• 1 commentaire

    Du côté d'elles – Denis Riguelle

    Cover Du côté d'elles.gifDu côté d’elles nous immerge dans l’univers féminin. Un monde où un regard échangé avec un inconnu peut provoquer un emballement du cœur, où une note d’hôtel trouvée par hasard peut mener à la rupture.

    Dans ce recueil de nouvelles, il est question de rencontres. Des rencontres qui se font ou que l’on rate, d’autres que l’on préfère éviter, certaines d’entres elles sont fortuites ou, au contraire, calculées. Dans tous les cas, des destins se croisent et des liens se tissent.

    Denis Riguelle dresse le portrait de femmes au caractère bien différent mais, à travers lesquelles je me suis totalement reconnue. Et quand on voit notre comportement avec un regard extérieur, il n’est pas étonnant que les hommes nous qualifient de compliquées ! Les réactions de ces femmes ne sont absolument pas réfléchies ou posées. Au contraire, les décisions sont prises impulsivement, sur un coup de tête ou sur base d’une impression, quitte à en souffrir par après…

    Petite curiosité de ce recueil : dans une de ses nouvelles, Denis Riguelle initie une histoire et propose deux suites complètement différentes. Si les futurs envisagés sont un peu simplistes, l’idée est intéressante et mériterait d’être davantage exploitée.

    Par contre, je trouve dommage que ce si beau recueil se termine par une note négative (une femme qui pleure), j’aurais préféré un final un peu plus joyeux, qui laisse une impression de plaisir et un sourire sur les lèvres.

    Dégustez sans plus attendre ces douze nouvelles aux prénoms féminins !

    Et n’oubliez pas de lire l’interview de l’auteur !

    Lecture réalisée en partenariat avec les Editions Quadrature.

    Du côté d’elles – Denis Riguelle – Editions Quadrature – 2012

  • 1 commentaire

    Le carnet de lecture de… Denis Riguelle

    Les carnets de lecture de... propose à un auteur de nous parler de sa bibliothèque, des livres qui l'ont marqué et de son rapport à la lecture et à l’écriture.

    Aujourd'hui, découvrez le carnet de lecture de Denis Riguelle, auteur belge qui vient de publier son premier recueil de nouvelles : Du côté d'elles.

    du côté d’elles,denis riguelle,editions quadrature,critique,carnet de lecture,livre,littérature,blog littéraire,femmes,prénom,partenariat,nouvelle,interview

    Combien de livres compte votre bibliothèque ?

    Je ne sais pas... Plus de mille, certainement.

     

    Si vous ne pouviez sauver qu’un livre, quel serait-il ?

    Un dictionnaire.

    Y a-t-il des livres qui vous ont particulièrement émus, qui ont déclenché des émotions (qui vous ont fait rire, pleurer, qui ont accompagné un tournant de votre vie) ?

    Les romans de Milan Kundera.

     

    Selon vous, quels ingrédients font un « bon » roman ?

    Une histoire et des personnages avec lesquels on peut se sentir en empathie.

     

    Quel est votre genre littéraire préféré ?

    Je suis ouvert à tout.

     

    Comment choisissez-vous les livres que vous lisez ?

    De manières diverses : conseils d'amis ou de revues, découvertes dues au hasard, recherches sur le Net...

     

    Quel est votre livre de chevet actuel ?

    Je lis deux livres à la fois : L'hypnotiseur de Lars Kepler et L'espèce fabulatrice de Nancy Huston.

     

    À l’heure où les liseuses et les bibliothèques se côtoient, que représente le livre numérique pour vous ?

    J'envisage jusqu'à présent les liseuses pour des récits de type « informatif ». Je m'imagine mal lire des romans dessus.

     

    Qu’est-ce qui vous a amené à écrire et à laisser vous-même une trace dans la bibliothèque des autres ?

    Le désir de voir si ce que j'écrivais pouvait trouver un large public.

     

    Quelle place occupe l’écriture dans votre vie ?

    Une place que j'aimerais plus grande.

     

    Vous avez publié Du côté d’elles aux Editions Quadrature, pourquoi avoir choisi le format de la nouvelle ?

    Par manque de temps et/ou de patience. Le roman exige du temps et la patience du peaufinement ; ce temps est réduit avec la nouvelle.

