà-vu, alors que l’on partait d’une idée innovante.

    Avec des chapitres rythmés par les chansons de Queen, l’écriture est vive et dynamique. On est très rapidement pris dans l’histoire et on ne peut que s’attacher à cet ange de la mort qui partage ses réflexions intérieures avec nous et nous fait sourire.

    Découvrez le premier chapitre!

    Lecture réalisée en partenariat avec les Agents littéraires et les Editions Kirographaires.

    Rhapsodie pour un ange – Paul Durand Degranges – Editions Kirographaires – 2011

  • 2 commentaires

    Les jardins d'Eurysmée – Jean-Claude Roullier

    Cover Les jardins d'Eurysmée.jpgAntoine a 25 ans et travaille comme aide médico-psychologique aux Jardins d’Eurysmée, une maison médicalisée pour personnes âgées. Son quotidien va être chamboulé par l’arrivée de Lucie au poste de secrétaire. Ange blond, cette « petite Marilyn de banlieue », va ensoleiller sa vie et lui donner la force de se battre. Parce que la bataille s’annonce rude ! Il s’agit d’éviter le rachat de la maison de retraite par un grand groupe pétrolier qui prévoit une restructuration profonde des conditions de travail. Et face à l’opposant, tous se mobilisent, du résident le plus impotent au personnel !

    Sous le couvert d’une histoire d’amour et sur le ton de l’humour, l’auteur aborde des questions d’actualité : les restructurations, licenciements collectifs et autres réorganisations du travail qui n’ont pour un seul objectif que d’augmenter la rentabilité au détriment de la qualité et du bien-être.

    Les personnages sont attachants et hauts en couleurs, ce qui rend le récit vraiment dynamique. Par contre, j’ai trouvé que les descriptions de personnages étaient trop longues. L’auteur retrace tout leur parcours en une page avant de les faire intervenir dans l’histoire plutôt que d’introduire les éléments au fil du roman. Comme si on ouvrait une grande parenthèse dans le récit, dont il faut ensuite reprendre le fil, ce qui ne parait pas naturel.

    Petite originalité de ce roman : l’auteur nous invite au jeu du « Qui est-ce ? », en saupoudrant son récit de références au monde politique, économique et artistique français. Ainsi, on rencontre Viviane Bienencours, multimilliardaire à la tête de la société Aréole, mais aussi Muriel Tombale, Sécurkozy, Achida Tati ou Marylène Robry… Ces éléments, qui prêtent à sourire, ne nous empêchant absolument pas de s’immerger dans l’univers fantastique de Jean-Claude Roullier, qui nous emmène en Patchoughistan ou en Turcoslovanie.

    Avec, en toile de fond, le passé trouble de Lucie qui ressurgit, un peintre génial mais complètement délirant et des vernis à ongles de toutes les couleurs. J’ai juste trouvé dommage que le passé de Lucie soit dévoilé aussi tôt dans le roman et que le suspense n’ait pas été maintenu jusqu’au bout.

    En bref, malgré quelques petites imperfections, Les jardins d’Eurysmée est un roman que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire et que je conseille.

    Lecture réalisée en partenariat avec les Editions Velours.

    Les jardins d’Eurysmée – Jean-Claude Roullier – Editions Velours – 2011

    Du même auteur:

  • 2 commentaires

    Des nouvelles d’Eros – Collectif

    Cover Des nouvelles d'Eros.jpgEn référence à Eros, dieu grec de l’amour, ce recueil de douze nouvelles met en scène divers fantasmes sexuels. Plusieurs histoires ont un caractère homosexuel même si certaines nouvelles traitent davantage d’hétérosexualité.

    Sous le couvert d’histoires courtes, les thèmes abordés poussent à la réflexion : la découverte de ses préférences sexuelles, l’annonce de son homosexualité à sa famille, la question du mariage homosexuel et de l’accès à la parentalité, le crime passionnel, le choix de ne pas avoir de sexualité, les amours de jeunesse, la diminution du désir avec l’âge… Le tout, en nous faisant voyager dans le temps, du 16e siècle à l’époque contemporaine.

    Le seul reproche que je pourrais faire à ce recueil est lié à son manque d’homogénéité. Étant une œuvre collective, la disparité des styles littéraires est très grande : certains auteurs vont directement à l’essentiel avec une certaine crudité alors que d’autres nous assomment de monologues et de réflexions quasi philosophiques. Dommage.

    Lecture réalisée en partenariat avec ErosOnyx Editions.

    Des nouvelles d’Eros – Collectif – ErosOnyx Editions – 2010

  • 0 commentaire

    Chambre 121 : L'intégrale – Igor & Boccère

    Cover Chambre 121.jpgAlors que l’auteur travaillait comme veilleur de nuit dans un hôtel, il a imaginé une chambre au room service un peu particulier : la chambre 121. Cette bande dessinée suit un réceptionniste qui se dévoue corps et âme pour ses clientes, toujours prêt à satisfaire leurs désirs sexuels.

    Là où je pensais trouver une bande dessinée érotique, je me retrouve face à de la pornographie ! Les sous-entendus et scènes suggérées que j’imaginais découvrir sont en réalité des gros plans sur des organes sexuels en pleine action ! Un manque total de subtilité, associé à un fond à peu près inexistant…

    On remarque que les auteurs tentent de varier les situations en montrant une palette de fantasmes diversifiés (à l’hôtel, dans les bois, sur une plage…) mais, même avec la plus grande imagination du monde, après 4-5 épisodes, on a fait le tour du sujet et on tombe dans l’ennui et la répétition. On y retrouve tous les classiques : les religieuses, la femme délaissée par son mari, les femmes enceintes, les voyeurs, les jeux de rôles… Presque toutes les combinaisons sont envisagées (à deux ou à plusieurs), mais l’auteur répugne visiblement à mettre son personnage principal dans des situations homosexuelles entre hommes. Ce qui tend à penser que cette bande dessinée est destinée à un public plutôt masculin et hétérosexuel… à moins qu’il ne s’agisse d’une identification prononcée de l’auteur à son personnage principal…

    Cette intégrale, qui comprend 43 épisodes, a au moins le mérite de proposer une sexualité totalement consentie et libre, sans aucune scène de violence.

    Bref, un livre à réserver à un public adulte et à ranger sur les étagères les plus hautes de la bibliothèque pour qu’aucun enfant ne tombe malencontreusement dessus !

    Lecture réalisée en partenariat avec Babelio et les Editions Dynamite.

    Chambre 121 – Igor & Boccère – Dynamite – 2012