     

    Pouvez-vous nous en dire plus sur ce recueil d’histoires courtes, quel message souhaitez-vous faire passer aux lecteurs ?

    J'écris pour écrire. Si je voulais faire passer un message, j'écrirais un essai.

     

    Un petit mot pour les lecteurs du blog ?

    Lisez-moi, prenez du plaisir et réagissez si vous le désirez.

     

    Découvrez la critique du recueil de Denis Riguelle Du côté d'elles.

  • 2 commentaires

    Rosa candida – Audur Ava Olafsdottir ♥♥♥♥

    Cover Rosa Candida Thélème.jpgArnljótur Thorir est un jeune homme de 22 ans. A la recherche de lui-même et d’un objectif à donner à sa vie, il décide de quitter son Islande natale pour travailler dans une roseraie célèbre. L’histoire de ce personnage peut être racontée à travers les personnes qui sont les plus importantes pour lui.

    Il y a tout d’abord sa mère, décédée trop jeune, et qui habite le récit de part en part. Elle a transmis à son fils sa passion pour la nature et pour les roses en particulier. C’est cette passion qui va pousser Arnljótur à partir à la recherche d’une roseraie séculaire, au sein de laquelle il va tenter d’introduire la Rosa candida chère à sa mère.

    Il y a aussi son père. Plutôt âgé et traditionnel, il voudrait que son fils entreprenne des études sérieuses et ne comprend pas son choix de se consacrer à un lointain jardin. Leur relation, si elle est empreinte d’un amour filial très fort, a malgré tout un peu de mal à s’exprimer pleinement.

    Joseph est également présent. Le frère jumeau d’Arnljótur est pourtant très différent de lui, tant au niveau physique (l’un est pâle et roux alors que l’autre est basané et brun) qu’au niveau du comportement puisque Joseph est autiste. Malgré cela, leur attachement l’un envers l’autre est bien présent et Arnljótur veille sur son frère comme sur un enfant.

    Et puis, il y a Anna et Flora Sol. Si Anna n’a longtemps été pour Arnljótur qu’une relation d’un soir, elle a donné naissance à une petite fille curieuse et ouverte prénommée Flora Sol. Cette dernière n’était absolument pas attendue et projette le jeune homme dans un univers nouveau qui est celui de la paternité.

    Le travail à la roseraie permet à Arnljótur de s’éloigner d’un père-poule trop présent et de se recentrer sur lui-même. Il va ainsi s’évertuer à redonner son éclat à ce jardin mythique abandonné par les moines depuis plusieurs années. Mais « le garçon des roses » devra aussi faire face à cette paternité qu’il n’a pas vraiment choisie et aura alors l’occasion d’apprendre à connaitre Anna et la petite Flora Sol.

    Rosa candida est un livre hors norme. L’histoire, si elle est simple n’en est pas pour autant simpliste car elle aborde, sans avoir l’air d’y toucher, les sujets qui concernent chacun d’entre nous. En effet,  Arnljótur s’interroge sur la mort, son rôle de père mais tente aussi de mieux se connaitre, notamment à travers ses relations avec les femmes, et, par là même, de donner un objectif à sa vie. Tout au long de son voyage vers la roseraie, nous suivons les pensées intimes du personnage principal. Très sensible à son environnement, il nous décrit la nature qui l’entoure, détaille les nuances de couleurs à un point tel que l’on a l’impression d’y être. Ses pensées se tournent régulièrement vers le passé et les souvenirs qu’il garde de sa mère et il nous en parle avec tendresse.

    Rosa candida est un roman plein de poésie et de charme, qui m’a transporté. On retrouve une réelle justesse dans la description des personnages et des relations qui se tissent entre eux.

    Un petit mot sur le support de Rosa Candida. Si ce récit a d’abord été publié aux Editions Zulma, il a récemment été transposé sur un support audio par les Editions Thélème. Et c’est cette version qu’il m’a été donné d’écouter. Outre une très bonne qualité de son, je trouve que la voix de Guillaume Ravoire s’accorde parfaitement au personnage. Elle est à la fois grave et douce, et accompagne parfaitement la poésie de cette histoire. C’est la première fois que j’écoute un livre audio avec autant de plaisir.

    C’est un vrai coup de cœur aussi bien pour l’histoire que pour le support audio.

    Ecoutez un extrait de Rosa Candida ici.

    Remerciement aux Editions Thélème pour cette découverte.

    Rosa Candida – Audur Ava Ólafsdóttir – Editions Thélème – 2012

  • 0 commentaire

    V.I.T.R.I.O.L. – Anne de Gandt

    Anne de Gandt, Vitriol, Smashwords, nouvelle, livre numérique, critique, carnet de lecture, livre, littérature, blog littéraire, viol, inceste, e-bookVitriol. Trois lettres à soustraire pour changer le sens de ce mot. Reste quatre pour ruiner une vie, défigurer celle ou celui qui porte le nom de ce fardeau. Dès les premières lignes, le sujet de cette nouvelle est posé. Une jeune fille, abusée par son père, tente de se construire malgré la peur et la solitude.

    Cette nouvelle décrit principalement les sensations et les émotions ressenties par le personnage principal. Les références à la nature sont constantes et utilisées comme le reflet de ce que la jeune fille éprouve. Son mal-être est illustré par une nature hostile, peuplée d’arbres aux formes fantastiques, de chemins sinueux et d’animaux agressifs. Elle se plonge alors dans ses souvenirs douloureux, revivant physiquement et émotionnellement les épisodes de viol. Quelques bulles d’espoir apparaissent parfois, et la nature se pare alors de ses plus beaux atouts pour illustrer les rêves et l’espoir d’une autre vie. Dans ce cas, les oiseaux chantent, le soleil brille et les prés sont en fleurs.

    À la lecture de cette nouvelle, une question nous taraude : comment une personne victime d’inceste peut-elle sortir de ce cercle vicieux ? Si l’héroïne de cette histoire trouve un certain réconfort dans les rêves, la compagnie des anges et les jardins fleuris de son imaginaire, comment les personnes qui vivent cette situation s’en sortent-elles ? Si les abus cessent, parviennent-elles malgré tout à se construire une vie « normale » ?

    Si le sujet développé par Anne de Gandt interpelle, son style d’écriture aussi. La nouvelle est écrite sous la forme de phrases courtes, fortes et percutantes, se résumant parfois à quelques mots.

    Le texte est écrit sur le mode de l’association de pensées, où une idée en entraine une autre, ce qui donne une sensation d’incohérence, dans laquelle le lecteur se perd. Je pense que l’auteure a voulu montrer la confusion dans laquelle se trouve la jeune fille, entre l’envie de s’enfuir et l’incapacité à sortir de cette situation. Malheureusement, la lourdeur du texte, en accumulant les détails, fait perdre le fil de l’histoire. Et, une fois perdus, l’auteure n’arrive pas à nous rattraper et à nous intéresser à nouveau au récit.

    Remerciement particulier à Anne de Gandt pour cette lecture. Découvrez le premier chapitre de cette nouvelle ici!

    V.I.T.R.I.O.L. – Anne de Gandt - Smashwords - 2010

  • 2 commentaires

    Le chat zen – Kwong Kuen Shan ♥♥♥♥

    Cover le chat zen ok.JPGUne fois n’est pas coutume, cette critique ne sera pas consacrée à un roman mais à un recueil de citations. Le chat zen est un album comprenant 40 aquarelles de Kwong Kuen Shan, associées à des textes de la littérature chinoise.

    Fascinée par les chats, l’artiste a choisi de les mettre en scène dans ses peintures. Une sorte d’hommage à cet animal indépendant, agile et élégant. Les références à l’art chinois sont nombreuses puisque chaque peinture comprend des sceaux de formes différentes, que l’auteure explique, en lien avec l’image et le texte.

    En ce qui concerne les textes, Kwong Kuen Shan a choisi de mettre en évidence certains proverbes chinois, des poèmes ou maximes de personnages célèbres tels Confucius, Lao Tseu et bien d’autres.

    Vrai coup de cœur pour ce livre-cadeau qui ravira les amoureux des chats et les personnes qui aiment les citations et paroles de sagesse. Je vous le recommande chaudement !

    Découvrez un extrait ici!

    Le chat zen – Kwong Kuen Shan - Pocket - 2011